Télécommunications : une concurrence destructrice d'emplois

Par Sébastien Crozier, président de la CFE-CGC/Unsa France Télécom Orange, et Hélène Marcy, déléguée syndicale CFE-CGC/Unsa France Télécom Orange.

4 mn

Copyright Reuters

L'un des traits les plus inquiétants de la société de consommation, c'est la schizophrénie du citoyen. Il s'alarme de la fermeture de Lejaby, du chômage de son cousin ingénieur remplacé par un sous-traitant en Inde... Il sait qu'une large part de l'économie contemporaine est basée sur la production de biens dans des pays à faible coût salarial, consommés dans des pays à plus fort pouvoir d'achat. Mais qu'on lui promette de payer moins cher ce qu'il consomme, et il oublie tout le reste. Jusqu'à quand le modèle pourra-t-il fonctionner ?

Le lancement de Free Mobile a suscité l'ire des consommateurs, savamment attisée par Xavier Niel, à l'encontre des trois opérateurs qui les auraient pris pour "des pigeons". Les réactions sont très violentes vis-à-vis de ceux qui osent émettre des critiques sur cette nouvelle offre. Les aficionados disent ouvertement préférer défendre leur porte-monnaie plutôt que les salariés des opérateurs, contestant les pertes d'emplois dans les télécommunications françaises (20% perdus en douze ans, soit 32.000 emplois), pourtant chiffrées officiellement par l'Arcep.

Qu'en temps de crise, le consommateur cherche à préserver son pouvoir d'achat, on le comprend. Mais comment baissent les prix des télécommunications ?

D'abord, il y a l'amortissement des réseaux : les télécoms fonctionnent sur un modèle de coût fixe, où le premier client coûte très cher à servir, le "n-ième" presque rien (jusqu'au moment où il nécessite l'installation d'un nouvel équipement pour écouler son trafic).

Ensuite, l'évolution technologique : la baisse continue du prix des composants électroniques, combinée à la performance croissante des équipements, réduisent non seulement le coût de l'investissement initial, mais aussi le coût d'exploitation des réseaux dernier cri, pour le même service rendu. Seul le dernier entrant en bénéficie à plein.

Enfin, la concurrence : le nouvel acteur, pour se faire une place sur le marché, propose le plus souvent un avantage tarifaire. Les autres sont obligés de s'aligner peu ou prou s'ils ne veulent pas voir tous leurs clients les quitter pour le nouveau venu. Les experts ne savent pas délimiter le pourcentage de baisse des prix attribuable à chacun des facteurs, mais, à l'instar des consommateurs, le régulateur des télécoms parie que la concurrence est le facteur clé. Et pour organiser une concurrence dite "libre et non faussée", l'Arcep fait peser des obligations sur les opérateurs en place, qui sont notamment contraints de... subventionner l'arrivée d'un nouvel entrant par une tarification asymétrique de la terminaison d'appel !

Quelles sont les marges de manoeuvre pour baisser les prix lorsqu'un nouvel opérateur vient bousculer la donne ? Il n'en existe qu'une : la main-d'oeuvre.

Chez les opérateurs des télécommunications, une part significative des effectifs se trouve dans les centres d'appels, pour gérer la relation commerciale et l'assistance clients. Pour baisser les coûts, les opérateurs délocalisent, y compris Free, dont 2.000 des 4.000 téléconseillers étaient déjà au Maroc avant l'ouverture de Free Mobile, et qui a contracté avec des sous-traitants situés dans le même pays pour le lancement de sa nouvelle activité.

Le gouvernement le sait. Malheureusement, depuis les belles intentions de Laurent Wauquiez en 2010, on attend en vain les bilans de relocalisation.

Les licences de téléphonie auraient pu être attribuées sous condition de ne délocaliser hors d'Europe ni les centres d'appels ni la fabrication des équipements. Mais le régulateur n'en a rien fait, y compris pour les licences 4G, alors qu'une telle mesure ne coûtait rien, et ne créait aucune distorsion de concurrence si elle était appliquée à tous les acteurs. Ne serait-ce pas le rôle d'un régulateur de protéger l'emploi plutôt que de se faire le chantre du consumérisme ?

Les délocalisations entraînent l'économie nationale dans une spirale négative.

Aucun des politiques interrogés sur le lancement de Free Mobile ne semble avoir compris ces enjeux, étrangement absents en pleine campagne présidentielle...

Devant la catastrophe qu'il a lui-même organisée, le régulateur se sent aujourd'hui obligé de dénoncer les dividendes extravagants servis par l'opérateur historique sous la pression de l'État. Combien de temps ce même régulateur mettra-t-il à comprendre la nécessité de limiter les délocalisations ?

4 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 52
à écrit le 01/02/2012 à 21:45
Signaler
Il est bien dommage ( et peu pro de la part de la Tribune) que que votre article n'ai pas été publié dans son intégralité . Il soulève des points et des pistes intéressantes sur les mécanismes de destruction de l'emploi. Je travaille chez FT depuis 1...

le 03/02/2012 à 19:07
Signaler
Merci pour votre soutien et votre suivi visiblement attentif des actions que nous menons, et qui ne sont peut-être pas comprises par ceux qui ne connaissent pas notre entreprise de l'intérieur.

à écrit le 31/01/2012 à 22:41
Signaler
Mort de rire ! Ayant eu affaire par 2 fois à la chaude ligne de free mobile, SIMvictime du succès :(, si les deux filles que j'ai eu étaient overseas, j'aimerai que la moyenne des français parlent aussi bien qu'elle. Je ne suis certes pas un échantil...

à écrit le 28/01/2012 à 17:05
Signaler
Vous nous jeter à la figure les problèmes de délocalisation de postes mais n'est-ce pas aussi un peu démagogique ? Comment expliquez-vous les différences de tarifs entre une offre Orange France et une offre équivalente Orange UK ?

à écrit le 28/01/2012 à 17:02
Signaler
La démonstration est on ne peut simpliste et culpabilisante. A vous écouter, la différence de prix entre un forfait free et un forfait orange serait dû pour l'essentiel à la localisation du centre d'appel en France plutôt qu'à l'étranger, et vous pro...

le 13/02/2012 à 10:17
Signaler
+1 Les arguments des 3 ne tiennent pas. Et on peut aussi ajouter que les téléphones soit disant subventionnés sont en fait bel et bien payés par le consomActeur avec les engagements sur leur contrats captifs...

à écrit le 28/01/2012 à 17:01
Signaler
nous sommes dans un systeme ou detruire rapporte et ou les entreprises ne voient leur politique qu'a tres court terme sans se preoccuper de quoi que ce soit. il est evident que plus de chomeurs, plus de precarité, moins de pouvoir d'achat equivaudra...

à écrit le 28/01/2012 à 13:11
Signaler
Ce sont les mêmes qui crie victoire pour quelques euro de moins et qui pleurerons demain quand il aurons 30 mn d'attente pour avoir un télé-conseillé a peine formé dans un pays du tiers monde. => avec FREE c'est le nivellement par le bas Mais patien...

le 28/01/2012 à 18:29
Signaler
Moi j'ai free depuis 10 ans , et j'ai jamais eu besoin d'un "télé-conseillé" , parce que tu voit , moi je sais me servir d'un ordinateur . 80% des appels "au secours" concerne des probléme qui n'ont rien à voir avec la box . Va donc voir les stats !!

le 29/01/2012 à 12:09
Signaler
C'est bien de reprendre le commentaire précédent sur son "télé-conseillé", mais ce serait mieux à priori d'écrire "tu vois" dans votre propre commentaire, entre autre. Enfin, ce que j'en dis...

le 30/01/2012 à 12:46
Signaler
Comme si l'orthographe avait quoi que ce soit à voir avec le débat en cours... Effectivement le SAV de Free n'est certainement pas le meilleur. Mais quelqu'un a déjà eu un SAV efficace ? Et avec ce genre d'économie, ça vaut limite le coup de prendre ...

à écrit le 28/01/2012 à 8:01
Signaler
Bonjour faut arreter aussi avec les delires d'emploi pour les economies et reflechir un peu plus loin depuis 2000 quels categorie d'emplois ont ete supprimés ceux qui pose les fils, plus besoin a l'heure actuel

le 28/01/2012 à 9:05
Signaler
Détrompez vous, il faut toujours poser des câbles et les entretenir. Et 25 000 des emplois de téléconseillers chez les opérateurs français ont été délocalisés au Maroc, à l'Ile Maurice, etc. Mais en effet, pourquoi se battre pour sauver l'emploi ? L...

à écrit le 28/01/2012 à 7:04
Signaler
On peut aussi constater qu'avec l'arrivée d'un nouveau concurrent qui dynamite les prix avec des prestations égales, il va bien falloir se différencier autrement. L'une des possibilités est de faire plus d'innovations techniques (et pas marketing ave...

à écrit le 27/01/2012 à 22:23
Signaler
Notre tribune ayant été amputée, sans doute faute de place, de certains éléments, je vous invite à consulter le texte intégral d'origine, que nous avons republié ici : http://www.telecoms-media-pouvoir.net/index.php/nos-analyses/dogme-de-lhyper-concu...

à écrit le 27/01/2012 à 18:19
Signaler
Ils sont fort chez free, ils ont détruit 32000 emplois en 12 ans, en 2 semaines ! Hein ??? Moi pas comprendre... Mais pardon, Orange c'est pas l'entreprise ou les salarié faisait le "grand saut" à cause de leurs super condition de travail ? Sinon j'a...

le 28/01/2012 à 8:56
Signaler
le prix de monsieur tout le monde ne vous en deplaisse

le 28/01/2012 à 9:32
Signaler
Les employés du groupe bénéficient de 30% de remise pour 5 forfaits (mobile) maximum.

à écrit le 27/01/2012 à 17:52
Signaler
80% du budget des operateurs part en marketing. La voila la marge. Il est mensonger de dire que les operateurs doivent sacrifier leur personnel pour faire des economies. La preuve c'est que Free a tout autant d'employes que les autres.

le 28/01/2012 à 9:08
Signaler
Ah ? vous pouvez me donner les chiffres ? Pour info, rien que chez France Télécom-Orange, environ 102 000 employés en France. J'attends les vôtres pour Free...

le 30/01/2012 à 20:19
Signaler
Free c'est 5500 salariés dont 85% dans les services client. L'ambition du Robin des Bois National c'est 200 salariés au siège (source le point.fr). Quand va-t-on enfin comprendre le double discours démagogique de XN ? Ce Monsieur particulièrement bri...

à écrit le 27/01/2012 à 17:32
Signaler
Quelles sont les marges de manoeuvre pour baisser les prix lorsqu'un nouvel opérateur vient bousculer la donne ? Il n'en existe qu'une : la main-d'oeuvre. FAUX Il reste à baisser des marges indécentes et ne pas évaporer les profits vers les seuls act...

le 28/01/2012 à 12:45
Signaler
On est d'accord. Et tous ceux qui croient qu'on ne se bat pas contre le montant des dividendes et les stock-options peuvent aller voir cette petite photo (http://on.fb.me/x5CHWB ) d'un T-shirt que nous avons porté lors des dernières assemblées généra...

à écrit le 27/01/2012 à 17:25
Signaler
On voit bien qu'il s'agit de la CGC. Car RIEN sur les divendes extravagants, qui habituellement ne sont pas dénocés par qui que ce soit touchant à l'actuel pouvoir. Je comprends le reste du raisonnement et dénonce toutes les délocalisations dans la m...

le 27/01/2012 à 22:13
Signaler
Rien sur le dividende ? Malheureusement, notre texte d'origine a été amputé notamment de ce que nous en disions : vous pouvez retrouver notre texte intégral ici : http://www.telecoms-media-pouvoir.net/index.php/nos-analyses/dogme-de-lhyper-concurrenc...

à écrit le 27/01/2012 à 17:25
Signaler
A croire que le bas prix de Free n'est dû qu'aux délocalisations!! Il n'en est rien! Tous les opérateurs ont des centres d'appels offshore. Le problème est que les prix de la téléphonie mobile avant Free sont aberrants par rapport à ce qui est pratiq...

le 28/01/2012 à 9:10
Signaler
Nous n'avons jamais dit que Free était le seul à délocaliser les centres d'appels, nous nous battons contre nos propres patrons sur ce thème depuis plusieurs années. Quant aux prix de la téléphonie mobile avant l'arrivée de Free, ils étaient dans la...

le 28/01/2012 à 13:31
Signaler
meme dans le reste de l'europe tout simplement. !

à écrit le 27/01/2012 à 17:22
Signaler
Voici quelque chiffre... et des commentaires l'opérateur historique a affiche un résultat brut d'exploitation d'environ 3 MILLIARDS d'euro par an les derniers 5 ans, avec a la clef presque 4 MILLIARDS de dividendes par an. En parallèle les effectifs...

le 27/01/2012 à 22:36
Signaler
Sur la question du dividende, il est exorbitant et nous le dénonçons régulièrement depuis 2009, voir le blog de notre association dédiée à l'actionnariat salarié : http://www.adeas-ftgroup.org/index.php/tag/dividendes/ Nous n'avons jamais pu obtenir ...

à écrit le 27/01/2012 à 17:00
Signaler
32 000 emplois * 30 000? de salaire annuel (charges patronales incluses ) = moins de 1 milliards d'euro d'économie / an pour les opérateurs sur la main d'oeuvre depuis 10 an. Mais si Free arrive à faire des bénéficse avec au minimum 10? de moins par...

le 28/01/2012 à 16:43
Signaler
avez vous idée de ce qu'on appele les charges salariales??? 30 000 / 12 mois sa fait 2500. un employé qui coute 2500? par mois à son patron en touche environ 1400? sachant qu'il s'agit d'une moyenne vos employés sont pas très bien payés... tout poste...

à écrit le 27/01/2012 à 16:29
Signaler
Ces emplois sont payés par nos notre argent (forfaits), mais ces employés ne sont pas des fonctionnaires à priori,si? SFR, Bouygues..appartiennent à l'état? NON! C'est ce qu'on appelle la libre concurrence, si chère à la droite libérale mais qu'elle ...

à écrit le 27/01/2012 à 16:27
Signaler
C'est un problème inhérent au capitalisme. L'argent économisé par les français grâce à Free va être dépensé ailleurs, et dans cet ailleurs se produira le même phénomène, et donc les français iront dépenser ces autres économies ailleurs, etc. C'est po...

le 27/01/2012 à 17:35
Signaler
Je vous trouve bien pessimiste !

à écrit le 27/01/2012 à 16:24
Signaler
Et quand compredrez vous que le porte monnaie des francais n'est pas un puit sans fond ? 1 euro non versé à un orange ou un SFR servira à autre chose ... il sera forcément réinjecter dans l'économie.... et soit créera de l'emploi soit permettra de le...

le 27/01/2012 à 22:44
Signaler
Si vos économies sur vos communications sont toutes réinvesties dans des produits et services fabriqués par des salariés français, votre raisonnement est juste. Mais ce n'est malheureusement pas ce qui se passe dans la réalité. Quand vous achetez de ...

le 28/01/2012 à 9:23
Signaler
Possible, mais il est indéniable qu'une part importante de ces économies (qu'on peut chiffrer entre 800 à 1200? par an pour une famille de 4 personnes abonnées) va aussi aller dans les petites entreprises de proximité (restaurant, Batiment,..) et éga...

à écrit le 27/01/2012 à 16:19
Signaler
Cet article me semble adhérant, en effet nous ne parlons pas d'un écart tarifaire qui pourrait s'expliquer par des hypothétiques différence de salaires, mais DU SIMPLE AU DOUBLE ??? Ce qui sous-tend l'idée d'une "entente cordiale illicite" depuis bie...

à écrit le 27/01/2012 à 15:56
Signaler
Les 32 000 emplois perdus en douze ans c'est pas à cause de l'arrivée de Free il y a 2 semaines quand même ? La tarification asymétrique l'est beaucoup moins et pour beaucoup moins longtemps pour Free que pour SFR et surtout Bouygues en leur temps. ...

à écrit le 27/01/2012 à 15:46
Signaler
La délocalisation des centres d?appel existait déjà avant que Free arrive. je comprend pas l'article!

à écrit le 27/01/2012 à 15:42
Signaler
N'oublions pas que monsieur Sebastien Crozier est directeur de la stratégie et de l'innovation chez Orange. Est ce le syndicaliste qui parle, ou le cadre dirigeant qui a peur de voir fondre la valeur de ses stocks options.

le 27/01/2012 à 22:49
Signaler
Madame Hélène Marcy parle avec lui, qui n'est ni cadre dirigeant, ni directeur de rien du tout, et nous parlons d'une seule voix depuis longtemps, contre les stock-options, contre les dividendes aberrants, nous avons même fait des T-shirts marqués "n...

à écrit le 27/01/2012 à 15:39
Signaler
Je payait presque 60 ? par mois pour 2 heures de communications et 10 textos (!!!) chez Orange. Désormais je paye 0 ? pour 60 sms et 60 minutes. Je veux bien qu'il y ait une différence de prix causée par la main d??uvre, mais il faut arrêter d'essay...

le 28/01/2012 à 16:48
Signaler
lol 2h et 10 texto sa coute 25? maxi...

le 30/01/2012 à 12:36
Signaler
38 ? de forfait de base plus 10 centimes le sms en hors forfait et 30 centimes pour les MMS (je veux bien admettre que c'était pas le meilleur abonnement, cela dit si le site Orange avait été pensé pour faciliter le changement de forfait (cf site de ...

à écrit le 27/01/2012 à 12:55
Signaler
Free, ce n?est pas fini X Niel continue son avancée et passe à la suite de son plan. Comme promis, Il va maintenant embaucher. Pour cela, il demande aux freenautes d?accepter d?héberger (fournir le logement et la nourriture) les futurs collaborateur...

à écrit le 27/01/2012 à 11:04
Signaler
Bien sur que la concurrence détruira les emplois des entreprises qui ne pourront pas s'adapter. Peut-on exiger du consommateur qu'il subventionne des emplois, voire des CE aux mains des syndicats? Doit-on encore soutenir des modèles d'un autre âge? ...

le 27/01/2012 à 22:51
Signaler
Ah, vous pensez que l'emploi est une valeur d'un autre âge ? Vous connaissez un meilleur moyen d'assurer sa subsistance ? Consommer pour vous c'est "subventionner" des emplois ? Et vous, qui subventionne le vôtre ?

le 28/01/2012 à 16:54
Signaler
allez demain je rends les clés de mon appart, j'abandonne ma voiture et mes vetements et je vais vivre nu dans une cabane dans la foret et bouffer des vers de terre que j'éleverais moi meme!!! donnez du travail à des macons des chaudronniers dans ven...

à écrit le 27/01/2012 à 10:52
Signaler
Je vous invite à revoir vos chiffres qui sont majoritairement faux.

le 27/01/2012 à 15:32
Signaler
Pas impossible, mais c'était une bonne occasion d'obtenir des source éclairées de votre part...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.