Des idées pour lutter contre le chômage

 |   |  1024  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ré-investissons dans l'innovation si nous voulons pouvoir proposer de nouveaux emplois aux ex-salariés de PSA.

Après l?annonce de Peugeot-Citroën dans l?été de la suppression de 8000 emplois en France et de la fermeture de l?emblématique site d?Aulnay, la France semblait découvrir que tous les jours des emplois sont détruits, dans tous les secteurs de son économie ou presque. Fin mai dernier pourtant, avant le bon de cet été, la France comptait en tout 4 621 000 demandeurs d?emploi inscrits à Pôle Emploi en catégorie A, B et C. Autant dire que cette « affaire Peugeot » est une goutte d?eau, si dramatique soit elle, dans un océan de chômage. Cet évènement doit donc être vu comme révélateur d?une situation économique globale et non comme un simple désastre isolé !

Mais le pire, ce n?est pas que ces 8000 salariés perdent leur emploi, comme des dizaines ou des centaines de milliers d?autres. Le vrai problème est qu?après avoir perdu leur emploi, ces salariés rencontreront des difficultés monstrueuses pour en trouver un autre. Le problème du marché du travail français n?est pas qu?il y ait des destructions d?emploi, mais qu?il n?y ait pas assez de créations d?emploi. Le problème n?est pas que les usines ferment, c?est qu?elles n?ouvrent pas.

Cette situation a des conséquences jusque dans les mentalités. En France, le chômage est vu, à juste titre malheureusement, comme une mort sociale. Aux Etats-Unis, il est vu comme un nouveau départ, le commencement d?une nouvelle vie. Comment expliquer ce phénomène global ? En partie, par la compétitivité-prix et la compétitivité-hors prix.

La compétitivité prix recoupe les problématiques de taux de change de l?euro, de coût du travail, de fiscalité des entreprises ou encore de flexibilité du marché du travail. Chacun de ces éléments a certainement une part de responsabilité dans notre constat, même s?il serait nécessaire d?affiner cette remarque en nuançant secteur par secteur et en développant marché par marché.

En revanche, nous pouvons mettre en cause assez simplement le problème de la compétitivité hors prix qui dépend principalement de la capacité d?innovation des entreprises et de l?économie toute entière.

On le sait depuis Schumpeter, la destruction créatrice, c'est-à-dire le remplacement d?anciens secteurs d?activité par de nouveaux, est une source majeure de croissance économique et d?emploi de meilleure qualité. Souvenons nous que ce que l?on nomme « progrès technique » contribuerait pour moitié à la croissance économique en tant que résidu de Solow. La destruction créatrice permet l?avènement de nouvelles industries qui embauchent une main d??uvre qualifiée pour occuper des secteurs à forte valeur ajoutée.

Bien sûr des emplois sont détruits, par des machines « tueuses de bras », des robots toujours plus performants, mais d?autres sont créés, rendus indispensables par l?arrivée de ces nouvelles machines. L?innovation, au c?ur de ce mécanisme, trouve son origine dans la recherche et développement des entreprises et dans les investissements de l?Etat en matière de recherche, d?éducation ou de formation. Or, en France, ces deux acteurs font moins bien que leurs concurrents directs, notamment américains et allemands.

En effet, les pouvoirs publics français ont fait le choix d?une politique industrielle en faveur de grandes firmes de certaines filières de l?industrie traditionnelle. L?Etat a encouragé les concentrations de ces firmes en grands groupes de manière à peser à l?international. Mais la France ne compte pas suffisamment de fleurons novateurs pour entrainer l?économie toute entière. Nous n?avons pas d?équivalents français de Google, Microsoft, HP, IBM ou Apple pour prendre des exemples frappants. Leurs innovations ont pourtant révolutionné la manière de produire de la richesse bien au-delà des frontières américaines ! Au pays de Thomas Edison et de Wilhelm E. Böing, l?American Dream consiste aussi à faire reculer la frontière technologique. Le rêve français se limite trop souvent à suivre les modes du petit frère américain, ou pire encore, les ignorer par orgueil ! Victime du « syndrome minitel », la France s?est parfois recroquevillée sur des technologies et traditions nationales dépassées au niveau international.

En amont, le lent enlisement du système éducatif français, est doublé d?une fuite des cerveaux, largement due au manque de moyens alloué à la recherche. Les Etats Unis, ont su au contraire se rendre attractif pour les cerveaux du monde entier. L?existence de « clusters », comme la Silicon Valley en Californie est révélateur d?un modèle efficaces qui favorise une alchimie entre start-up, grandes universités, firmes internationales, laboratoires et investisseurs. Ce cocktail de talents et de moyens est source de dynamisme et offre à l?économie américaine un avantage non négligeable sur ses concurrents dans de nombreux secteurs.

La France, suite à son refus de la centralisation, a établi des confettis d?excellence dispersés sur tout le territoire, se privant d?économies d?échelle importantes. C?est pourquoi elle ne dispose pas de grand centre innovant capable de rivaliser avec ce qui peut se trouver dans certains Etats américains.

Il faut peut être voir dans ces quelques éléments, certaines des causes structurelles des difficultés rencontrées dans le domaine de l?emploi et de la croissance. Ré-investissons dans l?innovation si nous voulons pouvoir proposer de nouveaux emplois aux ex-salariés de PSA. Revalorisons le statut de chercheur, redonnons goût à l?innovation en France ! Certes, nous avons du retard à rattraper mais rien n?est perdu. Les talents français sont nombreux, il suffit de les encourager. Les décideurs politiques doivent enfin comprendre que John F. Kennedy avait raison lorsqu?il énonçait il y a presque un demi-siècle : « L?esprit humain est notre ressource fondamentale.

Pascal de Lima est économiste, et enseignant à Sciences-po Paris (PhD Economie à Sciences-po) et à HEC.

 

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2015 à 22:00 :
Bonjour a tous voici mon histoire : au ras depuis 6 ans de galère et une idee de faire les marché en micro entreprise pour m'en sortir un peut de ce gouffre et voila que je tombe dans un autre gouffre de la corruption des placeurs sur les marchés si vous donnée pas de l agent (de poche ) au placier vous pouvez rentre chez vous on vous dit pas de place libre alors que vous constater que les place sont vide et libre , de 10 a 20 commercent rentre sans travail tous les jours sur presque tous les marché de ile de France ( un placeur qui gagne 1500 € par mois de salaire et 400 € par jour d'argent de poche ( le chomage on l'entretien en France ) ou est la justice ?????
a écrit le 07/12/2015 à 8:55 :
Excellent billet. En ce moment il existe plusieurs façons d’éradiquer le chômage. En cherchant une autre source de revenu. Pour ma part, j’ai bénéficié des formations de John de gagnersonargent.fr pour avoir du boulot chez moi. Ce petit boulot est comme une réserve de secours au cas où le chômage m’atteigne. En tout cas merci pour ce partage d’idée.
a écrit le 14/10/2014 à 1:15 :
bizzard le raport de par M Jean Tirode rejeté par M Raffarin voilà tout le problème Raffarin et tous les autres ne veulent que garder leurs places les chomeurs ils s'en moque et achete la paix sociale avant a 14 ans ou l'on faisait des études ou l'on allait au boulot ET L'ON N'EST PAS MORT les Ieunes dans la rue Meures,,,,,,,,
a écrit le 14/10/2014 à 1:15 :
bizzard le raport de par M Jean Tirode rejeté par M Raffarin voilà tout le problème Raffarin et tous les autres ne veulent que garder leurs places les chomeurs ils s'en moque et achete la paix sociale avant a 14 ans ou l'on faisait des études ou l'on allait au boulot ET L'ON N'EST PAS MORT les Ieunes dans la rue Meures,,,,,,,,
a écrit le 14/10/2014 à 1:00 :
pour réduire le chômage c'est très simple laissez tous les commerçants qui le veulent ouvrir le jour la nuits dans toutes les grandes villes avec des employée qui eux veulent se sortir de la merde charges sociales réduites de 50/100 salaire minimum 1800 euro vous verrez c'est encore les commerçants qui vous sortiront de la M.... il y a une demande très très importante a bas ces syndicaliste qui nous conduise a la ruine travaillé la nuit ou le dimanche n'a jamais Tué personne le chômage OUI OUI OUI
a écrit le 02/07/2013 à 15:13 :
je pense que l'état doit développer sa politique de prise en charge des chômeurs d' une façon plus efficace pour diminuer le chômage en France, surtout en ce qui concerne les étudiants diplômés, par exemple dans le secteur scientifique (où je m'identifie: biologie industrie médicale.;etc) on trouve toujours des annonces pour des offres d'emploi proposées par des entreprises privées, mais comme la plupart des entreprises privées on demande: un BTS avec une expérience de 2 ans minimum sur un poste similaire autrement dit: elles cherchent des employés qui souhaitent changer de postes.. bien évidement un jeune diplômé et en dehors de son stage de validation de diplôme n'a pas cette expérience demandée pour pouvoir postuler et l'entreprise ne voudra pas payer pour former un novel employé.. et la question qui se pose : pourquoi l'état, et au lieu de payer une indemnité de chômage pendant 2 ans à ce jeune diplômé qui a un tel diplôme, ne met-il pas un système qui propose à un tel entreprise d'engager ce jeune sur ce poste proposé avec un salaire versé par l'état (l'indemnité de chômage) le temps nécessaire pour acquérir l'éxperience demandée par l'entreprise... cette procédure ne serait-elle pas plus efficace que verser une indemnité et des milliers de mails d' offres du pôle-emploi qui aboutiront à (prèsque) rien ??!
a écrit le 25/09/2012 à 10:50 :
Bon Article.
4.621.000 chômeurs dont au moins 2.000.000 ne touchent aucune indemnité....!
Il y aura toujours plus d ingénieurs en Chine avec 1,3 milliards d habitant qu en France avec 62 millions. La concentration en entreprises proche du pouvoir a sclérosé l innovation.
Mais le problème principal est l'Euro, une monnaie trop forte qui plombe nos exportations (même innovante) Courir avec un boulet au pied, aucune chance de gagner.
Nos dirigeants depuis 15 ans ne comprennent pas le problème et....s'en moque,ils sont trop bien payé...
Il faut réduire la durée de travail, et répartir plus les richesses.
a écrit le 24/09/2012 à 23:44 :
C'est bien la recherche appliquée, le développement de nouvelles technologies pour la réindustrialisation de la France, le produire sur place. Certes, il faut mettre le paquet et avoir de plus en plus d'ingénieurs. Et après? S' il n' y a personne pour développer les projets , pour se lancer dans l' aventure? Tous les polytechniciens du monde, tous les scientifiques de haute volée ne sont pas des chefs d'entreprise en puissance. J'ai entendu un scientifique vivant actuellement aux USA, dire il y a quelques jours, qu' il allait enfin avec le nouveau gouvernement, pouvoir rentrer en France. Pour travailler où?
Dans une entreprise créée par Montebourg? Il faut des chefs d'entreprises, des gens qui en veulent, des gens courageux. S'il n' y a pas de chefs d'entreprise, il n' y a pas d'entreprises. Il est vital pour la France, d'encourager les vocations de chefs d'entreprises
a écrit le 24/09/2012 à 16:31 :
Il faut faire un moratoire sur l'étatisme et ses effets désastreux
a écrit le 24/09/2012 à 16:29 :
nono en tout cas leur économie est jeune et très diversifié
ils ont des entreprises comme Amazon Google GM
alors qu'en France la moyenne d'age des entreprise est de minimum 25 ans
comme disait Reagan l'état n'est pas la solution!
Réponse de le 25/09/2012 à 11:00 :
Quel âge à Coca-Cola (1886) , Boeing (1916) , Disney (1920) , Ford (1903) , Harley-davidson (1903) etc.... Le "jeunisme n'a jamais été la solution!
Réponse de le 26/09/2012 à 11:00 :
des entreprises innovantes qui savent "rester jeunes" !
a écrit le 24/09/2012 à 15:47 :
Prendre exemple sur les américains!
Il me semble que c'est le pays le plus endetté du monde avec un taux de chômage important,
des inégalités criantes. Système néo libérale au bord de l'implosion!
Réponse de le 25/09/2012 à 11:01 :
Nous venons d avoir cela pendant 5 ans! Le résultat Dette °800 Milliards, Chômeurs + 1 Millions, etc........Le système libéral a échoué comme le système communiste.
a écrit le 24/09/2012 à 15:41 :
il faut arreter de miser tout dans l'innovation ( investissements lourds)
il faut aussi développer des concepts créer des tendances commes les anglo-saxons
savez-vous qu'il existe des chaines de commerce qui ont comme activité de "faire des sandwichs sur place" d'autre du café

moi je pense que le principal défaut de la France ,c'est l'étatisme
l'étatisme tue l'esprit d'initiative individuel
l'étatisme uniformise les gens et empeche la diversification et la création d'idées
l'étatisme fait peser le poids de la dette sur nos épaules
l'étatisme déprime le peuple et fait baisser la consommation
Réponse de le 14/10/2014 à 1:18 :
AFFIRMATIF
a écrit le 24/09/2012 à 15:07 :
La base de la base, ca serait un site convenable pour pôle emploi avec un moteur de recherche performant, une facilitation de mise en annonce des employeurs et des formations obligatoires pour le personnel de pôle emploi qui est (je suis désolé) incompétent. Pour relancer l'emploi, je verrais bien des pôles technologiques et industrielles pour les grands groupes mondiaux avec un régime fiscal spécial (genre 8%) et des écoles spécialisées autour de ces pôles technologiques. Avec déjà (mais ça c'est valable pour tout le monde) une simplification administrative et des charges sociales moins lourdes. Bref, on peut rêver dans un pays où on se gargarise au nom de l'egalité de taxer jusqu'à l'air qu'on respire et on se précipite à défoncer d?impôts ou des taxes ce qui produit, embauche et paye français (tout en leur parlant mal bien entendu).
Réponse de le 25/09/2012 à 11:03 :
Le Site de Pôle emploi est performant et fonctionnel. Mais la plus belle fille du monde ne peut proposer que les emplois à pourvoir, et quand il n'y a pas d emploi........
a écrit le 24/09/2012 à 13:42 :
Deux idéologies ici

A. Plus d'état (Socialisme)
B. Plus d'entreprises (Libéral)

Les Français ont choisi A me semble-t-il
Entre les deux il y a des nuances bien entendu. Pour ma part je crois plus à un chef d'entreprise qu'a un Enarque...


Réponse de le 24/09/2012 à 16:27 :
moi aussi je suis d'accord!
Donner moins à l'état pour s'en mettre plus dans sa poche...
a écrit le 24/09/2012 à 9:48 :
L'élimination d'une partie des élus est le seul et unique remède et cela passe par la re-centralisation sur un seul homme et son gouvernement. les 600 000 autres vont devoir aller pointer à Pôle Emploi et véritablement se rendre compte de l'état dans lequel ils ont mis la France !

Mais bon ils sont trop nombreux pour pouvoir s'autodétruire, quand on voit qu'il refuse :
- pour certains de s'aligner sur les retraites des honnêtes travailleurs
- de remettre en cause les principes de cumul des mandats
...
a écrit le 24/09/2012 à 9:41 :
Re
a écrit le 24/09/2012 à 7:15 :
A lire tous ces commentaires je me régale !!! les " y a qu'à, faut qu'on" débordent ! stop arrêtez et cesser de polluer la toile avec vos commentaires de bistrots.
Juste un truc pour tous ceux qui bavent sur les chômeurs, je leur souhaite juste un mois ou deux au paradis de "pôle emploi" et on en reparle !!!
salut à tous!
Réponse de le 24/09/2012 à 11:36 :
ok être demandeur d'emploi n'est pas facile, on a jamais dis ça, mais sur la totalité des chomeurs ne me dit pas qu'il y en a pas un ENORME paquet qui ne fait rien pour changer les choses, c'est tellement plus facile de rester au chomdu, de toucher des aides diverses et faire son caliméro ... faut arrêter j'ai 44 balais et depuis que j'ai quitté l'école, sans diplôme, je travaille depuis l'âge de 18 ans et j'ai à mon actif seulement 3 mois ou 4 mois de chômage, mais en même temps j'ai fait de tout, j'ai bossé en usine à la chaîne, fais des ménage, ramasser les fruits et oui faut se sortir le doigt du c-l et arrêter de dire qu'il n'y a pas de boulot, c'est sûr certains job sont peut être pas évident mais lorsqu'on a besoin de bouffer et payer ses factures on a pas trop le choix donc ça suffit !!! et le comble est que même si j'ai quitté l'école sans diplôme et bien j'ai quand même bossé dans deux cabinets d'avocats, alors que je n'avais aucune expérience, juste l'envie de reussir suffit, au TGI de ma ville, et actuellement j'occupe un poste de secrétaire depuis 15 ans et j'ai pas de diplôme mais une envie d'y arriver ...
Réponse de le 24/09/2012 à 14:04 :
Comme vous le dites si bien ça fait 15 ans que vous accupez le même poste, les choses on changé la donne n'est plus la même, d'accord il faut se bouger pour bosser mais les choses ne sont plus si simples qu'avant pour les nouvelles générations, la faute à qui ?? à nos parents qui n'ont pas su entretenir ce que nos grands parents avaient acquis.... c'est trop facile de juger les jeunes quand le cout de la vie et le taux de chomage n'est plus du tout le même... je paris que vous n'avez jamais eu besoin de dormir dans votre voiture ou faire les poubelles des supermarchés pour mangé à votre grande époque.... un peu d'indulgence de la part de ceux qui ont ruiner la france pour ceux qui aujourdhui payent les pots cassés merci
Réponse de le 24/09/2012 à 16:18 :
Ah les choses ont changé !!... et oh j'ai que 44 ans alors dites-vous bien qu' A MON EPOQUE aussi le taux de chômage était loin d'être bas, et déjà beaucoup se plaignaient de ne pas trouver de boulot, mais j'en reviens à ce que j'ai dit plus haut, d'abord ce n'est pas une généralité si vous lisez bien, je dis tout simplement que dans tous les chomeurs il y en a UN PAQUET qui ne fait aucun effort pour travailler, certes moi aussi j'aurais aimé faire autre chose, mais j'avais besoin de bouffer et de payer mes factures donc pas le droit de faire la difficile. Quant à dire "un peu d'indulgence de la part de ceux qui ont ruiner la france etc etc ..." je ne pense pas que ce soit la génération précédente qui ait ruiné la france mais plutôt les gouvernements successifs qui n'ont pas arrêté de faire de l'assistanat !
a écrit le 24/09/2012 à 6:09 :
Je cherchais des idees dans cet article mais helas cet economiste nous rechauffe les arguments que ses predecesseurs ont laisse dans le micro-onde et omet d'y integrer la moindre perspective historique.
Toutes les mesures evoquees ont deja ete tentees, en France ou ailleurs (je pense aux poles de competitivite et autres CIR) et le focus sur les PME est un standard des socialo-plutocrates.
D'ailleurs, il est interessant de voir qu'il demande un nouveau statut pour les chercheurs, alors qu'il a lui meme cree un pole recherche au sein d'Altran -son ancien employeur- dont le but etait de capter des credits de recherche afin d'absorber le cout des consultants que l'entreprise n'arrivait pas a placer chez des clients...
Ajoutons un cliche completement faux sur le chomage aux US qui serait une renaissance professionelle (googlez "unemployment stories + gawker" pour voir un peu) et le resultat est un tres bon titre suivi d'un article franchement mediocre.
a écrit le 24/09/2012 à 2:52 :
Quand on lit l'article puis les commentaires on peut effectivement être sceptique sur la capacité des francais sédentaires à être performants dans un système mondial concurrentiel : il devient urgent de modifier votre perception de l'entreprise et des entrepreneurs, à commencer par les petites structures qui employent beaucoup, crèent beaucoup mais sont beaucoup pénalisées par cette mentalité pour au moins deux raisons :

Premièrement la tracasserie administrative qui n'a d'égale que la rapacité des administrations et caisses en tous genres pour sucer l'énergie de l'entrepreneur.

Deuxièmement la mauvaise image du créateur chercheur inovateur qui est en plus considéré comme un salaud s'il réussit par dessus le marché. C'est le résultat de la performance française dans l'assistanat et la dé-responsabilisation. (et le mensonge d'Etat utilisé comme lubrifiant politique = mensonges sur presque tous les sujets à l'époque de Chirac et Sarko, on verra si Hollande est plus honnète)

Les cerveaux fuient et ont fuit les règles françaises et il y a plus de francais qui réussissent à vivre à l'étranger que d'étrangers qui vivent en France : les émigrés ne sont pas ceux que l'on dit.
a écrit le 24/09/2012 à 1:53 :
on ne peut rien faire il y aura tout le temps du chômage et le pouvoir public n'ont aucun moyen de l'endiguer.C'est perdu d'avance !!!
Réponse de le 24/09/2012 à 14:55 :
ce n'est pas leur role, aux pouvoirs publics : c'est aux entreprises de créer des emplois !! par contre, c'est le rôle des pouvoirs publics de créer un climat favorable à l'embauche !! et ça, on y est pas du tout !!!
a écrit le 23/09/2012 à 23:29 :
Pourtant nous inventons. Quel gaspillage !
a écrit le 23/09/2012 à 17:45 :
C'est bizarre que l'on classe les salariés au rang de chien, on parle toujours du coût du travail sans parler du coup de la vie... merci economiste
a écrit le 23/09/2012 à 17:28 :
si en France il y a trop 2 chômeurs faute aux entreprises qui ferment pour aller a l'étranger au mépris des humains on ne peut traiter les français comme du bétail mais a l'étranger on et moins regardant quand a l'évolution du travail on exige davantage de diplome sur quelques années avec 1 simple C A P on pouvait monter dans l'échelon de l'entreprise maintenant on demande le bac quand aux chômeurs qui se paient des vacances 2 mois j'aimerais les connaitre car on ne peut s'absenter impunnément au risque 2 se faire rayer quand au smarphone...je n'en possede pas juste 1 tel banal pour etre jointe mon chômage je n'en profite pas la totalité part pour les factures d'ailleurs 1 augmentation est encore d'actualité EDF GDF etc
a écrit le 23/09/2012 à 14:43 :
VOUS VOULEZ UNE IDEE POUR FAIRE BAISSER LE CHOMAGE : EN VOICI UNE DE PLUS : décalez les seuils de 10, 20 et 50 salariés à 15,30 et 75 salariés ! Vous constaterez que les entreprises vont grossir jusqu'à atteindre ces nouveaux seuils: Une statistique (que je n'ai pas, mais recherchez : je suis certain de ne pas me tromper!) à vérifier : combien actuellement y a-t-il d'entreprises de 9 salariés en France, et combien y en a-t-il de 10,11 et12 salariés ?? C'est fou: ce seuil bloque tout !!!
Réponse de le 25/09/2012 à 11:11 :
C'est faux, vous ne connaissez pas les chiffres !
Une entreprise embauche parce qu elle a du travail a réalisé, commande, exportation recherche, etc...pas pour une raison administrative.
a écrit le 23/09/2012 à 14:36 :
UNE AUTRE IDEE POUR REDUIRE LE CHOMAGE : si on veut augmenter l'export, il faut commencer par être compétitif et ça commence par une fiscalité qui cesse de matraquer l'emploi !! Quelques pistes : les salaires devraient être versés "brut + cotisations patronales" aux salariés, et l'état ponctionnera directement les salariés avec l'impôt sur le revenu : ça sera tellement visible que les salariés se révolteront contre ces ponctions qui ne sont pas dûs aux employeurs mais à l'état et aux prestations sociales ! 2/ Une TVA réduit à 8% sur tout service, donc l'emploi. La proportion de TVA réduite serait plafonnée selon une proportion de la masse salariale dans les charges de l'entreprise de l'année précédente, pour empêcher des abus (cela inciterait aussi les employeurs à augmenter les salaires pour diminuer les prélèvements de TVA !!! ), 3/ le reste (correspondant à de la marchandise) se voyant appliquer une TVA à 22% Les importations nécessitant peu de main d'oeuvre seront ainsi essentiellement taxés au taux supérieur, les exports se font hors taxes ! Ainsi, on relance les embauches et l'emploi, donc on élargit l'assiette de la taxation à l'IR tout en diminuant les charges de l'état (chômage) : c'est le cercle vertueux !
Réponse de le 23/09/2012 à 16:28 :
ce ne serait pas raisonable
Réponse de le 23/09/2012 à 22:57 :
pourquoi : un politicien ne sait pas utiliser sa raison ???
Réponse de le 23/09/2012 à 23:57 :
@ elu PS : et prenons l'exemple de la restauration, cela favoriserait ceux qui achètent des produits bruts pour les transformer, par rapport à ceux qui se contentent de servir des plats tout prêts !! ..donc ça développerait l'emploi !!
a écrit le 23/09/2012 à 14:00 :
En France, on a vu des officines de pôle emploi proposer des postes sur de plantations de peupliers à des électromécaniciens!, les chasseurs de têtes chez pôle emploi, c'est pas pour demain, c'est moi qui vous le dit!.
a écrit le 23/09/2012 à 13:02 :
VOUS VOULEZ UNE IDEE POUR FAIRE BAISSER LE CHOMAGE : EN VOICI UNE, lu sur Challenges ! "le marché du travail est très souple : on peut licencier sans motif, les modérations salariales permettent de supporter des baisses d'activité, le chômage partiel est facilement utilisé, même s'il n'a pas atteint l'ampleur du « Kurzarbeit » allemand? De l'autre côté, les chômeurs ont l'assurance de ne pas tomber dans les limbes d'un service de l'emploi débordé. En 2009, syndicat et patronat ont même fortement augmenté le budget de l'équivalent du Pôle emploi, l'Arbeitmarkservice, pour multiplier le nombre de conseillers afin de faire face à la hausse de demandeurs d'emploi. La durée des allocations chômage n'est que de 5 mois, contre deux ans en France, et augmente avec l'âge et l'ancienneté. Mais il existe une différence majeure avec le système français : les conseillers de l'Arbeitmarkservice s'attachent à rencontrer les demandeurs d'emploi toutes les semaines. Et ceux-ci sont obligés d'accepter les formations proposées ou tout travail correspondant à leur qualification, s'ils ne veulent pas voir leurs allocations réduites.Des comptes épargne individuel remplacent les indemnités de licenciement L'Autriche a également réformé en 2003 son système d'indemnisation. Les employeurs versent 1,5% de la masse salariale sur des comptes d'épargne individuels destinés à chaque salarié et géré par des fonds privés. En cas de démission ou de licenciement, les personnes embauchées depuis la date de la réforme et bénéficiant de trois ans d'ancienneté ont deux choix : percevoir en cash le montant de leur compte ou le conserver s'ils retrouvent un autre travail. Pour l'employeur ce système supprime le prix ponctuel d'un licenciement. Pour le salarié, il diminue le coût de sa mobilité professionnelle." ET CA MARCHE ! "Alors que l'Espagne souffre d'un taux de chômage de 25,1% et la France de 10,3%, l'Autriche pavoise avec le plus faible taux d'Europe : 4,5%. Même en 2009, année où le nombre de demandeurs d'emploi explosait en Europe, et où l'Autriche voyait son PIB chuter de 3,8%, elle affichait un taux de chômage de 4,8%. CQFD !!
Réponse de le 24/09/2012 à 12:15 :
Si il y a des idées intéressantes, notons quand meme que...
Autriche = 8 millions d'habitants, France = 65 millions....
Tout est dit je crois.
Réponse de le 24/09/2012 à 12:45 :
@ah bon : l'efficacité est impossible dans un pays de 65 millions d'habitants ?? pourtant un pays comme les USA arrive à être géré avec une centaine de parlementaires quand il en faut près de 600 à un pays nettement plus petit comme la France ! .. comme quoi ce n'est pas la taille du pays qui avantage l'Autriche ...!
Réponse de le 24/09/2012 à 14:33 :
Ce n'est pas ce que j'ai dit! cependant, les problématiques ne sont pas les memes selon la taille du pays... Ce n'est pas une question d'efficacité possible ou pas, c'est une question de moyens utilisés. Par exemple, lorsque vous parlez d'embaucher des conseillers pour l'équivalent de Pole Emploi, le nombre de conseillers a embaucher en France serait largement supérieur, et certainement tres mal accepté actuellement.
Réponse de le 24/09/2012 à 14:53 :
@loic : le nombre de conseillers ne serait pas le même, certe ... mais il serait proportionnel ! on a pas le même PIB non plus, heureusement !! et je suis désolé, mais on a une problèmatique bien réel: le CHOMAGE !!! alors au lieu de chercher à exporter nos 35h et nos riches, on ferait peut-être mieux de s'inspirer de ce qui marche ailleurs !!! non?
Réponse de le 24/09/2012 à 15:32 :
Toujours la même fausse croyance qui fait le tour de la toile concernant les Etats-Unis : Non, les Etats-Unis ne sont pas gérés avec une centaine de parlementaire, c'est une idée fausse ! C'est une fédération, et chacun des 50 états a ses propres parlements et ses propres parlementaires. Quand on aditionne le tout, on dépasse très, très largement le nombre de parlementaires français !
Réponse de le 25/09/2012 à 15:58 :
Oui, mais c'est pas en embauchant dix conseillers pour 1 chomeurs que vous aurez plus de postes a pourvoir... le probleme du chomage, ce n'est le nombre de conseillers....
a écrit le 23/09/2012 à 12:04 :
il faut augmenter les effectifs de pole emploi et etre plus vigilants face aux faux chomeurs et aux chomeurs "de confort"
Réponse de le 23/09/2012 à 13:21 :
Les faux chômeurs comme vous dites sont une minorité alors monter les uns contre les autres ne fait pas avancer le problème.
Réponse de le 24/09/2012 à 12:07 :
Difficile de toute facon de faire la différence, vous pouvez aller passer des entretiens d'embauche et les rater volontairement. Officiellement vous cherchez du travail, dans la pratique... L'inverse est vrai, vous pouvez chercher du travail mais ne jamais etre embauché, surtout vu la situation actuelle...
Cependant, il faudrait faire comprendre aux personnes concernées par exemple qu'apres un licenciement, attendre la fin des 2 ans de droit au chomage pour rechercher un emploi est une tres mauvaise idée pour son CV.
Quoi qu'il en soit, Pole Emploi ne remplit pas completement son role c'est évident.
Réponse de le 24/09/2012 à 12:51 :
@loic: je crois surtout que le traitement social du chômage ne résoudra JAMAIS la question du chômage ! C'est en mettant des emplois à la disposition des chômeurs "sérieux" que l'on avancera sur ce sujet ... et ceux qui restent seront forcement de mauvaises foi si les offres d'emploi sont là ! maintenant je connais au moins 2 chômeurs qui, pour ne pas rester oisif, ont pris un job à temps partiel avec réduction des indemnités chômage : Pole Emploi leur a dit "faut choisir: vous bosser à mi-temps et vous gagner un 1/2 salaire, ou vous rester au chômage à plein temps, mais on accepte plus de vous indemniser partiellement : résultat: tous 2 ont du financierement...arreter de travailler !!!
a écrit le 23/09/2012 à 11:53 :
Cet article semble écrit par quelqu'un d'intelligent, mais aussi, je suis désolé de le dire, un peu autiste comme beaucoup le sont aujourd'hui. Je mettrais cela sur le compte du mot HEC, écolé de formatage et de normalisation qui tue tout esprit critique, chez les étudiants comme les enseignants, même si à la lecture de l'article, je sens du potentiel dans celui qui a écrit cela. L'ENA est pareil, rassurez-vous. Le paragraphe faisant mention de Schumpeter est une vraie démonstartion de cet aveuglement. Certes, Schumpeter a fait une analyse poussée des crises et des développements y faisant suite, EN SON TEMPS ! C'est à dire à l'époque où la Démographie n'était pas encore la cause de la catastrophe qui a commencée. Etant Naturaliste, je regarde avec résignation et tristesse le gaspillage des resources, la surpopulation et l'aveuglement des technocrates qui s'imaginent que dans un monde futur, tout le monde sera au minimum avec un bagage de technicien. Ces gens, d'ENA, d'HEC dont vous faites partie n'ont aucune connaissance dans la répartition de l'intelligence et des facultés à abstraire au coeur des populations ; le comble pour ceux qui font grand usage de statistiques, leur donnant même un statut de sciences qu'un outil n'aurait jamais dû avoir. Pourtant, il y a dans l'article quelques véritées. C'est à cause de ces vérités que je réponds ici et ce commentaire est surtout dirigé vers le ou les auteurs, en espérant entrouvrir une porte dans leur réflexion vers un territoire qu'il est malheureusement très long d'explorer.
a écrit le 23/09/2012 à 11:17 :
Si on me disait que les employés de pôle emploi allaient se transformer en chasseurs de têtes, j'en tomberais presque le cul par terre!.
a écrit le 23/09/2012 à 7:28 :
Des idées ? Il faut demander à Flamby. Il en a plein en ce moment !!!
a écrit le 23/09/2012 à 1:20 :
Virer 50% de fonctionnaires d'en haut et ne garder que ceux d'en bas qui bossent, grace aux gains, baisser de 50% les charges des entreprises PME TPE qui les embaucheront .. si ils veulent d'un poste à ce niveau ..?
Réponse de le 23/09/2012 à 11:53 :
Juste, et ajouter virer 50% des Parlementaires, et baisser de 50% les émoluments de ceux qui resteront.
a écrit le 23/09/2012 à 0:35 :
Changer de gouvernement ...ben oui , on ferait une cinquantaine de chômeurs en plus, mais ça permettrait la créations de plusieurs milliers d emplois ... Après tout le changement c est maintenant , non ??
Réponse de le 23/09/2012 à 1:27 :
aimes bien, toi !!!
a écrit le 22/09/2012 à 23:48 :
Controlez les chomeurs.Faite s les pointer tous les 2 jours par leur empreinte digitale, à une heure variable dans la journée, indiquée lors du précédent pointage. Rien que ça, y'aura 1 million de chomeurs en moins... (il sera difficile d'aller 2 mois en vacances en guadeloupe à nos frais)
Réponse de le 23/09/2012 à 11:53 :
Il y a 20 ans en arrière, on faisait pointer 1000 demandeurs d'emploi dans chaque agence, tous les jours ! Meme les SDF venaient. Savez vous pourquoi ? En pointant, ils avaient droit à une bouteille de vin rouge donné par certains organismes qui les hebergeaient la nuit ! C'est la manne populaire qui a exigé des politiciens de ne plus venir pointer chaque jour, trouvant ce procede degradant !

Pour avoir les voix des demandeurs d'emploi, les politiciens ont accepté qu'ils pointent en ne faisant plus qu'un pointage, une fois par mois. Certains ont trouvé qu'acheter un timbre etait trop cher pour leurs faibles moyens et du coup, rapportent leur carte mensuelle à Pole-Emploi qui doit la renvoyer à ses frais !

Un de mes amis, medecin generaliste, m'avait fait ce constat : Je dois faire la remarque qu'ils possèdent TOUT, au point de vue Technologie ! Même ce que moi, en travaillant 18 heures par jour, je n'aurai jamais ! Car on bosse et plus on est ponctionné par l'Etat.

Marie
Ancienne conseillere de Pole-Emploi
Réponse de le 23/09/2012 à 12:50 :
faut évoluer : plus besoin de se déplacer ... le pointage se fait par internet ... et comme ils ont tous un i-phone, plus de contrainte !!!
a écrit le 22/09/2012 à 19:31 :
radier les faux chomeurs 80 % des chiffres
Réponse de le 22/09/2012 à 20:51 :
solution : pourquoi 80 % mais 100 % surtout plus donner une allocation pour les handicapés, les allocations logements ne plus donner des allocations pour les chômeurs de fin de droit, dîtes nous sommes en France mais pas dans un pays ou la dictature est roi rassurez-moi.
Réponse de le 23/09/2012 à 1:27 :
quel est le rapport entre ce que vous préconiser et une dictature ??? au contraire, une dictature achète la paix sociale. C'est exactement comme la critique que vous laissez entendre !!!
Réponse de le 23/09/2012 à 11:28 :
@@pathinder
Plus de ressources pour les personnes privées d'emploi en fin de droit!, vous préférez peut-être qu'ils aillent vous faire rendre gorge pour survivre?.
Si vous voulez que les chômeurs soient mobiles pour travailler, procurez leur un logement dont la location ne sera pas prohibitive, comment voulez vous inciter quelqu'un à déménager lorsque le loyer englouti les 2/3 du salaire?.
et le coût des transports?, n'est t-il pas prohibitif non plus aujourd'hui?.
S'il y a autant de chômage en France aujourd'hui, c'est que quelque part, les pouvoirs publics ne sont pas si étrangers que cela dans cette affaire.
Réponse de le 23/09/2012 à 12:58 :
bien sur que les pouvoirs publics sont responsables: mais comment faire baisser les loyers en dissuadant les investisseurs d'investir dans l'immobilier locatif ? comment faire baisser les loyers en donnant tellement de droits aux locataires indélicats que les propriétaires préfèrent encore perdre de l'argent a garder des logements vides plutôt que de risquer de se trouver coincé ?!
Mais pour survivre, comme vous dites, il faudrait peut-être qu'ils acceptent les boulots qu'on leur propose ?? il faudrait peut-être qu'on libère un peu le marché du travail pour que les entrepreneurs aient ENVIE d'embaucher, il faudrait peu-être taxer un peu plus la consommation et les revenus "sans contrepartie" plutôt que les salaires de ceux qui bosse !! non ?
Quand un salarié me dit : "cette année, je préfère ne pas faire d'heures sups parce que maintenant qu'elles sont soumises à charges sociales, je gagnerai plus à baisser mon salaire pour toucher la prime pour l'emploi !", moi, je dis que notre économie marche sur la tête !!!
Réponse de le 23/09/2012 à 13:54 :
On ne peut pas dire que vous avez tort, tout cela n'est que vrai malheureusement, mais il faut aussi aider les sans emplois, ça arrangera tout le monde.
Réponse de le 23/09/2012 à 14:38 :
oui... mais pas trop ! et surtout : en a -t-on les moyens ? et à partir d'un certain niveau, n'y a-t-il pas plus d'effet pervers que d'avantages ?!
a écrit le 22/09/2012 à 19:30 :
Le progrès technique,c'est du travail et de l'énergie;vous taxez le travail et pas l'énergie;ou est l'erreur?
a écrit le 22/09/2012 à 18:44 :
VOUS VOULEZ UNE IDEE POUR FAIRE BAISSER LE CHOMAGE : EN VOICI UNE !
"le marché du travail est très souple : on peut licencier sans motif, les modérations salariales permettent de supporter des baisses d?activité, le chômage partiel est facilement utilisé, même s?il n?a pas atteint l?ampleur du « Kurzarbeit » allemand? De l?autre côté, les chômeurs ont l?assurance de ne pas tomber dans les limbes d?un service de l?emploi débordé.

En 2009, syndicat et patronat ont même fortement augmenté le budget de l?équivalent du Pôle emploi, l?Arbeitmarkservice, pour multiplier le nombre de conseillers afin de faire face à la hausse de demandeurs d?emploi. La durée des allocations chômage n?est que de 5 mois, contre deux ans en France, et augmente avec l?âge et l?ancienneté. Mais il existe une différence majeure avec le système français : les conseillers de l?Arbeitmarkservice s?attachent à rencontrer les demandeurs d?emploi toutes les semaines. Et ceux-ci sont obligés d?accepter les formations proposées ou tout travail correspondant à leur qualification, s?ils ne veulent pas voir leurs allocations réduites.Des comptes épargne individuel remplacent les indemnités de licenciement
L?Autriche a également réformé en 2003 son système d?indemnisation. Les employeurs versent 1,5% de la masse salariale sur des comptes d?épargne individuels destinés à chaque salarié et géré par des fonds privés. En cas de démission ou de licenciement, les personnes embauchées depuis la date de la réforme et bénéficiant de trois ans d?ancienneté ont deux choix : percevoir en cash le montant de leur compte ou le conserver s?ils retrouvent un autre travail. Pour l?employeur ce système supprime le prix ponctuel d?un licenciement. Pour le salarié, il diminue le coût de sa mobilité professionnelle."
ET CA MARCHE ! "Alors que l?Espagne souffre d?un taux de chômage de 25,1% et la France de 10,3%, l?Autriche pavoise avec le plus faible taux d?Europe : 4,5%. Même en 2009, année où le nombre de demandeurs d?emploi explosait en Europe, et où l?Autriche voyait son PIB chuter de 3,8%, elle affichait un taux de chômage de 4,8%. CQFD !!
Réponse de le 22/09/2012 à 20:53 :
lyon69 + 100 pour vôtre commentaire
Réponse de le 23/09/2012 à 1:29 :
@pathinder :http://www.challenges.fr/economie/20120914.CHA0831/les-autrichiens-ont-une-recette-pour-eviter-le-chomage.html ... à faire connaitre !
a écrit le 22/09/2012 à 17:30 :
La première chose c'est d'être honnête: les services de l'emploi n'aident pas à trouver du travail. Nous avons en parallèle des millions de chômeurs depuis des années et des diplômés sur le carreau... imaginez qu''avec un master les services en question nous proposent de faire de la manutention ou bien de distribuer des pub dans les boîtes aux lettres. Comment voulez-vous qu'une telle société fonctionne? C'est qu'il y a volonté de nuire.... De la même manière, quand on voit l'Europe du Sud exploser dans le chômage, c'est qu'il y a volonté de nuire parce que les politiques conduites sont mauvaises. C'est une manière vicieuse d'éliminer des millions de gens, une méthode stalinienne pour torturer les salariés bienvenue en Cordée du Nord!
a écrit le 22/09/2012 à 17:21 :
Avec une Education Nationale qui est un monstre à fabriquer de l'échec, je ne nous vois pas aller bien loin.
Tant que son objectif ne sera pas d'accompagner les jeunes et les moins jeunes dans la découverte et l'épanouissement de leurs talents,
elle ne fera que produire des chômeurs d'une part et une faible proportion de privilégiés recroquevillés sur leurs avantages d'autre part.
Car tout est là : pour que le système fonctionne, il faut que chacun puisse être producteur et consommateur.
L'exclusion à grande échelle comme c'est le cas de nos jours n'engendre que l'appauvrissement de la nation.
Réponse de le 22/09/2012 à 17:32 :
Vous avez raison de parler de l'éducation, c'est une machine immonde à fabriquer des diplômés exclus et des illétrés. Cela fonctionne sur l'embrigadement.
a écrit le 22/09/2012 à 14:38 :
Pascal de Lima et Gwenaël Le Sausse, vous posez le SUJET CENTRAL, LE SUJET HYPER CENTRAL qui doit mobiliser l?Etat Français. La France doit retrouver IMPéRiEUSEMENT de la croissance exportatrice. Car il ne faut jamais oublier que la croissance exportatrice est la seule croissance qui peut permettre de rembourser la dette abyssale héritée des négligences de ces 10/12 dernières années. En effet construire des ronds points luxueux genre Jardins du Luxembourg et transformer les ruelles des zones de logistique en avenues de Versailles crée de la dette et des dépenses publiques pour les entretenir.
L?iNNOVATiON Française est au plus mal, les Rapports sur l'indice d'efficacité établissent que la France est éCROULéE au 64ème rang mondial et 27ème rang européenne... Cet éFFONDREMENT de l?iNNOVATiON est la conséquence des désordres et des dysfonctionnements récurrents des trop pléthoriques Agences blas blas et Centres de rien du tout qui s?autoproclament spécialistes de l?innovation et prétendent être incontournables de l?innovation ? QUE Ni Ni, toutes ces agences et centres sont parfaitement DéFAiLLANTS et profondément en Échec de leur abusive appropriation de l?innovation. La PRiORiTé c?est de fermer toutes ces pléthoriques agences et centres iNUTiLES. Le 1er machin en ECHEC TOTAL a fermer, c?est Oseo Innovation (ex anvar) dont les résultats déplorables se lisent dans les rapports qui établissent le DéCLiN de l?innovation française? VOICI les liens des rapports en question : rapport europa : http://ec.europa.eu/enterprise/policies/innovation/files/ius-2011_en.pdf
http://www.wipo.int/export/sites/www/freepublications/en/economics/gii_2012.pdf
L'INDUSTRIE INNOVANTE et EXPORTATRICE, l'EXTREME URGENCE.
a écrit le 22/09/2012 à 14:00 :
Si les propos présentés ici sont le reflet de ce qui est appris à l'IEP ou HEC, malheureusement, oui, alors le niveau est faible. Les élèves privilégiés de ces grandes écoles auront tout le temps d'apprendre le contraire. C'est donc le profil du lecteur de La Tribune qu'il convient d'éclairer éventuellement. Les gouvernements français successifs ont effectivement choisi une matrice qui prévilégie les grandes entreprises. Notre pays dans ce domaine se situe en haut des classements contrairement à ce qui est dit. Ainsi le crédit possible pour notre pays est porté sur ces champions au détriment d'une dispersion jugée coûteuse et perdante. Nous ne fabriquons ainsi pas de "petites cuillères", les allemands ou autres nous les vendent. Notre pays n'engage que des investissements "d'avenir" sur des technologies exportables dans des segments à spectre large. C'est un choix. Il se fait au détriment de l'emploi. Pour plusieurs raisons dont l'une est le manque de crédit pour certaines entreprises non sélectionnées donc et l'autre est l'acceptation de l'immigration qui résulte d'une guerre monétaire que nous imposons aux autres par cartel afin que nos entreprises demeurent performantes. Bien entendu l'on s'applique à limiter cette casse sociale par l'emploi de nombreux fonctionnaires, des faux emplois, dont l'utilité ne consite qu'à permettre à des individus d'avoir heureusement un travail garanti. La question que je pose très régulièrement sur ce fil est de savoir pourquoi l'on ne propose pas le même statut (ou plus de statut particulier) par le moyen de la fin totale du chômage ? Cela nécessiterait de supprimer l'immigration ou d'assumer une immigration choisie, qualifiée ou pas, par quotas de zone. Ce processus est fortement rentable, le non emploi étant la solution la moins économiquement rentable. Il éviterait qu'une partie importante de notre population soit sacrifiée à la réussite d'une seule petite élite. Parler de retard d'innovation de la France est donc peu pertinent -et les exemples choisis mauvais- car il n'est plus question de mélanger les entreprises très performantes avec celles laissées à l'abandon. Demander plus de crédit est d'un cynisme effroyable étant donné les avantages considérables procurés par le CIR déjà scandaleux par bien des aspects. Notre professeur est donc ici dans un lobbyisme fat.
a écrit le 22/09/2012 à 13:58 :
oui ca va pas etre facile de creer des googles francais en vomissant sur les entrepreneurs, les gens qui travaillent, et en traitant ceux qui investissent de negriers
Réponse de le 22/09/2012 à 17:24 :
Oui mais voyez les conditions de travail, nous avons une majorité des salariés très large qui s'en plaint. Il suffit d'en prendre conscience afin de rétablir une société dans laquelle les gens ne sont pas pris pour du bétail.
Réponse de le 22/09/2012 à 18:39 :
@laurent : Connaissez vous une seule personne (y compris Mme Bettecourt au Mr Arnault !) qui ne souhaiterait pas gagner plus ???
Il faut commencer par donner envie aux employeurs de recruter pour qu'ils le fassent ! Il faut leur prouver par des faits clairs qu'ils ne seront pas ensuite OBLIGES de garder des employés dont ils souhaitent se séparer ! Je connais de nombreux entrepreneurs qui préfèrent actuellement ne pas se développer pour ne pas risquer de se retrouver ensuite avec un salarié en trop sur les bras ! J'en connais aussi beaucoup qui stoppent leur développement pour ne pas franchir la barre fatidique de 10 salariés ou des 50 salariés etc !!! Ces freins à l'emploi, il faudrait peut-être commencer par accepter de les voir, et chercher à les traiter pour espérer faire avancer les choses !
Réponse de le 22/09/2012 à 18:55 :
c'est pas parce qu'une majorité a vôté pour Flamby qu'on peut dire qu'ils ont eu raison !!
Réponse de le 22/09/2012 à 20:53 :
Une majorité n'a pas voté Flamby. Il a obtenu environ 25% des voix des inscrits au 1er tour, et le 2e tour ne compte pas puisque les gens votent contre l'autre dans notre système. C'est là que le bât blesse. Les élus ne représentent jamais que leur parti et ils font subir à la majorité (les 75% qui n'ont pas voté pour eux) leurs lubies !!!
Réponse de le 24/09/2012 à 12:12 :
@Patrickb: Vous avez excusez-moi une drole d'idée de la démocratie!! Les inscrits qui ne se sont pas déplacés auraient pu voter, et le second tour compte évidemment!!! combien de personnes ont voté Sarkozy car ils n'aimaient pas Royal ou Hollande??? Avec votre logique, Sarkozy n'a donc pas été élu par une majorité en 2007.
Que vous n'aimiez pas Hollande je le concois, que vous ne soyez pas d'accord avec les mesures du gouvernement aussi, mais faites au moins preuve d'un peu d'honneteté intellectuelle...
Réponse de le 24/09/2012 à 21:13 :
si les salaires augmentent les gens eviteraient le chomage
alors les mal payé
ne faitent pas les economistes
vous n avez rien compris
1200 euros par mois
vous en faite quoi
vaux mieux etre au chomage vous ganez de l argent
on est dans un pays de moutons
rester moutons et arreter de critiquer
Réponse de le 10/10/2012 à 10:51 :
Bonjour
Je dirige une petite PME dans laquelle j'emploie 2 salariés. Je subi en ce moment une problématique de trésorerie que je veux ponctuelle mais cette difficulté m'a amené une réflexion.
Une entreprise en difficulté a tendance pour assurer sa viabilité de commencer à licencier ses collaborateurs qui se trouvent ainsi au chômage. Comme nous le savons, une personne au chômage bénéficient d'un certain montant d'assedics en fonction de ses droits.
ma réflexion est pourquoi ne pas permettre aux entreprises d'embaucher des chômeurs en début de droit et de rétribuer à l'entreprise en une fois l'ensemble des sommes (brut) dont avait le droit le salarié aux assedics sous réserve que l'entreprise s'engage à garder ce salarié au moins 5 ans ?
L?idée étant de réduire le chômage sur une longue durée et d'encourager les entreprises à embaucher en temps de crise grâce à cette main d'?uvre volontaire et à cette trésorerie qu'elle représente.
Les chefs d'entreprises pourront ainsi redoubler d'effort en cette période creuse en pensant à l?après et ainsi arrêter de se battre contre la fatalité puisque cette fatalité deviendrait une arme pour s?élever.
Concrètement si on me proposait ce genre de procédé, j'embaucherai aujourd'hui au moins 3 salariés qui ne me coûterai qu'une année de formation et que je rendrai compétitif pour les 5 années à venir. Leurs salaires étant pour moi de la trésorerie je pourrai facilement m'engager à conserver au moins un tiers de cette trésorerie toujours à disposition en cas de rupture de contrat de ma part ce qui ne serai pas dans mon intérêt étant donné que l?État est mon créancier. On pourrait ainsi diminuer le chômage tout en augmentant la compétitivité et sans pour autant que cela ne coûte un sous de plus que prévu à l?État.
Tous ceci n'est qu'une idée et je n'ai malheureusement pas tous les outils en main pour me permettre d'en envisager toutes les conséquences négatives, je laisse ça à votre compétence en espérant que cette proposition peut être un peu naïve pourrait nous servir à tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :