Ubifrance dans le giron de la Banque publique d'investissement ?

 |   |  476  mots
Promise par François Hollande pendant la campagne présidentielle, la création de la Banque publique d\'investissement (BPI) prend progressivement forme. Selon nos informations, quatre entités bien distinctes la composeraient : OSEO, le Fonds stratégique d\'investissement (FSI) et sa déclinaison en régions, CDC Entreprises et Ubifrance.La BPI reposera sur quatre piliersL\'idée de ce schéma est assez simple à comprendre. Avec ces quatre piliers, la BPI serait en mesure de répondre aux principaux besoins des chefs d\'entreprises : le financement du haut de bilan avec CDC Entreprises, le financement de l\'innovation, entre autres, avec OSEO, l\'accès à des fonds propres sur le long terme avec le FSI, le fonds souverain à la française qui entre au capital d\'entreprises dont les projets de croissance sont porteurs de compétitivité pour le pays. De son côté, Ubifrance leur offrirait son soutien financier et logistique. « Le schéma est cohérent. Jusqu\'ici, nous étions comme quatre villages séparés. Aujourd\'hui, nous nous réunissons pour former une ville unique, une communauté au service des entreprises, et en particulier des PME et des ETI en croissance », explique une source proche du dossier.Enfin, un guichet uniqueEn clair, il s\'agit de créer un guichet unique en régions sous la bannière de la BPI. Ainsi, l\'action des pouvoirs publics serait bien plus lisible et visible pour les chefs d\'entreprise qui gagneraient ainsi du temps. Dans une même agence régionale - OSEO est présent dans 37 régions - FSI Régions dans 14 -, les dirigeants d\'entreprises pourraient obtenir des solutions et des conseils dans le domaine du financement, de l\'innovation et de l\'export.La gouvernance exacte n\'est pas encore totalement définie. L\'Inspection générale des finances (IGF) devrait dévoiler la semaine prochaine un rapport sur ce sujet délicat. Deux options sont envisageables. Soit la BPI chapeaute l\'ensemble du système, CDC comprise. Soit la BPI devient une filiale de la CDC. Dans les deux cas, Ubifrance ne serait plus sous la tutelle de Bercy mais rejoindrait la CDC qui possède le statut de \"groupe public au service de l\'intérêt général et du développement économique\".Mutualiser les moyens Sur le plan social, quelles peuvent être les conséquences de la création de la BPI ? Logiquement, les effectifs des différentes entités n\'ont pas de souci à se faire. Au contraire. « En réunissant tous ces acteurs, la puissance de feu du nouvel ensemble sera décuplée. Elle le sera d\'autant plus qu\'un certain nombre de fonctions seront mutualisées pour améliorer l\'efficacité de l\'action publique en faveur des entreprises », précise une autre source.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :