L'édito d'Erik Izraelewicz : un premier tour, un mauvais tour

 |   |  345  mots
(Crédits : Albert CAEN)
L'analyse du directeur des rédactions de La Tribune sur les résultats de ce premier tour des élections régionales.

Une abstention record (pour des régionales), un retour tonitruant du Front national. Tels étaient ce dimanche soir les deux faits les plus saillants de ce premier tour de scrutin de "mi-mandat". Il faudra certes attendre l'issue du second tour, dimanche prochain, pour en tirer toutes les conclusions politiques. La force avec laquelle ces deux faits se sont imposés autorise pourtant à parler, dès ce matin, d'un véritable vote sanction pour l'exécutif - pour le président de la république tout ?particulièrement.

La grande victoire de Nicolas Sarkozy, en 2007, et il n'avait pas manqué de le souligner, c'était d'avoir recréé un lien de confiance entre les Français et les politiques, d'avoir réussi aussi à affaiblir voire à faire disparaître les extrêmes. Signe de cet intérêt retrouvé à la politique, les Français s'étaient à l'époque massivement mobilisés : le taux de participation devait atteindre des niveaux record, le Front national avait été marginalisé. Nicolas Sarkozy devait réhabiliter la parole des politiques. Il allait démontrer pour cela qu'ils sont capables de tenir leurs promesses, d'obtenir des résultats, bref, de peser sur le cours des choses.

Ces régionales n'étaient certes pas faciles pour le gouvernement - des élections de mi-mandat ne le sont jamais. Les élections locales sont toujours une occasion, pour l'opinion, d'exprimer sans frais son mécontentement. Au-delà, la crise n'est pas finie. L'inquiétude persiste dans le pays. Les résultats d'hier montrent qu'entre les Français et leurs dirigeants, c'est à nouveau le divorce. Le PS se réjouit peut-être d'être passé, au niveau national, devant l'UMP. L'abstention élevée et la force des alternatives à gauche est pourtant aussi un désaveu à son égard - il représentait "le gouvernement sortant" dans vingt des vingt-deux régions du pays. N'ayant plus confiance dans leurs partis de gouvernement, les Français se tournent vers l'abstention ou les extrêmes. Retour à l'avant 2007 ! Si le second tour devait confirmer le premier, ce serait un mauvais tour pour notre démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2010 à 22:03 :
Je complète mon topo de ce matin -aux présidentielles, Sarkosy a été élu en promettant tout, en faisant de la surenchère tous azimuts, il a même leurré une partie du FN.qui, maintenant crée la surprise. Aux Européennes, l'abstention élevée n'a pas posé de questions alors ? Où avez-vous vu ou entendu qu'il y a eu une campagne pour ces régionales ? Sarkosy et sa cour appréhendaient justement que l'on parle de sa politique désastreuse, tout est dans le mensonge ! un jour ou l'autre la vérité éclate ... Ce que je trouve aussi de déplaisant c'est de dire qu' il y a la crise et qu'il ne peut pas agir ? il a tous pouvoirs pour donner du travail aux chômeurs -ne pas délocaliser- tous pouvoirs contre les fermetures d'entreprises des PME -il promet, fait des discours et les banquiers spéculent toujours. La Tribune, pensez-vous faire un sondage (non par la SOFRES ) justement auprès des abstentionnistes qui sont-ils ?
a écrit le 15/03/2010 à 19:18 :
Il n?y a plus de confiance dans un ensemble politique qui ne défend pas des valeurs, mais suit les humeurs des sondages et de la mode du jour. La peur de mener au bout des changements qui défendent des principes saints, comme la valeur du travail et de l?effort ainsi que de l?honnêteté, ne peut pas satisfaire la majorité du peuple de France. Nous ne pouvons plus croire aux rêves d?une société qui ne reconnaît plus la responsabilité de l?individu pour la remplacer par la prise en charge collective. Plus de courage Messieurs les politiques et arrêtez vous d?être menés par une poignée qui prennent en otage la population pour défendre des intérêts partisans.
a écrit le 15/03/2010 à 19:18 :
Je pense que l'analyse du Directeur des rédactions n'est pas aussi véridique qu'il le croit. Il ne s'agit pas d'un vote sanction contre Nicolas Sarkozy. le Président a tenu ses promesses en réalisant de nombreuse réformes. La crise est arrivée et Nicolas Sarkozy l'a bien gérée! ?C'est donc un résultat significatif, mais les Français sont ingrats par nature.Il s'agit avec l'abstention massive de la conjonction entre une élection d'un Conseil Régional méconnu, et d'une certaine morosité des Français. L'erreur des politiques de gauche comme de droite est de ne pas avoir fait campagne sur des thèmes concrets ( transports, routes, établissements scolaires, emplois etc. la plus grosse erreur de l'UMP a été de ne ps faire campagne sur la réforme territioriale et la fusion envisagée par Nicolas sarkozy entre le Conseil Général et le Conseil régional, thème concret générateur d'économies et d'efficacité pour l'Etat. Un sursaut des électeurs de droite aus econd tour serait bienvenu.
a écrit le 15/03/2010 à 14:32 :
Aucun mouvement politique, notamment le PS et l'UMP ont préparé de longuedâte ces régionales. Contrairement aux élections régionales qui ont précédé, des confrontations de programmes dans l'année qui précède les élections n'ont pas été organisé; En clair, des débats sur les programmes d'appui à l'économie, la compétence majeure des régions, n'ont pas eu lieu.
Celà explique en partie l'abstention de l'électorat modéré, non << encarté>> dans les mouvements de gauche, ou écologique. L'UMP a été nulle en régions.
a écrit le 15/03/2010 à 13:53 :
Ce n'est que le premier tour.Je suis un modeste électeur;Mais je constate que
globalement,lePS+ECOpavoisent dans tout le pays.Pour moi un simple petit calcul,
donne le résultat suivant:Total des inscrits en France,environ 44 millions;
votants environ 21 millions;le Ps pavoise avec29% ce qui représente environ 06 millions sur 44 millions d'inscrits.Mème enajoutant les 13% d'eco- Cette représentation dans le pays n'est pas légitime.Avec53%d'abstentions,ce vote devrait etre annulé.A mon point de vue les élus ne represntent que moins d' un tiers des inscrits ,ce n'est pas légitime.Nous verrons bien après le 2eme tour?
a écrit le 15/03/2010 à 12:43 :
3 pt 'its tours et puis s' en vont . Salut Blingbling , adieu le Fouquet ... Dimanche prochain t'es bon pour la direction du MODEM !
a écrit le 15/03/2010 à 10:13 :
Si GOLLOUCH était candidat, la situation peut être différente. Le taux de la participation pourrait battre le record. C'est aux partis politiques qui proposent une vraie solution et une bonne gouvernance.
a écrit le 15/03/2010 à 9:18 :
bonjour,
peut-être faudrait-il penser à revoir le système démocratique actuel, la représentation exclusivement partisane de la vie politique, le non respect systématique des engagements pris par les politiques, le cumul des mandats excessif et outrancier, le détachement total entre les politiques et la réalité de la vie des français ...
amicalement
a écrit le 15/03/2010 à 9:17 :
pas etonne du tout en 2007 sarko avait pompe les 10 ou 12 % habituel du fn ce qui lui a permi de passer si non il allait se rhabiller,cette fois le fn a recupere ses electeurs habituels le retour d'elastique est cinglant!!!!ce vote est un galop d'essaie pour les socialistes en vue de 2012 mieux qu'un sondge,maintenant sarko tu peux preparer les valises et encore plus si DSK se pointe a l'horizon 2012 ,il peut toujours tenter de s'embaucher a AIR FRANCE il adore l'avion merci pour la facture actuelle!!!!
a écrit le 15/03/2010 à 9:12 :
vous avez bien raison, c'est triste pour la démocratie et c'est triste pour notre pays et notre avenir!
suite aux résultats, j'avais l'impression que pour ETRE ELU, le politique devrait être une CIGALE plutôt qu'une fourmi
a écrit le 15/03/2010 à 9:01 :
Les élections régionales ne sont pas autour de moi (français moyen ?) des élections politiques. Ce sont des élections de proximité...et la région ne mobilise pas beaucoup car on connait peu nos presidents de région et leurs différences des projets entre eux.
a écrit le 15/03/2010 à 8:57 :
Souvenez vous d'une recente analyse politique qui voulait nous faire entendre que le FN rassemblait les electeurs decus de la gauche... Eh bien aujourd'hui c'est l'inverse! Doit-on comprendre qu'il n'y a ni gauche ni droite ou que cela se joue ailleurs?
a écrit le 15/03/2010 à 8:40 :
On peut dire que les Français ont tranché dans le vif, malgré les 52% d'abstentions qui peut-être bien aux vues des résultats de leurs sensibilités seront revigorés. Je ne pleure pas sur Sarkosy sont mépris en général des Français et même ses " manifestations déplacées " à l'égard de Mme. Merkel A., nous gênent. Le" pauv'con " et les " crocs de boucher " donnent la mesure de son incapacité moral à gérer, ce n'est pas un chef d'Etat.
a écrit le 15/03/2010 à 7:22 :
Avec une abstention pareille plus les nuls les blancs et les non-inscrits,on peut
se poser des questions sur la légitimité des élus.
a écrit le 15/03/2010 à 7:08 :
le responsable de l'abstention c'est sarkozy qui avant les elections disait qu'il ne tiendrait pas compte du resultat, des lors beucoup d'electeurs se sont dit qu'il etait inutile d'aller voter puisque de toute façon ca ne changerait rien; dans ces conditions autant profiter du soleil pour aller se promener.
a écrit le 14/03/2010 à 21:49 :
Les électeurs sont las d'être pris pour des imbéciles. Ils votent à droite et le gourvernement fait une politique et une démagogie de gauche. Nos gouvernants sont sans courage et sans morale
a écrit le 14/03/2010 à 19:25 :
Tres interessant edito mais aucune analyse.
Si les classes populaires se sont retournées vers le FN c'est aussi peut-etre un peu a cause de la politique du gouvernement? La responsabilité du débat sur l'identité nationale de Mr Besson n'est ici pas évoqué.
Pourrait-on poser la question sur la crédibilité de N Sarkozy?
Bref, c'est la faute a personne?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :