« Nous misons sur l'intégration régionale »

 |   |  274  mots
Denis Sassou Ngue sso, président du Congo-Brazzaville Percevez-vous un certain désintérêt de la part de l'Union européenne pour l'Afrique ?L'Afrique est à 15 kilomètres de l'Europe, à Gibraltar ! Nous avons toujours pensé que les deux continents, au point de vue géographique, mais aussi historique, culturel et linguistique, étaient reliés. Tout indique que l'Europe devrait établir un sérieux partenariat avec l'Afrique. Or malgré la déclaration de Lisbonne en ce sens, l'Europe ne crée pas les conditions d'un tel développement. C'est dommage, d'autant que l'Afrique, avec ses ressources et son capital humain - nous sommes près d'un milliard d'habitants, jeunes pour la plupart - pourrait susciter l'intérêt des Européens. Nous refusons désormais les conditions que l'on veut nous imposer, que ce soit dans le cadre de l'Europe, de l'Organisation mondiale du commerce ou dans la lutte contre le réchauffement climatique. Est-ce pour cela que nombre de pays africains réfléchissent aujourd'hui à une intégration plus régionale ? Absolument. Cette volonté d'intégration régionale s'exprime de plus en plus clairement. Nous misons dessus. Si l'intégration du Maghreb est compliquée en raison de problèmes politiques, les autres sous régions font des progrès. En outre, la Commission de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique, la CEMAC, dont je suis l'actuel président, a établi à Bangui un programme économique régional sérieux. L'un des emblèmes de la CEMAC sera Air CEMAC, une compagnie aérienne dont le partenaire technique est South African Airlines, qui reliera les pays membres. Propos recueillis par Lysiane J. Baudu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :