"L'interdiction des forages en France relève de l'obscurantisme"

 |   |  718  mots
dr
Jean Ropers, président de Gep-AFTP (Groupement des entreprises parapétrolières et Association des techniciens et professionnels du pétrole)

Fracturation des roches, consommation massive d'eau et d'électricité, pollution des nappes phréatique, utilisation de produits chimiques, nuisances sonores... Les opposants à l'exploitation des gaz de schistes jugent ce procédé dangereux pour l'environnement. Vous, vous, plaidez en sa faveur...

Certaines de ces affirmations sont complètement ridicules. Laissez moi d'abord rappeler que la fracturation est un procédé bien connu puisqu'il est utilisé depuis au moins 50 ans pour produire aussi des hydrocarbures conventionnels, notamment aux Etats-Unis. Il serait d'ailleurs plus précis de parler de fissuration quand il s'agit d'aller chercher le gaz et le pétrole qui sont restés captifs au sein des roches-mères où ils ont été formés. La technique consiste ici non pas à fracturer, ce qui est fait dans le cas de roches très dures et peu perméables, mais à augmenter les fissurations souvent déjà présentes dans les formations géologiques.

 

Fracturation ou fissuration, les écologistes estiment que ces techniques peuvent provoquer des dégâts irrémédiables sur l'environnement, en commençant par les nappes phréatiques.

Il faudrait d'abord qu'ils le prouvent. Au contraire, la plupart des puits de pétrole forés -et il y en a 5.800 rien qu'en France- traversent les nappes phréatiques. Qu'on nous montre où elles ont été endommagées ! Les techniques sont éprouvées. Ce sont les mêmes que pour la production conventionnelle. Les nappes phréatiques traversées par un forage quel qu'il soit, sont toujours isolées par au moins un tubage dont la cimentation peut être vérifiée. Le seul incident de fracturation connu à ce jour s'est produit près de Bâle, en 2006, lors du forage d'un puits de géothermie qui a entraîné un petit mouvement sismique. Sans doute, ce puits avait-il été foré trop près d'une faille existante. Or, les failles existantes sont repérables en géophysique.

L'utilisation de nombreux produits chimiques est une réalité.

Pour maintenir la fissure ouverte, on utilise de l'eau chargée de tout petits gravillons. On gélifie l'eau pour qu'elle puisse transporter ce sable, puis des produits chimiques pour casser ce gel au bout d'un certain temps. Il ne s'agit pas de 2 .500 additifs comme certains le prétendent, mais d'une douzaine au maximum. Des études seraient nécessaires pour déterminer les meilleurs produits. La société américaine Halliburton a déjà fracturé des puits aux USA en utilisant uniquement les additifs employés dans l'industrie agro-alimentaire. . Quant à la consommation d'eau, effectivement, elle est forte puisque c'est l'eau qui est le vecteur de propagation pour accentuer les fissures. Un puits nécessite de 15 à 20. 000 mètres cubes d'eau mais un quart, voire plus, peut être récupéré, traité puis réinjecté.
Pour la pollution sonore, les sites peuvent être insonorisés et surtout on peut les choisir très isolés. Grâce au forage horizontal, on peut éviter de forer sous les églises ou sur la place des villages !

Quel est l'intérêt pour la France de se lancer dans cette exploitation ?

D'abord, disposer d'un potentiel de gaz correspondant à plusieurs dizaines d'années de consommation. L'interdiction de l'exploration nous plonge en plein obscurantisme puisque l'on ne veut ni explorer ni travailler à l'amélioration des procédés existants si nécessaire.

Ensuite, c'est un nouveau monde industriel qui s'ouvre et la France prend le risque d'en être absente. Les procédés utilisés peuvent être améliorés, les études qui font appel aux technologies les plus modernes comme la micro- sismicité sont très porteuses des progrès de localisation des fissurations. Le potentiel d'emplois se chiffre par milliers, depuis les travaux de terrassement jusqu'aux experts en laboratoire

Enfin, il est difficile pour les nombreuses entreprises françaises présentes sur ces activités de prétendre vendre à l'étranger une technologie interdite en France ! Notre secteur qui fournit matériel et services de forage compte 50.000 salariés en France. Les travaux déjà lancés en Pologne ou au Danemark vont donner aux entreprises impliquées un avantage concurrentiel irrattrapable.

Vous pensez que la France peut changer d'avis sur la question ?

Peut-être quand Gazprom ou un autre de nos fournisseurs augmentera trop les prix du gaz ...ou quand la raison aura repris ses droits.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2011 à 10:05 :
En fait, le vrai titre est : "Seul l'obscurantisme permettra de faire des forages en France"
a écrit le 28/11/2011 à 23:03 :
Ridicule aux USA ,dans le Wyoming ,des analyses des poches souterraines d,eau prouvent sa contamination par les produits chimiques de fracturation alors cessez d nous prendre pour des "" l'argent pourri tout et c'et assez
a écrit le 28/11/2011 à 22:33 :
Et bien pardi ! encore un discours de ces fameux scientifiques qui savent tout ! or la science d'aujourd'hui n'est plus utile au bien commun mais à la finance ! quelle tristesse ! Un apôtre du Dieu fric vient encore de s'exprimer ! Allez y, messieurs, finissez de purger cette planète et qu'on n'en parle plus ! Le danger de l'exploitation de ces gaz n'est plus à démontrer. La folie des hommes est sans limites, on l'a bien compris.
Réponse de le 29/11/2011 à 10:34 :
C'est que vous qui n'etes pas scientifique savez mieux. "Le danger de la circulation routiere n'est plus a demontrer" (plus de 4000 morts par an). Nous devons donc interdire toute fabrication de voirure et retirer de la circulation toute voiture existente.
Avec des raisonnements de ce genre on ne fait plus rien et meme les toilettes seches deviennent un probleme a interdire.
Réponse de le 29/11/2011 à 17:58 :
Je ne suis pas scientifique mais je m'informe. On a déjà une petite idée de ce qu'on peut faire avec l'atome, demandez aux Russes et au Japonais. Il ne s'agit pas d'être contre la science mais contre une certaine science qui est au service de la finance. L'actualité est quand même criante ! Votre argument des voitures ne tient pas la route si je puis dire ;-) Ne soyez pas de mauvaise foi. Surtout ne me dites pas non plus que je m'éclaire à la bougie !
Réponse de le 29/11/2011 à 19:04 :
Je ne suis absoluement pas de mauvaise fois. Comment pouvez-vous comparer le nucleaire et le gaz naturel (celui que vous consommez peut etre tous les jours dans votre cuisine ou pour votre chauffage). La production du gaz naturel dit de schiste s'est fait de facon anarchique et parfois abusive aux Etats-Unis. Cela ne veut pas dire qu'il faut interdire une exploitation raisonee (surtout si ca peut nous rendre plus autonome de pays comme la Russie ou l'Algerie). On peut aussi prendre comme exemple le cas de l'elevage porcin intensif et abusif en Bretagne qui a polue toutes les nappes phreatiques pour les 20-30 prochaines annees. Doit-on interdire tout elevage porcin raisonne pour autant (on peut aussi prendre l'example de l'immobilier, etc). Si nous continuons a prendre des decisions de ce genre on finira par nous eclairer a la bougie!
Réponse de le 29/11/2011 à 19:10 :
En quoi produire du gaz naturel en France nous rendrait au service de la finance? D'ailleurs c'est quoi "la finance" pour vous?
Au contraire si nous developpons une production nationale nous reduisons notre dependance vis-a-vis des autres pays producteurs (pas forcement des copains) et on reduit mecaniquement notre dette par l'amelioration de notre balance commerciale.
a écrit le 28/11/2011 à 15:51 :
Le journaliste M.-C. Lopez aurait pu se montrer bien plus offensif!
Accepter d'entendre qu'on utilise au maximum 12 produits chimiques, cela aurait dû provoquer une nouvelle question avec le détail de ces produits cancérigènes, toxiques et bien plus nombreux que la douzaine!
A moins que MC Lopez ne connaisse pas le sujet...
a écrit le 28/11/2011 à 15:33 :
Apres avoir devasté des regions entieres au canada avec leur recherche de gaz de shiste bitumineux, ce monsieur vient nous dire que cela sera chirurgical et non polluant. Arretez de prendre les habitants de ce pays pour des imbeciles!!!
Réponse de le 29/11/2011 à 18:54 :
Gaz de schiste bitumineux? Il ne faut pas confondre deux chose bien distincts: (1) le gaz naturel piege dans le schiste et (2) le petrole brut extra-lourd des sables bitumineux. Je ne veux pas vous prendre pour un imbecile mais vous racontez n'importe quoi et il est difficile dans ces conditions de vous prendre au serieux. A moins que vous preniez les habitants de ce pays pour des imbeciles?
a écrit le 28/11/2011 à 13:44 :
Il faudrait déjà sortir de l'utilisation systématique de l'énergie fossile, ce serait préférable à l'ouverture de nouveaux puits.
Et cela permettrait d'avoir plus qu'une dizaine d'années de consommation devant nous.
a écrit le 28/11/2011 à 11:02 :
Bien sur, les industriels disent toujours la vérité, et c'est nous, le pauvre peuple qui essayons de les trainer dans la boue...c'est toujours la même histoire, ils nous endorment pour mieux nous berner !
Réponse de le 28/11/2011 à 16:54 :
La grande theorie du complot a de beaux jours devant elle. Cette theorie du complot est nourri par l'ignorance de ceux qui la colporte.
"Ils" nous endorment. Mais qui sont ces "ils"? Des gens qui connaissent leur sujet et qui essaye de s'expliquer en vain. Quel gachi...
a écrit le 28/11/2011 à 10:54 :
Pour quelques dizaines d'années de"sécurité" d'appro pétrole/gaz et un chantage à l'emploi, ce monsieur est prêt à polluer, dévisager des Km2 de surfaces.Il ne nous dit rien des bénéfices que vont retirer les entreprises du Gep-AFTP, on le comprend: réservés aux actionnaires.Tous ses arguments ne sont qu'arguties, l'ère du pétrole est révolue, celle du nucléaire itou. Ces gens-là ne voient que leur intérêt à court terme, la collectivité, ils s'en foutent. Business d'abord. Et pourtant, la mondialisation qui (entre-autre)fait voyager les marchandises, les hommes à travers la planète n'est qu'agitation qui ne crée que de la pollution, des coûts, de la misère et ne sert qu'à engraisser les acteurs d'une finance opportunément mondialisée. Le gaz de schiste, il reste où il est, misons sur les énergies renouvelables, économisons l'énergie et relocalisons. C'est plus dur à faire, moins "fun", moins lucratif, mais ce serait à long terme profitable à tous.
Réponse de le 28/11/2011 à 16:44 :
l'ére du Pétrole est révolu ,c'est en parti vrai, mais vous même, avez vous revendu votre voiture ? et tout le monde n'a pas les moyens de mettre 25000? sur sa toiture pour remplacer sa chaudiére à fuel . S'en oublier que tous les plastiques ainsi que les pneus sont issus du pétrole et là on fait quoi ? Lére du pétrole finira quand une autre énergie sera au point comme la fait le charbon .
a écrit le 28/11/2011 à 10:48 :
Comment peut être objectif le président de Gep-AFTP?!
Il demande de prouver aux écolos qu'ils racontent des sornettes, ils devrait déjà prouver que ses dires n'en sont pas.
L'obscurantisme il est en plein dedans.
Réponse de le 28/11/2011 à 13:10 :
Ce monsieur a 40 ans d?expertise technique derrière lui et a le mérite de savoir de quoi il parle.
La vérité est qu?en interdisant l?exploitation du gaz de schiste, la France se tire une grosse balle dans le pied. La France ne produit plus qu?une quantité négligeable de gaz naturel et importe quasiment 100% de sa consommation. De plus, la production européenne (Mer du Nord) décroit rapidement (le Royaume Uni et net importateur depuis près de 5 ans) et la plupart de nos importations proviennent de Russie et d?Algérie.
Tous le monde est pour le développement des énergies renouvelables. Cependant, même avec le développement tout azimut de ces énergies, les énergies fossiles continueront de contribuer de manière importante au mix énergétique de la France dans les 30-50 prochaines années. Le gaz naturelle est l?énergie fossile la moins polluante et au meilleur rendement énergétique. L?Allemagne remplace d?ailleurs ces centrales nucléaires par des centrales à turbine à gaz importée principalement de Russie ! Hors la Russie se dote de capacité importante d?export vers la Chine/Asie. A votre avis, qui va gagnera dans la guerre du plus offrant dans les années à venir ?
Si nous avons des réserves importantes de gaz naturel (ce qui semble être le cas) nous devons (1) le savoir (exploration) et (2) le produire dans les meilleures conditions (développement, exploitation). Interdire toute exploration / exploitation n?a absolument aucun sens. Cela démontre que nos politiques ne comprennent rien aux enjeux énergétiques mondiaux et prennent des décisions irrationnelles de courte vue. Tout ceci pour faire plaisir a une opinion qui est mal informée et qui a une tendance schizophrène. On veut de l?énergie abondante, propre et pas chère mais il faut qu?elle soit produite le plus loin possible de son jardin. Seulement si on importe 100% de son gaz/pétrole, on n?a absolument aucun levier sur son prix et on pénalise la balance commerciale du pays et donc sa dette.
Avoir la possibilité de produire son propre gaz est un luxe dans le monde d?aujourd?hui. Avec ce genre de décisions hystériques, aucun pétrole/gaz n?aurait été produite en Mer du Nord et L?Europe serait dans une situation encore plus difficile aujourd?hui.
Réponse de le 28/11/2011 à 14:14 :
Bien sur, les gens dits "éclairés" font tout cela pour le bien du peuple ignare et sous informé.....On voit où cela nous mène aujourd'hui: la dette nous étouffe (ce sont pourtant les mêmes qui nous disent qu'il faudra payer qui nous avaient demandés de nous endetter) et notre planète est un endroit transformé en poubelle en moins de 150 ans (ce sont les mêmes qui au nom du progrès et des bas coûts nous diront plus tard que nous en avons toujours voulu plus...).....triste à pleurer
Réponse de le 28/11/2011 à 16:57 :
Je ne vois pas trop ou vous voulez en venir avec votre commentaire. La dette nous etoufferait moins si nous n'importions pas autant d'energie fossile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :