Vent debout contre l'anarchie et la corruption éoliennes !

 |   |  1381  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'Assemblée Nationale réexamine jeudi l'essentiel des dispositions de la proposition de loi Batho/Brottes visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre. Lettre ouverte aux députés à l'occasion du débat de la loi Batho/Brottes

Jeudi, l'Assemblée Nationale réexaminera l'essentiel des dispositions de la proposition de loi Batho/Brottes, largement inspirée par les syndicats de promoteurs éoliens (SER et FEE). Proposée initialement en catimini dans le cadre de cavaliers législatifs, cette loi propose ni plus ni moins que la suppression des ZDE (zone de développement éolien) et la diminution du nombre des 5 éoliennes nécessaires pour un permis de construire. Cette proposition de loi, qui n'a fait l'objet d'aucune concertation, avait provoqué l'ire des sénateurs et le rejet de la loi par le Sénat.

Au-delà de cette porte ouverte au mitage de notre territoire qui provoquera baisse du tourisme, dévalorisation des biens immobiliers impactés par la vue des éoliennes, et défiguration irréversible de nos paysages et des perspectives de nos monuments historiques, sans parler de la subvention déguisée que représente le tarif énergie, il est essentiel de mettre en relief trois aspects sciemment occultés par les tenants d'une telle réforme : la corruption endémique autour de ces projets, la collusion du trio administration/élu/promoteur et l'absence systématique de concertation tant au niveau national qu'au niveau local.

La corruption endémique

Les procureurs comme la direction des affaires criminelles du ministère de la Justice le savent désormais : de très nombreux projets éoliens font l'objet de plaintes pour prises illégales d'intérêt caractérisées. Un nombre croissant de plaintes et d'enquêtes préliminaires ont été ouvertes dans la France entière. Dans de nombreux départements (Mayenne, Haute Loire, Calvados, Orne, Deux-Sèvres, Manche, Languedoc, etc), les résistants anti-éoliens ont pu constater que des élus importants (maires, adjoints chargés de l'urbanisme, etc) avaient un intérêt direct ou indirect (par les collatéraux) : ils avaient tout simplement favorisé l'installation d'éoliennes ou de ZDE sur leur terres tout en participant activement au processus d'installation (négociation avec les promoteurs pour les baux) et aux délibérations, ce qui est condamné par le code pénal à 5 ans de prison et 750.000 euros d'amende L'intéressement est ainsi caractérisé et factuel : un mât éolien rapporte entre 4.000 et 10.000 euros par an...sans parler des abattement fiscaux dont disposent les agriculteurs.

Plus grave : le délit de prises illégales d'intérêt est "couvert" par la signature des permis de construire par les préfectures qui disposent pourtant des délibérations et cadastres dans le cadre du contrôle de légalité. Faute de regarder en profondeur ce sujet ou de prendre au sérieux les plaintes reçues, l'Etat se rend de facto complice d'une prise illégale d'intérêt alors même que l'article 40 al. 2 du code de procédure pénale oblige toute autorité administrative à signaler à la justice un quelconque fait délictueux.

La situation française n'est en rien isolée : le procureur italien qui a saisi 7 parcs éoliens appartenant à la Mafia avait averti en 2011 que ce phénomène se propagerait à l'Europe entière.

Des exemples de dirigeants de sociétés éoliennes arrêtées pour fraude fiscale, notamment en Allemagne, existent également.

Des membres de notre réseau ont averti le Président de la République du caractère presque national de ces infractions. Ce dernier a précisé dans un courrier (lien hyper-texte courrier) qu'il demandait à la ministre de l'Ecologie Mme Batho de procéder à un examen diligent des questions soulevées. Or à ce jour, la ministre s'est curieusement abstenue de faire réaliser un audit national des prises illégales d'intérêt dans toutes les préfectures de France afin d'avertir les procureurs de la République comme l'exige l'article 40-2 du code de procédure pénale. Ce grave constat soulève la question de la collusion du trio administration/élu/promoteur.

La collusion élus/administration/promoteurs

Récemment, le "Figaro" révélait que le SIRASCO avait rendu un rapport au Premier ministre s'alertant de l'implication de la mafia dans les projets éoliens. Selon le rapport, les mafias italiennes s'intéressent désormais aux "énergies vertes", détournant d'importantes subventions européennes. Leur technique : "l'infiltration au sein d'administrations décentralisées" pour "influer sur la désignation des zones retenues pour l'implantation de parcs d'éoliennes", révèle le Sirasco. Des soupçons de corruption pèsent sur des fonctionnaires..."

Cette observation officielle d'un organisme de l'état est pleinement partagée par l'ensemble des associations résistantes anti-éoliens sur le terrain. Ils dénoncent inlassablement une collusion malsaine entre les divers acteurs de l'éolien : rétention d'informations stratégiques par les mairies et communautés de communes, retards volontaires dans l'acheminement de la documentation, reprise par les élus et l'Etat (DREAL, préfecture) des arguments des promoteurs éoliens, découragement des recours, pression sur les récalcitrants, menaces physiques et de contrôle fiscal, etc. De nombreux exemples viennent étayer ce constat affligeant d'un Etat partial et d'élus complices. Cette vaste coalition au service d'entreprises souvent étrangères dont les structures juridiques et les flux financiers sont opaques à dessein, est parfaitement scandaleuse. Le peuple est-il encore souverain en France ? Où est la morale républicaine de nos élus et l'impartialité de l'Etat ?

La concertation inexistante

Conséquence logique : la concertation est totalement absente des projets éoliens. 1) Aucun photomontage n'existe dès le stade de la ZDE alors que cela devrait être une obligation : la population, saturée d'arguments des promoteurs éoliens, n'a aucune possibilité de voir ex ante l'impact de ces projets sur leur cadre de vie. 2) Les réunions publiques en présence des opérateurs sont souvent l'occasion d'intimider les récalcitrants ou de les stigmatiser en dénonçant les "perturbateurs", les "égoïstes de l'intérêt privé contre l'intérêt général", méthode d'intimidation qui, en milieu rural, fonctionne parfaitement bien. 3) Aucune information contradictoire n'est fournie par l'Etat ni par les élus dans des domaines essentiels où le principe de précaution, si utilisé pourtant ailleurs pour justifier l'inaction, n'est là curieusement jamais avancé : la santé, la dévalorisation immobilière et touristique des zones éoliennes, l'impact précis sur la biodiversité, les animaux, les paysages, les perspectives des sites et des monuments historiques, etc. L'information contradictoire fournie est biaisée, tronquée ou quand elle existe, caricaturée. La mise en place de la politique éolienne doit faire l'objet d'une large concertation quand on sait que la Ministre Delphine Batho a rappelé en octobre que la mise en place d'éoliennes allait rendre nécessaire la création de plusieurs milliers kilomètres de lignes à haute tension (sic) dont la construction est évaluée à 50 milliards d'euros. Quel est le bilan carbone d'un tel réseau ?

Ces points, particulièrement présents dans l'éolien comme les avocats spécialisés le reconnaissent, éclairent de toute évidence la marche à suivre pour le législateur : C'est pourquoi nous demandons avec détermination :

- Le report de la discussion sur la loi Brottes à l'issu du grand débat sur la transition énergétique, ce qui, du reste, est conforme à la convention d'Aarhus et à la charte environnementale ;
- La mise en place d'une commission d'enquête ou d'une mission d'information sur la corruption et les éoliennes; les cas italien, allemand, espagnol et français doivent être mieux connus, les acteurs comme leurs circuits, mieux décryptés;
- L'enquête par les brigades financières et la cellule Tracfin des circuits financiers mis en place par les promoteurs qui abritent leur holding dans des paradis fiscaux ;
- Le maintien des critères du Grenelle II, notamment le nombre de mâts éoliens;
- L'obligation pour les promoteurs éoliens de procéder à des photomontages dès le début du projet afin de renforcer l'information du public sur l'impact des éoliennes;
- L'information contradictoire du public sur l'éolien (santé, marché immobilier, tourisme, etc);

Corruption, collusion, concertation : sur ces trois points, il est largement temps que les Français s'approprient le débat de manière souveraine. L'objectif est clair : 100 % de recours contre l'éolien en France et la fin de cette politique comme l'ont décidé avec bon sens les gouvernements espagnol et anglais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2013 à 15:00 :
Je trouve cet article fortement exagéré sur la situation de l'éolien en France. Je pense que vous ne connaissez par l'énergie éolienne et vous n'avez jamais ouvert d'études, car c'est on ne peut plus complet (chiroptère, paysage, simulation visuelle, acoustique...) et précis. De plus, la concertation est de plus en plus prise en compte. Vous faite là un mauvais procès et êtes clairement de mauvaise foi.
Il ne faut pas être contre le progrès et les nouvelles technologies, nous avons besoin plus que jamais des ENR. D'ailleurs le cout de l'éolien coute moins cher que notre futur EPR de Flamanville. Pour ce qui est de la mafia ou prise d'intérêt, ce n'est pas un problème lié à l?éolien mais au système même d'investissement et de règlementation.
a écrit le 17/01/2013 à 13:25 :
Effectivement, la vue d'une centrale nucléaire est bien moins "défigurante", c'est évident. Et le scandale des intermittents du nucléaire est là pour montrer combien cette énergie est propore. Surtout depuis Fukushima, et bien avant Three Miles Island....Je vis à proximité immédiate d'une éolienne, c'est une balade bien agréable à faire pour les gamins, et ca fait largement moins de bruit qu'un convoi de déchets nucléaire !! N'importe quoi....
a écrit le 17/01/2013 à 12:09 :
Et si c'était le combat citadins contre ruraux ? Les citadins se sont toujours fait du fric sur les ruraux afin de pouvoir partir en week-end et fuir leurs ville...

Préfère-t-on un pays avec une ruralité sans éoliennes terrestre à moins de 1500m des habitations, avec des villes plus humaines, plutôt qu'un pays faits de déserts ruraux bourrés d'éoliennes pour satisfaire des citadins 'escrolos' en mal de nature et de conscience 'verte'...
a écrit le 17/01/2013 à 9:39 :
J'ai noté que certains lecteurs vantent le succès espagnol en matière électrique "grâce" aux renouvelables. J'espère qu'ils seront intéressés par cet éditorial du journal ENERPRESSE (17 Janvier). C'est ce vers quoi nous allons si Mme Batho arrive à avoir raison contre M Moscovici et Cahuzac.
============================
Enerpresse 17 Janvier 2013
Espagne : rien n?y fait, le déficit tarifaire se creuse encore
Malgré les réformes, les ajustements, les promesses, et un moratoire sur les constructions, le déficit électrique tarifaire espagnol continue de se creuser. C?est ce qui ressort de la dernière note de la CNE, le régulateur du secteur énergétique ibérique. Ainsi, à fin novembre, le déficit tarifaire, c?est-à-dire la différence entre le tarif régulé et le coût de production, atteint les 4,072 milliards d?euros pour les 11 premiers mois de 2012, soit très largement au-delà de la norme légale fixée par le gouvernement à 1,5 milliard d?euros et 14,1 % de plus que sur la même période de 2011. Ce qui signifie également que le déficit atteint les 28 milliards d?euros en cumulé, et va contraindre Madrid à réaliser de nouveaux « placements » de cette dette titrisée (un peu plus de la moitié l?est à ce jour).
Une nouvelle fois, la cause principale de cette montée en puissance du déficit tarifaire réside dans le poids des énergies renouvelables. Au total, à fin novembre dernier, les aides au « régime spécial », qui inclut, outre les ENR, aussi la cogénération s?élève à 7,950 mds?. En comparaison par rapport à la même période de 2011, la hausse est de 22,6 %, alors même que, depuis janvier 2012, nombre de projets ENR ont été bloqués.
Mais le moratoire, ordonné par José Manuel Soria, l?an dernier, n?était pas rétroactif et nombre de projets de centrales, notamment des parcs solaires photovoltaïques, étaient déjà inscrits dans les registres et le solaire thermodynamique n?était pas concerné complètement.
Le PV représente ainsi 2,591 mds? sur le montant global des aides, contre 1,800 pour l?éolien, 1,700 pour la cogénération, 889 M? pour le solaire thermodynamique, l?hydraulique recevant 159 M?, la biomasse 311 m?, le solde étant destiné aux déchets. Autant dire que si Madrid entend en finir avec le déficit tarifaire en 2013, comme l?a promis le ministre chargé du dossier, cela ne va pas être des plus simples, malgré un paquet de mesures prises en fin d?année dernière par le titulaire du ministère de l?Énergie, José Manuel Soria.
... Enfin, à noter que c?est la quinzième hausse consécutive du tarif que les foyers enregistrent depuis 2002.

a écrit le 17/01/2013 à 9:04 :
"Défiguration irréversible" : une éolienne, 4 boulons, une dalle de béton, 4 fils électriques. 3 jours de montage, 3 jours de démontage.
Une centrale nucléaire, 10 ans de construction, 3 ans d'arrêt à froid, au moins 30 ans de démantèlement (on ne sait toujours pas, vu qu'on prolonge les nôtres), terrain condamné sur une durée de plusieurs générations.
Ces associations noyautées par Areva, des anciens d'EDF et autres sont ridicules!
a écrit le 17/01/2013 à 6:14 :
très intelligent de condamner une énergie parce qu'elle est détourner par des malfaisants. De plus, je préfère une vue avec éolienne qu'avec centrale nucléaire indémantelable et dont on nous a caché une partie des coûts réels.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:11 :
Je pense pense pas monsieur que le procureur de Palerme parle en l'air : il risque sa vie en disant ce genre de choses, ce n'est pas votre cas alors un peu d'humilité face à un sujet que vous traitez légèrement ! Les plaintes bien réelles et déposées réellement chez les procureurs et qui ont donné lieu à des instructions, que sont-elles ? De la calomnie ? La prise illégale d'intérêt n'est pas intentionnel, monsieur, mais factuel. Il suffit qu'un élu ait voté une délibération où il a intérêt quelconque pour pouvoir le condamner. Dura lex sed lex, mais pas pour l'éolien, c'est cela ?
a écrit le 16/01/2013 à 22:44 :
On n'a pas inventé l'électricité en bricolant une bougie, dit Stéphane Hessel. Et on ne fera pas un saut technologique vers les énergies vertes si l'on n'accepte pas ce qui en résulte. Les éoliennes dans le paysage ? Ce sont les moulins à vent d'aujourd'hui, elles ne défigurent pas mais magnifient les paysages. Le bruit ? Pour avoir travaillé sur des dossiers d'étude sérieux sur le sujet, elles ne font pas plus de bruit qu'un doux vent à 5OOM. La mafia dans les énergies vertes ? Mais elle est partout la mafia où elle peut tirer de l'argent, peut-être même dans l'entreprise où travaille l'auteur de cet article ! Vous ne trouvez pas qu'il y en a peu marre des ayatollahs de l'écologie parfaite. Ça n'existe pas l'écologie parfaite ; bisounours va !
Réponse de le 17/01/2013 à 1:43 :
C'est souvent pareil. Ceux qui sont pour sont ceux qui ne sont pas concernés par la mise en place d'un champ d'éolienne, ou qui y ont un grand intérêt $$$ mais qui ne les auront pas sous leur fenêtres. Cette folie actuelle et très bien décrite dans la tribune n'est qu'une fois de plus, le capitalisme poussé a l'extrême : quelques multinationales qui ont le monopole font avaler des couleuvres aux habitants pour leur seuls intérêts pécuniaires.
Il est vrai que le prix d'une maison à coté d'une éolienne n'a plus rien à voir après...au détriments des citoyens.
Il faut arrêter cette folie qui n'a de verte que le nom, et oeuvrer rapidement dans nos modes de vie. Je préfère m'extasier devant de beau paysage, et baisser mon thermostat d'1 ou 2 degrés que contribuer à ce massacre (et parfois à la tronçonneuse de nos forêts.
Actuellement le sud de la France est la proie de quelques Ostwind ou autres : c'est inacceptable. Il faut résister et travailler sur des solutions qui elles sont durables.
a écrit le 16/01/2013 à 21:50 :
Comme quasiment la totalité des grands médias sérieux, la Tribune insiste sur les vérités révélées aux Français depuis l'été 2009 et le fameux article de Valeurs Actuelles qui titrait pleine page de couverture : "Eoliennes, la grande arnaque".

On doit le répéter : De nombreux experts indépendants de tous lobbies le répètent à l'envi : "Pour défendre à tous prix les monstrueux plans éoliens nationaux, Il faut être
- soit très intéressé financièrement,
- soit ignorant des véritables nuisances des éoliennes sur l'écologie, la production électrique, des coûts monstrueux énergétiques, économiques, sociaux...."

Pourquoi aucun farouche promoteur de l'éolien (promoteurs du lobby éolien, élus, écologistes) ne vient-il pas habiter à 500 mètres sous le vent d'une grande éolienne ?

Comment le gouvernement et le parlement socialistes peuvent-ils promouvoir le grand capital étranger vert, qui se cache derrière ses innombrables filiales françaises , ses bureaux d'études soi disant "indépendants" ?

Plus personne n'est dupe et les électeurs s'en souviendront. Tout le monde a compris que, faute de vent les 3/4 du temps, les éoliennes obligent à démarrer les centrales à fuel ou charbon, en construire d'autres, contribuant ainsi à des rejets considérables de CO2 et au réchauffement climatique.
QUI PAIE ? !!! Nous tous pour le seul profit des promoteurs et fabricants d'éoliennes (étrangers).
Signé BG / Ingénieur énergéticien et écologue
Réponse de le 17/01/2013 à 10:16 :
C'est une "tribune", rien à voir avec le média. Ici on peut écrire n'importe quoi sans aucun recoupement d'information ou référence (comme c'est le cas pour les absurdités écrites ci-dessus par l'association anti-éolien).
a écrit le 16/01/2013 à 19:58 :
Qui est ce Réseau Ulysse Collectif d'associations de résistance contre l'éolien ? Quand a-t-il été créé ? Qui sont ses responsables ? Quelles associations en sont membres ? Dans quelle région est-il implanté ? Sur quels éléments précis s'appuie-t-il pour lancer ses accusations vagues ?
Réponse de le 16/01/2013 à 20:49 :
Aller sur public.fr associations et vous saurez quelle statut à cette associations
Réponse de le 17/01/2013 à 9:12 :
J'aime bcp ces questions : elles sentent le lobbyiste et l'avocat éolien à 1km. Messieurs les promoteurs soyez plus fins...
a écrit le 16/01/2013 à 17:32 :
et c'est marrant de voir que ces courageux dénonciateurs s'attaquent toujours aux éoliennes, à Dieudonné, bref, à ceux qui sont de l'autre côté du pouvoir et de la finance
et ne feront jamais d'articles pour dénoncer le club "le siècle", les groupes "Bilderberg" ou "Carlyle"
dire que certaines sociétés éoliennes étrangères ont fraudé le fisc sûrement, mais qu'en est-il du taux d'imposition de Total en France ?
De plus la taxe carbone a elle généré des fraudes envers l'État français à hauteur de plusieurs milliards !
Mais là difficile à dénoncer puisque ces capitaux et les voleurs ont pu tranquillement s'installer à Haifa en Israel tout en philosophant sur la beauté médiatico-politique de notre monde
a écrit le 16/01/2013 à 17:24 :
Nous parlons de corruption dans l'éolien mais combien d'élus ont favorisé le solaire sans aucune concertation ou un simulacre de délibération. Nous avons aussi les études bidons sur par exemple la pub anarchique et la défiguration de certains sites avec des études demandées par les élus et payés par le contribuable etc etc. oui la corruption existe aussi en France pourquoi tout simaplement parce que les élus légiférent comme bon leur semble ou parfois avantage perso et loi ne font qu'un. Et la justice ne peut rien faire car entre "amis" ont se coptent mais aussi parce que la justrice n' aps de moyen et dois ENCORE UNE MAGOUILLE POLITIQUE doit apsser par les autorisations des élus avec la fameuse cour de justice de la République.En France les élus ont construit une carapace autour d'eux pour que seul eux puissent juger si Paul ou Jacques doit ^tre déféré. La france est une démocratie une fois tous les 5 nas et doit élire des personanges digne de la royauté française. Comemnt accepter dans une République qu'une "garde royale" ouvre la voie au Président de l'assemblée nationale, commen accepter de voir un premier ministre descendre les amrches de l'Elysée de voir un huissier lyui ouvrir la porte de sa voiture pardon comment autant des seigneurs la porte de son carosse. La gauche et la droite se vautrent dans ses draps digne du Roi Soleil seule différence le Roi Soleil était un monarque qui donnait du rayonnement à la France nos politiques aujourd'hui donnent une image négative de notre Pays à l'extérieur de nos frontières dont deux actes font références, le passage par la porte de service du Président à l'ONU pour éviter Mme Royale et la masccarde des élections à l'UMP.
a écrit le 16/01/2013 à 17:20 :
Non mais vous êtes sérieux en parlant de danger éolien ! ?
Une centrale nucléaire c'est plus joli ? Et s'il y a un accident, quid du tourisme et de nos produits du terroir AOC ?
Regardez la baisse des prix des vins du tricastin après seulement un incident mineur et qui date !
Les éoliennes, les usines marémotrices, les réacteurs de production de biopétrole à partir de micro-algues : voilà les projets qui devraient mobiliser les crédits et les forces vives de notre nation. Au lieu de cela, quelques personnes autorisées parlent au nom d'un lobby ou de son adversaire, d'un parti politique ou d'un autre ... personne n'a de vision honnête et pragmatique, mais parle selon ses intérêts à très court terme.

écrit en direct de la tour Areva qui semble être en préparatifs de démolition contrôlée, mais c'est une autre histoire ...
Réponse de le 16/01/2013 à 19:22 :
Amusant,

Vous ne répondez pas aux accusations graves qui sont démontrés et vous revenez aux arguments des promoteurs. Soit vous êtes un agent des promoteur chargé de répondre dans les commentaires ou un propriétaire de terre qui vont recevoir des éoliennes. A vous entendre peut importe la corruption si c'est pour prétendument sauver la planête.
Réponse de le 16/01/2013 à 21:04 :
que c'est avec des éoliennes qu'on va sauver la planète!!!?? Avec les milliers de centrales à gaz et à charbon qu'il va falloir installer à côté pour pallier au manque de vent, nous avons tous beaucoup plus de chances -si je puis dire ainsi- de mourrir asphyxiés par le CO2 qu'irradiés par une centrale nucléaire. Quand il n'y a pas de vent, comme c'était le cas la semaine dernière sur toute la France, qu'il y ait 420, 4200, ou 42 000 éoliennes, il n'y a pas plus de courant produit!!! un gamin de maternel peut comprendre ça!
a écrit le 16/01/2013 à 16:31 :
Et le bilan carbone des emballages de yaourt ? Et le bilan carbone des inserts de pub cartonnes dans les magazines ?
Et le bilan carbone des fruits et legumes provenant de pays tres eloignes ? et le bilan carbone de la fabrication de tous les produits a letranger ??
Vous menez une chasse aux sorciÚres dans la mauvaise direction, il est temps d'évoluer et d'essayer de polluer un peu moins avec des énergies moins sales. On peu comprendre la peur liée à l'ignorance mais dans le cas présent c'est de la bêtise.
a écrit le 16/01/2013 à 16:22 :
"défiguration irréversible de nos paysages" : et les lignes hautes-tension qui traversent nos champs et autres villages, c'est beau et cela ne défigure pas nos paysages ??
Réponse de le 16/01/2013 à 16:40 :
Une éolienne c'est 150m de haut : comment comparer cette hauteur qui appartient aux constructions urbaines avec une YTHT de maximum 40m de haut ? Un peu de sérieux !
Réponse de le 16/01/2013 à 17:13 :
Oui enfin en moyenne elles culminent à 80m. 150 c'est tout de même de l'exception. Ceci étant ça fait haut!
Réponse de le 16/01/2013 à 18:01 :
Parce qu'évidemment l'électricité fournies par les machines à vent n'ont pas besoin de lignes pour être acheminée !!!!

Aussi bien vu que les sondages "indépendants" de l'ADEME
a écrit le 16/01/2013 à 15:41 :
Le fanatisme des pro-éoliens est effrayant. Faire des objections à la prolifération des éoliennes, c'est être acheté-vendu au lobby nucléaire, EDF, Areva, pas question de discuter sur le fond. Oui, les éoliennes défigurent le paysage, non jamais je n'irai passer des vacances dans un paysage pourri d'éoliennes! Dans les années 70-80, j'ai signé des pétitions écolos contre les pylônes HT, maintenant certains écolos s'extasient devant les éoliennes. Le principal gisement d'énergie est celui des économies, qui font travailler des milliers d'artisans, mais cela ne profite pas aux grands groupes de pression.
a écrit le 16/01/2013 à 15:22 :
Espritcritique
Les tenants béats de l'éolien et les puissances financières qui les soutiennent auraient sûrement aimé que la discussion sur le mix énergétique s'appuie sur le seul sondage bidon initié par le Syndicat des Energies Renouvelables (étonnante coïncidence de date entre sondage et discussion parlementaire)
A cet égard il est étrange que les résultats dudit sondage soient à l'opposé de tous les votes locaux organisés du Nord au Sud de notre pays.
Si l'éolien était socialement accepté comment expliquer l'existence de 1500 à 2000 associations luttant pied à pied contre l'invasion des installations industrielles, dénonçant le non-sens économique, la destruction des paysages, les troubles sur la santé subis par les habitants vivant à proximité....
Tout cela pue le fric et la couleur verte revendiquée par le lobby éolien et ses soutiens (stipendiés) est pure imposture.
Réponse de le 16/01/2013 à 17:41 :
1 500 à 2000 associations?
La FED, dans tout ses excés n'affiche que le nombre de 788...
Le sondage ADEME, quand meme indépendant, lui, il compte une approbation de + de 75% de la population.
Aprés, comme il faut être deux pour faire une association, on peut aussi en faire des dizaines de milliers pour être pour !

L'éolien pue le fric? Oui, c'est une activité économique... Pue elle plus que ses consoeurs pétrolière et nucléaire... si vous le dites..
L'éolien détruit les paysages ? Oui, elle est visible dans le paysage. Merci de respecter ceux qui trouve cela beau... Et puis, elle ne détruit pas plus que pilones, chateau d'eau, grands nuages de fumées d'usines... Et pour rappelle, une éolienne, ça se démonte en 1 journée et c'est recyclable à 80% !
L'éolien non sens économique? C'est l'énergie renouvelable la plus compétitive ! Soit vous êtes mauvaises foi, soit mal renseigné. De plus, a 85?/MWh, elle coûte bien moins cher que notre cher EPR !
L'éolien a des troubles sur la santé ? ....
... là, pardon, ... je vais baisser d'un niveau dans l'argumentation mais LOL.
Pas une étude serieuse là dessus. Alorsn selon mes sources à moi : les seules personnes dérangées sont celles qui se sont battus contre le projet... étonnant non?

Allez, l'esprit critique, je suis sûr que tu as des combats plus nobles et utiles à la société de demain à mener.
Réponse de le 16/01/2013 à 21:18 :
ci monsieur vous détruisez des gens des familles entières ,les dégâts vont être considérables pour l'environnement humain ,
quand au recyclage que prétendez, encore faut 'il savoir recycler ,en France ont enfouie c'est plus simple comme vos pales d'éoliennes par exemple ,arrêter de prendre les gens pour des idiot ,la plupart des associations qui ne veulent pas de ces machines ,savent beaucoup mieux que vous la vérité sur l'éolien et sont fonctionnement anarchique
a écrit le 16/01/2013 à 15:21 :
L'excès de virulence démontre deux choses : 1/ Ce sujet des ENR est extrèmement sensible car encastré dans des perspectives de changement climatique et de raréfaction de nos matières premières. Or les informations précises et scientifiquement incontestables manquent cruellement sur ces sujets. Nous sommes donc plus dans le domaine des croyances que des certitudes.
2/ Les qualificatifs désobligeants et autres noms d'oiseau proviennent toujours de ceux qui remplacent le savoir par la croyance. Ceux qui sont vraiment informés du pour et du contre ont un point de vue raisonnable qui se passe toujours d'invectives.
Au vu de ces textes, la défense des éoliennes relève plutôt des "croyants" que des "sachants"
Réponse de le 17/01/2013 à 11:08 :
Merci pour ce commentaire qui pointe du doigt l'absence de débat constructif Science-Société.
a écrit le 16/01/2013 à 14:43 :
Nous sommes en France la nomination des ministres n'est pas une afafire de compétence mais de copinage de balancier politqiue et pour la ministre de l'écologie une ou se mélange le privé et le copinage puisque cette ministre est "une protégée" de Mme Royale. Le parcours de la minstre montre qu'elle est totalement incompétente dans son poste :
Le baccalauréat en poche en 1992, elle entame des études d?histoire à Jussieu qu'elle abandonne. Alors qu'elle vient de quitter la FIDL, elle devient vice-présidente de SOS Racisme en septembre 1992 au côté du nouveau président Fodé Sylla, après le départ de Harlem Désir.
Ce parcours montre que le poste de ministre n'est pas du à ses connaissances autant sur le plan technique que financier. Voilà ENCORE un politique qui se "goinfre" sur le dos des contribubales.
a écrit le 16/01/2013 à 14:42 :
Vous avez raison de dénoncer les pratiques frauduleuses liées à l'éolien ... Malheureusement, vous n'aurez pas assez d'une vie pour dénoncer les détournements vicieux de pratiques vertueuses.
Il ne faut pas mettre dans le même panier l'outil et ce qu'on en fait.

Pour information, ce ne sont pas les promoteurs éoliens qui réalisent les études de ZDE mais les collectivités qui mandatent des bureaux d'études pour les faire. Les promoteurs ont l'obligation de fournir des photomontages à l'étude d'impact mais les bureaux d'études non, et pour une raison très simple : ils ne connaissent pas à ce stade quel sera le positionnement des éoliennes qui dépend des avis des services de l'état.

PS : Le salon des ENR aura lieu à Lyon en février si vous souhaitiez rencontrer des acteurs qui sauront répondre à vos inquiétudes.

a écrit le 16/01/2013 à 14:35 :
C'est un article d'un lobby financé ou intoxiqué par edf, pour prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires.


Les très grandes éoliennes sont un mitage du territoire, alors acceptons largement les petites éoliennes de moins de 8 mètres de haut qui permettront aux agriculteurs de devenir des fournisseurs d'énergie pour un complément de revenu.







Réponse de le 16/01/2013 à 15:52 :
D'abord les agriculteurs touchent un revenu pour les éoliennes installées sur leurs terres et malheureusement les petites éoliennes sont peu rentables car le vent est plus important et plus régulier en altitude qu'au sol, d'où le développement d'éoliennes de plus en plus grandes et dont les pales sont éloignées du sol. Elles sont ainsi beaucoup plus silencieuses depuis que les boites de vitesses intégrées ont été supprimées.

Il y a toujours eu des excités opposés au changement. La vraie question est pourquoi La Tribune leur a ouvert ses colonnes ?
Réponse de le 16/01/2013 à 17:15 :
Tu as des actions chez quel promoteur Patrick ?
Réponse de le 16/01/2013 à 17:29 :
Brillant contre argumentaire toto "l'écolo" !!!
a écrit le 16/01/2013 à 14:22 :
J'aime pas le chocolat ! est ce pour autant qu'il devrait être interdit à la vente ???
Cette tribune est sans fondement, non argumentée, mensongère, et j'en passe....
Au nom de qui parle cette personne ?
Réponse de le 16/01/2013 à 16:42 :
Mais, cher monsieur, c'est tout simplement la vérité ! Les plaintes pour prises illégales d'intérêt existent bel et bien ! Le procureur italien sait de quoi il parle, etc. Niez la vérité : elle reviendra au galop.
Réponse de le 17/01/2013 à 14:47 :
Tout ce qui se passe en Italie ne passe pas toujours la frontière.
Dans ce cas il faudrait arrêter le nucléaire car il y eu des accidents dans d'autres pays !
a écrit le 16/01/2013 à 14:17 :
Les exemples de ces urluberlus sont l'Espagne et l'Angleterre conservatrices, grands amateurs de charbon et de nucléaire....
Sauf qu'il réduisent massivement le recours à ces deux énergies avec leur éolien justement.
L'Espagne produit 20% de son énergie avec l'éolien, qui est la premiere énergie en Espagne. Il arrivent à atteindre parfois 80% de leur production avec l'éolien sans aucun problème sur leur réseau.

L'Angleterre a le plus grand programme éolien au monde avec 32 000MW off shore à installer et 12 000MW terrestres.
Ils produisent déjà 5% de leur électricité avec l'éolien et dépasserons les 20% dans moins de 5ans.

Mais ça n'empêche pas le collectif ridicule de mentir et d'essayer de faire croire n'importe quoi par idéologie anti-énergies renouvelables.
Méprisable.
Réponse de le 16/01/2013 à 15:19 :
Votre information est datée... Pourquoi croyez vous que l'Angleterre se concentre sur le gaz de schiste ?? Parce que l'Eolien n'est pas rentable à moins de subventionner énormément le secteur... Les augmentations du tarif de l'énergie est directement lié à cette subvention.
Réponse de le 16/01/2013 à 15:42 :
Je fais partie des défenseurs de l'éolien mais il faut raisonner sur l'énergie produite et non sur le parc installé. Dans les dernières statistiques publiées pour 2011 (http://www.aeeolica.org/en/) par l'association des producteurs d'énergie éoliennes espagnoles, l'éolien n'occupe que la 3ième place avec 16,4%, derrière les centrales à gaz à cycle combiné (24,85%) et le nucléaire (23,74%). Si on raisonne sur le parc éolien installé où évidemment l'éolien est en tête on aurait pour l'Espagne une puissance supérieure à la consommation totale. Ce qu'il faut dire pour l'éolien espagnol c'est qu'il a permis de baisser le coût de l'électricité produite et que l'Espagne fait partie de nos vendeurs d'électricité. Au moment où nous nous attendons à une hausse des tarifs de l'électricité, ce point devrait nous faire réfléchir...
Réponse de le 16/01/2013 à 16:24 :
Alors expliquez moi pourquoi je travaille sur la construction d'une gigantesque ferme éolienne en Angleterre et que le carnet de commande de mon entreprise est rempli pour les 7prochaines années???
Réponse de le 16/01/2013 à 16:25 :
Regardez les données 2012.... L'éolien est à 20%
Réponse de le 16/01/2013 à 16:42 :
Patrick, comment une énergie coûtant 56?/1000kwh à produire, vendue au réseau à 85-95? serait-elle capable de casser le prix du marché de l'électricité qui reste vers les 50?? Votre assertion provient d'un site désinformateur et stupide car un enfant de 10ans le comprendrait de suite.
Cette belle énergie éolienne ou PV est tellement utilisable que les allemands la bradent souvent à prix nul et parfois payent leur acheteur 200?/1000Kwh pour qu'il veuille bien la prendre. C'est d'un burlesque...Même les danois ne savent qu'en faire et l'utilisent pour 25% annuellement à.... chauffer les chaudières des centrales au charbon maintenues à mi-régime afin de les avoir prêtes à monter en puissance une fois la dépression météo passée....
Les citoyens allemands sont en train de réaliser douloureusement que leur parc actuel Eo+PV leur coûte au moins 185? de surfacture par an; alors dans 10ans cela sera 5-600 !
Réponse de le 16/01/2013 à 16:50 :
L'éolien + šPV sont une arnaque dans laquelle sont tombés nombre de politiciens qui ne savent pas distinguer un KWh d'un poids lourd de 35tonnes. Ils ont écouté les lobby qui les ont saturés d'études de consultants complaisants. Ensuite c'est l'intéressement donc détournement de bien public. Alors voici comment les lois donnant priorité absolue aux EnR et des subventions inimaginables font qu'il est économiquement très avantageux d'investir dans ce bazar et de contracter des revenus garantis sur 20ans, rendement 8% certain: A part la drogue, aucun investissement industriel n'offre de pareilles conditions.
Si l'on lisait mieux l'activité anglaise on aurait vu se dessiner une volte face majeure, comme la Hollande il y a 2ans: Les éoliennes s'usent deux fois plus vite que prévu (donc doublement du coût de leur KWh) c'est pourquoi tant de "re-powering" a été conduit pour en fait masquer cette usure. De plus leur activité oblige de maintenir un parc thermique conséquent lequel produit davantage de CO² que n'en économisent les éoliennes, etc.
Le vent a tourné en Angleterre: vous feriez mieux de songer à changer votre orientation professionnelle avant 6ans....
a écrit le 16/01/2013 à 14:17 :
Il vaut mieux investir dans les économies d'énergie qui représente, dans l'éclairage, le chauffage et la réfrigération, un potentiel de 150 TWh soit plus de 30% de l'électricité consommée. La France a consommé 470 TWh (en comptant les pertes sur le réseau électrique) en 2011.
a écrit le 16/01/2013 à 14:16 :
Une tribune partisane qui ne fait pas honneur à la tribune !
Réponse de le 16/01/2013 à 19:18 :
Une tribune est forcément partisane. Tout le monde a le droit de s'exprimer, c'est le fondement de la démocratie, non ?
a écrit le 16/01/2013 à 14:09 :
Lamentable élucubrations de la même bande d'anti-éolien qui sévit en France depuis 10ans, s?efforçant de nous ramener en arrière et de nous faire perdre notre temps.
Aux oubliettes de l'Histoire!
Essayer de faire un amalgame entre mafia et délibérations de conseils municipaux avec des élus concernés par des projets (ce qui touche n'importe quel projet communal) c'est pas mal, fallait y penser.
Mentir, déformer, salir, il en restera toujours quelque chose.
Réponse de le 16/01/2013 à 15:10 :
Vous n?avez rien compris : le problème ne consiste pas à résister bêtement au changement, nous sommes ouverts au changement, mais nous résistons à la désinformation et à la manipulation des lobbies. Les faits sont ténus et vérifiables. L?Eolien dispose d?un rendement d?à peine 20%. Ce niveau est absolument rédhibitoire pour fournir de l?énergie peu chère à notre civilisation, dont le développement et le maintien sont entièrement basés dessus. L?Allemagne, l?Espagne et l?Angleterre sont en train de faire marche arrière, c?est pour une raison simple : l?Eolien n?est pas compétitif, sauf à revoir entièrement nos modes de vie. L?excuse fausse de la saturation de l?espace allemand en éoliennes est typique du déni de réalité des promoteurs et des spéculateurs qui se font de l?argent sur notre dos de contribuable. Car ne vous trompez pas, ce coût exhorbitant de l?Energie Verte, nous sommes en train de le payer cher ! C?est une ineptie intellectuelle que de comparer le coût de l?énergie nucléaire à celui des énergies renouvelables, car il est à l?avantage du nucléaire. Encore une fois, comparons ce qui est comparable : nous n?avons pas de risque systémique comme au Japon, et notre savoir-faire nous protège d?une catastrophe du type Tchernobyl. L?augmentation du coût de l?EPR est liée aux nouvelles règles sur la protection des réacteurs (résistance à la chute d?un A380 par exemple, pourquoi pas une météorite tant qu?on y est). En 60 ans d?exploitation, la France n?a jamais eu à faire face à une crise majeure. Faut-il se battre la coulpe pour occulter les faits et être fiers de notre culture dans le Nucléaire ??
Il est par ailleurs symptomatique de voir l?Angleterre, pays pragmatique s?il en est, abandonner la filière comme elle le fait. Il y a une raison économique à cela, mais tout le monde l?occulte.
a écrit le 16/01/2013 à 14:05 :
Article complétement à charge.
Les éoliennes qui défigurent DEFINITIVEMENT le paysage ? alors que c'est sans doute ce qu'il y a de plus facile a démanteler ? et qui est loin d'etre le plus désagréable a voir ?

Vous préférez sans doutes l'exploitation du gaz de schistes ??

La corruption est un mal généralisé, ca ne touche (malheureusement) pas que les éoliennes !!!!!
Lutter contre la corruption et ces élus moisis, oui, mais pas a travers les éoliennes.

ps : aucun département français n'a pour nom "Languedoc"...
a écrit le 16/01/2013 à 13:53 :
une vraie enquête a été faite aurpès des français (réalisé par un institut de sondage indépendant) sur le monde.fr aujourd'hui

il est très dommageable de laisser un titre aussi aguicheur et trompeur que celui-là... cela ranime la triste fougue des opposants qui ne veulent pas que la France change...
Réponse de le 16/01/2013 à 14:53 :
quelle enquête ? A-t-on dit, photos à l'appui, que le cadre de vie des gens allit être totalement bouleversé ? Que leurs maisons proches des éoliennes allaient subir une décote - vérifiable chez les notaires - de 30% en moyenne ? Que les gîtes ruraux allaient décliner ? Une éolienne de 150m de haut c'est un immeuble de 45 étages et la moité de la Tour Eiffel, en pleine campagne. Mélanchon a raison : c'est laid une éolienne et inutile.
Réponse de le 16/01/2013 à 15:03 :
La fougue des opposants...certes. En même temps avec des termes excesssifs j'en conviens, cette lettre ouverte pose de vrais problèmes.Je vise en particulier la courruption de certains élus......(bien lire CERTAINS.....pas tous) qui est réelle et conduit naturellement à des généralisations. Je vise aussi les tarifs de "rachat" par EDF qui sont tout simplement scandaleux. Une incitation raisonnable OUI, des rentes de situation réservée à certains....dont des corrompus NON. Au final, je ne fais aucune confiance au "président"... et à son "gouvernement"... pour régler les vrais problèmes sans céder une fois de plus au exigences excessives de nos écolos sectaires, toujours, et parfois corrompus. Une France qui change OUI, dans n'importe quelle conditions sous prétexte que c'est "ecolo" NON.
a écrit le 16/01/2013 à 13:30 :
Peu importe qui se cachent derrière ce réseau; les questions soulevées sont de VRAIES questions...Que les critiques y répondent point à point.
Réponse de le 16/01/2013 à 14:28 :
Ceux qui veulent une information moins biaisée iront voir le site du dernier colloque sur l'éolien (décembre 2012) à cette adresse http://www.colloque-eolien.fr/Page/1366/programme
avec une interview de Delphine Batho, ministre de l'écologie et différentes présentations sur place pour l?éolien dans la transition énergétique, le cadre réglementaire de l?éolien aujourd?hui, le rôle pour les acteurs du développement de l?énergie éolienne...

Mais quand on croit aux "vérités" diffusées par ce pamphlet, on n'a pas vraiment envie d'aller voir la réalité des choses... C'est tellement mieux de continuer dans la diabolisation...
Réponse de le 16/01/2013 à 16:46 :
Parlez, parlez : dans l'Orne, 14 enquêtes de gendarmerie contre des élus soupçonnés de prises illégales d'intérêt. C'est un des très nombreux cas en France. Et que répondez-vous au procureur italien ? Facile de se contenter de généralités. Creusez, vérifiez et pas seulement chez les éoliens ou leur syndicat, le ministère de l'environnement.
a écrit le 16/01/2013 à 12:18 :
Quelle manoeuvre lamentable et transparente. Comme pour faire annuler la liaison fluviale Rhin-Rhone, les pollueurs essaient de retourner les arguments écologistes contre une politique indispensable. Ils financent une poignée d'hurluberlus égoistes et irresponsables. Ma foi, ça a déjà marché. Espérons qu'au moins à quelque chose malheur est bon et qu'avec le vrais Verts au pouvoir, ce genre d"élucubrations sera repoussé.
a écrit le 16/01/2013 à 12:07 :
Merci pour votre article. J'ai bon espoir que l'éolien soit bientôt sur la pente descendante, très descendante. Cette erreur manifeste est visible dans les pays qui ont développé l'éolien à outrance : Allemagne, Espagne, Suède etc..... : ces pays arrêtent l'implantation d'éoliennes, voire même ne subventionnent plus l'éolien (Espagne).
Autrement dit, c'est un flop.
L'Allemagne n'a jamais eu autant de centrales à charbon (projet de construction de 23 nouvelles centrales) pour pallier les défaillances de l'éolien.
Bref, je suis plutôt confiante, mais malheureusement nous paieront quand même cher cet "essai" d'énergie "verte" car le nombre d'éoliennes à l'abandon va augmenté, elles perdront leur huile, elles finiront pas polluer nos paysages, encore plus qu'aujourd'hui.
Réponse de le 16/01/2013 à 13:50 :
l'allemange arrête l'éolien car elle a atteint le maximum de sa capacité (ils ont 5 fois plus d'éoliennes qu'en France avec un potentiel plus faible)

l'allemagne n'a jamais regretté d'avoir financé l'éolien puisqu'ils renforcent leur investissement actuellement dans l'éolien offshore

il ne s'agit pas d'un "essai" pour l'énergie verte. de toute façon l'éolien est aujourd'hui moins cher que le nucélaire EPR (qui est bcq moins accepté que l'éolien) donc il n'y a même plus de débat, l'éolien se développera en France quoi qu'il arrive pour des questions économiques et environnemental

désolé pour votre cher "paysage", entre nous l'énergie n'a jamais été un concours de beauté avec nos 50 ans de nucléaires derrière nous
Réponse de le 16/01/2013 à 16:28 :
L'Allemagne n'arrete absolument pas l'éolien bien au contraire, ils sont installé 3000MW en 2012 contre 600MW en France... Et ils en installent de plus en plus en mer et dans le sud de l'Allemagne.
a écrit le 16/01/2013 à 11:56 :
Se communiqué du réseau Ulysse (réseau d'assos contre l'éolien), sponsorisé par EDF Areva etc... Est un peut comique. La mafia s'occupe tout autant des déchets de l'industrie nucléaire (au large de la Somalie par exemple). La corruption dans le secteur nucléaire est tout autant développé (ex en Chine, le responsable du programme nucléaire civil a été emprisonné). Il faut reconnaître que l'activité de ces uluberlus place la France très en retard sur ses principaux concurrents dans le secteur des EnR et en retards aussi sur ses objectifs de production a base d'EnR. D'après eux finir comme à Fukushima est sans doute le meilleur moyen de développement, belles perspectives!!
Réponse de le 16/01/2013 à 13:09 :
aka, vous dites n'importe quoi.
a écrit le 16/01/2013 à 11:53 :
Je cite le début du 2ème paragraphe: "... défiguration irréversible de nos paysages ...". Je ne comprend pas. Plus tard, si nécessaire, il sera beaucoup plus facile de démonter des centaines d'éoliennes qu'une seule centrale nucléaire... Du coup j'ai arrêté la lecture de l'article à cet endroit.
Réponse de le 16/01/2013 à 14:50 :
C'est marrant moi aussi...
Réponse de le 16/01/2013 à 14:55 :
Une éolienne de 150m c'est la moitié de la tour eiffel ! Oui, on peut parler de défiguration de nos paysages en France, première destination touristique mondiale ! Quant au reste de a tribune, vous devriez le lire et ne pas balayer d'un revers de main méprisant l'argument de la corruption, du manque de concertation et de collusion des promoteurs. Vous devriez lire la lettre du Président sur les prises illégales d'intérêt comme écouter la video de ce procureur italien. Il est facile de se boucher les oreilles et de se voiler la face. Quelle leçon de démocratie !
Réponse de le 17/01/2013 à 7:48 :
Vous pensez que les touristes vont visiter les coins perdus où se trouvent les éoliennes ? Vous pensez qu une éolienne c est moche ? Alors suivant votre logique, interdisons les bâtiments élevés comme les pylônes, les châteaux d eau, les tours de contrôle, la tour Montparnasse, le mont saint Michel, la tour Eiffel....j en passe et des meilleures.
a écrit le 16/01/2013 à 11:38 :
C'est curieux comme, exceptées les insultes (le bon vieux "retour à la bougie"), personne ne répond sur le fond aux arguments hélas solides de cet article.
Et peut -on me dire pourquoi les Allemands (qui se chauffent à la bougie, sans doute) consomment environ 30% de moins que nous par tête de pipe ? Le lobby de nouveaux écolos (Areva, EDF, Alstom) est plus important que celui des couvreurs, charpentiers, maçons, brefs de tous ces artisans qui, eux, créent de l'emploi et du vrai emploi local.
a écrit le 16/01/2013 à 11:32 :
Personnellement partisan de l?éolien mais surtout concerné par l?avenir économique, la politique de notre cher pays, je souhaite apporté un contenu journalistique un peu + complet à cet article.
En effet, le journal le Figaro ne fait ici que relayer un article d?une association très partisane mais il est important (et de leur devoir sans doute?!) d?y ajouter des faits.

La loi Brottes :
Certes, une partie de la proposition de loi Brottes implique la suppression des ZDE et son vote est scandaleux, mais l?essentiel de la loi et l?objet du rejet des sénateurs est l?instauration d?un bonus/malus, qui aurait pour effet de pénaliser les couches les plus populaires?Je pense que ce communiqué est malhonnête quand il parle d'une loi visant essentiellement la suppression des ZDE!
Concernant le nucléaire auquel je suis favorable, la Cour des Comptes estime aujourd?hui le MWh à 110? contre 55? par le passé (hypothèse basse). Connaissez-vous quelqu?un qui ne paye jamais ses dettes, ni ses charges? Des structures comme EDF, Areva et l?Etat (=la collectivité) suivent la même règle et devront s'y plier tôt ou tard!
Oui, La hausse du coût de l?énergie est un élément pénalisant pour notre industrie ; mais le coût bas « spéculatif » de l?électricité, tel que nous le connaissons depuis des années sera pénalisante pour TOUTE l?économie de notre pays très bientôt. Ce modèle n?est pas pérenne et nous devrons de toute façon le payer à un moment ou un autre?Autant adoucir le choc en le faisant de manière progressive.

La corruption des élus :
Comment condamner un élu pour vouloir bénéficier des revenus d?une industrie plutôt que de ponctionner ses contribuables ? Il est étonnant que les mystérieux auteurs de cet article se sentent concernés par une hausse des tarifs de l?électricité (qu?ils devraient logiquement peu consommer?) mais négligent totalement la hausse des impôts locaux qui nous concerne tous! Ores, nous avons vu ces dépenses EXPLOSER ces dernières années?

Principe de précaution :
Je suis aussi surpris de voir se lever le poing « anarchiste » du principe de précaution alors qu?il est incontestable que nous devons notre développement des 50 dernières années à l?énergie nucléaire, qui n?aurait jamais vu le jour avec un tel principe !

Bien entendu, et comme tout citoyen concerné par l?avenir de notre pays, nous devons faire partie intégrante du débat sur la transition énergétique qui nous concerne tout à chacun...ce genre de forum nous permet de le faire.
a écrit le 16/01/2013 à 11:19 :
Je partage l'avis des deux précédents commentaires et je voudrais juste poser une petite question à l'auteur de cet article: l'éolien ça défigure, le nucléaire est dangereux, le charbon c'est polluant, les barrages ça détruit le paysage, le pétrole n'est pas durable...Comment on va pouvoir produire de l'énergie très cher monsieur?
a écrit le 16/01/2013 à 11:12 :
Je demanderai à ces don Quichotte de se cotiser pour verser les 4,9 milliards que réclame EDF pour compenser le coût du photovoltaïque...
L'éolien terrestre est la seule énergie verte qui soit moins chère que le kWh qui sera produit par les EPR.
Au lieu de protester, la France ferait mieux de construire des usines de fabrications d'éoliennes terrestres au lieu de les importer. Mais au lieu de cela, la France se limite au projet de construction d'éoliennes offshore où elle a défini les règles d'un marché protégé. Que ne le fait-elle pas pour l'éolien terrestre ? Et comment compte-elle atteindre l'objectif de part d'électricité verte (23% en 2020) sur lequel la France est engagée ???
Réponse de le 16/01/2013 à 13:18 :
Vous avez le droit de défendre le nucléaire mais pas d'oublier de dire qu'il n'est pas capable de s'adapter à la demande obligeant à trouver des clients à bas prix et aux heures creuses et à allumer des centrales thermiques aux heures de pointe. Bien sûr que l'éolien est intermittent mais il fonctionne jour en nuit (ce qui n'est pas le cas du photovoltaïque), produit son maximum de production l'hiver, ce qui corresponds aussi à notre demande. Bien sûr il doit être complété comme pour le nucléaire. Les espagnols sont déjà à plus de 16% de leur production électrique par de l'éolien terrestre et si nous en étions là, l'objectif de 23% en électricité verte serait atteint (les espagnols en sont à 40% en tout). Les deux pays qui investissent le plus dans l'éolien sont la Chine et les USA... mais si vous voulez revenir à la bougie et aller à cheval au travail, vous pouvez aussi...
Réponse de le 16/01/2013 à 14:12 :
La production éolienne est aléatoire par définition et il n'est pas donc pas exact de dire que le maximum de la production éolienne se trouve en hiver... de plus, on ne peut pas adapter sa production à la demande
Réponse de le 16/01/2013 à 14:42 :
Les espagnols ont des centrales à gaz (ainsi que de STEP) qui produisent quand le vent n'y est pas (cf https://demanda.ree.es/generacion_acumulada.html). Ca ou des centrales charbon, c'est le seul choix technologique qui permet de s'adapter à des gradients de puissance importants (qui sont malheureusement inhérent à l'intermittence de parcs éoliens conséquents). C'est un choix, mais en terme de CO2, le bilan est mauvais.

En France, pour suivre la puissance appelée sur le réseau, le nucl on se sert principalement de l'exportation, car la variation de puissance permise du nucl est 'faible'. l'EPR aura des marges manoeuvres plus grandes pour s'adapter aux gradients de puissance (15% au lieu des 5% actuel sur la régulation primaire);

Je vous signale que produire des panneaux solaires avec du nucl et ce qu'il y a de pire pire en terme de CO2: on devrait se servir en priorité de l'energie nucl française pour produire des panneaux PV et des éoliennes (ce serait une transistion énergétique intelligente).

Je ne suis pas contre ou pour le nucl. Juste raisonnable. Car opposer 'éolien' et 'nucléaire' est une ineptie défendue par escrologie-les-verts
a écrit le 16/01/2013 à 10:51 :
en tout cas, il semble tellement partisan contre l'éolien qu'il n'est surement pas un journaliste!!!

un journaliste n'est-il pas sensé montrer le pour ET le contre lorsqu'il fait un article? n'est-ce pas son devoir d'objectivité et neutralité?

message à la tribune : en tant que lecteur je souhaiterais vraiment que vos sources soient mieux vérifiées afin d'éviter un déballage de mensonges aussi flagrant
a écrit le 16/01/2013 à 10:36 :
Texte diffamatoire, mensonger, plus c'est gros plus ça passe !
Les don quichotte du moyen-âge électrique ont encore frappé...
a écrit le 16/01/2013 à 10:26 :
Je n'ai pas bien saisi s'il cet article est un ...article ou un communiqué. Toujours est-il y a toujours quelqu'un pour être contre un type d?énergie, mais chacun veut de l?énergie abondante, et pas cher siouplé. Nucléaire, éolien, photovoltaïque, au final, les centrales à gaz sont-elle préférées (je ne vois pas de polémique sur les nouvelles implantations en tout cas) ? N'oublions pas que nous importons les énergies fossiles (donc argent perdu pour l'économie française : ni emploi, ni impôts en France)
Réponse de le 16/01/2013 à 17:27 :
Enfin un article qui ose dire des choses qu'on avait jamais entendu jusqu'ici dans les grands média.
Bien sûr que le développement éolien est une question de mode, bien sûr que ce n'est pas compétitif par rapport au nucléaire, à l'hydraulique et aux hydrocarbures.
Et bien sûr que si on retire toute forme de subvention déguisée ou non, l'ensemble de la filière éolienne se casse la figure.
Si là-dessus viennent se greffer des problèmes de corruption de fonctionnaire et de collusions politique/administration/promoteurs, c'est le ponpon !

Je ne veux pas payer une fortune pour mon électricité simplement parce que des excités ont décidé que "le solaire et l'éolien, le renouvelab' c'est l'avenir".
Je veux du KWh bon marché et sécurisé et je me fiche de l'origine de cette énergie, ça dépendra du marché.
Et pour finir, je ne suis pas écolo et "défendre la planète", je trouve pas ça moral ou même pertinent, alors je m'en fiche !
Réponse de le 16/01/2013 à 18:31 :
Coût pour l'électricité issus des énergies fossiles (100% importé: insécurité d'approvisionnement, tarif instable ...):
Nucléaire: ne fait que augmenter: 100 à 120?/MWh pour le futur EPR selon la cours des comptes, (l'uranium viens principalement du Niger)
Pétrole: 150 à 300?/MWh
Charbon: pas très chère mais abominablement polluent
Gaz: pas très chère, mais gaz de schiste ou importation (algérie: 41 expatrié pris en otage cette après midi)


Coût des ENR (indépendance énergétique, production locale, coût prévisible,...) :
Éolien terrestre: 82?/MWh,
Solaire photovoltaïque: proche de 120?/MWh mais en chute libre
+ Éolien offshore, biomasse... encore chère leurs développement fera chuter les prix
Et enfin l'hydraulique (pour compenser intermittence des autre ENR): 30?/MWh

Le débat est clos, on avance, on passe dans le 21eme siècle,
Réponse de le 16/01/2013 à 20:47 :
Les parisiens savez vous que vous allez avoir 240 éoliennes autour de PARIS
Réponse de le 16/01/2013 à 22:51 :
Moi aussi je suis "ingé", et je pense que vos chiffres sont bidons.
En réalité, vous pouvez trouver toutes les gammes de prix possibles dans ces évaluations.
De toute manière, c'est facile de vérifier : c'est la CSPE et vos impôts qui finance la filière éolienne. La CSPE fait augmenter votre facture.
Les prix du marché qui montent alors que vous subventionnez le-dit marché, il y a quelque chose qui cloche !
Réponse de le 17/01/2013 à 10:07 :
"Dans les conditions de 2006, pour l?éolien terrestre, les contrats sont souscrits pour 15 ans, le tarif est fixé à 8,2 c?/kWh pendant 10 ans, puis entre 2,8 et 8,2 c?/kWh", (Je vous laisse vérifier: http://www.developpement-durable.gouv.fr/Tarifs-d-achat,12280.html)
c'est la vente de l?électricité à ce tarif qui permet la construction, l'exploitation, le versement de taxe aux collectivités, l'embauche de technicien de maintenance et le démantèlement.
Quand au coût pour les Francais c'est uniquement la CSPE (pas les impôts!), or l'éolien ne représente qu'une part infime du coût total, soir environ 4 ou 5?/an/ménage (http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/La-contribution-au-service-public-de-l-electricite-CSPE-suites-donnees-aux-observations-de-la-Cour-dans-le-rapport-public-2011)
Vous n'aimez pas les éolienne, d'accord, mais argumentez avec de vrais arguments. On pourra peut être élever le débat et avancer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :