Publicis devient le numéro trois mondial de la publicité

 |   |  355  mots
Champagne aux Champs-Élysées. Le groupe Publicis, dont le siège est à quelques dizaines de mètres de l'arc de Triomphe, devient aujourd'hui le troisième groupe mondial de publicité par le chiffre d'affaires. Il aura fallu attendre la publication vendredi des comptes annuels de l'américain Interpublic pour établir ce nouveau classement. Et pas besoin de photo au finish. Le géant français de la publicité, fondé en 1927 par Marcel Bleustein-Blanchet, gagne son podium à 83 ans avec un chiffre d'affaires 2009 de 6,9 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros), soit 14 % de plus que le désormais quatrième mondial, Interpublic (6,03 milliards de dollars).WPP, numéro unCertes les effets de change ont joué, mais pas seulement. L'américain accuse une baisse d'activité de 10 % à périmètre comparable au cours de cette année terrible pour le marché publicitaire, alors que Publicis a réussi à contenir son repli à 6,5 %. Le numéro un mondial devrait rester le britannique WPP. Mais ses comptes préliminaires 2009 ne seront dévoilés que vendredi 5 mars. Il avait détrôné, l'an dernier, l'américain Omnicom qui a annoncé il y a deux semaines ses comptes annuels. Ce dernier poids lourd, qui contrôle notamment les réseaux TBWA, DDB et BBDO, a subi en 2009 une chute de ses revenus de 12,3 % avec 11,7 milliards de recettes.Le numérique, nouvelle frontièrePublicis a fait mieux que le marché mondial en 2009. Et malgré ses prévisions très prudentes pour 2010, il pourrait conserver sa médaille de bronze en 2010. Notamment grâce au numérique sur lequel Maurice Lévy, président du directoire, a mis l'accent ces dernières années. Cette nouvelle frontière de la communication bénéficie d'une croissance plus rapide. Ainsi, Publicis a prévenu que le numérique devrait représenter 30 % de ses recettes cette année, contre 22 % en 2009. Havas, qui est le deuxième groupe français de publicité, figure, lui, au septième rang mondial. Il pèse l'équivalent du tiers de Publicis. Mais, lui aussi, a fait mieux que le marché mondial l'an dernier avec une baisse de 8,5 % de ses revenus à 1,44 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :