Les marchés dansent autour du volcan grec

 |  | 570 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : A.Caen)

Le trop long épisode de la crise grecque est-il proche de l?épilogue ? Voté avec une courte majorité, dans un climat de crise politique et sociale sans précédent en temps de paix, le programme d?austérité adopté dimanche à Athènes va permettre, enfin, le déblocage du plan de sauvetage de la Grèce. Le gouvernement Papademos doit encore donner quelques gages de sa volonté de réformer vraiment le pays d?ici à la réunion de l?Eurogroupe, mercredi. Mais on peut espérer que la punition infligée aux Grecs touche à son terme, au moins pour cette fois. Ne serait-ce que parce que le pays, au bord de la révolte, ne supporterait plus d?autres exigences.

Pas d'alternative

Malgré la brutalité des mesures de rigueur et la violence de la réaction de la rue à Athènes, ce plan de la dernière chance est une bonne nouvelle, saluée, avec prudence encore, par les marchés. Il n?y avait guère d?autre alternative. La patience des Européens et des créanciers privés à l?égard du gouvernement grec était proche de la rupture et le risque d?un défaut non ordonné du pays avant la fin mars, réel. Si cela avait été le cas, cela aurait été une catastrophe, pire encore que la cure d?austérité actuelle, pour les Grecs. Mais aussi pour l?ensemble de la zone euro, parce que la crise se serait de nouveau étendue par contagion aux autres pays fragiles, comme le Portugal, l?Espagne et l?Italie, et aurait au final coûté encore plus cher à la France, l?Allemagne et aux autres pays créanciers.

Les marchés d'actions rétablis

Or, plusieurs signaux positifs montrent que la confiance revient peu à peu : en dehors de la Grèce, tous les Etats de la zone euro parviennent à se refinancer sur les marchés à des conditions de taux beaucoup moins tendues qu?en fin d?année dernière. Les banques, grâce à l?action décisive de la BCE fin 2011, n?ont plus de problèmes immédiats de liquidité, au moins pour un certain temps. Les marchés d?actions se sont rétablis, soutenus par la bonne santé de la bourse américaine. Dernier indice d?une sortie de crise, en France, l?AMF vient de lever l?interdiction de vendre à découvert les titres bancaires : même si celle-ci n?a pas servi à grand-chose pour empêcher la spéculation, le seul fait d?y mettre fin laisse entendre que les autorités financières sont suffisamment sereines pour adresser ce message avant tout politique.

Une pause dans la crise?

Bien sûr, ce n?est certainement pas la fin de l?histoire. En sauvant la Grèce, une fois de plus, l?Europe achète du temps et va devoir désormais engager une deuxième bataille, celle de la croissance. Si la perspective d?un défaut souverain au sein de l?Europe s?éloigne. C?est que, sous le volcan grec, les germes d?un rebond de l?activité commencent à se faire sentir. Aux Etats-Unis, au Japon, l?économie va mieux. En Allemagne, elle ne va pas mal. Une pause, même temporaire, dans la crise européenne, ne peut que redonner de la visibilité aux investisseurs et de l?espoir aux consommateurs.
pmabille@latribune.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2012 à 8:27 :
Oui, cet article de Mabille passe à côté des possibilités de ce pays à se sortir de cette gangrène, ce pourrissement par le sortie de l'euro ! nous serons dans cette situation si les deux numéros qu'on nous impose quotidiennement si l'un ou l'autre est élu
a écrit le 14/02/2012 à 8:20 :
"Si cela avait été le cas, cela aurait été une catastrophe, pire encore que la cure d?austérité actuelle, pour les Grecs."

hypothese indigne d un journaliste ( ie ayant fait des etudes superieures).

- personne a l heure actuelle n est capable de prédire le future.
- les avis parmis des economistes averes divergent tellement quant aux consequences de telle ou telle option (default desordonne, ordonne, cure...)

Chez compatriote, votre article est lamentable de médiocrité et n avez absolument pas votre place ici. J espere que vos hierarchies seront prendre les mesures necessaires, consequences de la qualite de votre travail.

bien a vous.

Réponse de le 14/02/2012 à 10:21 :
personne n est capable de predire le futur mais il est absolument certain qu un defaut grec aurait été catastrophique pour eux et nous aussi dans une autre mesure .Defaut ca veut dire que la dette n est plus payé si elle n est plus payé il ne se trouvera pas un investisseur pour preter un kopec à la Grece sauf quelques capitaux riskers plus ou moins clean ce qui veut dire que les fonctionnaires ne sont plus payé que les pensions ne sont plus payées Pas besoin d etre mme Soleil pour comprendre dans quel chaos serait plongé la Grece avec une tres forte probabilité de guerre civile Je ne suis pas toujours d accord avec M Mabille mais il fait son boulot de journaliste en defendant une opinion qui est la sienne mais qui se tient je trouve la réaction de Mic particulierement aggressive
a écrit le 13/02/2012 à 19:07 :
La Grèce pourra t-elle un jour rembourser sa dette ???Les nouveaux milliards que recevra la Grèce permettent de gagner du temps mais ne changent rien à la triste réalité. Plus d'austérité égal plus de chômage, moins de recettes fiscales, moins de croissance égal plus de dettes...S'agit-il de sauver la Grèce ou les banques? Veut-on aider la Grèce ou la punir?..L'euro ne peut plus fonctionner dans sa forme actuelle et il est préférable d'arrêter les frais plutôt que de créer encore davantage de dette qui ne pourra pas être remboursée....http://www.guywagnerblog.com/fre/entry/grece
Réponse de le 14/02/2012 à 10:22 :
ça c est la vraie question de fond !!! mais visiblement ni les marchés ni la BCE ne semblent s y interesser

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :