Multiples multiples

 |   |  484  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
C'est l'occasion d'acquérir à bon prix des œuvres d'artistes aux cotes élevées : lithographies, gravures, eaux fortes et autres sérigraphies se déclinent en multiples. Et restent abordables.

Une estampe est une ?uvre d'art conçue et réalisée par un artiste sur un support en dur, pierre, métal, bois qui est la matrice de cette ?uvre. Celle-ci est encrée sur une feuille de papier moyennant une presse, feuille qui peut être multiplée, d'où l'expression technique de multiples pour la lithographie (sur pierre), l'aquatinte (gravure en creux sur métal), gravure (sur bois), sérigraphie (pochoir à l'origine en soie, aujourd'hui en synthétique), eau forte (métal en creux), héliogravure (cuivre ou inox), etc...

Ces ?uvres qui ne sont pas des reproductions mais des tirages en nombre limité et défini. Si les eaux fortes et gravures anciennes, sont les plus recherchées, les autres techniques ont leurs amateurs, surtout pour les signatures modernes (48,5% du marché de l'estampe) et d'après-guerre (28,3%), les contemporains se contentant de 7%. Les artistes du XXème sont les plus prolifiques et les plus chers: en 2010, six enchères millionnaires ont adjugées pour des feuilles de Picasso Munch et Johns.

Reste que, selon Artprice, l'estampe demeure un marché abordable où 60% des lots vendus sont accessibles pour moins de 750 euros et ou seuls 11% du marché excèdent 4.500 euros. De quoi se constituer à bon prix une collection intéressante qui plus est, permet quelques plus-values, le marché des multiples progressant en moyenne de 20% sur la dernière décennie.

Des estampes, il s'en adjuge d'innombrables chaque année dans les salles des ventes, généralement quelques mois avant les grandes vacations dédiées à la peinture. C'est encore le cas cette année avec, par exemple le 7 mars où la SVV Cornette de Saint Cyr met à l'encan 440 lots des plus divers. La vente débute avec une centaine de tirages d'artistes modernes, Bonnard, Braque, Chagall, Ernst, Leger, Matisse ou Picasso pour des estimations allant de 500 à 6.000 euros. Plus fournie est la suite concernant les oeuvres contemporaines, avec des adjudications qui peuvent varier de de 100 à 30.000 euros.

Parmi les lots les plus élevés, on peut citer une eau forte n°35 sur cinquante exemplaires de Lucian Freund (estimée 25.000 euros), une sérigraphie 18/20 "Ingrid Bergman", 1983 d'Andy Warhol (15.000 euros), une "Composition, 1996" sérigraphie 50/50 de Roy Lichtenstein (12.000 euros), un héliorelief 11/50 de Jim Dine, 1988 (10.000 euros) ou une gravure, épreuve d'artiste de 1985 de Miquel Barcelo (10.000 euros). Entre 1.000 et 3.000 euros, on peut acquérir une sérigraphie "Lines Crossing" 75/75 de Sol Lewitt, une litho "SF 310", 1979 19/30 de Sam Francis ou une "Composition ", 1968, 1/120 de Zao Wou-Ki.

Le même jour mais dans une autre salle, la SVV Giafferi propose entre des huiles et des dessins assez moyens quelques multiples interessants, notamment un lot de quatre lithos de Niki de Saint Phalle (1.800 euros), une sérigraphie de Yaacov Agam 15/540 (800 euros), une litho 29/50 d'Henry Moore (2.500 euros) ou une eau forte dédicacée de Fernand Leger (2.000 euros).

Le 7 mars, Paris Drouot Richelieu salle 2, renseignements: www.cornette.auction.fr  et salle 7, renseignements: www.auction.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :