Suicide politique au siège de la Commission européenne...

 |   |  708  mots
(Crédits : © Yves Herman / Reuters)
Le président de la Commission européenne, donné démissionnaire depuis des semaines, apparaît de plus en plus abattu et amer. Avec lui, c’est l’institution qu’il dirige qui est menacée de naufrage.

« Mon impression est que, si pendant des décennies, vous dites à votre opinion qu'il y a quelque chose qui ne marche pas avec l'Union européenne, vous ne devez pas être surpris que les gens (finalement) vous croient ».

Il est à peine minuit le 28 juin, jour du premier sommet « post-Brexit ». Le président de la Commission européenne a les traits tirés qu'on lui connaît depuis quelques mois. Il doit à la fois répondre des rumeurs persistantes sur sa démission, tantôt pour état de santé, tantôt pour cause de perte de confiance de Berlin, et des suites du vote sans appel des Britanniques. Il livre le même message que le matin même au Parlement où il est allé chercher un peu de soutien : la détestation de Bruxelles est la faute des gouvernements nationaux, de leur hypocrisie, de leur art du « Brussels bashing ». Des gouvernements, de la presse et des partis, explique quelques jours plus tard le commissaire Pierre Moscovici. Et de reconnaître au passage que le sien n'est pas exemplaire.

Amertume et aveu d'impuissance

On en est là. La lente marginalisation de la Commission européenne, commencée avec la crise grecque à laquelle il a été répondu par la création d'un fonds de 550 milliards d'euros sous le strict contrôle des gouvernements de la zone euro se poursuit. Le référendum britannique est une nouvelle épreuve à laquelle le « Berlaymont », siège de l'institution, répond par un mélange de déni et de mauvaise humeur qui laisse sans voix. Aussi bien la négociation avec le Royaume-Uni que la discussion sur l' « avenir de l'Europe », jugée plus urgente que jamais après ce vote sans appel, lui échappent.

Les négociations, tout d'abord. Il n'a pas fallu plus d'une semaine aux dirigeants nationaux pour déposséder Martin Selmayr, le tout puissant chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, de leur pilotage. La « task force Brexit » a été confiée à Didier Seeuws, un diplomate belge, ancien chef de cabinet du premier président du Conseil européen Herman van Rompuy, actuellement directeur au secrétariat général du Conseil. La Commission avait réussi à s'imposer comme le « go between » entre le Continent et Londres pendant l'avant-référendum. C'est un de ses hommes, le Britannique Jonathan Faull qui avait préparé le fameux « accord » de février pour un statut spécial du Royaume-Uni dans l'Union. C'était avant le 23 juin. À présent, le pouvoir va rester de l'autre côté de la rue de la loi, au Juste Lipse, la « maison » des ministres et des chefs d'État nationaux.

« Le référendum britannique n'est pas le moment de tout changer »

Quant à l' « avenir de l'Europe », on commencera à en parler le 15 septembre à ... Bratislava, lors d'un sommet extraordinaire des chefs d'État sous présidence slovaque. Quelle sera la voix de la Commission ? Quel sera son message ?

« Le référendum britannique n'est pas le moment de tout changer. On garde le même agenda. Ce sur quoi l'on doit avancer, c'est fournir des résultats » sur l'agenda numérique, l'union des marchés de capitaux, etc., explique une source haut placée à la Commission. Pas de quoi redorer le blason de Bruxelles, hélas.

« La Commission européenne est prise entre deux logiques : celle d'un gouvernement européen en devenir et celle d'un organe technique, antichambre de la Cour de justice. Cette tension a longtemps été fructueuse, pour elle et pour l'Union européenne, mais avec ce qui se passe, elle devient ingérable », explique Luuk van Middelaar, philosophe politique et ancien conseiller d'Herman van Rompuy au Conseil.

Jean-Claude Juncker, le "Spitzenkandidat" de la droite aux élections européennes, avait fait le pari de la politisation en calquant sa « grande coalition », appuyée par le Parlement, sur celle de la chancelière allemande. Il est en train de le perdre. Quant à l'autorité technique de son institution, elle est plus attaquée que jamais, par exemple sur l'application des règles du Pacte de stabilité, jugée trop « flexible » par certains. Le Luxembourgeois a raison : il est en partie victime du double jeu des États membres. Mais se contenter du constat est un peu court.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2016 à 14:24 :
Tout ça parce qu'on oublie le role de l'énergie dans le développement de l'économie. On n'a pas évolué depuis Marx.
a écrit le 07/07/2016 à 18:03 :
La Commission de Bruxelles a pouvoir législatif et exécutif.
Ce qui en fait une structure régressive au regard de la séparation des pouvoirs.
Cela fait 2 siècles et demi de retard par rapport aux travaux de Montesquieu!
Un autre vice concerne l' orientation politique : l 'Union Européenne n'est qu'une fraction de l'Europe, orientée de manière antagoniste à l'Europe orientale dont le principal pays est la Russie.La Russie est géographiquement et démographiquement le premier pays d'Europe.Si le pays de l'U-E le plus grand est le Danemark avec 2.200 000km2(Groenland inclus comme il se doit), la Russie européenne fait près de 4 000 000 de km2.
On ne fait pas une Europe telle qu'elle a été prophétisée par Victor Hugo dans son discours de 1849, comme un avorton, dont les dirigeants grenouillent en coulisse pour faire adopter des potions amères à la population!.
Voici un troisième vice(il y en a tellement, dont les plus scabreux relèvent de l'héritage du 3 eme Reich!, ils seraient censurés s'ils étaient développés ici et pourtant c'est ainsi!):le 3eme vice étant l'idéologie ultra-libérale monétariste.Continuez à jouer sur les marchés avant le grand effondrement!!!
Il faudrait être atteint d'amnésie sur l'histoire de l'Europe pour imaginer un seul instant la réussite de cette utopie.Ne me classer pas chez les nationalistes qui risquent d'amener le chaos étant donné l'incurie de moult dirigeant européen, je suis un Européen convaincu, mais pas un vassal d'outre atlantique comme le furent Jean Monnet et Robert Schuman...
a écrit le 07/07/2016 à 15:49 :
La commission ,plus personne n en veut ,même des européens convaincus comme moi n' en veulent plus ,cette Europe est anti-démocratique car les commissaires ne sont pas élus ,et les députés ne sont là que pour encaisser des sommes énormes sans rien faire ,l Europe de Bruxelles ,c est fini ,repartons sur une zone euro forte avec des convergences fiscales et sociales basée à Strasbourg ,un deuxième cercle qui est une Europe simplifiée avec siège à Bruxelles et un troisième cercle qui ne sera plus qu une zone de libre échange .
a écrit le 07/07/2016 à 15:19 :
Chacun lance a la figure de l'autre le fait de ne pas être responsable de la situation! Se sentent ils au moins responsable de quelque chose?
a écrit le 07/07/2016 à 15:12 :
les problèmes remontent à plusieurs décennies , les commissions successives ont joué la facilité sans rien remettre en question, alors il ne faut pas s'étonner du désamour de beaucoup . facile de critiquer les gouvernements nationaux
a écrit le 07/07/2016 à 15:11 :
Alors, Monsieur Le président de la Commission européenne, quand prenez-vous vos responsabilités ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :