Serge Papin (Système U) : « Faisons notre autocritique »

 |   |  4674  mots
Copyright Reuters//Philippe Wojazer
Copyright Reuters//Philippe Wojazer (Crédits : Reuters/Philippe Wojazer)
Favoriser une consommation raisonnée et responsable, établir de saines relations avec les producteurs, intégrer les nouvelles exigences sociétales en matière de santé, de développement durable ou de proximité : le président du groupement coopératif Système U engagé dans un "match de la communication et du marketing" avec son rival Michel-Edouard Leclerc exhorte la grande distribution à un aggiornamento aussi révolutionnaire que suspect : ange ou démon ?

Une nouvelle fois dans votre dernier essai « Pour un nouveau pacte alimentaire » (Ed. Cherche midi), vous appelez à consommer de manière raisonnée, grâce auquel le "plus" fera place au "mieux", les enjeux du développement durable seront sanctuarisés, la santé deviendra priorité, la proximité formera le socle partenarial avec les PME. Une fois mesurées aux réalités de votre secteur, ces exhortations interrogent et même font sourire.... Ont-elles d'autres dessein que celui, opportuniste et manipulatoire, de vous arrimer à un positionnement marketing ?
J'ai des convictions et des idéaux, façonnés dès ma jeunesse et qui demeurent pleinement d'actualité. Ils sont en résonance avec une société que je vois s'interroger, chercher de nouvelles voies, et même muter. Ces convictions et ces idéaux, on ne peut me les contester. A un médecin qui, récemment lors d'une échange à l'invitation d'un industriel de l'agro-alimentaire, s'étonnait de mon discours à ses yeux antinomique avec les intérêts de l'enseigne que je défends, et mettait en doute ma crédibilité et ma sincérité, j'ai répondu que j'entrais dans ma cinquante-septième année. C'est à cet âge que mon père était décédé, d'un cancer. Une disparition que j'avais alors jugée injuste à l'aune de l'hygiène de vie, saine, qui était la sienne. C'est alors que j'ai commencé de "chercher à savoir et à comprendre" la nature des liens entre santé et alimentation. J'ai notamment écouté ces agriculteurs que l'emploi des pesticides avait frappés d'infertilité ou de cancers. J'ai donc estimé qu'il était judicieux de réfléchir sur le modèle et de lui adjoindre des alternatives, qu'il était temps de juguler le diktat de la production intensive, qu'il était urgent d'explorer des voies qui rendent le métier de la grande distribution compatible avec une exigence en matière d'éthique et de santé. On ne peut plus agir comme si l'on ne savait pas ; 2012 n'est plus le XXe siècle, lorsqu'on fermait les yeux sur les dégâts, dramatiques, que certains comportements provoquaient sur l'environnement ou la santé.

Quelle part de responsabilité dans cet état des lieux critique le représentant de la grande distribution que vous êtes accepte-t-il d'endosser ? Pourquoi faudrait-il croire que le premier broyeur de ces liens, le distributeur, deviendra demain leur premier réparateur ?
Chaque acteur de la grande distribution doit réaliser son autocritique. C'est indispensable si nous voulons corriger en profondeur le système. Car bien sûr nous avons été moteurs de cette situation. Nous avons notamment modélisé la vente de masse et donc en conséquence la production standardisée. En témoignent les travaux de l'INRA pour que naissent des semences à même de produire des fruits ou des légumes calibrés, jolis, transportables et résistants. Au risque, avéré, de proposer ces fruits et légumes sans goût, et surtout affranchis du délai de maturité. Au nom de la performance en matière de logistique, de distribution, et de prix, nous avons été "pousse-au-crime".
Pour autant, il ne s'agit pas de quitter un extrême pour en épouser un autre. Ni de s'autoflageller. Cette logique de production et de vente intensives a correspondu aux attentes d'une génération qui avait "manqué", qui découvrait les délices du confort de la consommation, synonymes de "modernité". Que les enseignes de la grande distribution y aient répondu est logique et fondé. Il est simplement l'heure de redéfinir le sens, la vocation, et le contenu du "progrès".

Justement, quelle est votre définition du progrès ? Le bien-être alimentaire doit être une cause publique majeure, appelez-vous. Il participe au bien commun "dont on sait qu'il déserte les sociétés libérales trop friandes de la réussite individuelle". Pour cela, il faut renverser la définition du progrès et considérer qu'une consommation raisonnée, pour la pédagogie de laquelle le distributeur est interpellé, peut en constituer le socle...
Le progrès est un mot que je manie avec beaucoup de précaution, mais je peux le résumer à "tendre au bonheur des gens". Il ne peut donc être seulement confiné aux prouesses scientifiques et technologiques, dont le développement ou l'assimilation semblent aujourd'hui plus aisés que la formation à un véritable savoir-faire ! Or, soyons clairvoyants : qu'est-ce qui fait notre bonheur, tapoter sur un smartphone dernier cri ou dialoguer avec un charcutier passionné qui vous conseille ses meilleures terrines ?

Dans la chaîne partenariale, la première victime est le producteur, que les exigences des donneurs d'ordre de la grande distribution ont placé dans des situations intenables : pressions insupportables sur les prix, injonctions sur les prises en charge logistiques, marges arrières... Et ces fournisseurs, notamment PME, de confier qu'in fine il n'existe guère de différences entre les enseignes. Vous appelez à faire travailler en priorité les PME locales, mais leurs dirigeants réclament surtout d'autres modes de subordination...
Cet examen des lieux est une réalité. Sa conjuration exige que le législateur s'impose de nouveau, reprenne le pouvoir. Et notamment qu'il modifie une loi de modernité économique dans le truchement de laquelle la multinationale et la PME de Vendée sont soumises au même dispositif. Or ces dernières ne possèdent pas les mêmes armes juridiques ou commerciales que Coca-Cola ou Procter & Gamble lors des négociations. Et comme il est illusoire et même inopportun d'espérer des acheteurs qu'ils exercent leur responsabilité de manière empathique ou compassionnelle, la situation apparaît sans solution. Sauf si nous nous engageons à nous lier à ces PME sur des contrats plus longs, qui dépassent les deux années contractuelles. Ce serait déjà une belle avancée. Le législateur doit porter un regard différent sur ces PME qui accomplissent la totalité de leur activité dans l'Hexagone et se placent en grande dépendance vis-à-vis d'une grappe d'enseignes qui peuvent concentrer une part considérable de leur chiffre d'affaires. Il doit comprendre qu'à tous les niveaux on ne traite pas uniformément les acteurs économiques, placés sur un spectre d'une amplitude incroyable. Système U doit représenter moins de 1 % du CA de Nestlé Monde mais 15, 20 ou 30 % de l'activité de PME locales. Et le CA de Système U équivaut au bénéfice annuel du géant suisse. Voilà la réalité. Il faut en tenir compte.

Votre diagnostic et vos exhortations font étonnamment l'impasse sur les salariés de la grande distribution, au nombre de 700 000 environ en France. Or nombre d'entre eux sont exposés à des situations sociales, salariales, organisationnelles, managériales difficiles. Pressions élevées, horaires acrobatiques, temps partiels subis et étalés sur des plages horaires incompatibles avec une vie de famille, statuts des gérants...
Je suis le président d'un groupement de commerçants indépendants, et à ce titre je ne peux exposer l'intégralité de mes convictions. Je suis aussi un homme et un professionnel. Lesquels peuvent ne pas toujours converger... La situation sociale dans la grande distribution évolue plutôt favorablement. Le 13e mois est désormais conventionnel, et à l'instar de ce que nous déployons chez Système U, le temps partiel subi est amené sinon à disparaître du moins à se raréfier considérablement. La réflexion doit être portée non sur l'amélioration des salaires mais sur celle des revenus. Les premiers résultent d'une négociation et d'accords de branche ; nous ne pouvons guère peser sur eux. En revanche, en matière de revenu, la marge de man?uvre peut être plus élevée. Une fois l'impôt, la participation, les investissements et les dividendes réglés, on peut imaginer la mise en place d'un intéressement seule mesure à même de partager les fruits de la croissance... quand elle est là. Au sein de mon propre magasin, cette pratique génère annuellement un peu plus de 14 mois de salaire. Tant que le partage de la valeur n'aura pas été codifié rigoureusement et "justement", il persistera toujours des relents de lutte des classes.

Il est commun aux acteurs de la grande distribution de justifier les dérives consuméristes de la société par la pression que les consommateurs exercent sur les prix et sur l'abondance de produits. Or, en réalité c'est l'offre qui provoque, oriente, conditionne, exacerbe la demande. Ce que les enseignes ont parfaitement intégré. L'éducation de la demande passe par la nature de l'offre ; ce devrait être là le grand chantier de votre métier...
L'offre ne fonctionne que lorsqu'il y a une attente, même insuffisamment détourée ou exprimée par le consommateur. Je déplore que le budget alimentaire soit devenu une variable d'ajustement au bénéfice des autres dépenses des ménages. La part des dépenses de logement dans le budget des foyers est passée en trente ans de 20 à 40 %. Celles dévolues aux transports ou à l'énergie ont bondi, celle consacrée aux nouvelles technologies enfle de manière exponentielle. Or dans le même temps le pouvoir d'achat ne progresse pas. Et c'est l'alimentation qui fait les frais de cette nouvelle donne. Laquelle s'exerce par une pression illimitée sur les prix. Ce cercle vicieux d'une qualité à bas coût, d'une forte pression sur les producteurs, il est désormais capital de l'endiguer et de s'en extraire.

"Peut-être faut-il téléphoner moins et manger mieux", indiquez-vous. Comment restaurer chez l'aliment une valeur, y compris pécuniaire, et un intérêt que l'arbitrage en faveur des loisirs, des technologies de la communication, des voyages, mais aussi que les enseignes de la grande distribution elles-mêmes ont étranglés ?
Cette analyse est juste. Et notre responsabilité, là encore, engagée. Mais il faut le dire clairement : fonçons. Disons haut et fort que le modèle d'une bonne alimentation, les plaisirs des bons repas entre parents, amis, ou collègues, créent du lien social, favorisent la santé, profitent donc concrètement au budget national et au portefeuille des contribuables, protègent l'environnement, seront à l'avenir de plus en plus abordables.

Se nourrir a toutefois un coût. Un nouveau pacte alimentaire est-il viable dans une conjoncture de crise longue qui affecte les pouvoirs d'achat, et dans un contexte structurel du "consommer toujours plus et toujours moins cher" qui innerve chaque conscience ?
Mais nous n'avons pas le choix ! Et la mise en ?uvre a démarré. Ainsi encourageons-nous à acheter des produits de saison, et à privilégier le cuisiner "soi-même" aux "prêts-à-manger". Sait-on que concocter une côte de porc fermière agrémentée de courgettes revient à 1,50 euro par personne ? Sait-on que de telles logiques profitent aux entreprises locales, donc aux emplois locaux, donc aux savoir-faire locaux, et donc aux familles locales ? Il est l'heure de régénérer et de consolider l'économie, la production, la circulation financière de proximité. Et je veux démontrer que la grande distribution peut y contribuer substantiellement.

Mais n'est-il pas démagogique d'opposer les "vertus du local" aux "dégâts du mondial", les qualités du "gars du pays" à celles de managers issus des écoles de commerce ? Votre ambition de réintroduire de la singularité aussi bien dans l'offre des produits que dans l'architecture des magasins, se heurte au diktat uniformisé qui conditionne le comportement des consommateurs. "Le goût international imposé par les groupes internationaux est une des conséquences de la mondialisation", déplorez-vous. Mais revitaliser l'économie résidentielle n'est pas un rempart à la mondialisation...
C'est exact. Il ne faut pas opposer les deux dimensions, il faut plutôt les conjuguer. Et réfléchir, entreprendre pour à la fois être mieux dans le local et ne pas diaboliser le global. On ne peut d'ailleurs que se féliciter de ces champions français si performants à l'échelle de la planète. Veiller au développement des pays du sud est certes essentiel, et d'ailleurs nos process de fabrication y ont intérêt. Mais le commerce équitable ne doit-il pas démarrer d'abord à nos portes ? Chaque magasin U est un poumon économique de son territoire, il participe à structurer l'économie locale. Et cela nous enjoint simplement au "bon sens".

De telles logiques ont un coût. Quel propriétaire d'Hyper U est prêt à sacrifier ses marges pour exaucer une telle exigence ? Car ne nous leurrons pas : l'objectif de chacun d'eux, d'ailleurs affiché au quotidien parmi les salariés, est de générer un chiffre d'affaires le plus élevé possible...
Certes, cette pratique commerciale et logistique de proximité n'est pas moins chère. Mais elle n'est pas forcément plus dispendieuse. Un exemple ? Nous sommes en train de démontrer que le lait bio et une plus juste répartition des rémunérations peut ne pas couter plus cher que le lait conventionnel ; nous payons 43 centimes d'euro le litre de lait bio aux agriculteurs alors que le lait conventionnel en coûte dix de moins. Nous abondons de 3 centimes d'euro pour permettre aux producteurs de mettre leurs terres en jachère et prendre le temps de les passer en bio. Nous faisons embouteiller dans une laiterie locale qui prélève 26 centimes. Une fois la TVA réglée, le litre de ce lait est vendu 1 euro, laissant au magasin une marge de 15 centimes. Nous allons vendre 12 millions de litres de ce lait. Et pourquoi ne pas envisager de procéder de même avec le blé, le porc, et toutes les autres grandes matières premières ? Nous prouverons que produire mieux ne coûte ni moins cher ni plus cher. Enfin, soyons lucides : la société française n'a aucun avenir si elle s'enracine dans le low cost.

En définitive, votre communication exhortant au "consommer mieux" n'est-elle pas une simple posture opportuniste et marketing en riposte au "consommer moins cher" brandi par votre concurrent frontal Leclerc ?
En matière de prix, aucun professionnel du secteur ne peut se permettre d'être éloigné du leader. Système U est dans la roue de Leclerc. Ce qui nous distingue, c'est que nous croyons intrinsèquement aux vertus du "consommer mieux", y compris en terme de positionnement et de compétitivité.

Votre aspiration à faire naître un ministère de l'Alimentation à même d'orchestrer les enjeux et les intérêts de "ceux qui produisent, de ceux qui transforment, de ceux qui distribuent, et de ceux qui consomment" les aliments, est aussi séduisante qu'iconoclaste et illusoire. Ces enjeux et ces intérêts sont si antagoniques...
C'est une utopie. Mais ce sont elles qui nous font progresser. Nous travaillons à satisfaire le client-consommateur-citoyen. Ces trois identités forment une seule et même personne. Et je rêve effectivement d'un grand ministère qui, intégrant les besoins des parties prenantes - producteurs, transformateurs... -, organiserait la filière de telle sorte que les intérêts de ces trois identités soient accomplis. Ainsi dialoguerait-on mieux, ainsi connaîtrait-on mieux ce que l'"autre" - agriculteur, consommateur, distributeur, etc. - espère ou exige, ainsi jugulerait-on les gaspillages, les surproductions, ou les dysfonctionnements, ainsi harmoniserait-on ce qui aujourd'hui est opposé et entrave le partage équitable des aspirations. Ce serait un levier de pédagogie, à partir duquel par exemple chaque jeune pourrait comprendre que maintenir une alimentation dégradée sert l'intérêt du fabricant de pizzas allemand qui inonde le marché français mais tue à petit feu son voisin producteur de courgettes. Nous sommes investis d'une vraie responsabilité. Y compris pour participer à dessiner un nouveau modèle de société. Rien n'est inéluctable.

Contenter ces "trois personnes en une", n'est-ce pas là aussi chimérique lorsqu'on juxtapose leurs aspirations en de nombreux points antithétiques ? Qu'est-ce qu'être responsable à leur endroit lorsque l'on encourage le client vulnérable à contracter des prêts à la consommation qui le précipitent dans un endettement mortifère ?
Cette course à l'endettement, nous ne la pratiquons pas. D'ailleurs, nous ne proposons pas de cartes de crédit ou de consommation. Le consommateur, c'est "le produit que je veux" ; le client c'est "le magasin où je vais" ; le citoyen c'est "le pays où je vis". Il est certes difficile de serpenter de manière homogène dans un contexte aussi schizophrénique. Le consommateur oublie parfois qu'il est aussi citoyen. Mais consommer des produits français, locaux, issus d'une agriculture raisonnée, génère des vertus qui aident à se raccorder à la préoccupation citoyenne. Cela nécessite outre une plus grande pédagogie, d'informer massivement sur les effets concrets d'une consommation responsable grâce auxquels le client, le consommateur, et le citoyen que nous sommes adoptent un comportement "politique" et sont en harmonie.

Vous placez les vertus du système coopératif, propre à Système U, au c?ur de votre projet révolutionnaire. Ce système égalitariste vous distingue-t-il réellement de vos concurrents purement capitalistes ?
Le système coopératif est une organisation à la fois plus libre, plus souple, plus réactive. Ceux qui le font vivre sont sur le terrain, aux commandes de leur magasin, et donc au plus près de la "réalité" de leurs clients - dans leurs attentes comme dans leurs souffrances -, de leur fournisseurs, et de tous les acteurs - économiques, politiques, associatifs - de leur territoire. Ils n'évoluent pas dans une technostructure, ils ne sont pas soumis à composer avec les exigences incompréhensibles d'actionnaires parfois disséminés dans des fonds de pension désincarnés, ils sont en prise immédiate avec les processus de décision car ils sont eux-mêmes les décideurs. Et là encore parce que ces "patrons de magasin" sont avant tout des commerçants indépendants, parce qu'ils ne sont pas des mercenaires de passage appelés trois ans plus tard à une autre fonction au siège ou en Chine, parce qu'on leur a transmis un bien dont ils vont vivre et qu'ils voudront ensuite transmettre, ils sont naturellement déterminés à favoriser le développement autant économique que sociétal de leur localité. Et cela change tout : dans le comportement de ces patrons comme dans celui des clients et des acteurs économiques locaux.

L'enseigne Leclerc épouse elle aussi un fonctionnement coopératif. En quoi Système U se distingue-t-il de Leclerc, et Serge Papin se démarque-t-il de Michel-Edouard Leclerc ? Quelle est la vocation de ces "VRP" ?
C'est l'histoire qui nous différencie le plus. Le groupe Leclerc d'une part est éponyme, personnalisé, d'autre part s'est construit sur le positionnement "distributeur". Or être un distributeur, c'est maîtriser la logistique, les prix, l'organisation, et c'est s'adresser à des consommateurs. De notre côté, notre histoire, vieille de plus d'un siècle - elle démarra en 1894 - est celle de commerçants qui ont pour interlocuteurs la dimension supérieure du consommateur : le client. Voilà d'ailleurs pourquoi nous nous sommes rebaptisés les "nouveaux commerçants"...

... Mais au-delà de la sémantique marketing, existe-il bien une différence pour le client ou le fournisseur ?
Oui, au niveau de l'accueil, du lien, de la relation clients. Cette relation clients nous singularise par rapport à Leclerc, qui essaie de progresser dans ce domaine de la même manière que Système U travaille à "coller" à la force de son concurrent : le prix.

Puisque vous jugez la logique coopérative si vertueuse car capable de produire "une intelligence collective au service du progrès individuel", pourquoi est-elle confinée au fonctionnement du groupement Système U, c'est-à-dire entre adhérents propriétaires, et ne s'impose-t-elle pas au sein même des magasins ?
La coopérative Système U est une association de chefs d'entreprise, de propriétaires de sociétés familiales, et n'a donc pas vocation à étendre son fonctionnement au sein même des magasins. Il s'agirait là d'un autre modèle. Ceci étant, nous collaborons étroitement avec des coopératives de consommateurs - Normandie Picardie, Coop Atlantique, Coop Italia, Migros, etc. - souvent nées des difficultés économiques des ouvriers dans les grandes zones industrielles.

Le principe coopératif de Système U, c'est que le pouvoir de décision est de manière quasi exclusive entre les mains des propriétaires de magasin. Que valent alors les paroles du président du Groupement ? Chaque adhérent a la liberté de ne pas souscrire à votre aggiornamento...
Certes, chaque membre du groupement est seul aux commandes de son établissement. Mais nous nous engageons à appliquer les décisions stratégiques décidées au niveau de la coopérative... Je suis le porte-parole de ces commerçants. J'ai des convictions, mais je ne pourrais rien décider unilatéralement qui s'oppose à eux. Nous sommes regroupés derrière la décision collective que tour à tour je peux initier, incarner, modéliser, ou simplement rapporter, synthétiser. Enfin, à quoi sert véritablement le système coopératif, si unique au monde ? Avant tout à promouvoir des hommes et des femmes. Connaissez-vous beaucoup d'entreprises qui permettent à un ancien boucher de devenir propriétaire ou à des chefs de rayons et des hôtesses de caisse d'accéder au rang d'associé ? Diplômé d'un simple BEP obtenu au rattrapage, serais-je parvenu à la tête d'une enseigne de 65 000 salariés si cette structure n'était pas aussi atypique dans son organisation humaine et managériale ?

L'architecture coopérative, juridiquement contraignante et très franco-française, hypothèque le développement de votre enseigne à l'international. Or le marché domestique est saturé, et c'est dans les pays émergents que fleurissent les opportunités de développement...
Qu'est-ce qui motive un tel développement au sein des groupes capitalistes ? La valorisation des actions. Est-ce ce que nous recherchons ? Non. L'enrichissement du propriétaire d'un Hyper U dans le Cantal n'est pas conditionné au succès de l'enseigne sur le marché russe ou brésilien. Pour autant, nous constatons dans les pays émergents un intérêt marqué pour notre organisation promotrice des petits commerçants. Même en Chine des représentants officiels s'intéressent à notre modèle indépendant, jugé alternatif à celui, dominant aujourd'hui, de l'implantation en propre d'enseignes sur de grands sites. Il existe d'ailleurs très peu d'exemples réussis d'exportation ou d'essaimage de réseaux supermarchés. Les difficultés de Carrefour l'attestent. Les supermarchés, parce que leur fonctionnement résulte d'une culture de grande proximité et exige une importante adaptabilité, sont souvent aux mains d'acteurs locaux.

Votre projet de Pacte alimentaire bénéficie aux métiers de bouche dont vous voulez développer les compétences au sein des magasins mais qui sont culturellement dégradés et abandonnés par l'Education nationale. "L'anoblissement du grand commerce passera par le défi éducatif", jugez-vous. Au sein de la grande distribution, quelles pratiques faut-il reconsidérer pour revaloriser les métiers manuels ? Est-ce compatible avec votre constat d'une jeunesse rétive aux "horaires, à l'autorité, à l'effort, à la concentration" ?
L'enjeu est aussi majeur que complexe. Il faut tout d'abord donner envie aux jeunes générations de s'intéresser à ces métiers. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. L'Education nationale n'est pas seule coupable, et en partage la responsabilité avec les opérateurs de ces métiers qui ne se mobilisent pas suffisamment. Chez Système U, plus de 1 000 postes d'apprentis en boucherie, charcuterie, pâtisserie, ou boulangerie, seraient à pourvoir immédiatement ; nous n'identifions que très peu de candidatures. Porté à l'ensemble du secteur de la grande distribution, ce besoin représente 10 000 emplois de proximité. Cessons de dévaloriser les métiers de bouche et, au-delà, manuels ou d'artisanat. Clamons que l'on peut s'y épanouir pleinement. Arrêtons d'orienter la jeunesse systématiquement dans les services, la fonction publique, ou les grandes entreprises. Car sinon c'est un pan entier de l'économie qui va disparaître. De notre côté, nous devons contribuer à l'effort, notamment en revalorisant pécuniairement ces métiers et en adaptant davantage les horaires aux "comportements de vie" de cette jeune génération qui n'est plus disposée à travailler le samedi jusqu'à 20 heures.

Vous souhaitez que le nouveau gouvernement porte un "autre regard" sur votre profession, davantage bienveillant, débarrassé des oripeaux traditionnels, et objectif sur les bienfaits - en matière d'emploi et de stabilisation sociale par exemple -. Cet "autre regard", il faut souhaiter que votre profession le pose elle aussi sur ses pratiques...
Bien sûr. Chacun doit avancer vers l'autre. Et cette dynamique doit constituer une ligne de conduite universelle, y compris pour bâtir des ponts entre des générations qui ne se connaissent pas et tendent à s'éloigner. A l'issue récemment d'une rencontre avec Jean-Marie Pelt [ce botaniste-écologiste agrégé de pharmacie a fondé l'Institut européen d'écologie, NDLR], j'ai pris conscience des trésors intellectuels, éthiques, humanistes, que recèle cette génération d'octogénaires contemporains de Cousteau et de Tazieff. Affranchis d'égos démesurés ou d'ambition personnelle, humbles et conscients de leurs errements, ils sont les porte-paroles d'une bienveillante "alerte permanente" sur les dégâts sociétaux, sociaux, environnementaux que leurs descendances provoquent. Il est urgent de mettre en lien, en résonance, en symbiose cette génération mourante et celle, amenée à prendre les commandes, qui est en attente, même en besoin d'établir un cap, une perspective, et d'agréger un sens à son engagement. Demandons à ces "vingtenaires" leur définition du bonheur et prenons le temps de l'inscrire dans un projet de société long et partagé.

La mise en perspective de vos convictions et de la réalité de votre métier fait apparaître des interrogations, des incohérences. Est-ce au creux de ces brèches que vous puisez matière à bâtir une "autre" conscience ?
Il faut progresser dans sa conscience sans se frapper de reproches, car sinon on n'avance pas. Mon quotidien est de conjuguer les paradoxes. Bien sûr, je suis parfois mal à l'aise devant ces incohérences. Mais on ne corrige un modèle que si l'on se place en sein, pas en périphérie. Ce n'est pas parce que l'on fume que l'on ne peut pas être un militant du bio. Parce que j'ai sur certains sujets des parti-pris de "gauche" je n'aurais pas le droit d'apprécier le luxe d'un voyage exotique ou d'un bel objet ? Il faut cesser les sectarismes et les emprisonnements idéologiques par la faute desquels on s'enferme, on compartimente la société, et on ne dialogue pas.
Rien ne peut être entrepris dans la radicalité. Un changement en profondeur exige du temps et de la méthode. Nous devons faire la promotion d'une forme de transition, d'une durée d'une quinzaine d'années, nécessaire pour se débarrasser de la culture ultraconsumériste des années quatre-vingt, et façonner un modèle apaisé, appréhender un monde nouveau.

On le constate, à plusieurs reprises vous proposez le recours à une "troisième voie". Vous êtes de sensibilité de gauche. Etes-vous le "Tony Blair" de la grande distribution française ?
Peut-être ! Je trouve les troisièmes voies toujours intéressantes, car elles sont délestées des oripeaux idéologiques, décloisonnent, résultent du bon sens et lorgnent la recherche de l'intérêt général.

Existerait-il une "éthique de gauche" dans le prisme de laquelle vous imprimez votre conception de la grande distribution et votre projet sociétal ?
Etre "de gauche" signifie vouloir réguler - sans pour autant étouffer l'?uvre individuelle - afin de juguler les excès que notre nature cupide est incapable de contenir dans une limite raisonnable et acceptable. Etre de gauche signifie également mieux partager, y compris pour contrer l'appétit prédateur consubstantiel au libéralisme débridé Et le partage, c'est ce qui m'intéresse avant tout.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2012 à 20:29 :
Maquillage prétentieux d'une réalité de moins en moins reluisante.
Discours "polémique correct" à but lucratif.
a écrit le 05/10/2012 à 8:00 :
Depuis longtemps, j'ai espacé mes achats et visites dans les grandes surfaces. Et si je me sers d'une carte, c'est uniquement pour acheter des produits onéreux avec des paiements étalés et sans frais. Dans un souci de bonne gestion de l'argent du ménage. Je privilégie les achats à la ferme, chez les commerçants locaux. Et j'y trouve mon compte, aussi bien financièrement que qualitativement. Mais il n'empêche que je suis sensible à la réflexion de cet homme. A priori, je crois en sa sincérité. Il se dit confronté à des paradoxes tous les jours. Serait-ce l'annonce d'un début de prise de conscience, qu'une meilleure répartition des richesses sera notre avenir ? A suivre
a écrit le 05/10/2012 à 1:49 :
Après le PDG de TEPCO faisant son autocritique larmoyante, voici maintenant un patron de la grande distribution qui pose un genou à terre et implore le pardon des foules ! Qu'espèrent ils ces patrons hantés par le remord d'une vie professionnelle passée à courir derrière des fadaises ( ah l'obsession stérile de la conquête de parts de marché ) et à vanter les mérites d'un libéralisme économique et sa religion de la croissance économique, accélèrateur de destruction des écosystèmes ? La clémence des consommateurs contre un acte de contrition public ? Si on pouvait croire au moins qu'elle fût parfaite !
Il nous annonce que ce qu'il fait depuis 30 ans va dans la mauvaise direction ! Merci. Ceux qui ne vont dans ces magasins que pour acheter du papier toilette, s'en sont rendu compte depuis longtemps déjà.

A moins que ce ne soit qu?un effort supplémentaire du lobby de la grande distribution pour montrer au nouveau gouvernement qu?il se trouve, même à la tête des entreprises de la grande distribution, quelques illuminés qui croient sincèrement partager les valeurs de "gauche" au motif qu'ils ont découvert l'importance des questions d'écologie humaine.

Au fond la vraie raison de cette interview n'est elle pas que la grande distribution est en train de comprendre que le modèle économique sur lequel elle a fondé toute sa fortune, la condamne précisement à servir une clientèle de plus en plus pauvre, de plus en plus aliénée, et dont les conditions de vie dépendront de plus en plus des tarifs toujours plus bas offerts par ces usines à consommer ? Bref tout le contraire de ce qu'elle nous promettait il y encore 30 ans ........

Si les hommes politiques contrôlaient quoi que ce soit dans ce pays, ca ferait longtemps qu?on aurait instauré une taxe spéciale "grande distribution" pour dissuader les gens d?aller s?approvisionner dans ces grandes surfaces en périphérie des villes, et qu?on utiliserait le produit de cette taxe pour faciliter l?installation et l?accès à la terre de centaines de jeunes maraichers capables de revivifier les marchés de centre ville. Maraichers à qui le Crédit Agricole refuse le moindre prêt d?installation pour acheter ou louer des terres agricoles : trop risqué pour les banques qui préfèrent prendre des risques sur les marchés financiers.

Pitoyable.......

Vive l?économie à taille humaine et les marchés de centre ville ??.et que la peste soit de la grande distribution??..
a écrit le 04/10/2012 à 13:20 :
Comment peut-on prétendre "tendre au bonheur des gens" alors que d'un autre côté on licencie/liquide (dans un premier temps) les services informatique de chaque Centrale d'achat ?
Réponse de le 28/10/2012 à 22:59 :
Je travail actuellement en centrale d'achat Systeme U (en tant que cadre junior) et j'affirme que votre propos est faux. En l'espece la ré-organisation du service informatique n'a généré qu'un seul licenciement car la personne a refusé sa mobilité.
La grande distribution est le premier employeur privé de France et je trouve triste qu'en France on critique sévèrement son organisation, et qu'on manque de respect vis à vis d'employés qui se lèvent le plus souvent à 4h du matin pour le service des particuliers.
A méditer !! s'il vous plaît.
a écrit le 04/10/2012 à 12:36 :
On nous parle d alimentation, tres bien, quand est il au niveau des appro de meuble, canape et autre produit de deco qui viennent a 100 % de chine? Une marge exeptionnelle, une qualite tres mediocre et une impacte pollution carbone catastrophique. Sans parler biensur de nos emplois. Quel metier font ces enseignes, alimentaire, bricolage, ammeublement......?
Commencez a faire votre metier principal correctement et le reste suivrat!
a écrit le 04/10/2012 à 7:47 :
Le mieux au plus correspond à une tendance "décroissante" , qui pourrait signifier une faiblesse mais qui anticipe les évolutions à venir. La décroissance raisonnée n'est pas revenir à la bougie mais consommer autrement, revenir au goût, au bien vivre. Je salue cette inflexion avant-gardiste que je situe dans la lignée des " Whole food " US dont les résultats sont paradoxalement à forte " croissance".
a écrit le 03/10/2012 à 23:26 :
Proposition adressée à certains de vos confrères en 2006, Mr Papin

Mon objectif est de parvenir à proposer aux consommateurs dans les différents types de magasin alimentaire, une nouvelle approche de l'offre de produits frais. Les bénéfices s'avèreront immédiats conséquents et multiples.

Il s'agit de proposer en rayon, une portion de viande pour 2 ou 3 personnes et une quantité de légumes frais également pré-conditionnée (type barquette pot au feu) afin de pouvoir cuisiner ces produits selon une recette fournie. La préparation serait analysé par des nutritionnistes afin d'en déterminer la valeur et la qualité nutritive détaillées ainsi que la fréquence et pourrait être assorti d'une proposition de fruits ou de produits laitiers afin d'en optimiser l'équilibre. Chaque menu pourrait se voir inscrit dans des programmes de différentes fréquences voir même de spécificités telle que des régimes alimentaires strictes, mais je ne développerai pas dans l'immédiat toutes les implications sur le plan santé et dépenses publiques.

Maintenant que nous contrôlons la valeur nutritive de ce repas, attelons nous à optimiser la qualité de ces produits en protégeant la terre de nos enfants. Des fruits, des légumes, de la viande, de qualité et de saisons, issus d'une agriculture raisonnée selon des principes environnementaux, sanitaires, qualitatifs, équitables et durables ... Il s'agirait de limiter les pollutions, d'économiser les énergies et d'éviter les cultures trop "artificielles". Il y a là aussi encore beaucoup à dire et la parole est à donner aux experts...

Le projet revêt aussi un large aspect pédagogique et culturel et s'inscrit contre la méconnaissance des principes de base d'une alimentation équilibrée. La perte du savoir faire culinaire et les nouveaux comportements alimentaires conduisent au danger sanitaire. Tous les acteurs de la société et du commerce doivent aussi s'impliquer dans ces missions sur lesquelles bon nombre travaillent déjà. La cuisine, le repas sont la concrétisation des origines, des traditions, du terroir, de l? histoire et de la géographie des uns et des autres et peut être ainsi un support d?information, d?expression et de manifestation à partager, perpétrer et préserver au titre de la culture et de la connaissance. L'alimentation n'est elle pas l'expression première de la culture et de la connaissance? Le débat est ouvert...

Puisque les notions de culture, de connaissance et de comportements sont évoqués, le constat suivant peut être établi. La table n?est plus ce lieu unique, éternel et universel d?échange au sein des familles. Pourtant nous pouvons tous nous accorder à reconnaître au repas son rôle fondamentalement social et familial favorable au partage, à l?échange et à l?accomplissement des membres du foyer ou de l'assemblée. Aussi, profitons en pour restaurer la fierté de réunir les nôtres et d?autres autour d?un bon plat préparé avec l?amour, la fierté et les origines de celui ou celle qui réunit et régale les siens en instaurant et en profitant de cette unité.

Passons à présent de la communication fraternelle à la communication du concept, de sa mise en oeuvre. C'est sur ce point en effet que devrait se jouer l'adhésion des participants indispensables que sont les distributeurs, les producteurs et les institutionnels. Pour les distributeurs et les producteurs, les enjeux de la promotion sont ici multiples : attirer de nouveaux clients, déclencher leurs achats rapidement et surtout les faire revenir, et les fidéliser ici par adhésion et mutualisation. Bref, c'est la mesure des retombées économiques ou de la notoriété générées qui seront déterminantes alors que s'offre à tous le bénéfice de l'implication sociétale et de l'investissement socialement responsable.

Les supports et les budgets déjà existants alloués à la communication dans les domaines de la santé, de la nutrition, de la promotion, de la publicité ou autres thèmes convexes seront des vecteurs plus que suffisants pour la nécessaire propagation de l'information. La dimension stratégique et globale du projet peut aussi valoir qu'on y prête un budget spécifique dans la phase de lancement. On pourrait aussi exploiter la voie virale de la propagation de l'information par les NTIC.

En conclusion, les bénéfices de cette simple mise en forme des produits frais sont bien conséquents, multiples et immédiats pour les individus et la société. Les acteurs de ce vaste programme devraient se voir gratifiés dans leur mission, les entreprises se prévaloir de leur implication, et les investisseur saluer comme ils commencent à en prendre l?habitude la valeur socialement responsable.

Ce projet est le fruit d'une réflexion continue et personnelle. Je souhaite concrétiser ce projet avec l?aide de ceux et celles qui le désirent. Si vous le trouvez pertinent, vous pouvez m'aider en me proposant des rencontres, mise en relation, informations,... tout conseil et aide.

Remerciements et Salutations
XB

Ps: je cherche un job!
Réponse de le 04/10/2012 à 5:09 :
Dans toute organisation ou promotion il y a un grain de sable, proposé des barquettes ou tous les ingrédients sont réunis est une bonne idée, mais cela va remettre en cause tout le système de liberté de choix cher aux distributeur afin de consommez plus au lieu de consommez juste.
Dans quel domaine cherchez vous un job?
Réponse de le 04/10/2012 à 10:49 :
Bonjour,

Je cherche un job ou je pourrai exploiter ma créativité, ma soif de connaissances, ma polyvalence et mon leadership. Peu importe le secteur. Cela peut vous surprendre mais je vous invite à lire mon Cv et découvrir les nombreux domaines dans lesquels j'ai pu bosser.
Je vous suis gré de me porter attention et me tiens à votre disposition pour tout complément d'information.

Amicalement

Xavier Brassart
Nota:Paradoxalement je ne sais pas qui est xb3
brassart2100@gmail.com
06 51 79 12 68
Réponse de le 04/10/2012 à 11:00 :
Madame, Monsieur les "modérateurs" de la Tribune
Je viens par erreur de vous envoyer un commentaire alors que je pensais pouvoir échanger avec stephane 13. Pouvez vous lui transmettre mes coordonnées afin que nous échangions, il y a peut être un job à la clef.
Remerciements & Salutations
xavier brassart
brassart2100@gmail.com

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :