Hollande : le mur de la confiance, c'est maintenant !

 |   |  1181  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : A.Caen)
Pour qu'il y ait de la croissance, "le premier principe, c'est la confiance", a expliqué le président. Chiche ! Mais la confiance ne se décrète pas, pas plus que la croissance d'ailleurs.

Le hasard du calendrier a voulu que l'interview, imprévue et improvisée, du président de la République qui a convoqué les journalistes de TF1 et de France 2 inopinément dans les jardins ensoleillés de l'Elysée en ce 14 juillet 2013 a coïncidé avec l'ascension, pour la quinzième étape du Tour de France, du Mont Ventoux, étape mythique s'il en est, étape difficile et exigeante pour les coureurs (Nicolas Sarkozy, célèbre cycliste, en sait quelque chose !). Le symbole de la montagne provençale, un véritable mur pour ceux qui s'y sont essayés, vaut bien qu'on s'y attarde, en ce moment très particulier du début du quinquennat. François Hollande s'apprête en effet à engager, dans les mois qui viennent, l'ascension la plus difficile, celle des réformes qui permettront, on l'espère, de remettre la France dans la course. Sinon au maillot jaune, mais au moins au podium européen.

Entendre le président de la République engager cette étape dopé par un souffle d'optimisme peut faire sourire les sceptiques, mais c'est après tout une bonne nouvelle de voir qu'il y a au moins une personne en France qui croit en la reprise économique, et que cette personne soit le chef de l'Etat. « La reprise est là », a donc assuré François Hollande comme un mantra. Il faut évidemment une certaine audace pour l'affirmer, alors que les nouvelles restent inquiétantes. La France subit les conséquences de la récession européenne, ne parvient pas plus que les pays du sud à réduire ses déficits et à stabiliser sa dette, voit son taux de chômage s'envoler à un rythme inquiétant tandis que les défaillances d'entreprises (15.000 au deuxième trimestre) laissent entendre une toute autre musique.

Le président de la République, enfermé dans sa tour de l'Elysée, est-il victime de ce syndrome si courant qui affecte les monarques républicains, celui du déni de réalité et de l'effet placebo, qui est à la politique ce que la médecine est au docteur Schnock ? Voir une brise printanière dans quelques signes encourageants de la production industrielle,de la consommation et des intentions d'embauche est exagéré. François Hollande lui-même a d'ailleurs reconnu que ce vent est encore très léger.

Dans ces conditions, que peut faire le chef de l'Etat, au moment où tous les Français sont ou vont entrer dans la trêve estivale ? "Pour qu'il y ait de la croissance, le premier principe, c'est la confiance", a expliqué benoitement le président. Rassurer est incontestablement la fonction du chef de l'Etat. Inspirer confiance est plus difficile, d'autant que le président ne peut pas s'appuyer pour cela sur celle des Français. Selon le baromètre Ipsos-Le Point du 15 juillet, François Hollande perd encore 1 point, à 71% d'opinions défavorables en juillet. La pente reste forte, mais elle va toujours dans le mauvais sens.

Fixer le cap et s'y tenir, voilà surtout la stratégie décidée par François Hollande, qui n'a rien annoncé que l'on ne sache déjà, ni sur les retraites, ni sur le projet de budget. Tout juste s'est-il engagé à limiter le plus possible les hausses d'impôts, qui de toute façon ont déjà été en grande partie annoncées (6 milliards d'euros supplémentaires en 2014, principalement sur les entreprises). Il n'y a guère de bonnes nouvelles à venir de ce côté là, la seule étant que le gouvernement et la majorité commencent à prendre conscience que le seuil de douleur fiscal est dépassé.... Poursuivre la baisse des dépenses de l'Etat ? C'est clair, le budget 2014 sera le premier à voir diminuer les crédits depuis trente ans. C'est une bonne nouvelle, mais qui n'est pas à la hauteur de la gravité de la maladie. L'Etat parvient, sans doute, à mieux maitriser ses dépenses, mais il ne parvient pas à s'attaquer aux vrais problèmes, c'est-à-dire la dérive des dépenses sociales et des collectivités locales.

« La France est un grand pays » et la responsabilité du président de la République est de la préparer à l'avenir en investissant dans les technologies d'avenir, le numérique, les transports de demain et la transition écologique... Très bien, mais les Français n'attendront pas 2020 pour en voir les premiers effets. Il y a une impatience croissante dans le pays, et des résultats qui tardent. La conjoncture sera meilleure au deuxième semestre, dit François Hollande... Sans doute, même si ce n'est pas encore garanti sur facture. François Hollande a raison d'être optimiste et de dénoncer le pessimisme excessif de l'opinion. Mais à force de montrer qu'il temporise en attendant la reprise, il court le risque que la France ne soit pas prête au moment où celle-ci, inévitablement, se montrera effectivement.

En fait, le président de la République se repose à l'excès sur ses acquis. Le principal à ses yeux, qu'il met à toutes les sauces, est le Crédit d'impôt compétitivité emploi mais celui-ci ne suffira pas à régler le problème de compétitivité des entreprises françaises. Le gaz de schiste pourrait être une solution, mais François Hollande a exclu de rouvrir ce dossier qui mettrait à bas son accord politique avec Europe Ecologie Les Verts. Le deuxième atout est l'accord national interprofessionnel de janvier, traduit en loi de sécurisation du marché du travail, mais ce texte certes novateur est très loin d'apporter la solution ultime aux freins à l'embauche dans le privé, surtout dans les PME, peu concernées.

Pendant que François Hollande parlait, ce dimanche 14 juillet 2013, pour ne pas dire grand chose, et que les coureurs cyclistes du Tour de France gravissaient le mont Ventoux, gagné au finish de façon magistrale par le maillot jaune Christopher Froome, les risques qu'encourt l'économie française demeurent et restent largement ignorés. Il est frappant de constater que le sujet de la crise de l'euro n'a même plus été évoquée par le chef de l'Etat. Selon lui, « la crise est finie ». En réalité, depuis quelques semaines, elle ressurgit : le Portugal connaît une grave crise politique sur fond de rejet de l'austérité et ses taux d'intérêt flamblent. L'Italie a été une nouvelle fois dégradée par les agences de notation. Et la France a perdu, vendredi 12 juillet, son dernier Triple A, celui accordé par l'agence de notation française Fitch Ratings, au motif principalement que sa croissance est insuffisante pour crédibiliser le calendrier du désendettement. Il ne manquerait plus que les taux d'intérêt poursuivent leur ascension en France pour que François Hollande, déjà affecté par le mur de la défiance qui éreinte sa popularité et sa capacité à agir, rencontre désormais le fameux « mur de l'argent » qu'il a jusqu'ici réussi à éviter. La chance, cela arrive. Lionel Jospin l'a connue en 1997. Mais elle ne dure pas toujours. Et le compteur tourne...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2013 à 6:02 :
En effet la confiance est cruciale pour la reprise. Mais Nul 1er, avec ta politique socialo-communiste conFISCatoire, la confiance est complètement érodée... la reprise ne sera donc pas au rendez-vous tout simplement. Tes messages démagogiques te font honte...
a écrit le 15/07/2013 à 18:00 :
Qui est ce Docteur Shnock auquel vous faites allusion ? Vous ridiculisez le propos de votre article par des allusions littéraires bien hasardeuses...
a écrit le 15/07/2013 à 16:57 :
Dans nos régions de l'ouest, la crise ne donne pas l'impression d'être à son maximum, beaucoup de jeunes sans grand métier de nos connaissances travaillent (je dirais même presque tous mis à part des gestions d'assedic).
La conso avec les soldes a été impressionnante.
La reprise est possible si toutes les régions réagissent de la même façon.
Mais s'il y a de la reprise, notre président n'en tirera aucun bénéfice, la droite revancharde continuant à distiler son venin.
Réponse de le 15/07/2013 à 17:39 :
Pemmore, si vous êtes content, c'est très bien...
Réponse de le 16/07/2013 à 6:47 :
Rien ne vaut la vie de fonctionnaire. On ne connait pas le chômage. Garanti de l'emploi et pas grand chose à faire. Retraite assurée. On arrive parfois à arrondir les fins de mois d'une façon ou d'une autre. Surtout pas de stress.
Réponse de le 16/07/2013 à 15:27 :
Tout à fait! Seul la vie de fonctionnaire (et de retraité pas trop pauvre) vaut la peine d'être vécue!!!!!!!!!!

C'est malheureux de le dire, mais OUI!

Mes parents étaient fonctionnaires, la vie tranquille!!!!!

Il faut y rentrer, après, plus de stress!

Le privé est devenu une fosse aux requins dirigée par les patrons du CAC40!

Ceux qui sortent de l'arène, déme...rdez-vous!!!!!!!!!!!
a écrit le 15/07/2013 à 15:08 :
Lee emplois bien payés se raréfient mais nous avons obtenu de nombreuses avancées sociales en contrepartie avec ces gouvernements qui se succèdent : le mariage pour tous , les salles de shoot , les interdictions de fumée , la découverte des niches fiscales que représentaient à leur insu les parents isolés , les retraités et les personnes agées qui paient des impots , mais dont la représentante governementale serait soumis à l'isf , sic , d'autres avancées sont à l'étude , et il y a une expression actuellement à la mode " il n'y a pas de sujet tabou" , je pense qu'il s'agit encore des retraités et des personnes agées imposables en priorité , mais , quand nous aurons été désactivées si une loi est votée , il faudra trouver d'autres sources de revenu mais c'est en cours : découverte de 900000 nouveaux contribuables par la modifiction des quotients familiaux , etc...
a écrit le 15/07/2013 à 15:05 :
Maintenant la mode pour chaque pays c'est de dire que la crise est dernière nous que la crise est finie que la reprise est là enfin que cela repart. Ah nos hérauts politiques ont bonne mine le problème c'est que la fête est finie que c'est trop tard et quand on en voit un aussitôt le mot menteur arrive encore plus vite que la salive. Je ne vois pas comment cette Union européenne pourrait tenir encore dix ans?
a écrit le 15/07/2013 à 13:18 :
...par les salaires du plus grand nombre (pour maintenir et augmenter les revenus du plus petit nombre) par les prestations sociales et les retraites etc etc, voilà comment ils ont décidé de gérer les dettes des Etats sans toucher aux nantis qu'ils sont pour accompagner une mondialisation par le bas alors que la productivité dont on nous bat les oreilles est à son plafond pour produire de quoi raccourcir au max nos vies.
Oui mais voilà ! ils ne sont pas allés assez vite (Sarko comptait sur son deuxième mandat et Hollande tente d'achever le boulot) et ça ne produit même pas les effets escomptés mais une spirale qui nous précipite vers l'abîme sans qu'ils sachent l'arrêter.
Cette déflation interne augmente les dettes des Etats et on va voir les rats quitter les navires les uns après les autres. En France l'Etat va mettre les épargnants sur la paille avant que l'inflation ne flambe de nouveau dans l'économie réelle. Ils ont joué l'interdépendance plutôt que l'autarcie sans compter sur le facteur humain qui se "désenfume" à vitesse grand V comme en temps de guerre. Ils vont juste provoquer l'exacte inversion de ce qu'ils espéraient ... et ça ne fait que commencer.
a écrit le 15/07/2013 à 13:18 :
"Le gaz de schiste pourrait être une solution" : si c'est tout ce que vous avez à proposer comme solution, vous ne valez pas mieux que lui et on n'est pas sorti de l'auberge !!
a écrit le 15/07/2013 à 12:20 :
"déni de réalité et de l'effet placebo" ... l'essentiel est écrit !!!!!!!!!
Réponse de le 15/07/2013 à 13:23 :
L'effet nocebo a remplacé l'effet placebo. Ils sont intimement liés. L'endosmose succède à l'exosmose. C'est cyclique ... mais pour combien de temps ? bref l'équilibre n'est jamais maintenu car nous ne savons pas éliminer nos prédateurs.
a écrit le 15/07/2013 à 12:08 :
La France ETAIT un grand pays ! C'est fini... et pour un sacré bout de temps.
On se cache derrière son petit doigt...
Mais comment peut-on imaginer un instant que les politiques puissent agir ? Seuls les industriels peuvent quelque chose. Et ce n'est pas en s'attardant sur de l'écologique "de principe" ou du sociétal "dogmatique" qu'on va parvenir à faire revenir l'industrie sur notre sol.
Réponse de le 15/07/2013 à 13:30 :
D'ailleurs, le mot "industrie" a disparu du lexique gouvernemental. On a droit au ministère du redressement productif, concept qui veut bien dire que la production n'est pas assurée par l'industrie... Et puis laisser croire qu'on va faire revenir les compétences, le savoir-faire, la main d'oeuvre qualifiée et tous les produits de base nécessaires au redéveloppement de l'industrie en un claquement de doigts et gratuitement est une ignominie. Les Français vont prendre très cher et pour longtemps. Rien que le livret A à 1% est en la preuve : No future !
a écrit le 15/07/2013 à 12:07 :
J'attends qu'il s'inspire du modèle canadien ... qu'il soit de droite ou de gauche ... je m'en fiche, c'est le résultat qui compte ... hélas , il n'en prend pas le chemin !
a écrit le 15/07/2013 à 11:55 :
L incompréhension du peuple sur l économie , ajoutée à la fourberie des dirigeants ps qui font croire que l économie socialiste c est eux , alors qu ils ne sont que les gestionnaires d une économie libérale rejetée par le peuple en 2005 et appliquée contre leur gré.
Réponse de le 15/07/2013 à 12:40 :
c'est là qu'est le drame effectivement "L incompréhension du peuple sur l économie "!
Réponse de le 15/07/2013 à 14:13 :
Moi j'ai l'impression de vivre au contraire dans une économie très kolkausienne au seul profit d'un appareil d'état et de ses satellites fonctionnaires européens , régionaux, départementaux etc
Un encadrement si fort de l'appareil d'état , que cela tue toute initiative, toute envie d'entreprendre. A cela s'ajoute une masse de petits et grands profiteurs qui profitent à fonds du système social avant l'assèchement définitif final du robinet des prestations en tout genre........ pour bientôt juste avant la grande manifestation nationale celle que personne ne veut voir ou n'imagine encore au gouvernement avec cote à cote les salariés, les chomeurs et les chefs d'entreprise qui n'ont pas encore jeté l'éponge!
Réponse de le 15/07/2013 à 16:23 :
A @Quelle économie libérale pmxr vous a implicitement repondu, les Français ne comprenne pas l économie. un pays kolkausien fabrique sa monnaie et ne verse pas 80 mds par an aux banques nous sommes là, dans le n?ud de l incomprehension économique.Le caritatif social vous insupporte eh bien il n y pas qu a vous !!!
a écrit le 15/07/2013 à 11:54 :
Qui disait qu'en l'an 2000 on irait sur mars, plus personne n'aurait faim, etc etc...

En tout cas, je vois ou on va: plus de misère, d'esclavagisme, à part les requins qui vont continuer à s'en mettre plein les fouilles...

L'Afrique de la faim, de la pauvreté, ...., c'est nous!
Réponse de le 15/07/2013 à 12:15 :
... la continuité de formation de gentilles consommateurs.... visiblement ça ne va pas durer !
Réponse de le 15/07/2013 à 12:18 :
"on irait sur mars".... c'est du vent pour distraire l'opinion ... on a rien a y faire non plus ! (avis que me confiait un astronome)
Réponse de le 15/07/2013 à 13:11 :
@toto+pmr: mais il a un mérite,il nous a amené au Mali (hier il s'est gonflé la poitrine) et pour
les prochains 2-3 ans il nous parlera de cette grandiose victoire.... Pour le reste démerdez vous
avec les problèmes économiques,sociaux,immigration,scolarité,etc.etc.
Soyez optimiste après le Mali,je vous amenerai au de-la de mer rouge........
Réponse de le 17/07/2013 à 11:39 :
oui, c'est vrai, pourquoi aller sur Mars?

Ce n'est même pas habitable..........

Sinon, çà serait histoire de fuir la fin du monde proche sur une terre surpeuplée.........

Avec quelques gros riches qui s'empiffrent au passage......
a écrit le 15/07/2013 à 11:49 :
Il dirige le Titanic vraisemblablement .... et nous dedans !
Réponse de le 15/07/2013 à 14:47 :
Avec un capitaine de pédalo, on court à la catastrophe...
a écrit le 15/07/2013 à 11:44 :
« Là » en français indique quelque chose d'éloigné, voir même de très éloigné.
Donc notre cher pré$ident nous dit simplement la vérité.

Par contre s'il nous avait dit « La reprise est ici » il aurait bien évidement s'agit d'un mensonge?
a écrit le 15/07/2013 à 11:15 :
Ce n'est pas avec des dirigeants qui prétendent encore que "la France est un grand pays" et donc entendent dépenser en conséquence que les finances vont se redresser et la confiance revenir. La France est un petit pays, moins indépendant que la Corée du Sud, qui doit s'adapter et arrêter de se mêler de problèmes où il n'y a que des coups à prendre et de l'argent à gaspiller.
a écrit le 15/07/2013 à 10:30 :
comme tout le monde, j'aimerai qu'hollande fasse plus, qu il taille dans les depenses...
Cela dit, notre mecontentement ne doit jamais nous faire oublier ce que sarkosy nous a laissé comme heritage, 600 milliards de dettes en plus, soit 30% de la dette de la france en seulement 5 ans !
La droite n'a fait aucune economie, elle a meme pas mal arrosé (restaurateurs etc...)
avec 5 annees de plus, sarkosy finirait de ruiner la france!
on a pas le choix, au moins hollande lui à l air honnete, et la justice n'a pas l'air trop entravé ce qui redonne un peu confiance dans nos institutions !
Réponse de le 15/07/2013 à 14:49 :
Et sourd : vu le nombre de mensonges débités par flanby depuis avant son élection !
a écrit le 15/07/2013 à 10:21 :
Il avait fume quoi ??? La baisse delà dépense et l adaptation a la mondialisation
ça sert a rien car la reprise va arriver le miracle va se produire

Prions !!!!
Réponse de le 15/07/2013 à 14:49 :
Valérie sur Ségolène : tout fout le camp !
a écrit le 15/07/2013 à 10:17 :
la reprise viendra a partir du moment ou notre PRÉSIDENT AURA MIS EN PLACE UNE REMISE TOTALE et Immédiate tout les privilèges insupportables
a écrit le 15/07/2013 à 10:11 :
S'afficher tel un mantra est donc la seule posture acceptable. Elles est moins révulsive que l'agitation belliciste.
En fait, le mur de la confiance est là depuis longtemps déjà. La loi d'airain du grand Casino ouvert à tous les vents demeure l'empire universel de la loterie des ressources humaines. Aucune alternative autre que virtuelle ou interdite n'est soumise aux populations soumises en douce ou en force.
a écrit le 15/07/2013 à 9:46 :
"La reprise viendra...inévitablement". Voilà le genre d'affirmation que personne ne relève tant elle semble évidente. Et pourtant, demandez aux japonais ce qu'ils en pensent.
On peut rester dans la m... très longtemps, D'autant que ce qu'il faudrait faire pour retrouver une vraie croissance aurait tout juste 20% d'adhésions positives dans ce pays au cerveau collectif lessivé par l'idéologie de gauche depuis des lustres.
Quand on voit le niveau de culture économique des jeunes, il y a vraiment de quoi ne pas croire à une reprise, jamais, sinon imposée de force par l'extérieur.
a écrit le 15/07/2013 à 9:31 :
Et dire, que certain pensent que cela serai plus grave si nous n'étions pas dans l'Union Européenne ou dans l'Euro, alors que nos gouvernants sont de simple courroie de transmission et non des chefs d?États!
a écrit le 15/07/2013 à 9:03 :
no,c'est le mur des lamentations et de Berlin......
a écrit le 15/07/2013 à 8:51 :
L'état et les dépenses sociales sont devenus au fil du temps des cancers qui rongent nos économies, mobilisent nos ressources, et empêchent le retour à une stabilisation de notre dette publique. La situation continue à se détériorer, annihilant le retour à la confiance. Toutes nos sociétés ont été tournées vers plus de sécurité, principe de précaution, assurance chômage, assurance maladie, et autre droit au logement..et cela ne saurait faire émerger des volontés d'entreprendre.. C'est un tournant majeur qu'il faudrait prendre, mais qui n'est souhaité par personne en France.
a écrit le 15/07/2013 à 8:35 :
Le problème ce n'est pas François Hollande mais toute la classe politique qui se fout de nous. Du pognon y'en a qu'il supprime la réserve parlementaire que les députés se mettent au boulot et qu'eux aussi cessent de nous prendre pour des cons. Ils peuvent nous prendre pour des cons quand tout va bien mais là les limites sont dépassées. François Hollande ne sera jamais président de la République française vu qu'il n'y a plus de frontières donc plus d'état.
a écrit le 15/07/2013 à 6:40 :
Pour illustrer la dernière phrase de cet article, on constate déjà que les taux d'emprunts anormalement bas de la France sont remontés d'au moins 0.5 : sur une dette de 1900 milliards l'effet sur la charge des intérêts est plus que significatif
a écrit le 15/07/2013 à 2:48 :
s'il suffisait d'y croire . !!.....PAYEZ vos INDULGENCES ....pour GAGNER LE PARADIS .....Amen !!!
a écrit le 15/07/2013 à 1:12 :
mais non le symbole de la journée c'est qu'un anglais dopé a mort n'a meme pas pris le temps de faire semblant de souffrir en montant le ventoux. Un peu comme wall street qui imprime tous les jours 85 milliards de dollars et qui pretend nous imposer son diktat
a écrit le 15/07/2013 à 0:21 :
Je paye plus d'impôt cette année, et je me plains pas. Et même dans 4 ans, si c'est pour partager les difficultés de la France, je ferai pareil. Je ne suis pas de gauche ni de droite mais plutôt au centre. Mais je ne peux personne de l'ump qui pourrait faire bien ce travail du Président. Je laisse une chance à monsieur Hollande en espérant qu'on a bien choisi. En tout cas, on a laissé 5 ans de chance à NS et son bilan et ses caractères "profiteur" ne méritera jamais un retour à ce poste. Faisons confiance à monsieur Hollande, on verra bien. Moi, j'ai la confiance! Car au moins il est courageux!
a écrit le 14/07/2013 à 22:56 :
un bon travail de journaliste . Le Pape croit en Dieu , Hollande en son retour qui s' appelle croissance . Le sénateur Pacé en bon Judas écolo a déclaré que "le soleil avait frappé la tête du président" . Le pessimisme du pays s' alimente à l' écoute de cette majorité hétéroclite .
Une belle journée , une armée généreuse dans sa tenue d' apparat , je reste en France !
a écrit le 14/07/2013 à 21:59 :
Je pense qu'il faut laisser le gouvernement travailler tranquillement car ça ne fait qu'un an qu'ils sont là! On ne peut pas sauver la France en si peu de temps. Chacun doit avoir sa chance de pouvoir faire quelque chose. Il leur reste encore 4 ans, donc soyons patients et un peu indulgents quand même...
a écrit le 14/07/2013 à 21:46 :

la crise aurait elle bon dos ,, ? ou bon pretexe aux manipulatios !!
aucune confiance
a écrit le 14/07/2013 à 21:36 :
cette semaie on vient de nous dire que le commerce exterieur a perdu 6 milliards d eurs on perd le triple A et lui sourire au levres il nous que la reprise est là il nous prend pour des c,,, cet incapable mais quand va t il comprendre qu il faut qu il donne sa demission lui est toute son equipe de nuls
a écrit le 14/07/2013 à 20:19 :
il nous a encore raconté une histoire. il est en panne de vision .En grand vizir il a lu dans le marc de café que tout allait s'arranger. pendant que les français gobent cela, il gagne du temps. on lui a appris cela à sa grande "n'école" .
a écrit le 14/07/2013 à 19:21 :
C'est c'là ! oui! et la marmotte, elle fait quoi? mais, pauvres de nous !!
a écrit le 14/07/2013 à 18:59 :
constat triste, mais proche de la realite...
a écrit le 14/07/2013 à 18:45 :
Il lui faut la potion magique de Christopher Froome ! Ensuite il pourrat s'attaquer au col des réformes à 40 km/h de moyenne et passer le col de la popularité en tête pour 2017.
a écrit le 14/07/2013 à 18:45 :
Il augmentera les impôts seulement si c'est indispensable. HEUREUSEMENT, ouf on a eu chaud.
Réponse de le 15/07/2013 à 12:59 :
Moi aussi j'ai tiqué sur cette phrase... Jusque là ils augmentaient les impôts pour le plaisir peut-etre... Bref, en 2014, puis 2015 ... les impôts augmenteront.
a écrit le 14/07/2013 à 18:35 :
Lui et quelques tondus, qui croient encore en lui, sont les seuls à y croire !! Sinon, pourquoi prévoir de voler encore l'argent des Français avec des impôts supplémentaires ! Il dit une chose et son contraire dans la même phrase !
a écrit le 14/07/2013 à 18:28 :
Par quel mystère , cet homme répute intelligent ( du moins scolairement parlant) ne voit il pas que ce qui PLOMBE la France c'est l'U.E. et surtout l'euro qui est en realité un Euro-Mark . La contribution de la france a l'UE est de 21 milliards et elle en recoit 14 milliards de subvention ( PAC ...etc) Donc nous faisons CADEAU de 7 milliard par ans aux autres pays europeens , qui eux sont bien sur pour que cela continue !!!!
TOUS les chiffres etaient meilleurs en france avant l'an 2000 ( balance commerciale , chomage , industrie ...etc) et des incoscients repetent que ca ne marche pas parce qu'il n'y a pas assez d'europe ...exactement comme le Fameux G Marchais qui disait qu'il n'y avait pas assez de communisme en URSS !!!!!incroyable ...FRANCAIS REVEILLEZ VOUS ...Nous sommes en danger de disparition , et notre nation EST notre maison commune , la VRAIE !!
a écrit le 14/07/2013 à 18:19 :
Cet énarque sait très bien ce qu'il fait en se positionant dès maintenant pour 2017. Bien évidemment, ceci est lié au retour de NS et montre à quel point la situation des Français ne l'intéresse pas. Quand les Français seront prêts, ils le mettront dehors non pas pour incompétence mais pour danger pour la nation.
a écrit le 14/07/2013 à 18:19 :
"L?Etat parvient, sans doute, à mieux maitriser ses dépenses, mais il ne parvient pas à s?attaquer aux vrais problèmes, c?est-à-dire la dérive des dépenses sociales et des collectivités locales."
C'est à dire qu'il ne veut pas toucher à son électorat! La quasi totalité des collectivités locales sont tenues par la gauche qui embauchait les fonctionnaires que Sarkozy éliminait!
Tant que l'on ne recadre pas l'État sur ses missions régaliennes, et uniquement, nous serons en sur-régime!
Quant aux dépenses sociales, les gens assistés votent aussi! Et si vous leur en promettez plus il vous aimerons plus! Qu'importe qui paye, puisqu'ils sont les plus nombreux!
a écrit le 14/07/2013 à 18:17 :
mmmmmmmmm!!!!!!..........
pour être impressionnant....il l'est.....
mais cela ne nous impressionne pas et même cela nous fait peur.... il devrait porter en permanence un casque car le coup de tête qu'il va donner dans le mur ne sera pas imité...
absent, dépassé, infantil, .... bon... stop... adios..
a écrit le 14/07/2013 à 18:12 :
A force d'entendre du vent et des mensonges je me dis depuis longtemps que ces exerices dites conférence de presse n'apporte rien, un les journalistes ne sont pas là pour poser les vraies questions, et en face on a des réponses a ces non questions... il vient avec ses questions je viens avec mes réponses.... Thierry tu nous manques....je n'ai pas écouté je n'écoute plus ces charlots de tous bords.... qui sont incapable de savoir dans quel état est la France depuis le comportement de tous depuis trente ans.... a si je sais je paye 0.3 de plus pour la solidarité et mes retraites ont été augmentés de 0.8 (je parle de la retraite cadre moi je sais de quoi je parle sur cette question, nous avions aussi été augmenté de 0.83 % en 2011 mais personne ne s'en souvient...a mes impots eux ont augmentés de 12 %...
a écrit le 14/07/2013 à 18:06 :
La confiance c'est comme les allumettes ça ne sert qu'une seule fois. De plus ça ne se décrète pas, ça se gagne c'est comme l'amour.
a écrit le 14/07/2013 à 17:59 :
Hollande use sa salive pour rien et son discours creux et béat auquel il ne croit même pas lui-même ne fait que démontrer l'impuissance des politiques à éviter le broyage des populations par une mondialisation dérégulée où le pouvoir est maintenant ailleurs, entre les mains de prédateurs.
a écrit le 14/07/2013 à 17:54 :
Par quel mystère , cet homme répute intelligent ( du moins scolairement parlant) ne voit il pas que ce qui PLOMBE la France c'est l'U.E. et surtout l'euro qui est en realité un Euro-Mark . La contribution de la france a l'UE est de 21 milliards et elle en recoit 14 milliards de subvention ( PAC ...etc) Donc nous faisons CADEAU de 7 milliard par ans aux autres pays europeens , qui eux sont bien sur pour que cela continue !!!!
TOUS les chiffres etaient meilleurs en france avant l'an 2000 ( balance commerciale , chomage , industrie ...etc) et des incoscients repetent que ca ne marche pas parce qu'il n'y a pas assez d'europe ...exactement comme le Fameux G Marchais qui disait qu'il n'y avait pas assez de communisme en URSS !!!!!incroyable ...FRANCAIS REVEILLEZ VOUS ...Nous sommes en danger de disparition , et notre nation EST notre maison commune , la VRAIE !!
a écrit le 14/07/2013 à 17:18 :
Moi, je me rassure en me disant que si il raconte de telles âneries c'est parce qu'il est d'une incompétence très rare, un capitaine de pédalo qui veut conduire le bateau France en pleine tempête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :