Quatre géants pétroliers unis pour jouer les pompiers des marées noires

 |   |  316  mots
Confrontée au moratoire sur l'exploration imposé par l'administration Obama, décrédibilisée dans l'opinion publique, l'industrie pétrolière américaine tente de reprendre l'initiative. Les trois majors du pays, ExxonMobil, Chevron et ConocoPhillips, alliées à l'anglo-néerlandaise Shell ont annoncé leur intention d'investir ensemble 1 milliard de dollars pour mettre au point un système commun de lutte contre une éventuelle marée noire dans le Golfe du Mexique. Rapidement mobilisable, ce système de confinement modulable sera calibré pour contenir jusqu'à 100.000 barils par jour (soit plus que l'estimation la plus élevée de la fuite du puits de Macondo, de 60.000 barils) par des profondeurs atteignant 3.000 mètres d'eau. En agissant préventivement, les compagnies espèrent clairement commencer à restaurer leur réputation, alors que de nouvelles réglementations seront sans doute élaborées pour éviter un nouvel accident. Les enquêtes réalisées aux États-Unis ont montré qu'elles avaient grossièrement surestimé leur capacité de réaction à un accident similaire à celui rencontré par BP,Dans le Golfe, le risque d'ouragan menace la poursuite des opérations destinées à refermer définitivement le puits de Macondo grâce à des puits secondaires actuellement forés depuis la surface. Le dôme de confinement, qui a permis de stopper la fuite, n'est en effet qu'une solution temporaire. « Si nous devions évacuer la zone [...] nous pourrions connaître un retard de dix à quatorze jours dans l'avancement des opérations », a indiqué Thad Allen, responsable de la lutte contre la marée noire pour l'administration.Par ailleurs, en Alaska, un juge fédéral a bloqué un programme d'exploration dans la mer de Chukchi, impliquant notamment Shell. Il a estimé que les impacts environnementaux n'avaient pas été assez documentés par le Minerals Management Service, l'organisation chargée d'attribuer les permis d'exploration aux États-Unis, très critiquée pour son laxisme depuis l'accident survenu à BP. Olivier Hensge

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :