Israël-Palestine : l'Europe peut-elle remplacer l'Amérique comme médiatrice ?

Par 28 minutes / Arte  |   |  205  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l'Europe peut-elle remplacer l'Amérique comme médiatrice entre Israël et la Palestine ?

Lundi 22 janvier, le président de l'Autorité palestinienne a lancé un appel aux vingt-huit États membres de l'Union européenne : « nous considérons vraiment l'Union européenne comme une véritable partenaire et amie et pour cette raison, nous appelons ses États membres à reconnaître rapidement l'État de Palestine », a déclaré Mahmoud Abbas. Après la reconnaissance au mois de décembre par le président des États-Unis Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d'Israël, la Palestine s'est tournée vers l'Europe pour obtenir du soutien. Après la Suède, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre, la Slovénie reconnaîtra l'État palestinien le mois prochain. Le Luxembourg, l'Irlande et la Belgique devraient suivre la mouvance tandis que la France travaillerait en faveur d'un accord de libre-échange entre l'Union européenne et l'Autorité palestinienne.

Quel rôle peut jouer l'Europe dans la relation Palestine-États-Unis ?

Monique Cerisier-ben Guiga, sénatrice honoraire et vice-présidente de l'iReMMo, Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la Recherche Stratégique, et Alexis Poulin, journaliste et spécialiste des questions européennes sont nos invités.