Europe : Hollande rêve-t-il ?

 |   |  1168  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : DR)
François Hollande veut s'appuyer en Europe sur une illusoire puissance de la France. Un rêve qui risque de se briser sur les réalités des rapports de force actuels au sein du vieux continent.

Les périodes de campagne électorales ont ceci d?agréable qu?elles permettent de rêver un peu. On se surprend ainsi à écouter avec plaisir les candidats parler de la grandeur et de la puissance de la France. Prenons François Hollande, par exemple. Mercredi matin, sur France Inter, le candidat socialiste a répété ce qu?il a également dit au quotidien allemand Handelsblatt : il renégociera, quoi qu?il arrive le nouveau traité budgétaire. Et pour cela, il va s?appuyer sur « la baguette magique (?) du vote du peuple français ». Et d?ajouter : « ce qui va se décider en France va compter pour la direction de l?Europe ».

Le rêve de la puissance

Enfin ! Enfin, la France est à nouveau capable d?imprimer sa marque au Vieux continent. Elle donnera le « la » aux gouvernements européens et inspirera les peuples qui, de l?Atlantique au Dniepr, attendent avec impatience son choix pour la suivre. On se croirait revenu au temps du Directoire, lorsque les républiques s?urs européennes copiaient nos institutions, notre vie politique et nos décisions économiques. Dans ses conditions, évidemment, rien ne sera plus simple que de réviser ce traité budgétaire. Le peuple français veut un volet de croissance ? Il y aura un volet de croissance.

L?Allemagne dominante

C?est décidément bien agréable de se savoir si puissant. L?ennui, c?est qu?on se demande bien d?où elle vient, cette puissance. La France a adopté un profil bas durant toute la crise de la dette. Quoi qu?il en dise, Nicolas Sarkozy n?a pas été le moteur des décisions. Le centre de décision européen est désormais à Berlin. L?Allemagne a géré cette crise en fonction de ses propres intérêts. Et elle dessine une union monétaire à son image. La France, menacée en permanence par les marchés et les agences de notation, affaiblie par sa situation budgétaire et son manque de compétitivité, a certes parfois joué un rôle modérateur vis-à-vis des ambitions allemandes, mais elle n?a pas été un véritable contre-pouvoir à Berlin. Londres, Prague ou Stockholm ont bien davantage joué ce rôle.

Résistance à la chancellerie

La volonté de puissance de François Hollande risque donc de s?achever par la même déroute que celle de Nicolas Sarkozy lors de sa désastreuse et pathétique présidence du G-20. Car Berlin, rappelons-le, ne veut pas du « volet de croissance » proposé par le candidat socialiste. Ce traité budgétaire est l?enfant d?Angela Merkel et elle entend bien l?utiliser comme un instrument de politique intérieure. Elle ne se laissera pas dicter de Paris un volet croissance qui, vu d?Allemagne, ressemble à une première étape vers « l?Union des transferts » tant honnie.

Que faire ?

Que peut alors faire François Hollande ? Ouvrir en Europe un front contre Berlin. Monter une opposition à ce traité tel qu?il est. C?est irréaliste. Mario Monti a beau parler beaucoup de croissance ces temps-ci, il a signé le traité budgétaire, comme les 24 chefs d?Etat qui se trouveront face au candidat socialiste s?il est élu. Par ailleurs, à Madrid et à Rome, on ne veut pas se mettre à dos les marchés en se donnant des airs de résistants. Les marchés parieraient alors sur une scission de la zone euro et attaqueraient immédiatement les pays « faibles ». François Hollande pourrait aussi chercher l?appui des onze pays qui ont signé une initiative sur la croissance en février dernier, et que Paris et Berlin avaient refusé de signer. Mais ce programme est un programme libéral, d?ouverture des marchés des services notamment qui colle mal avec les propositions du candidat.

Reste la solution de la « chaise vide » dont il menace à mots couverts Berlin dans le Handelsblatt. Menace piquante puisque son principal adversaire l?avait déjà formulée dimanche. Dans ce cas, le risque serait cependant le même qu?en cas d?attaque frontale contre l?Allemagne. En 1966, lorsque De Gaulle adopta cette postion, si l'on ose dire, la France comptait plus qu?aujourd?hui en Europe et l?Allemagne... beaucoup moins. Surtout, le marché commun n?était pas aussi important que l?UE d?aujourd?hui. Le blocage de l?UE conduirait cette fois à une attaque des marchés. L?Allemagne, prenant acte de la mauvaise volonté de ses partenaires, y réfléchirait à deux fois avant de s?engager à nouveau dans le soutien à l?euro?

Le piège du 25 mai

Autre problème : le calendrier. Bundestag et Bundesrat doivent se prononcer le 25 mai sur le traité budgétaire. En fin stratège, Angela Merkel a beaucoup insisté pour maintenir cette date. A ce moment, le nouveau président français sera à peine investi. S?il est élu, François Hollande, sera en campagne pour les législatives. Il lui faudra donc montrer sa volonté d?imposer la renégociation du traité. Or, si l?Allemagne ratifie le traité, Angela Merkel pourra se réfugier derrière le vote des représentants de son peuple pour repousser toute renégociation. François Hollande aura alors le choix : ou reconnaître son impuissance au risque de perdre de la crédibilité intérieure en pleine campagne législative ou engager le rapport de force avec Berlin, au risque de déclencher une tempête sur des marchés qui ne croient aujourd?hui guère à cette option et qui en réagiront donc d?autant plus violemment. Dans les deux cas, il est perdant.

L?espoir SPD ?

Son seul espoir réel réside dans les négociations entre le SPD et Angela Merkel pour la ratification allemande. La chancelière a besoin des voix du SPD. Celui-ci exige un « volet croissance » et des Eurobonds  et pourrait donc lui imposer le programme Hollande. Mais là encore, l?espoir est mince. Le SPD est divisé sur le sujet et son aile droite, menée par le populaire Peer Steinbrück, ancien ministre des Finances, n?acceptera sans doute pas que le parti fasse échouer le traité. Surtout, la situation politique allemande a changé.

Avec la poussée des Pirates ces dernières semaines, le SPD et les Verts ne sont plus majoritaires dans les sondages. On reparle désormais d?une grande coalition. Les deux partenaires doivent donc se ménager. L?affrontement frontal entre SPD et CDU semble donc peu probable. D?autant que le SPD ne souhaitera pas apparaître comme le « cheval de Troie » du président français.« Pouvoir ce qu?on veut et vouloir ce qu?il faut » était, pour Bossuet, les deux secrets de la félicité. Un adage qui ne fait guère rêver, mais que l?heureux élu du 6 mai aura sans doute l?occasion de méditer lors de son premier voyage à Berlin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2012 à 11:23 :
l'idéologie qui transpire derrière cette analyse et ces commentaires est tout simplement le capitalisme sans frontière. Du travail pour les moins cher payés et les autres au chomage. La mondialisation rend l'avenir évidemment formidable pour les Français qui ne sont pas sur une niche haut de gamme comme les Allemands; N'y a til vraiment pas d'alternative ? Cela m'étonne que même les journalistes pourtant formés dans nos meilleurs universités ne soulignent pas ce fait. Ils se laissent aussi dicter leur pensées leurs articles par les financiers qui gouvernent le monde en se gavant toujours plus, de crise en crise. Révolution nécessaire mais pour aller où ? Au secours
a écrit le 22/04/2012 à 9:47 :
EURO ou pas EURO - vous oubliez tous que c'est sous DSK ministre des finances FRANCAIS que l'accord a été signé - en oubliant les garanties de stabilité que chaque état aurait dû cautionner -
ALORS, il est facile aujourd'hui de crier aux LOUPS !!!
QUANT A l' ALLEMAGNE - elle peut être critiquée mais pour cela regardez bien chez vous avant - vous avez beaucoup à faire pour l'égaler -
Ne réagissez pas uniquement en CARICATURANT;
a écrit le 19/04/2012 à 20:01 :
Tant que l'Europe politique avec des regles democratiques reposant sur l'acceptation des peuples par des suffrages non remis en cause par les gouvernements, les pays sont maitres de leur destinée.
a écrit le 19/04/2012 à 18:09 :
j'ai réuni quelques mesures des candidats concernant l'europe, dans un outil qui permet de voter proposition par propositin... voyons les résultats:
http://voteurvoteuse.wordpress.com/tag/europe/
a écrit le 19/04/2012 à 18:08 :
j'ai réuni quelques mesures des candidats concernant l'europe, dans un outil qui permet de voter proposition par propositin... voyons les résultats:
http://voteurvoteuse.wordpress.com/tag/europe/
a écrit le 19/04/2012 à 17:29 :
Sauf que l'Allemagne a autant besoin de la France (qui reste son premier client) que l'inverse. Si la France s'écroule, l'Allemagne vendra-t-elle ses voitures et ses machines-outils au Sahel ? Et guère besoin de remonter au Directoire pour imaginer qu'une alliance des PIGS à laquelle notre pauvre France apporterait son écuelle, (ces pays pèsent à eux tous plus que l'Allemagne en terme de PIB) aussi boîteux soient-ils pour l'instant, pourrait, si ses membres en trouvaient la voie politique, s'avérer fort ennuyeuse pour l'Allemagne toute puissante !

Il n'est pas dit que la politique - en l'occurrence les citoyens - se laisseront de toute éternité brouter la laine sur le dos par la finance et "les marchés" !
Réponse de le 19/04/2012 à 18:19 :
L'Allemagne est de facto le maître de la zone euro. Hollande (si élu) pourra toujours agiter ses petites mains, il ne pourra empêcher ses électeurs d'acheter des VW, Mercedes, Audi (qui ne demandent pas à leurs clients pour qui ils votent).
a écrit le 19/04/2012 à 17:25 :
L'Europe actuelle va droit dans le mur . La Grèce , l'Italie , l'Espagne , Le Portugal et le France ne vont pas supporter cette austérité . Si l'europe veut avancer , elle devra concéder à la croissance car les dix-neuf plans d'austérité de la Grèce n'ont rien résolu
Réponse de le 21/04/2012 à 15:29 :
Ils n'ont rien résolu car l'austérité en elle-même ne suffit pas, il faut comme en Italie CASSER les mentalités d'assistanat, remettre en cause toute ce qui rigidifie le travail, tailler massivement dans l'Etat et dans la règlementation, avancer vers une société bcp plus légère et réactive, oublier tous les avantages acquis pour repartir sur une base saine. La démocratie en France, tyrannie de la masse incompétente, n'a fait qu'institutionaliser la tendance du peuple à vouloir obtenir plus en faisant moins lui-même. C'est là le problème: chacun espère que c'est l'autre qui fera l'effort, et ça c'est une conséquence directe des pensées socialisantes.
a écrit le 19/04/2012 à 15:11 :
Je lis avec plaisir les analyses de Romaric Godin, qui me paraissent claires, cohérentes et très bien argumentées.
On ne saurait en dire autant de la plupart des thèses que l'on rencontre ici ou là, et le fait mérite donc d'être signalé.
En plus, on peut en parler autour de soi, et on fait grande impression sur notre entourage. Le plaisir de la lecture est donc doublé du bonheur d'être considéré comme bien informé. Que peut-on espérer de plus ?
a écrit le 19/04/2012 à 14:04 :
A Hollande le rêve...aux français les cauchemars...et on n'a pas fini d'en faire avec un pareil capitaine!
a écrit le 19/04/2012 à 13:15 :
MDR ! Il y en a encore qui croient que M. Sarkozy ou M. Hollande ou encore tel candidat va faire la loi dans l'UE comme s'il n'y avait que la méchante Merkel à convaincre !!! Ouvrez les yeux, l'UE c'est 27 pays avec une volonté commune de soutenir un traité bâti sur la libre circulation des capitaux, des marchandises et des hommes. L'Euroland, c'est 17 pays avec une volonté commune de soutenir le statut et les missions actuelles de la BCE. Sinon, ils ne les auraient pas signés tous ces foutus traités. Et pour les renégocier, c'est à l'unanimité ! Ils peuvent toujours s'accrocher !!!
a écrit le 19/04/2012 à 12:23 :
Excellent article qui résume bine le choix que nous avons tous our sortir du cercle vicieux de la dette:
? Arrêter de dépenser
? Imprimer de l?argent a tout va

Sarko penche plus pour le 1er et Hollande pour le second, toute naturelle divergence droite gauche. Seulement aucun n?évoque la réalité des choses:

1. Impossible d?imprimer sans l?accord des allemands
2. Hollande ne dis pas les conséquences inflationniste de son plan, augmenter le smic de 1% sera inutile, puisqu? immédiatement on achètera mois qu?avant avec ce 1% en plus. La conséquence est donc redoutable pour les retraites et donc les allemands avec une population âgées (et beaucoup d?autres pays européens) car la pension n?augmente pas avec l?inflation.

D?ou les conclusions de l?article, car si on augmente les dépenses sans imprimer on cour au désastre (Espagne, Italie etc?), et ca c?est le vrai problème/mensonge du programme Hollande.


Sur le timing allemand brillant, il se peux même que les français fasse une première : voter Hollande dans un premier temps puis se rende compte de la farce avant les législatives ? GRACE AUX MARCHES!.

Et dernière nouvelle en date, comme quoi ma pensée n?est pas isolée:
?Fitch Ratings has issued the clearest warning to date that Holland faces losing its AAA rating if it fails to deliver austerity cuts or lets political conflict intrude on economic management.?

Evidemment arrêter complètement les dépenses est stupide, il y a une dose de raisonnable a respecter.

PS: être jeune en France aujourd?hui rime a payer pour la largesse de ses parents (inflexibilité des lois du travail, nombre de fonctionnaires, retraite par répartition, les professions tells que notaires ou pharmaciens si bien protégées qu?on croit encore que 2 pharmacies dans une même rue a un sens économique ou payer cher un notaire pour une signature)
L?immigration n?est plus un sujet, c?est l?émigration le vrai sujet, on gagne en clandestin et on perd en matière grise aujourd?hui, car beaucoup de jeunes et intelligent l?ont compris. (je ne compare pas avec des pays en particulier, car a chacun ses problèmes, il y aussi des choses bien France telle la qualité l?éducation scolaire, la qualité des soins ; mais ca bénéficie surtout aux clandestins)
Réponse de le 19/04/2012 à 15:17 :
commentaire fort intéressant, mais un petit reproche :
pourriez-vous traduire les citations en Anglais pour ceux qui n'ont dans cette langue quele niveau basique du Lycée ( j'espère ne pas être le seul...).
cela fait perdre un peu de temps, qui serait mieux utilisé à savourer l'excellence de votre argumentation.
a écrit le 19/04/2012 à 12:14 :
je ne vois pas l'allemagne tout décider en europe.elle a besoin de la france pour avoir le poids décisionaire sur le reste de l'europe.les français le savent et en usent un peu par chantage.c'est le raisonement de l'umps:sans nous l'europe explose,alors laissez nous nous endetter tranquille
Réponse de le 19/04/2012 à 12:46 :
Sauf que maintenant, c'est les allemands qui sont en passe de devenir les garants des dettes !
Or le bailleur de fonds a toujours Raison !
Alors que les choses soient claires et simple, du jour ou la france est mise en difficulté financieres : La France ne comptera plus !
a écrit le 19/04/2012 à 12:11 :
Les promesses rendent les fous joyeux!
Réponse de le 19/04/2012 à 15:18 :
exact, mais les mensonges ne rendent pas les fous furieux !
a écrit le 19/04/2012 à 11:24 :
Le plus grand parti politique en France c'est UTOPIA qui rassemble tous les candidats !
a écrit le 19/04/2012 à 11:23 :
N'importe quoi ! Qu'est ce qui vous permet de dire que la "methode" allemande fonctionne, et que toute deviation causera un cataclysme. Au cas ou vous n'ayez pas remarque, l'europe s'enfonce dans la recession !
a écrit le 19/04/2012 à 11:19 :
Il dira que "je ne savais pas qu 'Engela allait dire non ! "
a écrit le 19/04/2012 à 11:04 :
Le vrai drame c'est les signatures de chèques en blanc à répétition et les yeux fermés voire le couteau sous la gorge (mais qu'importent, ils signent quand même) que font nos gouvernements inconséquents dont la seule devise est : après moi le déluge. Ils obèrent l'avenir de notre pays voire du continent tout entier
a écrit le 19/04/2012 à 10:23 :
au lieu de se réfugier derrière les opinions de l'allemagne libérale ( dans laquelle il n'y a jamais eu autant de pauvres et de mal payés ) ou autres anglais hyper libéraux ( qui ont natiionalisé leurs banques , ne l'oubliez pas ) pour surtout ne rien changer à rien , posez vous la question suivante : est ce que ça peut continuer comme ça sur le plan social ??
Réponse de le 19/04/2012 à 11:17 :
@ bernardo :

vous révez quand vous évoquez les anglais hyper libéraux : la dépense publique en angleterre dépasse les 52 % du PIB, pour des PO de 42 %. Certes,cela a bcp reculé depuis 1977 et la quasi socialisation de ce pays (et la ruine qui en a résulté), mais nous sommes encore très très loin d'un état libéral !!!

renseignez vous avant de dire des bétises !!
a écrit le 19/04/2012 à 10:15 :
Une note sur le proche avenir vient d'être révélée et, quelque soit le candidat élu, la libéralisation totale va se faire appliquer. Soit, suppression du CDI, privatisation en urgence du peu qui reste de l'état, suppression du social, ... http://www.reporterre.net/spip.php?article2704
Réponse de le 19/04/2012 à 11:19 :
suppression du peu qui reste de l'état ?

Vous vivez sur quelle planète ? les dépenses publiques en France sont passées de 35 % du PIB il y a 40 ans à 56.2 % en 2011, où voyez vous "le peu qu'il reste de l'état" ????

Et le code dutravail a gangé 1000 pages en 5 ans, foulala la libéralisation à outrance !!!

mais ouvrez les yeux et ne restez pas dans les clichés socialistes ...
Réponse de le 24/04/2012 à 11:25 :
ne pas confondre capitalisme et liberalisme...
a écrit le 19/04/2012 à 10:05 :
Il faut au moins reconnaître à l'électorat français une constante il est contre l'Europe libérale. cette élection présidentielle est l'occasion de le confirmer. Hollande une fois élu devra tirer les conséquences du fait qu'il ne pourra rien faire dans le cadre européen libéral actuel. Si l'on veut produire français il faut rompre avec le principe de la concurrence libre et non faussée sinon la France sera à terme envahie de voitures chinoises made in Bulgarie alors que les usines françaises fermeront les unes après les autres. La France a encore un certain poids dans l'Europe a elle de le faire jouer en se singularisant contre le libéralisme ambiant. Les USA avec Obama essaient de rompre avec le système Reegan Tatcher à Hollande de faire de même avec l'Europe (ce qui ne veut pas dire sortir de l'Euro ce qui serait suicidaire)
Réponse de le 19/04/2012 à 10:47 :
vous n'êtes pas au courant du monde qui vous entoure.
Aux USA, on a rompu avec Reagan depuis 1994 et Clinton, qui a bénéficié jusqu'en 1999 des réformes reagan.
En GB, on a rompu avec Tchatcher en 1997, avec Blair, qui a bénéficié pendant 10 ans des réformes Thacher et Major.
En Europe comme aux USA, nous sommes dans un socialisme ambiant (Obama) et en France, comment peut-on dire que nous sommes sous le joug de la pensée libérale, alors que les 10 candidats sont anti libéraux, que la presse et les médias sont anti libéraux, que l'état a augmenté en 40 ans sa part dans l'économie de 35 à 56.2 %, que les lois et réglements ne cessent d'augmenter.

Ne serait-ce d'ailleurs pas cela lie problème en France et dans le monde ? le manque de libéralisme ???
Réponse de le 19/04/2012 à 17:44 :
rebonjour cela faisait longtemps que nous n'avions pas polémiqué. je suis d'accord avec vous sur un point le libéralisme recule un peu dans le monde et c'est tant mieux : il n'y a plus que les dinosaures de la commission de Bruxelles pour le défendre. par contre je ne suis pas d'accord avec vous sur un point sur les 10 candidats à la présidentielle 9 sont contre le libéralisme et un le vôtre: sarko dit tout et son contraire pour se faire réélire mais sur le fonds c'est un dinosaure à la mode Bush. Pour vous le Texas c'est le paradis pour moi c'est l'enfer c'est tout ce qui nous différencie. amicalement.
a écrit le 19/04/2012 à 9:36 :
s'il se plante,il va nous planter et ça c'est beaucoup plus grave. au problème économique politique et social posé, il ne peut pas trouver la réponse. il ne se leurre d'ailleurs pas. il sait , lui, qu'il n'y arrivera pas sans faire une très grosse casse.. ça va être très dur pour lui mais très dur pour tout le monde. en clair, ne nous leurrons pas et ne nous leurrez pas.le peuple français est moutonnier mais il s'énerve également très facilement.
Réponse de le 19/04/2012 à 12:45 :
d abord il n est pas encore élu ensuite effectivement si il est elu et qu il se plante en beauté les conséquences vont être vraiement dramatiques je penses d ailleurs et ca n engage que moi qu il commencera a manger du pain noir des la fin des 6 premiers mois Plus grave encore comme vous le dites tres justement grimm c est que les français sont des moutons mais qui ils s enervent c est pas à moitié !! on risque d avoir une reaction tres violente et une réorientation politique vers l extreme droite ou peut etre l extreme gauche mais de toute façon ca sera pas propre ... Alea jacta est ..
a écrit le 19/04/2012 à 9:05 :
les allemands ne veulent pas payer pour le manque de rigueur des autres; la croissance ils sont pour, mais certainement pas celle proposee...
a écrit le 19/04/2012 à 6:17 :
On peut imaginer la démission de François Hollande (s'il est élu, bien sûr) dans les trois mois qui viennent, laminé par une crise qui le force à faire le contraire de ce qu'il a annoncé, et à démanteler l'état-providence.
Réponse de le 19/04/2012 à 9:11 :
Rêve Ronan.
Réponse de le 19/04/2012 à 10:34 :
Hollande est là pour le pouvoir, c'est tout. Il va décevoir car il ne veut pas voir la situation actuelle..... et ça va nous couter cher.
a écrit le 19/04/2012 à 0:18 :
Derrière chaque vote pour la présidence française il y a un espoir. Dans cette "grande Europe" il y a Madame MERKEL qui veut ceci, qui veut cela, et sans tenir compte une seconde aux aspirations françaises. Ce traité, que nous n'avons pas approuvé, va leur péter à la figure. L'ambition allemande, pour le moins très "autoritaire", semble essentiellement tourné vers la réussite de l'Allemagne, car la Grèce, il n'y a plus, d'Espagne, il n'y a plus, de Portugal, idem, d'Italie.... Pas une seule fois Mme MERKEL n'a montré une quelconque mansuétude vis à vis des peuples. Et la France est traité comme les autres Pays. Nous pouvons crever, ce n'est pas le problème de Madame MERKEL. Vivement qu'on nous redonne la parole. L'Allemagne récoltera les fruits de son comportement. Personnellement, je ne veux pas être Allemand.
Réponse de le 19/04/2012 à 9:06 :
La politique économique de l?Allemagne est également proche de celle souhaitée par les Pays Bas, L?ensemble de la Scandinavie, les pays baltes, la Tchéquie, la Slovaquie, l?Autriche, la Pologne, ?. Bref la majorité de l?UE. La vision « française » est peut être partagée par certains pays de la méditerranée mais elle n?est pas majoritaire en Europe. Donc je pense que c?est plutôt la France qui exaspère la majorité des européens et non l?Allemagne. Il faudrait un jour que les français arrêtent de penser que l?Europe c?est uniquement la France, L?Allemagne et les pays dit « du club Med ». L?UE c?est 27 pays pas 6.
Réponse de le 19/04/2012 à 10:42 :
l'europe de merkel est celle des dirigeants et pas celle des peuples, n'ayons pas peur de montrer les dents (en s'accoquinant avec les ennemis de l'europe) , je ne veut pas vivre comment ces millions d'allemand s esclave de la politique de la tatcher germanique
Réponse de le 19/04/2012 à 15:21 :
parfaitement exact.
La France exaspère gravement la majorité de l'Europe, celle qui décide, et irrite tout aussi sérieusement les pays méditerranéens à qui elle ne cesse de seriner qu'elle ne veut pas devenir comme eux ( alors que c'est déjà fait).
a écrit le 18/04/2012 à 21:45 :
De fait, F Hollande n'aura guère de marge de maneuvre; soit il laisse faire, soit on sort de l'euro. Alors, autant voter tout de suite pour NDA ou MLP car il faut être réaliste. La Gréce, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Irlande et pour finir, nous...
Réponse de le 18/04/2012 à 22:08 :
Le programme de nda n'est dans l'ensemble pasnsi mauvais et surtout son bilan sur l'esonne est plutot bon !! Allons nous favoriser pour une fois un vrai changement ?? Le changement c'est maintenant comme dirai flamby, renvoyons ces vieux politiques qui nous baladent depuis des années et donnons leur chance a des nouveaux !! De toute facon ca ne sera pas pire qu'avec hollande and co !!
Réponse de le 24/04/2012 à 11:30 :
peuple francais = moutons; Si toi chèvre, toi partir.
a écrit le 18/04/2012 à 21:28 :
L'article n'a pas tort mais oublie une chose : l'Allemagne est dans une situation de faiblesse inouïe. De fait, elle se suicide démographiquement, et doit donc à tout prix préserver ses excédents commerciaux pour trouver des ressources alors qu'elle vieillit. Donc, il lui faut absolument préserver l'Euro qui est à deux égards plus favorables que le Mark : cette monnaie équivaut à la monnaie française et italienne et espagnole etc., quand le Mark était bien plus cher, et en outre face aux Dollar, Yen etc., l'Euro est là encore moins fort que ne l'était le Mark. Si l'Euro tombait, que l'Allemagne retrouvait une monnaie propre sans doute réévaluée de 20 à 30% par rapport à ce qu'est l'Euro, le commerce extérieur allemand s'effondrerait. Et l'Allemagne se trouverait prise au piège, car finis les excédents budgétaires (quand il n'y a plus de ressources extérieures, il faut compenser), et envolée la croissance déjà faiblarde sur dix ans. L'Allemagne en crèverait assez vite. L'Allemagne est inflexible sur l'Euro non parce qu'elle est forte, mais parce qu'elle n'a pas le choix : elle est acculée. Sans Euro, l'Allemagne perd tout. En revanche, pour la France et l'Italie...
Réponse de le 18/04/2012 à 22:04 :
blablabla la démographie blablabla. Oui c'est bien beau de faire des gosses, mais s'ils n'ont pas de travail, à quoi bon ? Et puis la déficit démographique est un sujet sérieux Outre-Rhin et j'ai pleinement confiance en eux pour apporter des solutions par consensus, comme ils l'ont toujours fait. C'était le cas il y a dix ans pour répondre à la mondialisation, à l'époque on pensait l'Allemagne sur le déclin, minée par l'ex RDA qu'elle trainait comme un boulet. Or aujourd'hui voilà où en ait. Il n'appartient qu'aux peuples de ses serrer les coudes et accepter les sacrifices pour réussir, c'est une question de mentalité. Les allemands ont cette capacité car c'est dans leur mentalité. Les français ? J'en doute fort... Alors c'est bien beau de jouer les Cassandre de mauvais augure donneur de leçon. Mais étrangement, question économie, c'est toujours l'Allemagne qui a raison à la fin...
Réponse de le 19/04/2012 à 9:18 :
"L'Allemagne a toujours raison à la fin" : faux. Depuis la fin de la IIeme guerre mondiale, la croissance allemande a été moins forte que celle de la France et de l'Italie. "Et sur les dix dernières années ?" me direz-vous : pareil, paradoxalement. Il n'y a que depuis deux ans (en 2009, la récession allemande était deux fois plus forte que celle en France ! et nous ne leur donnions pas pour autant des leçons !) que l'Allemagne nous met la fessée. Le problème : les succès allemands ont été faits aux dépens de leurs partenaires. La bonne nouvelle c'est que les dirigeants français et italiens, même les plus euroconvaincus, ont enfin compris le jeu allemand : maintenir l'Euro, pour laminer le tissus industriel des rivaux français et italien et faire sur leurs dos des excédents. Ca a pris du temps... L'Allemagne est le passager clandestin de l'Europe, les pays du Sud en sont les pigeons. Et il semble qu'enfin nous en ayons marre de nous faire plumer.
Réponse de le 19/04/2012 à 9:19 :
Truk à raison, l'Allemagne est faible, et c'est pour cette raison qu'elle est intransigeante. Hollande en est certainement avisé et je pense que sa stratégie de renégociation du Traité permettra de tester le niveau réel de résistance des Allemands, contrairement à $arkozy de Nagy Bocsa qui acceptait tout de Merkel, subjugué par la "puissance" allemande.
Réponse de le 19/04/2012 à 9:59 :
On vera bien in fine mais la difference entre gens du sud et nord c'est la mentalité. Un peuple pourra toujours réussir, il suffit d'avoir le courage de faire des efforts et des sacrifices, avoir de bons dirigeants ne suffit pas. L'Allemagne est faible me dite vous ? Elle est bien drôle celle là, si c'était le cas, j'ose même pas immaginé ce qu'est la France. En fait vos commentaires sont très typique du franchouillard qui préfère rejetter ses échecs sur les autres. A titre informatif, l'Allemagne est le seul pays de l'UE qui ait un excédent commercial vis à vis de la Chine et pourant ils utilisent la même monnaie. Inutile d'évoquer la piètre performance de la France, d'autant plus qu'Airbus arrive à amortir le désastre. L'Euro est au service de Berlin ? Ah oui il est préférable d'avoir un franc qui valle des cacahouettes pour acheter les berlines allemandes comme auparavant. Et donc payer encore plus chère qu'aujourd'hui.
Réponse de le 19/04/2012 à 11:13 :
@AS
D'où l'idée de ne plus acheter de berlines allemandes car les allemands eux achètent allemand, pourquoi les français n'achèteraient-ils pas français !
Réponse de le 19/04/2012 à 12:17 :
parce-que les voitures francaise sont nulles!
a écrit le 18/04/2012 à 21:08 :
Votre article est d'une stupidité affligeante ! Il repose sur une crédibilité renforcée d'Angela Merkel en Allemagne et dans l'Europe. Ce qui est très loin d'être le cas et qui en sera encore moins très bientôt.
Réponse de le 18/04/2012 à 22:05 :
Lol !! Dans quel monde vivez vous ??
Réponse de le 19/04/2012 à 9:29 :
@!! Dans une Europe qui commence à ruer dans les brancarts et commence à en avoir assez de subir une Allemagne toute puissante, puissance construite grâce au marché européen. L'Allemagne est un géant dont les pieds d'argile reposent sur un socle qu'elle contribue à fragiliser.La politique néo-libérale de Merkel conduit l'Allemagne à la ruine, mais je n'ai aucun doute que les Allemands sauront réagir, et Hollande pourrait bien être celui qui va leur ouvrir les yeux.
Réponse de le 19/04/2012 à 11:21 :
@ JB38 :

et si, avant d'employer le mot à tort et à travers, vous alliez étudier un peu ce que c'est que le libéralisme ?
Dire que Merkel a une politique néo libérale est parfaitement risible ...
Réponse de le 19/04/2012 à 13:49 :
@john galt: Eh le troll rentre donc chez les rosbifs que tu aimes tant !
a écrit le 18/04/2012 à 20:45 :
Excellent article...On va soumettre la finance...Oui-Da!
Réponse de le 19/04/2012 à 11:14 :
Où lisez-vous ceci dans l'article ?
a écrit le 18/04/2012 à 20:32 :
au paus d'Utopia Hollande Grand Démagogue 1er est roi ,la France se prépare cinq années d'enfer si cet utopiste menteur est élu
Réponse de le 18/04/2012 à 22:49 :
Démagogue et menteur ? Je connaît le gars en question. Il est pas passé chez une vieille Dame à Neuilly et en est ressorti avec de grosses enveloppes de cash en 2007.
Réponse de le 18/04/2012 à 22:50 :
Votre politicien crapuleux se prépare 5 années "de rêve " dans les tribunaux français ...
a écrit le 18/04/2012 à 20:18 :
Hollande rêve peut être, mais Sarkozy ment et ça c'est sûr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :