Barack Obama marque un premier point dans sa lutte contre le chômage

 |   |  351  mots
L'événement est assez rare pour être souligné : pour la première fois depuis des mois, une poignée de sénateurs républicains - cinq au total - ont fait cause commune avec les démocrates, dans la nuit de lundi à mardi, pour faire avancer un projet de loi. Un texte que le président Obama a particulièrement à coeur de voir aboutir, puisqu'il s'agit d'un nouveau plan de relance de l'emploi. Tandis que le taux de chômage frise les 10 % et menace, malgré la reprise économique, de rester élevé pour les mois qui viennent, Barack Obama a, en effet, déclaré prioritaire la lutte contre le chômage. Le plan, qui devrait être officiellement adopté par le Sénat dans les jours qui viennent, est assorti d'une enveloppe de 15 milliards de dollars et propose aux entreprises une exemption de charges (les 6,2 % du salaire versés aux caisses de retraite publiques) sur le reste de l'année 2010, si ces dernières embauchent des chômeurs en recherche d'emploi depuis plus de deux mois. crédit d'impôt de 1.000 dollarsIl prévoit également d'offrir aux employeurs un crédit d'impôt de 1.000 dollars pour chaque nouvel embauché que l'entreprise gardera pendant au moins un an. Enfin, le texte permet aux sociétés d'amortir plus rapidement les charges associées à l'achat de matériel, tout comme il offre aux États et aux municipalités la possibilité d'émettre des obligations en vue de réaliser des travaux d'infrastructures. Certes, il ne s'agit que d'un projet, qui, pour créer des emplois, devra déjà être réconcilié avec un texte de plus grande ampleur (154 milliards de dollars) adopté par la Chambre des représentants à la fin de 2010. Mais il n'empêche, cette bonne volonté de la part des républicains contraste avec la stratégie d'obstructionnisme qu'ils avaient adoptée ces derniers mois. À deux jours d'une rencontre cruciale avec eux, dans le but de débloquer son projet phare, la réforme du système de santé, le président ne peut qu'y voir de bons augures. L. J. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :