Etats-Unis : "Les républicains ont tout à perdre avec le shutdown"

 |   |  442  mots
Selon Georges Ugeux, PDG de Galileo Global Advisors et ancien vice-président exécutif international du New York Stock Exchange, les républicains ont tout à perdre à maintenir la situation de blocage sur le relèvement du plafond de l'emprunt. Selon lui, si l'État se retrouve à cours de liquidités pendant une courte période, l'impact sur l'économie sera faible. Mais cela pourrait coûter les élections à la droite américaine.
Selon Georges Ugeux, PDG de Galileo Global Advisors et ancien vice-président exécutif international du New York Stock Exchange, les républicains ont tout à perdre à maintenir la situation de blocage sur le relèvement du plafond de l'emprunt. Selon lui, si l'État se retrouve à cours de liquidités pendant une courte période, l'impact sur l'économie sera faible. Mais cela pourrait coûter les élections à la droite américaine. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les États-Unis sont à nouveau dans l'impasse politique face à la nécessité de relever le plafond de la dette. Mais, selon Georges Ugeux, PDG de Galileo Global Advisors et ancien vice-président exécutif international du New York Stock Exchange, les républicains ont tout à perdre avec l'application du "shutdown".

Pourquoi la situation reste bloquée au Sénat ?

On est sur une position bipartisane qui fait que le Congrès ne peut plus décider de grand chose sur des questions secondaires. Barack Obama est apparu excédé et ne cèdera pas sur la volonté des républicains de bloquer l'Obamacare. Les républicains ont cru qu'ils pourraient obtenir des avantages en refusant de relever le plafond d'emprunt. .

Y a-t-il une chance pour qu'une solution soit trouvée?

Nous sommes à quelques mois des mid-terms (élections de mi-mandat). On entre dans une période électorale. Il existe des divisions dans le camp des républicains. Les extrémistes budgétaires du Tea Party ne plient pas. La dernière fois que les républicains ont bloqué ainsi la situation, cela leur a coûté les élections.

Lors du dernier séquestre en 2011, ils s'étaient déjà faits avoir à leur propre jeu. L'accord passé prévoyait en effet une série de mesures de réduction budgétaire dont une baisse des dépenses militaires qui sont normalement sacrées pour eux. Ils ont le plus à perdre avec le "shutdown".

De plus, l'affaiblissement de l'État américain commence à poser des problèmes aux entreprises et aux ménages, et des lobbies font pression sur certains élus républicains pour qu'ils votent avec les démocrates.

Quel va être l'impact sur l'économie américaine ?

En cas de "shutdown" de courte durée l'impact sera relativement faible. Notamment parce que les fonctionnaires sont payés à la fin du mois.  En revanche, si la situation durait plus d'un mois, cela serait bien plus grave. Mais du point de vue américain, il serait spectaculaire. Imaginez une ville comme Washingtion, siège de l'administration fédérale complètement fantôme, avec plus personne qui ne travaille. Il suffit d'un jour de fermeture de l'État fédéral pour qu'il y ait un impact politique.

Existe-t-il un débat aux États-Unis pour supprimer cette mesure de limitation de l'emprunt par l'État fédéral par le Congrès?

Oui. Le débat porte sur deux absurdités. D'une part, celle qui veut qu'il faille 60% des voix exprimées au Sénat pour adopter certaines mesures, et d'autre part, cette idée selon laquelle le Congrés donne son avis sur l'emprunt. On vote un budget ou on le vote pas, mais le Congrès n'a pas à s'exprimer sur les emprunts qui vont avec.

Lire aussi : États-Unis : les conséquences conrètes d'un "shutdown" pour l'État fédéral

Lire aussi : Etats-Unis : les républicains vont-ils paralyser l'Etat fédéral ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2013 à 9:44 :
Les partis extrêmes sont vraiment la plaie dans ce monde, en Grèce, France avec le FN, Ligue du Nord et Berlusconi, Tea Party et républicains extrêmes, colons israéliens etc Chaque fois on en subit les conséquences.
Réponse de le 01/10/2013 à 11:20 :
S'il y a des parties extrêmes c'est à cause de quoi à votre avis ? Vous parlez de démocratie avec l'avis du peuple = sur le mariage pour tous, les armes, la guerre en Irak, la dette abyssal des US et toutes la cliques pour qu'on reste à rien foutre devant la télé, de l'esclavage pour faire vos tee shirt, de l'éducation de + en + nulle, de 7 couple sur 10 qui ne tient pas mais bon les enfants on s'en tapent, des pesticides, la non intégration, le réchauffement climatique ... Vous voulez toute la liste des raisons sur les extrêmes ! Evidemment que le + donne le - que le chaud donne le froid !!! Votre commentaire veut surtout dire, ne changeons rien tout est ok et la crise mondiale c'est à cause du FN ??!!!, c'st bien ça ? Un peu de bon sens.
Réponse de le 01/10/2013 à 14:57 :
@oldman : S'il y a des partis extrêmes, c'est à cause de la bêtise humaine. Une partie des êtres humains sont vils, lâches et bêtes, et ont eux aussi besoin d'un parti politique pour les représenter. C'est aussi cela la démocratie...
a écrit le 01/10/2013 à 9:19 :
Maintenant que le úpremier pas est fait, il ne faudrait pas que les republicains mollissent. Au bout d´une semaine Obama devra accepter cette evidence, vraie dans des Etats democratiques (pas dorcement democrates US) que le legislatif (le Congres) prime sur l´executif (l´Administration Obama). Les represxentants au Congres ont ete elus par le peuple pour legiferer et le budget est la principale loi. Je suis sur qu´avec quelques jours de reistance, meme les medias subsidies, tout acquis a la cause d´Obama, devront expliquer cette predominence du legislatif sur l´executif dans l´elaboration des lois.
Réponse de le 01/10/2013 à 15:10 :
Puisque les républicains ont dépassé les bornes, et que les américains savent maintenant que ce sont des irresponsables, le président Barrack Obama a désormais les coudées franches. Fini les compromis, les discussions et les concessions. Il va pouvoir attaquer violemment et mettre au pas les républicains. Car lui aussi dispose d'armés qu'il a eu le bon sens et la retenu de ne pas utiliser. En tirant les premiers, les républicains viennent de se suicider...
a écrit le 01/10/2013 à 8:01 :
Bon première étape réussit, ça va liquider un peu de monde stopper quelques trucs, faire peur "houlala je tremble" ... Voila qui va permettre d'ajuster le futur projet d'accord transtlantic US/EU" notre seul survit, il y a des débiles pour le croire (l'Euro protège vous vous rappelez). Il ne faudrait quand même pas qu'il y ai les mêmes fonctionnaires, structures ... partout, autant anticiper avec cette crise programmée.
a écrit le 01/10/2013 à 7:24 :
et bien c"est fait ,chez nous les ponctionnaires se doivent de TREMBLER rentrer chez vous il n'y a rien a voir surtout il n'y a plus du tout D'ARGENT
a écrit le 01/10/2013 à 6:06 :
J'adore ce niveau zéro de la propagande du Camp du Bien. Un type vous arrête dans la rue avec un révolver: "la bourse ou la vie". Vous refusez. Les médias concluent: "ce sale bonhomme (vous) essaye de faire prendre perpette à un pauvre type qui ne demandait qu'un peu d'argent"...
Réponse de le 01/10/2013 à 15:06 :
Je ne comprend pas votre parallèle. Dans votre histoire, il y a un gars armé, malhonnête et qui menace. Cela correspond donc aux républicains. En effet, ils sont pour la prolifération des armes, ils pillent le peuple américain (http://youtu.be/QPKKQnijnsM) et ils menacent les États Unis. Le camp du bien (Obama) refuse de céder aux extrémistes. Jusque là, j'ai compris. C'est la suite qui m'échappe ...
Réponse de le 01/10/2013 à 15:24 :
votre comparaison , je l'adore.
a écrit le 30/09/2013 à 23:37 :
Ils adorent jouer à se faire peur. A la dernière seconde tout sera réglé. Jusqu'à la prochaine.
Réponse de le 01/10/2013 à 14:59 :
Oui, voilà... Irresponsable !
a écrit le 30/09/2013 à 22:01 :
c est un petit frisson avant le GAMEOVER qui arrivera tôt ou tard . les dettes de USA ne seront jamais remboursées ; ils restent a savoir la façon et quand le navire va sombrer
a écrit le 30/09/2013 à 21:23 :
Georges Ugeux est un petit opportuniste qui n´a pas reussi a se faire elire comme PDG de Fortis. Pourtant, il etait pret a faire toutes les compromissions possibles ppour le devenir, y compris prendre position contre le courant d´ actionnaires qui l´ont propose au poste d´administrateur. Son bla, bla ici est repris par la Tribune uniquement parce celle-ci soutient Obama a fond la caisse. Or les USA ont besoin juste d un contre-Obama et j´espere que les republicain tiendront bon et obligeront Obama a faire des compromis. Ce type est devenu dictatorial a la maniere de Hollande.
Réponse de le 01/10/2013 à 5:23 :
La cupidité nuit gravement au néo cortex du petit rentier franchouillard...
Réponse de le 01/10/2013 à 7:56 :
Retourne te coucher flanby.
a écrit le 30/09/2013 à 20:54 :
imagine ,tu renvoi 2.5 millions de fonctionnaires ,salaires suspendus , L'ECONOMIE COMMENCE, les frais généraux chutent,le report a nouveau monte positif ben mon chéri ça c'est une NOUVELLE a L'ENA ON NE NOUS APPRENDS PAS CELA
Réponse de le 01/10/2013 à 7:19 :
Expliquez nous comment l'économie reprend avec 2.5 millions de personnes supplémentaires au chômage et donc au rsa?

Tout ça parce-que votre femme a enfin connu le plaisir avec un (voire plusieurs) fonctionnaires...
Réponse de le 01/10/2013 à 10:15 :
Déjà, les fonctionnaires ne cotisent pas pour l'assurance chômage, donc pas de chômage. Je rappelle pour les incultes qu'une grande partie de la population active n'y a pas droit: profession libéral, artisan, commerçant, indépendant, chef d'entreprise (non salarié),... Ensuite le RSA, c'est toujours une économie énorme sur un salaire de fonctionnaire moyen (en plus d'être très faible, il n'y a pas de cotisation social sur un RSA), au moins 80%.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :