Face à l'intelligence artificielle, augmenter le QI de l'humanité

 |   |  1005  mots
Les pionniers fondateurs de l'intelligences artificielles. (De gauche à droite, Trenchard More, John McCarthy, Marvin Minsky, Oliver Selfridge, and Ray Solomonoff - Photo prise en 1969)
Les pionniers fondateurs de l'intelligences artificielles. (De gauche à droite, Trenchard More, John McCarthy, Marvin Minsky, Oliver Selfridge, and Ray Solomonoff - Photo prise en 1969) (Crédits : DR)
Plutôt que de spéculer sur une hypothétique prise de pouvoir par l'intelligence artificielle (IA), on ferait mieux de réfléchir aux véritables risques du futur déploiement des machines intelligentes... et aux moyens d'y répondre : augmenter les cerveaux humains...

Le mathématicien John McCarthy, mort en 2011, fut l'un des pionniers de l'intelligence artificielle, dont l'acte de naissance officiel date de la conférence de Dartmouth, pendant l'été 1956, au cours de laquelle il présenta un algorithme ancêtre de celui qui permettra à Deep Blue, le 10 février 1996, de battre le champion russe Gary Kasparov aux échecs. McCarthy reçut en 1971 le prix Turing pour ses travaux en intelligence artificielle, dans le laboratoire qu'il fonda en 1962 à l'université de Stanford.

L'intelligence artificielle (IA, ou AI en anglais) est longtemps restée confinée aux laboratoires de recherche et à la science-fiction - de l'ordinateur HAL 9000 dans 2001, l'Odyssée de l'espace à Terminator -, jusqu'à ce qu'elle fasse son apparition dans notre quotidien au cours des dernières années.

Vingt ans après Deep Blue, c'est Google qui, avec AlphaGo développé par DeepMind, franchit en 2016 une nouvelle étape en battant le meilleur joueur de go. Et au début de cette année, une intelligence artificielle a vaincu les quatre meilleurs joueurs de poker du monde. Point commun de ces super-ordinateurs : ils utilisent les techniques de l'apprentissage profond (deep learning) pour apprendre par eux-mêmes. Ici un jeu, comme les échecs, le go ou le poker - le plus complexe, puisque les mains des autres joueurs sont cachées.

Demain, les IA apprendre un métier, et pourquoi pas le vôtre

D'ores et déjà, l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, combinés aux méga-données (big data) parviennent à réaliser des progrès inimaginables en médecine, pour vaincre des maladies que l'on pensait incurables. L'intelligence artificielle permet aussi de rendre nos voitures complètement autonomes, sert d'assistant personnel dans nos messageries (les fameux chatbots, les robots conversationnels) et nos smartphones... C'est vertigineux et cela va plus vite encore que ce que l'on prévoyait il y a seulement deux ans.

Interrogé sur le sujet à Davos, le cofondateur de Google, Sergei Brin, qui a une formation scientifique de très haut niveau, a lui-même reconnu être « incapable de prédire les limites de ce que feront ces choses » auxquelles il n'a pourtant longtemps pas cru, n'y voyant qu'un gadget. Et, de fait, nous n'en sommes aujourd'hui qu'à l'époque de l'IA « faible », une machine sans conscience, qui cherche à simuler les comportements humains. Et encore bien loin du rêve des transhumanistes de la Silicon Valley qui investissent des milliards pour faire naître une IA « forte », capable non seulement de reproduire, mais de dépasser, nos comportements cognitifs, et d'acquérir ainsi une autonomie propre.

Cette perspective d'un homme dépassé par la machine, qui a fait dire au physicien Stephen Hawking, ou à l'entrepreneur Elon Musk que l'intelligence artificielle non maîtrisée pourrait constituer un jour une menace pour la survie de l'humanité, reste un fantasme. Mais certains résultats commencent à faire froid dans le dos. Par exemple, la revue Wired a relaté une expérience menée par des chercheurs de Google qui ont montré que DeepMind, l'ordinateur qui a servi à vaincre au jeu de go, peut adopter des comportements « hautement agressifs » lorsqu'il se retrouve en situation de « stress », en l'espèce lorsqu'il sent qu'il perd à un jeu.

Les machines seraient-elles donc capables d'être « méchantes » ?

Belle question philosophique qui hante la science-fiction. En réalité, la machine se contente de rechercher la stratégie la plus efficace et si le jeu repose sur l'agressivité, elle s'y applique, en bonne machine qu'elle est. Heureusement, il reste encore quelques jeux dans lesquels l'homme demeure supérieur à la machine : c'est le cas des jeux de stratégie en temps réel, auxquels nos enfants sont devenus « addicts » : StarCraft, League of Legends représentent l'ultime complexité du comportement humain...

Mais jusqu'à quand ? S'il est trop tôt pour avoir vraiment peur de l'intelligence artificielle, encore faut-il nous préparer à son arrivée. Il faut donc saluer, même si elle est tardive, l'initiative d'Axelle Lemaire, la ministre du Numérique et de l'Innovation, de doter la France d'une stratégie en la matière, afin de valoriser les avancées des chercheurs français et commencer à réfléchir aux régulations qui permettront d'assurer une bonne cohabitation entre l'Homme et la machine. Pour l'heure, la principale inquiétude concerne le nombre d'emplois qui risquent de disparaître.

Cette question est réelle, mais guère différente de ce qui s'est passé lors des précédentes révolutions industrielles. Ce qui surprend, c'est l'accélération, qui alimente un début de révolte contre la technologie, à l'image des Luddites anglais du XIXe siècle, ou des canuts lyonnais. Certains, comme le philosophe français Éric Sadin, vont plus loin et voient la Silicon Valley prendre le contrôle de nos vies. D'autres, comme Luc Ferry, ont un regard plus optimiste sur les opportunités fantastiques des progrès technologiques, en santé notamment.

Le défi de l'éducation pour tous

Comme le dit dans une tribune publiée dans Le Monde Eric Schmidt, président exécutif d'Alphabet, la maison mère de Google, nous sommes face à deux enjeux : il faut s'assurer que « la technologie s'adresse à tous et non pas uniquement aux plus riches et aux plus puissants ». La démocratisation des progrès est essentielle pour vaincre les peurs et les fantasmes. Ensuite, « il faut préparer au mieux nos sociétés à ces changements et s'assurer qu'elles n'en seront pas déstabilisées ». Le défi, c'est l'éducation, l'augmentation du QI de l'humanité.

Finalement, la tendance digitale de 2017, ce n'est pas l'intelligence artificielle, c'est l'humain. Bonne nouvelle, selon une récente étude Deloitte sur la génération des Millenials, six jeunes Français sur dix ne considèrent pas la robotique, l'intelligence artificielle et l'automatisation comme des menaces. Mais un tiers d'entre eux s'attend à ce que ces révolutions aient un impact négatif sur le nombre des emplois disponibles. C'est sans doute l'une des raisons de la popularité actuelle de l'idée de revenu universel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2019 à 17:49 :
"D'ores et déjà, l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, combinés aux méga-données (big data) parviennent à réaliser des progrès inimaginables en médecine, pour vaincre des maladies que l'on pensait incurables"... Ah oui ? Lesquelles ? Soit vous pouvez en citez une soit c'est une fake news. En tout cas bon courage ! Surtout en 2017
a écrit le 19/02/2017 à 14:07 :
Dans toute cette affaire de l'IA, si l'on ne comprendrait pas, ce serait bel et bien parce que l'on sauterait comme brûlerait des étapes et contrairement à ce que certaines personnes plus ou moins sensationnalistes (?) pourraient affirmer. Dire qu'un robot deviendrait agressif par exemple et rapporté par une autre source journalistique de surcroît, là on risquerait sérieusement de manquer d'objectivité comme de déraper si on ne considèrerait pas autre chose dans un monde que l'on saurait complexe. Donc, s'il vous plait et messieurs, définissons les termes plutôt que d'affirmer comme de croire à peu près n'importe quoi pour effectivement le tangible et le concret mentionnés aux dernières nouvelles.

Étant d'une intelligence que je croirais normale, n'étant pas cependant spécialiste de la question, comme monsieur et madame Tout-le-Monde sans doute nous pourrions affirmer que si l'IA ferait perdre des emplois entre autres, ce serait plutôt la mauvaise gestion de cette IA qui ferait problème et encore pas la machine. Pour dire les choses autrement, si une vieille machine à laver brasserait trop pour tomber sur les côtés tout en continuant ses mouvements, ce serait toujours dû à l'homme qui ne l'aurait pas calculé et encore pas la faute à ladite machine qui ne ferait qu'exécuter par programmation ce qu'on lui demanderait de faire (en langage de programmation : point à la ligne).
a écrit le 19/02/2017 à 13:55 :
Dans toute cette affaire de l'IA, c'est bel bien des étapes que l'on sauterait et contrairement à ce que certaines personnes plus ou moins sensationnalistes (?) pourrait affirmer. Dire qu'un robot devient agressif par exemple et rapporté par une autre source journalistique de surcroît, là on risque sérieusement de manquer d'objectivité comme de déraper. Donc, s'il vous plait et messieurs, définissons les termes plutôt que d'affirmer comme de croire à peu près n'importe quoi.

Étant d'intelligence que je croirais normale, n'étant pas non plus spécialiste de la question, comme monsieur et madame Tout-le-Monde sans doute je pourrais vous dire que si l'IA peut faire perdre des emplois entre autres, ce serait plutôt la mauvaise gestion de cette IA qui ferait problème et encore pas la machine. Pour encore dire les choses autrement, si une vieille machine à laver brasserait trop pour tomber sur les côtés tout en continuant ses mouvements, ce sera toujours dû à l'homme qui ne l'aura pas calculer et encore pas la faute à ladite machine (point à la ligne). Cette dernière, comme on le saurait, je ferait qu'exécuter par programmation ce qu'on lui demanderait de faire (encore point à la ligne).
a écrit le 16/02/2017 à 14:20 :
Ce qui m'inquiète avec l'IA ce sont les possibles applications militaires. On peut imaginer une combinaison avec des drones de combat pour se rendre maître d'un champ de bataille. Une élimination algorithmique de tout terroriste dans une zone donnée.
Sachant que ces derniers temps,la définition de terroriste est très extensible,le pire est à prévoir.
Cela est sans doute encore qu'un fantasme mais qui sait des ingénieurs y travaillent peut-être déjà.
Nul besoin d'IA supérieure à l'homme en effet, un Donald Trump imbécile suffirait à transformer cette technologie en un cauchemar.
Réponse de le 16/02/2017 à 20:05 :
Ne vous inqietez pas on du faire sans Terminator, cf Dresde Tokyo, Hamburg... C'est une simple question de Volume de feu
a écrit le 16/02/2017 à 11:18 :
Augmenter l'intelligence des humains pour comprendre l'évolution de l'IA ne peut être qu'une solution qu'à court terme. L'IA finirait à terme par dépasser ce progrès, et il faudrait à nouveau augmenter l'intelligence humaine. Sans compter que cette augmentation pourrait rendre les humains aussi imprévisibles que l'IA. Il est étonnant que l'article n'en fasse pas mention.
a écrit le 16/02/2017 à 9:58 :
"Le défi, c'est l'éducation, l'augmentation du QI de l'humanité." Très bien pour l'éducation, mais si on augmente le QI de l'humanité, celle-ci va penser, réfléchir mieux et finira inévitablement par comprendre que là où on veut l'emmener ce n'est pas nécessairement là où elle veut aller. Le contrôle des masses passe plutôt par la non-education, "l'abétissement" généralisé selon Chomsky. L'augmentation du QI de l'humanité, je le vois plutôt dans une grande boucherie.
a écrit le 16/02/2017 à 9:43 :
Tout d'abord, il faut arrêter la télévision, qui rend les gens de plus en plus stupides. Il suffit de regarder les programmes.
a écrit le 16/02/2017 à 7:54 :
Il est urgent et indispensable de raisonner en prenant en compte le role de l'énergie dans le développement de l'économie; il faut taxer l'énergie pour financer le chomage et les retraites. Quand les français le comprendront ils? Les allemands et les suédois l'on compris et pas nous!
a écrit le 15/02/2017 à 22:04 :
S'il veut remettre en question le bac pour tous de Jospin, il attaque frontalement les socialos qui ne veulent certainement pas d'une augmentation du QI qui leur ferait perdre la grande majorité de leurs électeurs :-)
Réponse de le 16/02/2017 à 17:31 :
En France le QI est très mal vu, voire nié.
a écrit le 15/02/2017 à 19:50 :
"L'intelligence artificielle permet aussi de rendre nos voitures complètement autonomes, sert d'assistant personnel dans nos messageries (les fameux chatbots, les robots conversationnels) et nos smartphones... C'est vertigineux et cela va plus vite encore que ce que l'on prévoyait il y a seulement deux ans." Marrant, cette volonté de vendre. Je n'utilise pas la moitié des boutons de ma bagnole (car les automatismes m'énervent), je refuse le gps (car je sais lire une carte), les chatbots, chaque personne connaissant l'IRC le sent à 20 kilomètres (et ne se fait pas avoir) (l' IRC, je me doute qu'il n'y a que 0,1% de la population qui sait ce que c'est.)(restez vautrés devant vos réseaux "socios", ils comptent sur votre bêtise.) et mon smhartfone me sert ... à téléphoner (quand ils auront inventé le clavier, ils auront compris.) Sinon : il est clair que 1) pour un cowboys, un ordinateur est forcément plus intelligent que lui. 2) le QI français a BAISSE de QUATRE points de base sur DIX ans. Et c'est LA le noeud du problème. Il est TEMPS de s'affoler, Messieurs-Dames...
Réponse de le 16/02/2017 à 11:42 :
Alors là, il fait fort, Yvan quand il écrit que " IRC, je me doute qu'il n'y a que 0,1% de la population qui sait ce que c'est", parce que je suis certain que c'est du 0%, lui compris.

Preuve:

Selon wikipedia,

IRC est un sigle qui signifie :

Internet Relay Chat ou IRC (dénomination anglaise, traduisible en français par « discussion relayée par Internet ») est un protocole de communication textuelle sur Internet.
Institution de retraite complémentaire, un organisme chargé de gérer la retraite complémentaire en France
Indice de rendu de couleur, la capacité d'une source de lumière à restituer les différences entre couleurs du spectre visible
Infrared Catalogue, un catalogue d'objets astronomiques émettant dans le domaine infrarouge…
International Red Cross, le nom anglophone de la Croix-Rouge internationale
International Rescue Committee, une ONG créée par Albert Einstein en 1933
Intercontinental Rally Challenge, championnat de rallye automobile créée en 2006
Insuffisance rénale chronique pour l'homme, ou insuffisance rénale chronique du chat pour le chat, maladie des reins.
Institut des régions chaudes, une école d'agronomie spécialisée en agriculture tropicale située à Montpellier, dans le Sud de la France.
La jauge IRC est une jauge de course destinée au calcul du handicap sportif pour des voiliers.
Institut de recherche en construction du Conseil national de recherches du Canada.

IRC est un code, qui signifie :

Iran Aseman Airlines (Iran), selon la liste des codes OACI des compagnies aériennes

Fin de citattion

Dis, Yvan, tu savais qu'IRC, c'était tout cela? Alors, un peu de modestie voyons.
a écrit le 15/02/2017 à 19:40 :
"Demain, les IA apprendre un métier, et pourquoi pas le vôtre" Toi être anglo-saxon de parler Français mal..??
Réponse de le 17/02/2017 à 7:59 :
C'est un robot doté d'une IA qui a "écrit" l'article
a écrit le 15/02/2017 à 19:40 :
Avec ceux qui brulent les voitures des autres, cassent les DAB et pillent les magasins même dans leurs quartiers, c'est pas gagné...
Réponse de le 16/02/2017 à 9:10 :
La jeunesse en Coree du Sud cherche par tous moyens a s'elever. Il doit bien exister encore quelques d'jeunes de France a vouloir consentir a des efforts. Ceux que vous evoquez sont morts d'ennui, inutile de les reveiller.
Vouloir se battre seul ou presque contre un systeme est perdu d'avance, ils ne le savent tjrs pas.
Réponse de le 16/02/2017 à 15:27 :
Effectivement :

Adrien Desport, 25 ans, aujourd'hui suspendu du Front national, devait être jugé à Meaux en comparution immédiate aux côtés de cinq autres militants FN de Seine-et-Marne et du Val-d'Oise.Dans l'attente, ce jeune militant d’extrême droite, décrit par le ministère public comme "le plus impliqué", a été placé en détention provisoire.
Les autres: des étudiants, un commercial, une dresseuse canine, apparus devant une salle comble très jeunes, les visages fatigués, ont été mis sous contrôle judiciaire. A des degrés divers, la justice reproche au petit groupe d'amis, âgés de 19 à 25 ans, d'avoir incendié des voitures en Seine-et-Marne et dans le Val-d'Oise, participé à une association de malfaiteurs, dénoncé une agression imaginaire, consommé des produits stupéfiants ou encore vandalisé des véhicules. 13 voitures brûlées en une nuit
L’ensemble de la bande de militant FN a reconnu les faits en garde à vue mais ne les a pas expliqués. L'incendie de 13 voitures dans la nuit 7 au 8 avril à Mitry-Mory, en Seine-et-Marne
a écrit le 15/02/2017 à 19:39 :
l'ai c'est bien en reconnaissance vocale ou faciale
le reste, faut etre tres prudent
je rigole a l'idee de voir les epargnats se faire plumer par des robots auxquels personne ne comprend rien
y a 20 ans on inventait le datamining, les reseaux de neurones etaient portes aux nues....
ca n'a pas donne les resultats voulus, ca s'est ecroule
maintenant on a le deep learning, qui sont des reseaux de neurones ' ameliores' et pas forcement bcp plus efficaces, et qui utilisent des proprietes mathematiques que meme lecun semble ignorer, a en juger par certains de ses ppt
l'ai c'est bcp de calcul et bcp de maths, mais effectivement, vu le niveau en maths des gens, qui preferent faire des etudes d'hitoire ou de philo...
Réponse de le 16/02/2017 à 10:08 :
@churchill
"Vu le niveau en maths des gens, qui preferent faire des études d'histoire ou de philo..." C'est vrai que la philo, l'histoire sont des conneries... tout comme la musique, la peinture, le théâtre... Les maths, ça c'est du sérieux, ils ont transformé le Monde! En bien? A le regarder aujourd'hui 16 Février 2017, le doute n'est plus permis.
a écrit le 15/02/2017 à 19:31 :
Pourquoi concurrencer des machines qui sont là pour nous servir ? Maintenant il est évident que depuis l’avènement de la société industrielle, et donc celui du capitalisme, le QI humain n'augmente plus.

Mais peut-être justement que l'humanité débarrassée des travaux aliénants notre QI se remettrait à remonter non ?

Avec la déshumanisation totale des possédants de ce monde nous pouvons redouter l'avènement de la cybernétique, pas avant une bonne vingtaine d'années tout de même hein, en espérant que les ingénieurs et autres salariés directement responsables sauront compenser les nombreuses et puissantes lacunes humaines de ces premiers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :