Les progrès technique, humain, sociétal

Par Philippe Cahen  |   |  463  mots
(Crédits : DR)
Les élections américaines et les primaires de la droite et du centre en France ont démontré une chose : le progrès technologique n'intéresse personne. Ou si peu.La Silicon Valley n'a pas emmené beaucoup d'électeurs, et, en France, NKM, qui pouvait s'identifier aux startups, n'a obtenu que 2,6 %.

Les diverses élections de nombreux pays vont à l'encontre du progrès. Pourtant, dans ces colonnes chaque semaine, un inventaire partiel nous fait rêver. Et encore, s'intéresse-t-on d'abord ici aux innovations mises en oeuvre. La recherche fondamentale et la recherche opérationnelle créent des espoirs extraordinaires de nouvelles techniques pour améliorer la vie des hommes. Il y a donc un écart très grand entre ce que les chercheurs imaginent, ce que les ingénieurs mettent au point, et les produits et services mis sur le marché. On estime que seul un produit sur dix vivra. Imaginons les déceptions des créateurs. Imaginons l'ingratitude des acheteurs. Entre le progrès technologique et le progrès accepté par l'homme, il y a un monde. Individuellement franchissable.

Plus difficile est le progrès social, accepté par le corps social

Le conservatisme du corps social est le plus lourd, le plus lent. Un corps vivant à mutation lente. À chaque époque, les progrès, les innovations, ont été freinés, sinon combattus. Que ce soit les métiers à tisser, les chemins de fer, les voitures, les robots des années 1970 et ceux d'aujourd'hui, l'ordinateur personnel. Pourtant, in fine, le corps social ne retournerait pas en arrière. Le smartphone et la tablette sont une exception. Encore que les entreprises ont tenté dans un premier temps d'imposer leurs modèles.

Or, le progrès du xxie siècle bénéficie d'une accélération jamais atteinte. Cette accélération effraie. Ainsi, qu'en sera-t-il de la 5G ? Entre le progrès technologique, le progrès humain et enfin le progrès social, il y a une rupture profonde. Voire un rejet. C'est la remise en cause de sa propre existence, celle de son corps social de référence - la famille et les amis, le travail. Les élections actuelles sont des baromètres du rejet du progrès.

C'est donc une nouvelle forme d'attention qu'il faut porter au progrès : le voir le plus rapidement possible selon sa potentielle acceptation, et son bénéfice humain et social. Le luddisme, ce mouvement du début du xixe siècle qui détruisit certaines des premières machines à vapeur en Angleterre, est latent aujourd'hui avec des modes d'expression nouveaux et violents. Le progrès est un combat de tous les jours tant il remet en cause des certitudes. Et pourtant, il reste inhérent à l'homme.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

À découvrir aussi sa contribution à l'ouvrage collectif Rupture, vous avez dit disrupture ? Le futur est déjà derrière nous, Éditions Kawa, 2015 ; et le nouvel ouvrage, Notre futur anticipé pas les signaux faibles, Éditions Kawa, 2016.