Voter pour ne pas se résigner

 |   |  1024  mots
Par Marielle de Sarnez, député européen, tête de liste du Mouvement Démocrate aux élections européennes en Ile-de-France.

Il faut voter, sinon ce sont les autres qui votent à votre place. Cinq ans, c?est la durée de vie du parlement européen. Dans ces cinq années, le vote des députés à Strasbourg sera exigé pour la plupart des grandes décisions qui organisent notre avenir. La seule question est de savoir si ces élus seront ceux que vous aurez choisis, portant vos attentes, vos questions, vos espoirs, ou s?ils seront désignés par d?autres. Si ce sont vos élus, les décisions de l?Europe ressembleront à ce que vous souhaitez. Sinon, elles iront dans un autre sens.

Le spectacle est souvent triste en France : des listes composées de parlementaires qui vont à Strasbourg comme en punition, ou qui représentent des régions dans lesquelles ils ne voulaient pas se présenter, ou qui annoncent à voix basse qu?en fait ils ambitionnent d?autres fonctions. L?Europe est maintenant affaire de citoyens. Pour les représenter, il faut choisir de vrais députés européens, engagés à 100%, heureux de leur future mission et déterminés à renforcer le poids des citoyens dans les grands choix qui vont engager leur avenir.

 

Il faut voter pour que l?Europe existe, qu?elle ait une volonté et qu?elle la défende. L?Europe doit être notre relais chaque fois que les problèmes sont planétaires. Relèvent de problèmes planétaires la crise économique, la guerre des monnaies, la défense d?un modèle de société juste et solidaire, la défense de notre patrimoine naturel et environnemental, la biodiversité, le développement de l?Afrique abandonnée, le commerce international, l?équilibre du monde. Si l?Europe a une volonté et qu?elle l?exprime, et qu?elle se bat, l?avenir changera. Sinon, les décisions seront prises sans nous, entre géants, la Chine et les Etats-Unis en premier, et elles n?iront pas dans le sens que nous souhaitons.

 

Il faut voter pour que l?Europe agisse vraiment. Jusqu?à maintenant, face à la crise, on a choisi le chacun pour soi. Et même, le chacun pour soi pour peu de chose. Seuls ou isolés, nos pays ne sont pas en capacité de faire face à la récession qui frappe durement le monde et le continent européen. Les destructions d?emploi se multiplient, les prévisions en Europe se chiffrent à plusieurs millions de chômeurs supplémentaires, et la pauvreté augmente. Plus que jamais nos concitoyens ont besoin de sentir que l?Europe est à leur côté, attentive, sécurisante et protectrice.

Voter, c?est l?occasion d?exiger que les moyens changent, par exemple avec un emprunt européen, et un plan d?action commun en direction des équipements publics, des PME, de la croissance qui respecte nos obligations environnementales, et de ceux qui sont le plus touchés par la crise. Des mesures simples, visibles, pour démontrer que lorsque l?Europe s?unit, elle peut changer le cours des choses.

 

Il faut voter pour défendre l?idée d?un modèle européen original. L?Europe a une responsabilité particulière : faire émerger un nouveau modèle fondé sur la lutte contre les inégalités, un niveau élevé de protection sociale pour tous, un maillage des services publics, une plus grande intégration économique et sociale de l?Union européenne, une régulation exemplaire, un commerce international plus équitable, et la recherche d?un monde plus équilibré. Un modèle durable à tous les sens du terme, privilégiant le long terme sur le court terme dans le champ économique et financier, et assurant la solidarité entre générations, en particulier pour la gestion des biens communs de la planète. Il ne peut y avoir de progrès économique sans progrès social, sans progrès durable. Définir et promouvoir ce nouveau modèle européen est vital.

 

Il faut voter pour réconcilier les Français avec l?idée européenne. Un certain nombre de bons apôtres prétendent qu?il faudrait séparer le vote européen et la politique française. Comme si l?Europe était une affaire de politique étrangère, une affaire de "Bruxelles", une affaire d?initiés et non pas une affaire de peuple. Or, c?est la même question, celle de notre avenir, celle de nos valeurs de société, qui est en jeu. Et les acteurs sont les mêmes puisque les gouvernants nationaux, les gouvernants français, sont en même temps des décideurs européens. La France, c?est en Europe. La France, c?est l?Europe. Nous sommes, en même temps, citoyens français et citoyens européens. Le destin de la France et de l?Europe sont les deux faces d?une même médaille. Il n?y a rien de plus urgent que de le comprendre et de le revendiquer.

 

Il faut voter pour le retour d?un certain idéalisme en politique. La politique européenne, et la politique française, sont constamment marquées de résignation et d?absence d?idéal. Or, l?Europe ne s?est faite que parce que des générations courageuses ont vaincu, au nom d?un idéal, des obstacles qui paraissaient infranchissables : les rancoeurs, la haine, la ruine au sein de notre continent. Personne n?y croyait : ils l?ont fait.

Pour imposer une paix durable entre les pays européens, ils ont formé entre les peuples un lien indéfectible, une communauté de destin, soudée, forte et solidaire. Ils l?ont fait au nom des valeurs morales et spirituelles qui sont le patrimoine commun des Européens, et autour d?une valeur fondamentale : la reconnaissance de la dignité humaine. Il est temps de reprendre cet élan, cette inspiration, cet idéal pour la France et pour l?Europe, en acceptant de vouloir grand, de rêver s?il le faut, de chercher non pas le médiocre, mais le meilleur, le plus digne, le plus haut.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
voter pour un député européen, c'est comme voter pour les presidentielles, ça vous promets, ça vous promets, et ça ne fait rien, et ça ne fait rien, ou alors des directives absurdes et contre productive. le jour ou il y'en aura un qui ne sera pas qu'un gratte papier, j'irai voter pour quelqu'un et pas contre quelqu'un. En attendant que cet heureux jour arrive, je vote vert, au moins, là, ils pensent à la planete et serait prêt à faire de grosse connerie economique qui au contraire d'aujourd'hui, aurait le mérite de conserver notre planète.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voter pour voter par obligation, pour des candidats nuls qui nous laissent aucun choix : LA EST LA RESIGNATION !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :