Deutsche Bank triple son bénéfice

 |   |  385  mots
llemagneLa Deutsche Bank rayonne d'optimisme. Hier, dans un court communiqué, la première banque allemande a annoncé, une semaine avant la présentation officielle de ses résultats, qu'elle « s'attend » à avoir dégagé un bénéfice net de 1,4 milliard d'euros au cours du troisième trimestre, contre 414 millions l'an passé sur la même période. Pour le troisième trimestre consécutif, l'institut francfortois affiche donc un bénéfice net de plus de 1 milliard d'euros. De quoi faire oublier les 6 milliards de pertes nettes du dernier trimestre 2008.Le groupe de Josef Ackermann semble donc sortir de la crise sans trop de dégâts et sans avoir réclamé l'aide de l'État. Au 30 septembre, le ratio de solvabilité Tier One de la Deutsche Bank se situait à 11,7 %, soit au-delà de son objectif de 11 %. Autre signe encourageant : au cours du trimestre passé, l'ensemble des secteurs d'activité de la banque ont affiché une performance positive, alors qu'au premier semestre, c'est surtout la banque d'investissement qui avait soutenu les comptes du groupe. La Deutsche Bank peut poursuivre son expansion. Le rachat de la banque privée Sal. Oppenheim devrait être bouclé à la fin du mois. Mardi, un accord avec l'État néerlandais a par ailleurs été finalement trouvé pour que le géant allemand de la finance reprenne deux filiales du néerlandais ABN-Amro, HBU et IFN. Une opération qui va permettre la fusion de Fortis Nederland et ABN-Amro.parfum de déceptionPourtant, un parfum de déception régnait sur les marchés hier. L'action a reculé, cédant ? 2,42 % % à 54 euros. Certes, les prises de bénéfices ont sans doute joué, car le titre a gagné près de 80 % en six mois. Mais, les opérateurs s'attendaient en fait, après les bons chiffres publiés par Goldman Sachs et JP Morgan, à ce que toutes les estimations soient battues. Or, le résultat avant impôt, annoncé à 1,3 milliard d'euros du fait de crédits d'impôts, est inférieur à certaines attentes. Par ailleurs, les chiffres communiqués hier n'ont pas dissipé les craintes concernant une recapitalisation du groupe, justifiée notamment par son ambitieuse politique d'acquisition. Deutsche Bank s'intéresserait entre autres à l'Italie, et plus précisément à des agences mises en vente par Monte dei Paschi di Siena.Romaric Godin, à Francfort

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :