De quoi ces « Pigeons » sont-ils le nom ?

 |   |  901  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert Caen)

"Nous sommes la conséquence de la politique anti-économique du gouvernement qui a décidé de prendre les milliers d?entrepreneurs de ce pays pour des Pigeons et d?anéantir l?esprit d?entreprendre faisant dès lors courir un risque majeur pour la France". C?est par ces quelques mots que se conclut le « Manifeste des Pigeons » qui fait le buzz sur le net depuis la présentation du projet de loi de finances pour 2013 vendredi dernier. Un site, une page internet (Les pigeons, mouvement des entrepreneurs français) avec déjà plus de 15695 « j?aime », un compte Twitter (plus de 4634 abonnés) plus tard, et c?est un véritable vent de fronde libérale qui semble se lever, comme une trainée de poudre, sur les réseaux sociaux.

Bien sûr, on est vite tenté de ne voir dans ces « Pigeons » qu?une sorte de cyber-poujadisme orchestré par quelques puissants milliardaires du net, tels Xavier Niel (fondateur de Iliad-Free) ou Marc Simoncini (Meetic), en colère contre l?alignement de la fiscalité du travail et du capital qui menace directement leurs plus-values. L?originalité du mouvement des Pigeons, pourtant, est ailleurs et c?est pour cela qu?il faut prendre cette initiative au sérieux. Une jonction est en effet en train de se faire entre deux types d?entrepreneurs : de riches et moins riches patrons du net, choqués de voir la taxation des entreprises être plus lourde que celle qui frappe les oeuvres d'art, y côtoient de « pauvres » auto-entrepreneurs, dont le statut est dans la ligne de mire de la gauche qui n?y voit qu?une forme de précarité de plus. Les uns comme les autres se sentent mal-aimés et dénoncent un climat anti-business.

Il n?est jamais bon que dans un pays s?installe un tel divorce entre ceux qui gouvernent et ceux qui veulent entreprendre et créer des richesses. Depuis la rentrée, François Hollande a d?ailleurs changé de discours à l?égard des entreprises. Il a envoyé fin août le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement à l?Université d?été du Medef. Il a promis la stabilité fiscale jusqu?à la fin du quinquennat pour préserver tous les dispositifs spécifiques aux PME. Il a reculé sur l?ISF, en acceptant de limiter à 1,5% le taux maximal de l?impôt sur le patrimoine (au lieu de 1,8%) et de rétablir un bouclier fiscal à 75% des revenus. Il a limité à deux ans seulement la taxe à 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d?euros et en a exclu les revenus du capital, justement pour ne pas pénaliser les créateurs d?entreprises.

Visiblement, cela n?a pas suffit pour convaincre et rassurer les entrepreneurs. Ce qui est frappant dans ce que disent ces Pigeons, c?est la critique en creux qui est portée contre le patronat, qui ne représente plus les entrepreneurs. « Force est de constater que les organisations sensées protéger l?entrepreneur démontrent aujourd?hui toute leur impuissance », écrit le manifeste dans une critique acerbe contre le Medef. Reprenant les vers du Cid de Corneille (« Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort nous nous vîmes trois mille en arrivant au port »), les auteurs affirment clairement leur intention : organiser une sorte de « Liberal Pride » en France pour faire reculer le gouvernement sur les mesures fiscales jugées nuisibles à l'entrepreneuriat. Le mouvement appelle à une grande manifestation, dimanche 7 octobre devant l?Assemblée nationale. Et s?il devenait, à l?image du mouvement de défense de l?école libre en 1984, un véritable mouvement de société, de défense de la liberté d?entreprendre ? La crainte de voir 1 million d'autoentrepreneurs descendre dans la rue a d'ores et déjà fait reculer le gouvernement, puisqu'il ne semble plus avoir l'intention de remettre en cause ce statut. En fait de réforme, il a seulement aligné le taux des cotisations sur celui des indépendants.

Du côté des entrepreneurs du net, la bataille va se jouer entre taxation du capital "productif" et "improductif". La loi de finances pour 2013 prévoit déjà un aménagement pour calmer le "roucou couroux" fiscal des pigeons. L'imposition des plus values de cession ne sera pas de 60,5% à 64,5% dés l'an prochain, parce qu'un dispositif de lissage, basé sur le système du quotient, permettra d'atténuer l'impôt , jusqu'en 2014. De même, un abattement de 40 % devrait être appliqué lorsque les parts de capital sont détenues depuis au moins 12 ans. Une façon d'inciter les entrepreneurs du net à ne pas vendre trop tôt pour développer leur entreprise, ce qu'ils ont tendance à faire en France. Mais philosophiquement, le débat capital-travail ne sera pas réglé par ces aménagements. Les "Pigeons" mènent aussi un combat "idéologique" : ils veulent  faire comprendre qu'il y a quelque chose de choquant à ce que le système fiscal français soit ainsi déséquilibré. Pourquoi faut-il en effet dans la prise de risque que les entrepreneurs assument 100% de la perte en capital en cas d'échec et que l'Etat s'accorde plus de 60% des gains en cas de succès. Il y a là selon les Pigeons une forme de désincitation à entreprendre en France dangereuse pour la création de richesse et d'emplois. A chacun de se faire une opinion.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2013 à 16:56 :
le client est il un pigeon si oui veuillez dégager je vise vos pneus si non vous comprenez que le rapport qualité prix est un métier dont le service est la tva réexpliquez moi pourquoi non une dévaluation une "conflation"?? jspas pour quoi on ne peut pas baisser le prix des pates alimentaires pour relance de la consommation ah j'ai compris pinay 'aussi résistant) ne connaissait pas l'euro plus que 2 mois et 15 jours d'aprés l'agent soros le sulfureux soros d'obama votre sourire est notre job enterprice big boss' and ladies et papillons etcetcetc votre
a écrit le 03/10/2012 à 15:13 :
L?ambition démocratique ne peut se limiter à la sphère de la représentation politique. Bien des droits démocratiques ont été acquis par des mouvements sociaux, ont été imposées à posteriori aux législateurs. Ces luttes politiques et sociales montrent bien que l?ambition affichée de gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple interpelle sans cesse le système politique. Sans méconnaître qu?en certaines circonstances exceptionnelles la représentation politique a agit pour exclure du droit de propriété des biens et services essentiels, cette protection publique, cette mise à l?écart souligne bien que ce droit entre en conflit avec d?autres droits fondamentaux de la personne. Ce hiatus est constitutif de notre démocratie. « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité. » Article 17 de la Déclaration des droits de l?homme et du citoyen de 1789 reprise dans notre constitution.
Le droit d?entreprendre est une liberté individuelle octroyée par le décret d'Allarde, loi de 1791 qui a supprimé les corporations. Elle a dégagé deux principes, la liberté d'entreprendre et la libre concurrence. « Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d'exercer telle profession, art ou métier qu'elle trouve bon ». Chacune, chacun peut se saisir de cette liberté. On retrouve cette égalité des chances idéale qui renvoie à la rationalité naturelle des initiatives personnelles. Point de formalisme ni de préparation, de formation ou de compétences nécessaires à ce droit qui s?entend comme sacré. Pas non plus donc de questionnement de valeur comme cela lèse-t-il d?autres droits ? Car ce droit semble démocratique en ce qu?il paraît remettre en cause la permanence de la propriété, de la puissance ou pour le moins la rejoindre, s?y intégrer.
Mais ce droit d?entreprendre limité à sa seule valeur égoïste d?intérêt en ce qu?il se confond avec le droit d?entreprise rend ceux qui ne l?utilisent pas responsables de leur sort. Une classification s?instaure en dehors de l?intérêt général. Cet intérêt général qui surgirait « ...de l'addition des buts que les citoyens, chacun de leur côté, cherchent à atteindre; et il (l'homme libre) ne reconnaît d'autre dessein national que la somme des desseins individuels. Milton Friedmann, Capitalisme et liberté.»
A ce droit d?entreprendre répond l?envie d?entreprendre. « Soif innée de l?homme à agir » nous disait John Meynard Keynes. l?Insee nous éclaire sur cette irrépressible motivation : « En 2006, 64 % des nouveaux entrepreneurs déclarent avoir créé leur affaire pour assurer leur propre emploi. Si 70 % des chômeurs créateurs l?indiquent comme prioritaire, c?est le cas également de 60 % des autres créateurs. 40 % de chômeurs ont crée leur entreprise. Plus de quatre nouvelles entreprises sur cinq ne génèrent qu?un seul emploi, celui de l?entrepreneur. » Quand le désir d?entreprendre dissimule une détresse sociale ! Théâtre d?ombres ou personne ne montre l?envers du décor. La précarité devenue permanente et le chômage sont les ressorts de l?envie d?entreprendre. Celle-ci ne se résume alors qu?à se procurer une sorte de sécurité d?emploi.
La liberté d?entreprendre semble réelle. La liberté de réussir n?est donné qu?à une poignée choisie d?avance. Cette liberté constitutionnalisée est un leurre.
Si l?on s?intéresse au profil des créateurs d?entreprise le principe de l?égalité des chances en sort écorné : « 35 % des créateurs sont titulaires d?un diplôme supérieur au baccalauréat, 17 % du baccalauréat et 26 % d?un CAP, brevet de compagnon ou BEP. 13 % des créateurs n?ont aucun diplôme. »
Les entreprises qui se créent reflète évidemment les moyens de leurs créateurs : « En 2008, 49 % des nouvelles entreprises se créent sous forme de sociétés. Moins de 5 % des créateurs de 2006 exercent dans un secteur dit innovant. 60 % créent leur entreprise dans leur ancien secteur d'activité. Enfin en 2006, 4,7 % des créations dans l'industrie. » Les capitaux sont aussi à la hauteur des possibilités « 35 % des créateurs ont utilisé moins de 4 000 euros pour l?installation dans les locaux, l?achat de matériel, la constitution des stocks. »
La création d?une entreprise emporte le droit de propriété sur celle-ci. Pourtant « un quart du financement des nouveaux projets repose sur des emprunts bancaires. ». Sans oublier les aides à la création qui profitent à près de la moitié des créateurs. Ce crédit, ces aides, socialisées qui abreuvent les entreprises ridiculise le « droit » à la propriété. L?entrepreneur emprunte à ceux dont il veut aliéner le travail le moyen de le faire et c?est par leur travail dans l?entreprise que ceux-ci se remboursent. Cette épargne sociale est privatisée par les banques qui décident suivant leurs intérêt financiers de son utilisation. Elle bénéficie à celui qui n?en supporte pas le remboursement. Il l'utilise à produire ce que bon lui semble.
En 2007, cinq années après leur création, près de la moitié des entreprises ont disparu. Le temps d?assécher les fonds personnels et familiaux, les crédits bancaires et les aides à la création. Sans eux la chute serait encore plus prompte. Pour celles qui n?ont pas encore disparu combien rognent sur tout pour maintenir leurs prix bas, nécessaires pour mettre à genoux l?autre, le détruire. Par principe, de bonne foi le propriétaire ne subit pas sur ses biens propres le passif de l'entreprise. C'est la collectivité qui le supporte.. Depuis le XIXe siècle et la systématisation des Sa, Sarl, etc., il n'est même plus responsable sur ses biens propres.
Ce droit d?entreprendre, ce désir d?entreprendre réduit à l?égoïsme sauvage de l?initiative individuelle, s?oppose au développement de talents, à leur mise en commun. Le détenteur du droit de propriété quelle que soit la manière dont il l?a acquis ou sa réalité, s?approprie la paternité de la création des richesses au nom de son pouvoir de décisions qu?il l?exerce personnellement ou par intermédiaire. Le contrat censé signé entre libres et égaux n?est qu?une constatation de la subordination du salarié dans les rapports de production. Le peuple produit les marchandises qu?il consomme. Mais il est exclu de cette production sociale, de son choix, de son organisation. Il n?en est qu?une force productive. Ses besoins deviennent son aliénation, leur production son exploitation et leur distribution sa domination. Cette exclusion dénie au peuple le pouvoir et donc toute recherche par le peuple d?un régime économique pour le peuple.
L?interrogation se précise. Le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi, le droit au choix et à l?action syndicale, le droit de grève, le droit à la participation et à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu?à la gestion des entreprises, inscrits dans le préambule de la Constitution de 1946 qui énonce cette série de principes politiques économiques et sociaux « particulièrement nécessaires à notre temps », mais pour faire quoi, comment ? Ces droits et libertés fondamentaux permettent d?instiller quelques bribes de règles qui contredisent l?ordre marchand et de les défendre dans le cadre imposé. Même si la la réalité vécue par les travailleurs, les adhérents, les militants de leurs associations représentatives s?en écarte. Mais ils n?agissent qu?à la surface, ne touchent qu?à l?organisation du travail des salariés dans l?entreprise, pas à leur place dans les rapports de production qui restent inviolables et sacrées. Ils confirment et consolident le principe marchand de la mise à disposition de leur force de travail, de sa rétribution même s?ils en ont conquis le droit d?en socialiser une part.
Deux réalités coexistent. Elles ne racontent pas la même histoire démocratique. Elle sont deux histoires radicalement différentes qui construisent deux opinions face à face, inversées, empêchant de penser autrement. Deux opinions qui contraignent l?une d?entre elle à une opposition radicale, contraire, au lieu d?être autre.
a écrit le 02/10/2012 à 14:37 :
tiens, ce qui se passe en ce moment ressemble à ce qui est décrit dans ATLAS SHRUGGED, écrit il y a plus de 55 ans pas ayn Rand, et à peine traduit en France en 2011 (sûrement parceque ce livre n'est pas politiquement socialo correct)
Réponse de le 02/10/2012 à 15:17 :
John Galt est un personnage fictif du roman d'Ayn Rand intitulé La Grève (ou La Révolte d'Atlas, d'après le titre original Atlas Shrugged). Bien qu'il n'apparaisse pas avant le dernier tiers du livre, il est le sujet de la question souvent posée « Qui est John Galt ? », laquelle ouvre et rythme le roman, ainsi que de la quête en vue d'en découvrir la réponse.

A mesure que l'histoire se déroule, on apprend que Galt est créateur, philosophe, et inventeur, représentant le pouvoir et la gloire de l'esprit humain. Il est présenté comme l'antithèse idéale de l'état de la société décrite dans le roman, une société basée sur l'oppression bureaucratique d'une poignée de fonctionnaires qui embrassent la philosophie de l'altruisme et de l'égalitarisme, c'est-à-dire du socialisme.

Réponse de le 02/10/2012 à 15:39 :
merci wikipedia :) En fait, Atlas shrugged veut très exactement dire "le haussement d'épaule d'Atlas" Atlas étant l'allégorie représentant les gens honnêtes vivant de leur travail et soutenant toute la société par leur labeur. Le jour où on les exploitent trop, ils se rebellent, soit en faisant grêve (le roman) soit en arrêtant de travailler (l'URSS).
Réponse de le 02/10/2012 à 16:31 :
"les gens honnêtes vivant de leur travail et soutenant toute la société par leur labeur". Tout a fait d'accord et quel respect pour ceux qui pendant 40 ans se léve a 04h00 du matin pour gagner 1000 euros dans des conditions déplorable.... Cela mérite un site internet et une union national pour améliorer leurs conditions... C'est humain de faire passer sa condition avant celle des autres. C'est humain de chercher des bouc émmissaire (Soit le patronnat, soit les étrangers selon les gouvernements). C'est humain de vouloir toujours plus. Et pourtant, c'est aussi humain ce désir de vouloir vivre en société. Relativiser cher entrepreneur, un jour vous serez rentier.... Et oui, grace a qui vous avez un toit au dessus de vos têtes... Grace a mon arrière arrière arrière grand père, comte et archi duc qui a bien voulu (une fois sa tete coupé) céder ses terres.... Tous ces gens qui ont besoin de moi pour dormir, cela m'exaspère. Tu rajoutes a ca ceux qui ont besoin des entrepreneurs pour travailler....
Réponse de le 02/10/2012 à 18:24 :
John Galt est un vrai représentant de la république "rose". Un Charles Fourrier non enclavé dans un phalenstère (suis plus très sur de l'orthographe), affranchi de la doctrine, lancé à la recherche de ce qui lui plait le plus, qui se révèle par conséquent l'activité dans laquelle il excelle le plus. Liberté, décentralisation et responsabilité (individuelle), la voie du salut.
a écrit le 02/10/2012 à 11:48 :
je cite le monde : Le mouvement est né vendredi 28 septembre au soir, mais possède déjà son site Internet, defensepigeons.org, enregistré au nom de Yael Rozencwajg, jeune patronne de l'agence de marketing digital Yopps.

source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/01/pigeons-la-grogne-des-entrepreneurs-gagne-la-toile_1768408_3234.html

ce mouvement n'a rien de spontané et de citoyen.
Réponse de le 02/10/2012 à 12:24 :
@ cornfakes : il me semble au contraire que c'est un mouvement parfaitement spontané de citoyens? quelle est sinon votre définition d'un mouvement spontané et de citoyen ????
Réponse de le 02/10/2012 à 12:57 :
Merci à cette jeune femme, que je ne connais ni d'eve, ni d'adam, d'avoir INITIE et donné un nom à un mouvement qui va croître c'est certain. Pour les petits entrepreneurs, pas de syndicats, pas de temps de délégation, pas de mise en disponibilité. Comment se faire entendre au milieu du vacarme et des manifestation de ceux qui ont le temps et le loisir d'en faire ? La petite musique de la pensée unique, la litanie des lieux communs et des biens pensants qui sont évidemment contre la pluie, la guerre et le malheur. Stop !! Je doute que cette agence sois derrière tous ceux qui s'expriment ici et ailleurs. Elle nous a donné une occasion depuis longtemps attendue. A nous, enfin, de la saisir pour nous faire entendre et résister à la violence d'un gouvernement qui finira par tuer tout désir d'entreprendre.
Réponse de le 02/10/2012 à 14:10 :
Il ne faut pas longtemps pour créer un site internet, particulièrement de la part de sociétés dont c'est le fond de commerce. Quant au journal le monde, il est évident qu'il va tout faire pour dénigrer ce mouvement. On joue de toute façon sur les mots et que ce soit spontané ou non, numérique ou physique, les entrepreneurs broient du noir. Le gouvernement semble vouloir liguer toute une partie de la population contre les personnes qui créent de la richesse et des emplois. C'est stupide et contre-productif, pour qu'il y ait redistribution il faut qu'il y ait production. Nous enclenchons une spirale qui ne peut que nous mener au désastre acceleré!
Réponse de le 02/10/2012 à 15:34 :
je ne veux pas de compte twitter ou facebook mais je soutiens ce mouvement.
Chef d' entreprise non rémunéré les 4 premières années!
a écrit le 02/10/2012 à 11:38 :
Bonjour,
Il y a une erreur fondamentale dans cet article: quand on lit attentivement le PFL, on constate que l'abattement de 40% maximum pour durée de détention ne considère que les détentions à partir du 1er janvier 2013. Cela signifie donc que tout entrepreneur ayant des actions depuis 12 ans ...devra attendre 2025 avant de bénéficier pleinement de cet abattement!
N'est-il pas hypocrite de la part du gouvernement de prévoir cet abattement (ce qui signifie donc que les rédacteurs du PFL pensent qu'un tel abattement est justifié) et en même temps nier la réalité (à savoir l'antériorité de détention des actions)?
Il me semble qu'un PFL corrigeant ce point serait acceptable par tout entrepreneur raisonnable.
a écrit le 02/10/2012 à 10:41 :
Tous les mois des millions de français paient leurs abonnements téléphonique presque par nécéssité et Free se gause d'avoir eu l'idée de l'année justifiant des bénéfices surnaturel.... Rien a voir avec une oeuvre d'art, qui souvent transmisse par héritage serait revendu (souvent a l'étranger) si les taxes était trop fortes. D'un coté, on a quelqu'un qui menace de fuir alors que toutes sa fortune est le produit des français, et de l'autre on a une oeuvre d'art que l'on veut conserver car c'est en partie grace a elle que la France est le pays le plus visité au monde et donc rapporte énormément d'argent a la France. Mais le patrimoine culturel ne pèse pas lourd dans les calculs des économistes et leur culte du profit. Je rappel juste que dans notre pays, le salaire minimun est de 1080? soit environ 15000? annuel brut donc approximativement 20fois moins que les 25% restant de 1million.
Mais bien sur qu'un entrepeneur prends des risques (le risque de se retrouver au SMIC).
Et bien sur, que les pauvres gens n'avaient qu'a aller a l'école et faire leurs devoir, peut etre qu'il gagnerait plus. En tout cas, je pense qu'il ont bien retenu l'histoire de la révolution française et les 3 mots magiques "Liberté, Egalité, fraternité".
A force de creuser des fossés tout en continuant a se plaindre alors que l'on a la chance (et très peu de mérite) d'être du bon coté cela va plus qu'éxaspérer ceux qui sont au fond du fossé (les 20% des français) ou ceux qui essaient de grimper (60%) pour se sortir du trou.
Réponse de le 02/10/2012 à 10:59 :
@ Colombe : depuis quand un abonnement téléphonique est une nécessité ? Free propose un forfait à 2 ?, le moins cher du marché. Free fait mois de bénéfices que FT, SFR ou bouygues, renseignez vous. La fortune de quelqu'un est sa fortune, pas celle de tous els français, la création de richesse collective cela n'existe pas. votre blabla est un parfait concentré de communisme, expliquez nous donc ce que veut dire "liberté, égalité, fraternité" ? si vous ne savez pas, je peux vous l'expliquer ainsi que ses origines philosophiques...
Réponse de le 02/10/2012 à 11:13 :
"Mais bien sur qu'un entrepeneur prends des risques (le risque de se retrouver au SMIC)."

Donc un entrepreneur est forcément un millionnaire en puissances, c'est ça ? Sachez mon/ma chèr(e) que la plupart des entrepreneurs, investissent toutes leurs maigres économies, ainsi que la quasi-majorité de leur temps (prenez les 35h... Multipliez les par 2 ou 3), sans même se rémunérer (et non le SMIC n'existe pas pour cette catégorie professionnelle). Et si leur aventure n'aboutit pas, finissent sans emploi (et sûrement pas chômeur, puisqu'aucune allocation ne leur est accordé).
Enlevez leur, leur dernière carotte et on verra ce qu'il feront. Parallèlement à cela, ces personnes, bien que ne se rémunérant pas forcement (ou très peu), crée des emplois eux souvent bien payés et imposables et leur société continue à payer leur taxe plein pot ; contrairement, à un Peugeot par exemple. Dans ces conditions là, qui vaut-il mieux sauvé ?

Par ailleurs, sachez que votre boucher (s'il existe toujours) est également entrepreneur. Demandez lui, ce qu'il en pense. Et pour peu qu'il approche la soixantaine, demandez lui comment il envisage son avenir ?

Enfin, vous parlez de "Liberté, Egalité, Fraternité". Il nous reste effectivement la liberté de nous endetter et de vivre à crédit... jusqu'à quelle point ? Pour l'Egalité, elle disparaitra le jour où le dernier ascenseur sociale disparaitra : je vous le donne en mille... l'entreprenariat. La Fraternité est un bien joli mot, mais j'ai l'impression que bien des français possèdent une relation plus fraternelle avec le grand groupe impersonnel à qui appartient l'usine d'à côté qu'avec sa boulangère.
Réponse de le 02/10/2012 à 11:39 :
@colombe : Un entrepreneur prend le risque de se retrouver au SMIC ? Vous avez vu ça où ? Faillite = 0 revenus. Pas même le RSA si vous êtes propriétaire à crédit.
Jolie formule lénifiante... "les 3 mots magiques". Posez vous des questions sur leur sens, au moins une fois dans votre vie.
Malheureusement, mis à part pour faire joli au fronton de nos mairies, je crains que vous ne vous aperceviez même plus, en les brandissant en étendard, que rien ne les illustre plus dans notre société.
Les privations de liberté sont de plus en plus criantes.
Les inégalités n'ont jamais été aussi nombreuses entre les "castes".
La fraternité ne s'exprime plus que dans les grand-messes "telethonienne" et "enfoirisantes". On aide à peine son voisin.
Si encore votre commentaire s'exprimait au second degré, on trouverait ça drôle. Là... c'est juste consternant.
Réponse de le 02/10/2012 à 11:49 :
à john galt=heuresement que vs etes la avec votre science c'est vrai que le peuple de gauche n a aucune culture philosophique et et que la revolution et ses emblemes ne sont pas enseignes a l ecole
Réponse de le 02/10/2012 à 12:10 :
Si le métiers d'entrepreneurs est si compliqué, (100 heures hebdo pour pas un euros... je me marre) quel est l'intérêt de le partiquer... Ah oui, pour la fierté de créer des emplois.... Un peu de sérieux.
Et oui, c'est vrai aussi que tous les boulangers de France sont au bord de la faillite. Un peu de sérieux. Dans l'ensemble, voir la trés forte majorité, ces gens la vivent beucoup mieux que 80% des français. Et pour info, vivre a crédit, c'est le quoitidien de ces 80%. Rien de choquant. Qui peut acheter une propriété 150 000? coutant?
Concernant le philosophe anti communisme, bien sur que la fortune de Niel lui a appartient mais pas ses revenus (soumis a l'impot. Peu importe son taux). Sinon cela s'appelerait....de l'extra libéralisme (on supprime les impots et chacun se débrouille avec ses moyens. Va falloir s'entrainer a fermer les yeux).
Réponse de le 02/10/2012 à 12:10 :
Si le métiers d'entrepreneurs est si compliqué, (100 heures hebdo pour pas un euros... je me marre) quel est l'intérêt de le partiquer... Ah oui, pour la fierté de créer des emplois.... Un peu de sérieux.
Et oui, c'est vrai aussi que tous les boulangers de France sont au bord de la faillite. Un peu de sérieux. Dans l'ensemble, voir la trés forte majorité, ces gens la vivent beucoup mieux que 80% des français. Et pour info, vivre a crédit, c'est le quoitidien de ces 80%. Rien de choquant. Qui peut acheter une propriété 150 000? coutant?
Concernant le philosophe anti communisme, bien sur que la fortune de Niel lui a appartient mais pas ses revenus (soumis a l'impot. Peu importe son taux). Sinon cela s'appelerait....de l'extra libéralisme (on supprime les impots et chacun se débrouille avec ses moyens. Va falloir s'entrainer a fermer les yeux).
Réponse de le 02/10/2012 à 12:19 :
@ Colombe : Si le métier d'entrepreneur est si facile et permet de gagner autant d'argent, pourquoi si peu de monde pour le pratiquer ? on entreprend pour un projet, la création d'emploi est une conséquence. Tiens, c'est curieux,les gens qui travaillent bien vivent mieux que ceux qui travaillent mal ??? rien de choquant. Qui peut acheter 150 000 euros coutant ? ceux qui économisent, pas ceux qui vivent à crédit comme les cigales. A bon, les revenuis de quelqu'un ne lui appartiennent pas ??? selon quelle philosophie svp ? trouvez moi un seul auteur libéral qui prône ce que vous affirmez être du libéralisme (moi j'enconnais un, mais c'est un peu différent, et vous ne le connaissez évidemment pas). L'extra libéralisme, tiens, encore un nouveau mot qui en veut rien dire ???
Réponse de le 02/10/2012 à 12:29 :
Le probleme cher colombe est ailleurs, quand un entrepreneur doit deja payer la TVA, qu a cote de ca Taxe/IS et RSI represente 49% de son chiffre d affaire.... je suis desole beaucoup d entrepreneur ne se versent pas de SALAIREEEEEEE!!!! a cote de ses taxes y a les investissement mobilier et immobilier a la fois pour demarer mais aussi pour croitre, innover et rester dans la course.... OR comme l a si bien d ailleurs dit un grand patron dans ce meme journal, la France entretien la rente qu elle soit fruit de l assistanat TOUT l assistanat: du Scellier, a la retraite a 55/60 ans, heresie bien francaise, en passant par le RSA et autre annerie du genre........ Plus largement c est pas en matraquant les salaries, les entreprise qui payent pour une personne 3 salaire (salaire+charges), et les independant que cela va s arranger. Ils faut supprimer toute les niches, et revoir radicalement l imposition: Un impots est bon quand il a une assiete large, touche un large spectre de la population, et n est pas confiscatoire..... La France de Hollande et Sarko fait tous le contraire
Réponse de le 02/10/2012 à 12:31 :
@ the snipers : montrez nous donc votre culture philosophique. Le fait d'appeler à la révolution me semble un peu maigre comme philosophie ....
Réponse de le 02/10/2012 à 12:36 :
Allons-y gaiement ! Les boulangers, la méconnaissance totale du quotidien de petits entrepreneurs, Niel, des % en vrac, des considérations économiques non comprises... Je comprends qu'une réflexion à ce point déstructurée aboutisse à des considérations et des conclusions à ce point limitées. Vous vivez dans un monde d'idée toutes faites, déconnectée de la réalité je le crains.
Réponse de le 02/10/2012 à 12:39 :
Mais ce cher Monsieur Niel, paient des impôts sur son revenu... Et sur son capital. La question est: Un Xavier Niel en puissance dans un future proche, est-il prêt à tenter l'aventure en France ? Je suis personnellement domicilier en Allemagne (pour des raisons personnelles), mais paie toujours mes impôts en France (bien que je n'ai pas eu un seul revenu depuis 8mois)... De telles actions, me font me demander si je veux rester Français, maintenant que l'opportunité m'est donnée. Mon coeur me dit que oui, mais mon esprit me dit : "Fuis, malheureux. Oublis Colombe et ses potes, on ne peut plus rien pour eux".

Pour ce qui est de la motivation, bien sûr que non, que ce n'est pas pour créer des emplois. La plupart sont mû par la volonté de développer leur propres idées. Certains aussi par le simple appât du gain et la volonté d'être rentier, ne le nions pas (mais c'est comme partout, t'as toujours des cons). Mais ça n'empêche en rien que ce sont ses personnes qui créent le plus de valeurs aujourd'hui en France. Continuons à les accabler et ils ne créeront plus rien ou ailleurs.

Pour les boulanger et autre commerçants... Demandez vous depuis quand vous avez acheter votre viande chez un vrai boucher, depuis combien de temps avez vous demandez les conseils d'un caviste pour votre vin, depuis combien de temps avez vous achetez votre pain du soir (je parle pas des croissants du dimanche, quoique même pour cela) chez un vrai boulanger. Maintenant demandez vous combien de fois au mois de septembre, vous êtes allez au supermarché... Il n'y a pas de miracle, ces commerçant ne sorte pas leur CA d'un chapeau et il ont besoin de clients.
Réponse de le 02/10/2012 à 12:43 :
@john galt =le monde a evolué mon cher et ma culture philosophique se porte bien( je vs remercie de vs en inquiéter) . je vs rappelle qu en 2012 etre de gauche ne veut pas dire appeler a la révolution, on peut etre de gauche et etre responsable et qu en ces tps de crise il vait mieux rassembler dans la solidarite que diviser dans l injustice .ou alors il faudrait que vs vs penchiez sur les ravages sociaux americains dans les annees 1980 ce n est pas de la philosophie mais un fait concret.
Réponse de le 02/10/2012 à 13:06 :
Responsable ? Mais de quoi êtes vous "responsable" ? "Il vaut mieux rassembler dans la solidarite que diviser dans l injustice" Vous êtes aussi contre la maladie et pour la bonne santé ? Le bon temps vaut mieux que les nuages ? Et que faites vous précisément pour "rassembler dans la solidarité" ? Ah oui. Vous choisissez un pseudo qui signifie "Tirer pour tuer". Bel exemple de rassemblement. J'imagine que je ne suis pas le seul à trouver ça infiniment drôle. Et aussi, inquiétant...
Réponse de le 02/10/2012 à 13:29 :
@ the snipers : "rassembler dans la solidarité que diviser dans l'injustice" blabla vide de sens. Que je sache, diviser dans l'injustice, c'est exactement ce que Mr Hollance fait non ? ses diatribes sur les patrons, les auto entrepreneurs, résultante de la lutte des classes, ce n'est pas diviser ? les impôts progressifs, spoliateurs par nautre, ce n'est pas de l'injustice ?
Ecoutez, les ravages sociaux américains dans les années 80, je ne les trouve pas, c'est juste un fait dans votre imagination ?!?!? de quels ravages parlez vous ???
Réponse de le 02/10/2012 à 14:08 :
@john galt=qd vs etes malade vous ne vous dites pas qu il vaut mie'ux etre en france qu aux usa et n ayez pas peur ce n 'est pas parceque la gauche est au pouvoir que les chars russes ou chinois vont descendre a paris .a vous lire j ai l impression d avoir a faire a du mac cartisme des annes 50.evoulez un peu
Réponse de le 02/10/2012 à 14:25 :
Discution stérile et démagogique: pas de gens pour prendre des risques et entreprendre = pas de créations d'entreprises = pas d'emploi = pas de création de richesse = pas de redistribution. Reste les entreprises d'état (faillitaires) ou les kolkhoz (mais on a vu que ça ne fonctionnait pas).
Réponse de le 02/10/2012 à 14:46 :
Merci de comparer notre système avec des pays civilisés (pas comme les US ou GB). Savez vous qu'au GB les cours d'EPS sont supprimé dans l'éducation national car trop cher. Donc 10% de scolarisé dans le privé. Savez vous qu'au US, seulement 20% de la population a consulté un dentiste dans les 5 dernières années... Pour ceux qui usent du chantage qui consiste a dire que sinon ils iront ailleurs, ils ont bien de la chance de pouvoir se payer des voyages.... Redescendez sur terre et confrontez vous au vrai problème de la majorité de la population : FINIR le mois en positif, en bonne santé, et avec des enfants un minimun heureux et éduqué (pour éviter les fautes :)). Pour le mythe qui consiste a vouloir faire pleurer dans les chaumières comme quoi les entrepreneurs sont les plus a plaindre sur terre, on repassera. La personne qui persiste a travailler 150heures hebdo pour nada, doit comprendre que sa place est peut etre d'ailleurs un balai au smic car visiblement il est pas fait pour ca. (Moi aussi jvoulais etre footbaleur pro mais a un moment donné faut ouvrir les yeux). Pour tous les autres entrepreneur qui a la fin du mois et après toutes les taxes et les impots de la terre arrive a mettre de l'argent de coté voir plus que raisonable, merci de participer a l'effort national qui consiste a sortir de la crise. Le plus riche des français a une fortune de 40 Milliard, la France a besoin de 30 Milliard....
Il aurait des coui****, Il deviendrait un dieu vivant. En +, vu que rien n'ai du a la chance, il pourra se refaire rapidement.
@ Jhon Galt: Renseigne toi sur autre chose que de la philosophie mais plus sur des choses terre a terre comme le pourcentage de Français soumis a un crédit. Economiser 150 000, en dehors du monde réelle...
Réponse de le 02/10/2012 à 15:13 :
@Colombe : US et GB pas civilisés : affirmation sans arguments. Je vous rappelle que la GB a des dépenses publiques de 52 % du PIB, très loin de l'ultra libéralisme...
L'EPS supprimée en GB => c'est faux, quelles sont vos sources ?
aux Us, seulement 20 % de la populatino a consulté un dentiste => c'est faux, quelles sont vos sources ? En quoi le fait que mon voisin a du mal à finir son mois implique que je doive payer 65 % de ce que je gagne comme impôt ? Vous avez besoin des entrepreneurs pour vivre, mais vous ne le savez même pas ... regardez des pays comme la corée du nord, cuba ou l'URSS comme ils vivent bien sans entrepreneurs ... Donc, pour vous, seule une minorité doit participer à l'effort national, et de quel droit ? quelle est votre justification ? tout votre labla n'est qu"affirmations sans fondements réels ou de faits.@colombe : il vous faut réellement redescendre sur terre, vous savez ce que c'est que le solidarisme ? vosu l'employez continuement alors que c'est une ineptie franc maçonne et socialiste anti démocratique, anti économique, injuste et immorale... mais c'est vrai que pour vous, la justice, la morale, ça vous passe au dessus de la tête ...
tiens, j'ai des infos poru vous : vous savez que 20 % des américains mangent des petits bébés communistes au petit déjeuner ? qu'en GB, on interdit l'école aux petits enfants socialistes ? etc etc etc vous débitez des bétises au kilomètre ...
a écrit le 02/10/2012 à 10:40 :
Quoi ? le socialisme ne marche pas et attise la haine entre citoyen (autre nom de la lutte des clases) ? Quelle surprise, c'est bien la premirèe fois que le socialisme ne marche pas et qu'il fait le malheur des gens ... La France va faire faillite comme la GB en 1977 et la Suède en 1992, et après on pourra repartir, mais seulement si on abandonne nos vieilles lunes socialistes à l'oeuvre depuis 40 ans en france (vge : le monopole du coeur)
Réponse de le 02/10/2012 à 11:20 :
parce que le capitalisme a outrance a fait mieux???? et il n y a rien a lui reprocher????
Réponse de le 02/10/2012 à 11:45 :
@ the snipers : qu'appelez vous par "caitalisme à outrance" ? quelle est votre définition du capitalisme d'ailleurs ?
Enfin, il me semble que l'on vit bien mieux (doux euphémisme) dans les pays occidentaux depuis 200 ans grâce au capitalisme libéral que partout ailleurs dans le monde, non ? à moins que je ne me trompe-je ?
Réponse de le 02/10/2012 à 12:21 :
@ john gate=le capitalisme n est pas mieux mais le moins mauvais des systemes en revanche il est indeniable que le capitalisme a outrance version reegan et tatcher n aura pas mon approbation par principe que l on vit en communaute et qu ils ont laisse trp de gens sur le bord de la route........non???
Réponse de le 02/10/2012 à 12:38 :
@the snipers : ben ... non .... vous n'êtes pas aucourant des conséquences de politiques reagan et thacher : croissance retrouvée, niveau de vie mutilplié par 2 en 12 ans, pauvreté rédutie à presque rien (normal, avec la croissance).
Pourquoi croyez vous que reagan et Tchacher soeint les hommes politiques préférés de leur pays respectifs s'ils étaient si monstrueux ?
Réponse de le 02/10/2012 à 12:45 :
a quelle prix aussi je vs rappelle qu on vit ds une communaute et que le candidat republicain au usa qui se revendique de reegan ne rencontre pas un tres fort echos et tatcher demandez donc aux employes de siderurgie du nord de l angleterre ce qu ils en pensent
Réponse de le 02/10/2012 à 13:37 :
@the snipers : mais à quel prix justement ? La pauvreté très fortement diminuée, la croissance relancée (alors que la GB était ne faillite après 30 ans de socialisme en 1977, c'est un fait, renseignez vous) richesse des gens multipliée par 2, la fin du communisme grâce à la guerre des étoiles, ma foi, je connais peu de personnage politique à pourvoir revendiquer un tel bilan (renseignez vous, ce sont des faits). Sur l'écho de Romney, il est bien évident que si vous écoutez la majorité des medias, totalement inféodés à Obama (fait parfaitement connu, comme les médias très majoritairement de gauche en France) .. Les ouvriers des sidérurgies du nord de l'Angleterre, ou de la France ? En quoi la politique de Mitterrand s'est différenciée sur le plan de la sidérurgie ? ce n'est pas la faute à tchacher si ces activités n'étaient plus rentables, en GB comme en France. En en France, demandez aux employés des sidérurgies ce qu'ils pensent de la politique de Mitterrand (vous tombez mal, j'en viens, et je me souviens encore des promesses (non tenues) de Mauroy en 1982 ...) tiens, un autre fait : le chomage de masse français dure depuis 40 ans, et n'est jamais redescendu sous les 7.5 %. En GB, de 1985 à 1995, il était inférieur à 2.5 % ... cad le plein emploi ... si ce n'est pas social cela ... Merci margaret et merci tonton ...
Réponse de le 02/10/2012 à 14:10 :
et ils etaient payes combien de l heure le salaire minimum en grande bretagne est tres recent(j major)
Réponse de le 02/10/2012 à 14:36 :
@ the snipers : et oui, le salaire minimum est très récent en GB, c'est Tony blair (et non john major) qui l'a mis en place en 1999. Et en 10 ans, le chomage est passé de moins de 3 % de la population active à plus de 8 %, malgré l'embauche de 1.5 millions de fonctionnaires (pour 52 % de dépenses publqieus dans le PIB, on est très loin de l'ultra libéralisme en GB non ?). Car vous ne semblez pas le savoir, mais le salaire minimum, ça crée du chomage et cela diminue le salaire de l'ensemble des salariés ... Mais vous allez me dire qu'il vaut mieux un salaire minimum pour tout le monde et des chomeurs assistés que du travail pour tout le monde, avec des salaires conséquents et qui progressent (résultante obligatoire de la croissance économique, car la croissance vient de la hausse de la productivité, seule action permettant la hausse des salaires et des avantages sociaux ...) Dur dur la réalité économique qui dément les idéologies collectivistes non ?
Réponse de le 02/10/2012 à 15:05 :
@ john galt=ce que vs expliquez la est de l ultra liberalisme or je vs rappelle que l on vit dans une communaute avec un modele social et le probleme de ceux a qui on demande de faire de gros effort n est pas de savoir si ils gagnent ou perdent de l'argent mais de combien ils gagnent et ca ne leur suffit pas qd on touche ses revenus de france on est redevable de l impot francais c est pas du nationalisme mais du patriotisme et meme si vous avez raison sur tony blair je vous pose une question comment finance t on la retraite avec votre systeme ainsi que l assurance maladie
Réponse de le 02/10/2012 à 15:47 :
@ the snipers : il n'y a pas de différence entre le libéralisme et l'ultra libéralisme. ce dernier mot ne veut rien dire . Je vous rappelle que nous vivons dans le pays des droits de l'homme de 1789, cad dans un pays libéral, à qui on a imposé en 1945 pour des raisons historique un modèle social collectiviste qui ne marche pas et rend les gens malheureux. Quand on gagne de l'argent en France, on est redevable de l'impot en France, ce n'est pas du patriotisme, c'est une régle fiscale (les étrangers résidant en France payent des impots en France). Le problème, c'est que les efforts sont toujours demandés aux mêmes, et cela, ce n'est pas de la démocratie ni du patriotisme, mais du collectivisme. Avec mon système, comment on finance la retraite ? très simple je vous encourage à aller voir la réforme du système des retraites au Chili, copié depuis par plus de 30 pays (dont la suède et la GB tout récemment) pour savoir comment on passe à un ssytème par capitalisation, seul système viable, efficace et surtout, surtout JUSTE, et qui favorise les plus pauvres !!!! Pour l'assurance maladie, tout a déjà été dis : privatisation et mise ne concurrence des mutuelles et des offres de soins, et vous verrez les prix diminuer et les gens être mieux soignés pour moins cher (pour information, les cliniques privée en France sont 30 % moins chères que l'hopital pour les mêmes actes médicaux, et il n'y a pas d'attente ...) Si le système de santé français est efficace, c'est grace à sa partie libérale, pas à son financement socialisé. Allez voir, s'il vous plait !!!!
Réponse de le 02/10/2012 à 16:28 :
" je vous pose une question comment finance t on la retraite avec votre systeme ainsi que l assurance maladie" je vous retourne la question, comment les finance t on aujourd hui, hormis en allourdissant la dette deja enorme pour la generation post 70, on la double encore pour celle d apres????? En augmentant encore les impots et taxes sur les createurs, entreprenneurs, travailleurs...... On a plus le luxe de "favoriser" l oisivete a tout age et toute couche confondu, le systeme s ecroule et vous ne le voyez meme pas. Le systeme que vous defendez tant ne MARCHE PLUS, il n est pas facteur de croissance, ni d elevation du niveau de vie, encore moins d egalitarisme comme vous le dites, il est facteur de ghetto de Grenoble a Paris et de Marseille a Lille, il est facteur de desindustrialisation, d echec scolaire..... Car vous continuez a bercer tous de l illusion qu il est possible d avoir un "partage juste et egal des richesses" ce qui est totalement faux, il y aura toujours des Steve Jobs et des petites mains pour assembler l ipod le tous c est que tous le monde profite de la croissance d apple, avec votre systeme Steve Jobs il part assembler ses ipod en Chine, on continue a faire croire que la Siderurgie a un avenir en europe, que l automobile de consommation peut continuer a etre produite en masse........ Eh bien NON sans innoveteur, sans systeme fiscal et social qui les favorise la croissance ne peut etre! Vous voulez une autre illustration que celle d apple???? Il y a 10 ans l entreprise leader dans le photovoltaique etait FRANCAISE, sauf que votre systeme qui s endort sur des "acquis sociaux" a continuer a faire tourner a perte qui l industrie auto, qui la siderurgie...... Du coup aujourd hui sur les 10 premiere 8 sont Chinoise,les 9 et 10 sont Allemande et Americaine...... Va encore falloir combien de "crash" d innovations creatrices d emplois et de richesses de demains pour vous faire comprendre qu on a deja un pied dans l abime et qu on s apprete a y sauter a pied joint!!!!! A force de voulour maintenir un systeme mort et mortifere, on va finir par l etre, rachete par les Chinois qui font tant peur!
Réponse de le 02/10/2012 à 16:48 :
deja il y a une difference entre liberalisme et ultra liberalisme(cf fransisco vergara) et que votre vision prouve que vs portez le liberalisme a son paroxysme.que la france se soit dote d un modele social ne veut pas dire que ce soit devenu l urss de brejnev.un peu de nuance vs ferait du bien qui de plus est approuve par une grande majorite de gens a tel point que les usa eux memes viennent de se doter d un systeme de protection sociale.je trouve egalement normal que des gens qui ont travaille et qui se retrouvent au chomage (il existe meme des licenciement boursiers)ou a la retraite touche de l argent pour ne pas vivre pr certains mais survivre.il y a qd meme des gens qui touchent leur revenu de france et que ne paient pas leur impot en france et c'est tt a fait anormal.tout le monde fait des efforts et il est normal que ceux qui ont le plus de moyen paient plus que les autres surtout que ceux qui veulent s'exiler ne se posent pas la question de savoir si ils gagnent ou si ils perdent de l argent mais combien ils gagnent et leur niveau de vie ne va pas bcp changer et excusez moi mais ceux qui se sauvent ne font pas preuve de bcp de patriotisme.et enfin je n ai rien contre le chili mais je ne suis pas persuade que tout le monde en france ait les moyens de faire une retraite par capitalisation surtout ac l inflation qui meme si elle est maitrisee existe.
en conclusion j ai qd meme eu bcp de plaisir a m entretenir avec vous =la difference d opinion n empeche pas le respect
Réponse de le 02/10/2012 à 19:14 :
Débat très interressant chers amis. Il semblerait malgré tout que nos dirigeants actuels vont à l'encontre de ce qui se fait partout ailleurs. Vraie spécificité française et grosse vista de notre président ou accélération de la chutte? Les quelques mois à venir nous le diront, mais si on se plante quel bouc émissaire vont-ils trouver ? Avant c'etait facile: la secheresse, la faute a Sarko, plus de nutella au supermarché, la faute à Sarko, la crise idem. Et maintenant?
a écrit le 02/10/2012 à 10:21 :
Vu comme tout cela est parti, il ne faut pas douter une seconde du désastre qui se profile. Un désastre d'une telle ampleur sociale, puisque qu'il sera l'addition de la déception des uns à de la spoliation des autres, qu'on peut craindre le pire.
Quand on arrive par bêtise, incompétence et idéologie à démolir les espérances et l'avenir de tous, d'une extrême à l'autre (ce qui est quand même un exploit), on détruit l'idée même de la nation et du bien commun. C'est un crime évidemment, et le procès viendra vite. Celui de l'opinion à commencé.
De tout temps et en tout lieu, le "trop c'est trop" à conduit aux révolutions. Patience...
Réponse de le 02/10/2012 à 14:22 :
@ patience=la peur de mai 1981 est finie respectez les urnes
Réponse de le 03/10/2012 à 16:45 :
Le tout petit problème avec la parodie de démocratie qu'on nous propose, c'est que les urnes sont remplies de cendres, non de bulletins.
a écrit le 02/10/2012 à 9:37 :
Moi qui doit tout à la France , je pars pour l étranger bien au delà des taux d imposition c est cette délation ambiante qui m est insupportable
Non à l égalité oui l équité
a écrit le 02/10/2012 à 9:35 :
SIMPLE : quel est le poids electoral des uns ( les entrepreneurs au sens large ) et des autres ( salariés du secteur public/ parapublique, beneficiaires des prestations de "solidarité", habitant des DOM TOM,...)? Par ailleurs, qui peut penser que les 75 % ne vont réellement durer que 2 ans , que se passera t il au bout de 3 , on demandera à une autre catégorie sociale de prendre le relais ? Bien sur que non !
a écrit le 02/10/2012 à 9:16 :
Ce qu'il y a de choquant dans le calcul des plus values( toutes les plus values ) c'est que l'on fait payer des impôts sur la dévaluation de la valeur de la monnaie autrement dit sur l'illusion monétaire
si vous avez eu un terrain en héritage dans les années 70 qui se rend compte que si vous vendez votre terrain aujourd'hui (avec le nouveau texte en préparation) avec une pseudo + value de 400 % vous ne faites aucune + value réelle ;vous récupérez la valeur du pouvoir d'achat de votre héritage....lequel sera passé à la nouvelle moulinette fiscale
votre IRPP et ISF ne seront pas indexés :sans parler de l'assurance vie ou les seuils sont toujours les mêmes depuis des années
payer des impôts oui mais sur de vrais gains
Réponse de le 02/10/2012 à 11:34 :
Enfin je trouve quelqu'un qui comprend que ce que l'on appelle "plus-value" n'est qu'un VOL ! Car,l'on ne fait que compenser l'inflation ,C'est Une Evidence car si l'on veut ,ensuite, acheter le même bien (ou équivalent !) il faudra bien payer le même montant !!!. C'est notre grand argentier , de l'époque du fameux interdit à la Banque de France de "battre monnaie" ,qui a pondu cette arnaque : C'est V G E !!!
Réponse de le 02/10/2012 à 11:47 :
@ xxx : arrétez avec cet accord entre VGE et la Banque de France, cela n'a jamais empéché la banque de france de battre monnaie. La preuve ? les 3 dévaluations successives de mitterrand en 1981-1982....
a écrit le 02/10/2012 à 9:02 :
Les sauveurs de la France ou qd patriotisme se conjugue avec interets prives. A qd un mouvement des retraites refusant de payer l'impot car il ont fait la richesse de la France, des sous traitant du nucleaire car ils protegent nos enfants du pire des perils, des medecins qui les vacccinent, des entreprises de l'armement qui empeche toute invasion de l'hexagone. A tous cela un seul reponse: lobbying. Esperons que ce gvt comme les suivant ne se laissera pas impressionner. Qd je pense au parton de Free dont le gvt a fait la fortune c'est simplement honteux. Et on voudrait nous faire croire que le risque c'est la fin de l'entrepreunariat....
Réponse de le 02/10/2012 à 9:42 :
Le gouvernement se laissera peut-être impressionner quand il y aura 8 millions de chômeurs, que le PIB régressera de 5% par an, que le nombre de pauvres dépassera 25% de la population, que l'AFT ne pourra plus lever chaque jour un milliard de dettes sur les marchés (si, si, un milliard chaque jour)... Mais est-il vraiment indispensable de passer par la case faillite avant que les politiciens comprennent le côté profondément criminel de leur idéologie collectiviste ? Faut-il vraiment sacrifier la population française pour qu'ils ouvrent enfin les yeux ? Faut-il vraiment détruire le pays avant que les politiciens de gauche ou de droite renoncent enfin au socialisme ?
Réponse de le 02/10/2012 à 13:58 :
Et pourquoi pas la fin du monde. Une peu de distance avec le sujet vous ferez du bien. Encore une fois, il ne s'agit que de proteger les interets de quelques uns. Vous devriez plutot vous attecher a expliquer en quoi cette reforme fiscale est nefaste. Et, cela impose d'aller au dela de l'argument selon lequel taxer cette categorie est a ecarter sous pretexte qu'il s'en suivra un cataclysme planetaire, ou que certains doivent echapper a l'impot par nature et d'autres etre saignes sans retenue...
Réponse de le 02/10/2012 à 14:24 :
@ DRRW : "expliquer en quoi taxer cette catégorie est néfaste" ??? très simple : les entrepreneurs sont les seuls à créer de l'emploi et de la richesse en grande quantité. Or l'emploi et la création de richesse sont nécessaires (je ne vais pas vous démontrer cette évidence). si vous les découragez par une taxation vexatoire et spoliatrice (ce qui est le cas depuis 40 ans maintenant) vous avez le chomage de masse et une attrition de la croissance (passée de 6 % par an pendant les 30 glorieuses à 4 % par an dans les 70, 2.9 % dans les 80, 1.9 % dans les 90, 1.1 % dans les 2000, et 0 voire négatif dans les années 2010). Ce n'est pas possible ? Ah bon ? et la corée du nord et l'URSS, ils ne se sont pas effondrés ??? Enfin, plus philosophiquement, ces taux d'impositions progressifs constituent une atteinte flagrante au droit de propriété, qui est l'autre nom de la Liberté. Toute atteinte aux droits fondamentaux est néfaste économiquement, parfaitement injuste et clairement immorale.
Voilà, les arguments économiques et philosophiques développés ici vous suffisent-ils ?
a écrit le 02/10/2012 à 8:54 :
UMP = socialisme = PS. Les Français n'ont plus qu'à payer, payer encore, payer toujours. UMP et PS donnent l'illusion de l'alternance mais c'est un véritable vol démocratique qui est pratiqué à grande échelle. Il n'y a rien à attendre non plus de la Pen ou de la Méluche : eux-aussi sont fondamentalement socialistes, en version violente. Les pigeons n'ont pas fini de se faire plumer et les moutontribuables de se faire tondre.
a écrit le 02/10/2012 à 8:46 :
On ressent la fin d'une grande nation, tout cela est grave. Il s'agit vraiment de la fin définitive d'un époque. Notre pays se meurt et on voit bien que les taxes, la violence, les religions/immigration, la justice (faite sois-même) , les centrales nucléaire pourrit, Air France malade, Renault; PSA, ... que globalement ça s'écroule doucement. La ou personnellement je suis inquiet (perso autoentrepreneur) c'est de sentir qu'il n'y a pas beaucoup d'espoir pour que les choses s'arrangent, Sans espoir ou envie il ne reste que la déchéance (personnel ou société). Il y en beaucoup que ça ne dérangent pas car ils sont déjà assistés et habitués à regarder la tv en boucle, mais pour les autres cela fait peur !
a écrit le 02/10/2012 à 3:31 :
En France il y a surtout le divorce entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. La clique des privilégiés avec indemnités non-imposables a du souci à se faire. L'an prochain il pourrait bien avoir un million de personnes devant le parlement, million de personnes qui ne viendront pas en amis.
Réponse de le 02/10/2012 à 5:07 :
Sans oublier les magouilles et compagnies. Les copinages qui attribuent des logements sociaux en centre ville f4 flambants neufs a des personnes seules pendant que des familles attendent depuis des annees. Des emplois fictifs a la mairie, au conseil general... Parce qu on est copain avec l elu local ps ou ump. Les 100 000 elus en France, un elu pour 100 habitants: record du monde. La liste est tellement longue...
a écrit le 02/10/2012 à 0:16 :
Il est plus que temps de tourner la page PS-UMP, cette bande d'incapables ne travaille pas pour les intérêts des Français, on peut même penser qu'ils travaillent à notre perte.Haute trahison.
a écrit le 01/10/2012 à 20:59 :
les autoentrepreneurs cotisent au RSI (et plus encore dorénavant ) mais ont-ils des droits au RSI, puisqu'ils cumulent souvent avec un statut de chômeur, de salarié, ...??
a écrit le 01/10/2012 à 20:57 :
"auto-entrepreneurs, dont le statut est dans la ligne de mire de la gauche qui n?y voit qu?une forme de précarité de plus" ... le gouvernement veut, en les surtaxant, le bonheur du million d'autoentrepreneur contre leur gré, et ils ne s'en rendent même pas compte ..!! Quels ingrats !
Réponse de le 02/10/2012 à 8:11 :
C est également la taxation abusive du patrimoine du travail d,es PME taxé à plus de 60% sur la cession des parts qui est inacceptable pour des PME de moins de 30 salariés . Ce n est plus un impôt mais une dîme , une taxation ou l on nous prend pour des esclaves et qui coupe les jambes aux entrepreneurs comme moi. Hollande m à tué. Hollande tue la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :