76.000 affaires transmises au médiateur en 2009

 |  | 304 mots
Lecture 2 min.
« Je sens une société en tension et en usure psychique », a déclaré, mardi, Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République, en présentant son rapport 2009 à la presse. « Avant, on était crevé au boulot, maintenant on est usé dans sa vie, on est tendu tout le temps. » Car « la qualité des rapports humains se dégrade avec des montées d'agressivité au sein des familles, des entreprises, des espaces publics », a-t-il ajouté, déplorant une « banalisation de la violence » et une judiciarisation excessive des conflits, preuves, selon lui, d'un manque de dialogue. Il est à ses yeux « important » de retrouver des lieux d'apaisement, de compréhension, d'explication, pour reconstruire un « vivre ensemble, sinon c'est le chacun pour soi qui l'emportera, et c'est la fin du pacte républicain ».« la France des invisibles »Jean-Paul Delevoye a remis à Nicolas Sarkozy son dernier rapport en tant que médiateur. Sa fonction, créée en 1973, deviendra bientôt celle de défenseur des droits, intégrant également celles du défenseur des enfants et de la Commission nationale de déontologie et de sécurité (CNDS). Le rapport, publié hier, insiste sur la nécessité pour les politiques de donner une voix à « la France des invisibles ». Comme en 2008, il constate les lacunes de l'accueil et le manque d'information du public, et ajoute de nouveaux sujets de « ressentiments », comme les difficultés rencontrées lors du renouvellement des papiers d'identité. Un pôle santé et sécurité des soins a été créé auprès du médiateur : celui-ci s'inquiète d'une montée des « phénomènes de maltraitance » à l'égard des patients et d'agressivité envers le personnel hospitalier. Au total, 76.286 affaires ont été transmises en 2009 aux services du médiateur de la République, soit une augmentation de 16 % par rapport à 2008. L'institution a traité 43.481 réclamations. Avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :