Le nouveau Nouveau Monde

Par Philippe Cahen  |   |  434  mots
(Crédits : DR)
En 1492, Christophe Colomb a découvert le Nouveau Monde. L'Amérique. Cette découverte s'est faite à contre-courant des puissances mondiales du moment.

La Chine, l'Inde, le monde arabo-musulman (et les mondes perse et ottoman), étaient bien plus puissants que l'Europe avec des connaissances au moins aussi vastes. Cette époque correspond peu ou prou à un temps de fermeture de ces trois mondes, sauf quelques escapades strictement militaires. L'Europe quant à elle se montre curieuse de comprendre le monde. Ainsi, en 1798, Bonaparte emmène 167 savants à la conquête de l'Égypte. L'Europe crée et développe la machine à vapeur, le moteur à explosion, l'informatique. L'Europe, la culture occidentale, domine le développement mondial par sa curiosité, son intuition et son audace. Bref : par son ouverture. Les autres mondes ne suivent pas, tout en pouvant adopter les nouvelles technologies.

Symboliquement, les autres mondes se sont ouverts en 1992. En Chine, Deng Xiaoping confirme « un système économique social de marché ». L'ASEAN (les pays entre Chine et Inde) et l'APEC (les pays du Pacifique devenus le centre du commerce mondial) se créent en affichant d'autres pays que ceux bordant l'Atlantique Nord. Quant au monde arabo-musulman, les grandes découvertes de pétrole datent des années 60 avec l'Irak. Depuis 1992, les découvertes de pétrole sont rares (Kazakhstan). Le train, l'avion, l'informatique envahissent le monde. Même le Japon ne s'est ouvert que récemment. Le monde occidental est rattrapé grâce aux échanges scientifiques et culturels mondiaux.

Place à la nouvelle entreprise

Évidemment, ce résumé est brutal et incomplet. Mais le fait est globalement là. La curiosité, l'intuition et l'audace ont conduit les Européens à dépasser les autres mondes. Ce qui est valable pour des cultures l'est tout autant pour des entreprises. Les entreprises, les marchés, les produits, les connaissances sont bien plus imbriqués aujourd'hui qu'hier et le seront encore bien plus demain. Les mondes sont à peu près tous au même niveau ou le seront dans quelques années. Il en est de même pour les entreprises. Les savants que Bonaparte a emmenés en Égypte sont les échanges pluridisciplinaires qu'ont les entreprises soit directement, soit par des laboratoires ou clubs communs, les universités. L'entreprise d'aujourd'hui doit être curieuse, intuitive et audacieuse. Ouverte. Tant dans son fonctionnement que dans ses effectifs. L'agilité n'est pas qu'un mot, c'est un comportement quotidien. Une nouvelle nouvelle entreprise ?

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

À découvrir aussi sa contribution à l'ouvrage collectif Rupture, vous avez dit disrupture ? Le futur est déjà derrière nous, Éditions Kawa, 2015 ; et le nouvel ouvrage, Notre futur anticipé pas les signaux faibles, Éditions Kawa, 2016.