Fiat va mal sans Chrysler, qui lui-même trébuche

 |   |  412  mots
Sans Chrysler, Fiat va mal. Mais le constructeur américain lui-même ne se porte pas très bien. Fâcheux. Même si Sergio Marchionne, patron des deux constructeurs, a lancé aux analystes ce lundi: \"fermez les yeux, bouchez vous le nez et passez à autre chose\"! Il fallait oser. Le constructeur automobile piémontais a enregistré au premier trimestre un bénéfice net de 31 millions d\'euros à peine,  en recul de 88%! Si l\'on exclut les profits de Chrysler, dont Fiat détient 58,5% du capital, le groupe italien serait dans le rouge au premier trimestre avec une perte de 235 millions d\'euros.Chrysler reculeQuant à Chrysler, il plonge aussi. Le bénéfice net de la firme américaine est tombé lui-même à 166 millions de dollars (130 millions d\'euros), en recul de deux-tiers. La mauvaise performance de l\'américainr au premier trimestre est due, selon Fiat, en grande partie à une baisse des expéditions de véhicules  hors d\'Amérique du nord, ainsi qu\'au changement de modèles chez Jeep, avec le passage du 4x4 Liberty en fin de course à son remplaçant, le Cherokee. Voire.Malmené en EuropeFiat est victime de la crise en Europe, qui frappe notamment l\'Italie. Sergio Marchionne a mis en cause la politique d\'autérité budgétaire en Europe, l\'assimilant à un \"médicament (qui) est en train de tuer le patient\" et appelant à \"trouver un moyen d\'équilibrer les mesures d\'austérité\" par des mesures favorables à l\'activité économique et la consommation. Mais la firme italienne souffre également d\'un manque cruel de nouveautés. Ses ventes ont reculé de 6% dans la région Europe-Méditerranée. En Amérique latine, son principal débouché avec le Vieux continent, Fiat a toutefois accru de 7% ses ventes. Fusion à termeLe groupe mise pour l\'ensemble de 2013 sur un résultat net compris entre 1,2 et 1,5 milliard d\'euros, contre 1,41 milliard l\'an dernier. Sergio Marchionne table en effet sur une reprise chez Chrysler. Mais pas en Europe. Le groupe italien avait pris en 2009 le contrôle opérationnel de Chrysler, alors en quasi-faillite, et acquis une participation majoritaire en juin 2011, mais les deux groupes fonctionnent toujours de manière indépendante, même s\'ils ont le même patron. \"J\'ai toujours vu Fiat et Chrysler devenir une seule entité à un moment donné, a réaffirmé le patron italo-canadien, en référence à une fusion possible entre les deux groupes..

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :