Enseignement supérieur et recherche : se défendre et proposer

 |   |  1317  mots
Par Bertrand Monthubert, mathématicien, secrétaire national du PS à l'enseignement supérieur et à la recherche.

Depuis plusieurs semaines, le monde de l'enseignement supérieur et de la recherche se rebelle : IUT en grève, front très large hostile à la réforme de l'accès au métier des enseignants, motions en nombre contre le projet de décret transformant le statut des enseignants-chercheurs, protestations de présidents d'universités contre la dotation budgétaire prévue par l'Etat, lettre ouverte de la conférence des présidents d'universités à Nicolas Sarkozy, motion unanime du Conseil national des universités, prises de positions des instances scientifiques d'organismes, moratoire des expertises, et maintenant appel à la grève reconductible pour le 2 février...

Comment interpréter une telle levée de boucliers, alors que Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse ne cessent de se féliciter des milliards d'euros qui inonderaient ce secteur ? Bien que le président se soit engagé à augmenter le financement de l'enseignement supérieur et de la recherche de 1,8 milliards par an (hors "plan campus"), c'est le secteur qui supporte les plus fortes annulations de crédits en 2008 (450 millions) ! Les budgets 2008 et 2009 stagnent en euros constants, exception faite des sommes pré-affectées pour combler le retard en matière de retraites. Plus de mille emplois seront perdus en 2009.

Quant au très contesté "plan campus", même les parlementaires UMP doutent que les sommes réellement débloquées soient celles qui ont été promises. Le seul financement en très forte croissance est le crédit-impôt recherche des entreprises, sans qu'on ait la moindre étude fiable montrant l'efficacité de ce dispositif pour la recherche privée.

La "réforme" Libertés et responsabilités des universités (LRU), passée dans l'urgence à l'été 2007, loin de répondre aux problèmes existants, en crée de nouveaux, ce qui avait conduit le parti socialiste à voter contre cette loi. Le contexte budgétaire aggrave cette situation. A la réception des dotations pour 2009, et des prévisions pour 2010 et 2011, et en raison des transferts de charges de l'Etat vers les universités induites par la mise en place de la loi LRU, la réalité telle que les universités la vivent est toute différente : de nombreuses universités vont voir leur budget baisser en 2009.

Alors faut-il s'étonner de la crise des IUT ? Alors qu'auparavant les IUT (qui font partie des universités) bénéficiaient d'un budget qui leur était directement attribué, prenant en compte leurs spécificités, dorénavant, c'est leur université de rattachement qui en dispose et peut donc décider des crédits alloués aux IUT... et éventuellement les raboter pour améliorer à la marge le financement d'autres filières encore plus sous-financées.

Le passage en force systématique du ministère a conduit à des protestations très larges contre le projet de réforme de la formation des enseignants, contre la reconnaissance des diplômes profanes des instituts catholiques comme diplômes nationaux et contre le projet d'un nouveau statut des enseignants-chercheurs. Ce dernier, sous couvert de "modulation", prévoit d'augmenter fortement le service d'enseignement des universitaires qui seraient moins bien évalués en tant que chercheurs.

Personne n'est dupe : la décision finale, qui est l'apanage du président d'université, serait prise à n'en pas douter en fonction des tâches d'enseignement à assurer et non de la qualité de la recherche. Et ce, alors que la qualité des processus d'évaluation se dégrade. Non content de considérer l'enseignement comme une sanction, le gouvernement traite la recherche universitaire comme une variable d'ajustement.

La "réforme" des organismes de recherche se fait sans la moindre concertation, alors que les instances scientifiques et les organisations représentatives ont fait nombre de propositions. Ils sont progressivement privés des moyens structuraux et financiers pour mettre en ?uvre une politique scientifique dans la durée. Les UMR (Unités mixtes de recherche) entre organismes et universités sont mises en cause, et dans leur nombre, et dans leurs possibilités d'action. Le vieux projet de la droite de casser le CNRS est en marche. Cela converge vers une prise en main directe du pouvoir politique sur les orientations de recherche, laquelle est explicitement revendiquée par Nicolas Sarkozy, en contradiction avec les pratiques des grands pays de recherche.

Pour le parti socialiste, cette situation est insupportable à la fois du fait du profond mépris du gouvernement à l'égard de tous ceux qui ont à c?ur de faire fonctionner les laboratoires, les universités et les organismes, et aussi en raison de la gravité de ses conséquences pour l'avenir du pays. Nous voulons proposer un avenir à nos universités, nos laboratoires publics et privés et ceux qui en font partie. Cet avenir, il doit être construit collectivement, notamment au travers des batailles qui se mènent aujourd'hui. C'est pourquoi le parti socialiste a décidé d'initier une convention sur l'enseignement supérieur et la recherche.

Nous souhaitons organiser ce processus largement ouvert en lien avec les autres partis de gauche, et en interaction avec toutes les associations et syndicats. Tout d'abord, un audit de la situation réelle et concrète sera réalisé. Que sont devenues réellement les sommes promises ? Quelles sont les conséquences des réformes : pôles de compétitivité, plan campus, plan licence, emplois et précarité ? Ensuite, il s'agira de définir un programme d'action, au niveau européen, national et local. Le niveau européen, d'abord, car les élections européennes doivent permettre de redéfinir la politique conduite en matière de recherche. Il faut que le parlement européen se saisisse de ce dossier dont il a été trop souvent écarté.

Ensuite le niveau national, dans la perspective d'une alternance politique indispensable. Il ne faut pas que l'absence d'une perspective d'alternative soit un frein pour les luttes actuelles. Le niveau local enfin, car la gauche, majoritaire dans les conseils régionaux et généraux, peut y mettre en ?uvre une politique ambitieuse, sans toutefois se substituer à un Etat défaillant.

Quels seraient les objectifs de cette convention ? D'abord, redonner au savoir la place qui doit être la sienne dans une société moderne, ce qui suppose la liberté d'initiative scientifique des chercheurs et des institutions d'enseignement supérieur et de recherche, dans le cadre des institutions nationales et locales, mais aussi élever le niveau de formation, en garantissant le cadre national des diplômes, et faciliter l'accès à ceux-ci pour les étudiants en difficulté sociale.

Simultanément, redéfinir l'action de l'Etat en faveur de la recherche privée, prendre en compte la diversité des attentes de la société (santé, environnement, villes, etc.) et mettre en place un débat permanent entre scientifiques et citoyens. Ensuite, favoriser la coopération entre les établissements de recherche et d'enseignement supérieur, entre leurs personnels, et réduire la bureaucratie dont ils souffrent de plus en plus. Enfin, offrir les statuts qui permettent à la fois qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, et qu'ils attirent la jeune génération, ce qui passe par la réduction drastique de la précarité.

Depuis les états généraux de la recherche de 2004, les tentatives de lancer une nouvelle étape de réflexion ont échoué. Et pour cause : le gouvernement s'est moqué de ceux qui avaient conduit ce travail, en prenant le contre-pied de leurs propositions. Dès lors, à quoi bon s'user à nouveau s'il n'y a pas de débouché politique ? C'est ce que le parti socialiste veut offrir aujourd'hui : un débouché à la réflexion collective, qui se traduira par une action au niveau des parlements européen et français, et des collectivités territoriales qu'il dirige avec ses partenaires. Et un programme ambitieux pour la recherche et les universités, dans la perspective des prochaines élections qui devront conduire au pouvoir une équipe tournée vers notre avenir collectif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment ne pas être d'accord?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comme tout le reste, il faut repenser la reforme de l'ESR a l'aune de la crise financiere qui ebranle la planete et pour longtemps. La liberalisme debride qui constituait notre pensee unique et et modele absolu de modernite a explose. Il faut profiter de l'occasion pour qu'il ne renaisse pas de ses cendres et promouvoir enfin un modele de societe ou l'avidite est contenue et l'homme est la mesure de tout. En matiere d'enseignement, le dogme du tout marche a conduit a la mise en concurrence des universites, a leur classement impose par des gens que personne n'a mandate pour le faire (en tous cas pas moi), a imposer qu'etre eduque va de pair avec s'endetter. Au niveau europeen, la globalisation liberale appliquee a l'ES s'est traduit par le processus de Bologne et sa propagande d'une mise en place d'une societe de la connaissance. N'oublions pas que cette etape a ete accomplie avec la participation des socialistes, C.Allegre etant ministre de l'Education Nationale et ES. Aujourd'hui il faut que les socialistes reflechissent et innovent pour refonder une universite-recherche du 21è siecle. Mais ils ne doivent pas oublier la dimension europeenne, ils doivent se coordonner avec les partis de progres europeens. En restant franco-francais et nombriliste, la France et le parti socialiste s'il vient au pouvoir se verra de nouveau imposer de l'exterieur un modele pour ce secteur de l'education qui est pourtant le fondement d'une politique de civilisation authentique. Il est a craindre que bcp de francais s'abstiennent aux elections europeennes ou votent pour des partis anti-europeens. Alors on gardera la cloche de Barroso a la commission ( la pensee unique lui va tres bien, il ne pense pas) et ce defi a l'inteligence qu'est notre actuel president.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout est en apparence très beau à la fois dans le texte de Monthubert et de chercheurencolere.
Mais le PS fait face à un problème profond de choix politique. Les changements que le gouvernement met en place dans l'ESR (et partout ailleurs), et qui ont pour objectif/conséquence de remplacer une société (certes imparfaite) formante par une autre performante (et inhumaine), sont la conséquence du traité de Lisbonne qui a été voulu par Sarkozy, signé par l'UMP et le PS! Alors, à moins que le PS ne change de fusil d'épaule pour les prochaines élections européennes (ce qui me semble impossible vu les tensions internes qui le traversent), je ne vois pas comment il pourrait réaliser les objectifs de Monthubert tout en aillant voté les outils qui empêche la réalisation de tels objectifs au nom de la libre concurrence...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Merci pour cette tribune, avec laquelle beaucoup sont d'accord dans les universités et le secteur de la recherche.
Néanmoins, "chercheur en colère" a parfaitement raison : ce qui arrive découle des processus de Bologne et du Traité de Lisbonne, soutenus, ratifiés, etc. par l'UMP et le PS. Certes, il était possible de faire autre chose, d'une autre manière, mais fondamentalement la marge de manoeuvre était réduite : Messieurs Mitterrand, Delors, Jospin, il fallait y penser avant. Vous n'êtes plus "socialistes" depuis longtemps, car dans "socialiste", il y a "social" et donc "société".
Quand allez-vous le comprendre ? Lorsque vous serez tombés sous les 15% aux européennes ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :