En Pologne, l'idée d'un référendum sur l'adhésion à la zone euro fait son chemin

 |   |  506  mots
C\'est au tour du ministre des Finances de faire un pas vers un possible référendum national sur l\'entrée de la Pologne dans la zone euro. Jacek Rostowski en a évoqué mercredi soir la possibilité. \"Je n\'imagine pas qu\'un gouvernement veuille et puisse faire entrer la Pologne dans la zone euro sans obtenir l\'accord des Polonais\", a déclaré le ministre sur la chaîne de télévision commerciale TVN24.Jusqu\'à présent, le centre-droit au pouvoir avait toujours estimé qu\'un référendum sur la monnaie unique n\'était pas nécessaire car Varsovie s\'était engagée à l\'adopter en signant son traité d\'adhésion à l\'UE, approuvé par un vote populaire.Les Polonais sont majoritairement contreDeux jours auparavant, mardi 26 mars, le Premier ministre Donald Tusk avait cependant lui aussi déjà esquissé l\'idée d\'un référendum potentiel au vu de l\'opposition de la droite nationaliste à un amendement nécessaire de la Constitution, pour lequel une majorité de deux tiers n\'est pas réunie. \"S\'il y a un accord en faveur d\'un amendement constitutionnel disant que l\'adoption définitive de l\'euro se fera à la suite d\'un référendum, je n\'aurais rien contre. Et c\'est pour une raison évidente : il faut moins de voix pour remporter un référendum que pour obtenir une majorité de deux tiers de députés au parlement\", a-t-il déclaré.Varsovie n\'est toutefois pas pressée de remplacer son zloty par l\'euro. Preuve en est : la future adhésion du pays à la zone euro est rejetée par 62% des Polonais, selon un sondage publié mardi par le quotidien Rzeczpospolita. D\'après cette enquête réalisée par l\'institut Homo Homini en pleine crise chypriote, seuls 32% souhaitent l\'adoption de la monnaie européenne et 6% n\'ont pas d\'opinion.Remplir les critères de MaastrichtA juste titre, la Pologne veut commencer par mettre au plus vite son économie en conformité avec le traité de Maastricht. Or, actuellement, seule la dette publique polonaise, autour de 55% du PIB, est conforme aux exigences du traité européen. Son inflation moyenne en 2012 s\'est chiffrée à 3,7% et son déficit des finances publiques reste toujours supérieur à la barre requise de 3% du PIB (3,4% en 2012).Le chef du gouvernement libéral Donald Tusk et ses ministres assurent cependant que Varsovie remplira tous ces critères en 2015, date des élections législatives et présidentielle. La Pologne décidera alors de son éventuelle adhésion à la zone euro, comme l\'a récemment indiqué le président Bronislaw Komorowski. En attendant, la Pologne a adopté le Pacte budgétaire européen. Ce qui lui permet de participer aux rencontres de l\'Eurogroupe concernant la compétitivité et les réformes de structure de la zone euro.Lire aussi: pour les Polonais, il est urgent d\'attendre avant d\'intégrer l\'euro

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :