L'Ircad, pionnier de la recherche clinique partenariale

Un signe ? En septembre 2007, quatre mois seulement après son élection, Nicolas Sarkozy visitait, à Strasbourg, l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad), guidé par son président fondateur, le professeur Jacques Marescaux. Ce dernier a créé cette structure privée (à 97,5 %) au sein des hôpitaux universitaires de Strasbourg dès 1994. Objectif : valoriser la recherche contre le cancer et développer les nouvelles technologies chirurgicales. une référenceAujourd'hui, l'Ircad est une référence mondiale en matière de chirurgie invasive et forme 4.000 chercheurs par an. Une filiale a été créée en 2008 à Taïwan, une autre va bientôt ouvrir au Brésil. « En dépit d'une bonne recherche, nous n'avons pas développé en France d'industrie biomédicale, notamment à cause d'une absence de stratégie commune entre les ministères de la Santé et de la Recherche », explique Jacques Marescaux, pour qui « investir dans le biomédical permet d'appréhender les dépenses de santé d'une autre manière ». Bref, l'Ircad, associé aux hôpitaux de Strasbourg, a très tôt préfiguré ce que le grand emprunt attend aujourd'hui des IHU. Il n'est donc pas étonnant que Jacques Marescaux ait été choisi comme rapporteur sur les CHU puis les IHU. Il ne serait pas étonnant non plus de voir son institut figurer parmi ceux qui seront sélectionnés. C. J.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.