La stratégie allemande n'est pas digne de l'Europe

 |   |  844  mots
Michel Santi © DR
Michel Santi © DR
Alors que la Chine s'engage depuis 2009 à équilibrer sa croissance en développant ses investissements intérieurs et en boostant la consommation domestique, l'Allemagne peine à consentir à des augmentations de salaires, et continue de prôner le tout-à-l'exportation. Une "stratégie de pays émergent" pour l'économiste Michel Santi, et peu ambitieuse pour l'Union Européenne...

La Chine est parfaitement consciente que les excédents de sa balance commerciale et de sa balance des paiements sont générateurs de déséquilibres à l'échelle planétaire. Voilà pourquoi elle tente - et, ce, depuis 2009 ! - de procéder à des réajustements visant à promouvoir sa consommation intérieure censée prendre au moins partiellement le relais de ses exportations dans la pérennisation de sa croissance.

Ces tentatives et mesures sont entreprises depuis près d'une décennie, quoiqu'à un rythme inconstant du fait des incertitudes et de la volatilité macro économiques induites par la crise. Il n'en demeure pas moins que c'est la Chine qui, unes des premières, avait annoncé en 2009 un stimulus massif - représentant pas moins de 10% de son P.I.B. ! -  visant à soutenir son économie menacée au summum de la crise, soit en 2009. Cette nation n'a certes pu résister à certaines tentations protectionnistes, comme d'autres du reste. De même, ses investissements intérieurs n'ont-ils pas toujours été judicieux, productifs ou rationnels. Le processus de ré-équilibrage n'en est pas moins entamé, la Chine ayant résolument emprunté la voie complexe consistant à promouvoir sa consommation intérieure grâce au levier de la majoration des revenus de son immense masse salariale.

Prospérité intérieure
En cela, la Chine se montre donc à la mesure de son rôle prépondérant dans une économie globale qu'elle sait inter-dépendante. Ses dirigeants successifs sont ainsi pleinement conscients que le passage d'une économie émergente ou en voie de développement au stade d'une économie intégrée et développée ne peut se réaliser sainement que par la diminution de sa dépendance aux exportations. Une économie dynamique appartenant à un pays respectable ne saurait effectivement dépendre ad vitam aeternam de la croissance du reste du monde.

Autrement dit, il est du devoir des nations importantes de ce monde - d'abord pour leurs propres citoyens - de moins greffer leur prospérité sur celles des autres. Les responsables politiques chinois semblent même vouloir aujourd'hui emprunter la voie suprême, à savoir encourager leurs citoyens à dépenser une partie de leur épargne séculaire en diminuant les incertitudes, c'est-à-dire en améliorant nettement les couvertures sociales et de santé. Le leadership chinois a donc bien intégré cette hyper fragilité macro-économique mondiale en grande partie provoquée par les déséquilibres inhérents aux grandes nations. Autrement dit, qu'il est crucial pour la Chine et pour ses partenaires d'établir une certaine harmonie entre consommation domestique et commerce extérieur.

La Chine et l'Allemagne à contre-courant l'une de l'autre
Quel contraste saisissant avec l'exemplaire Allemagne qui n'a de cesse de se faire l'ardent et farouche défenseur de la rectitude fiscale et budgétaire et qui fait montre d'un authentique délire obsessionnel pour améliorer la compétitivité. Le tout dans le seul et unique objectif de relancer les économies européennes grâce aux exportations. Elle qui peine tant à consentir des augmentations de salaire à sa masse salariale. Elle qui refuse d'admettre que l'austérité et que le tout-à-l'exportation ne sauraient fonctionner à l'échelle du continent européen. Elle fait en effet pâle figure comparée à la Chine qui a procédé à des augmentations de 17% de ses salaires en 2012 ! Restreindre la consommation de ses sujets pour concentrer toutes ses forces vitales à l'exportation d'un côté ou accepter d'intégrer le jeu global consistant à encourager progressivement sa demande intérieure ? La Chine et l'Allemagne ont manifestement choisi.

Pendant que l'une entraîne l'Europe dans une spirale déflationniste, qu'elle accuse les pays du Sud d'avoir échoué, faute d'avoir instauré suffisamment d'austérité, qu'elle force l'ensemble des peuples européens à se prosterner devant l'autel des réformes structurelles supposées nous mener directement au paradis de la compétitivité,  tout en précarisant à l'extrême ses propres travailleurs dont le tiers est réduit à l'état de mendiants sociaux - et dans un contexte où elle récuse avec effroi la damnation des politiques expansionnistes qui permettraient une relance de sa consommation intérieure-,  la Chine, pour sa part, réduit insensiblement sa dépendance à la demande extérieure, encourage sa consommation et lance des programmes sociaux.

Pour avoir fait le choix de se prescrire aux injonctions allemandes, l'Europe - cette « première économie mondiale » - se résigne donc aujourd'hui à parasiter l'activité économique globale en acceptant de dépendre pleinement des capitaux extérieurs. L'Europe est-elle seulement consciente que, ce faisant, elle accepte d'être infectée par le syndrome allemand du « petit pays », voire du pays émergent, qui se contente de vivre au crochet des autres grâce au levier des exportations ? Est-ce donc là toute l'ambition de l'Union européenne ?

 *Michel Santi est un économiste franco-suisse qui conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre fondateur de l'O.N.G. « Finance Watch ». Il est aussi l'auteur de l'ouvrage "Splendeurs et misères du libéralisme"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2013 à 12:31 :
le travail comme valeur, louable pour l'eternité, n'est plus en mesure de genérer son bon resultat sur tout peuple en europe, sans maitrise d'un cadre de régulation, qui permet de proteger et la monnaie et le travail en terme de cycle production-commercialisation-profits. on parle de crise d'euro, et non de crise économique, de nouveaux concepts de gouvernance economique qui sont apparus et imposés par le biais des politiques (et ça vient d'en haut) qui biaisent l'energie productive du travail en france par exemple, agriculteurs, textile fermeture des usines....etc
a écrit le 02/06/2013 à 12:37 :
les choix d'un ministre ne repondent pas forcement à ceux d'un analyste en termes de parametres de reflexion et d'analyses donc d'actions , il y'a une distinction a discerner entre les microdonnées deux deux personnages , tout autant que dans leurs objectifs précis. le pragmatisme du politique perd parfois ses affinités avec l'approche trop laboratine de l'analyste economique..
a écrit le 02/06/2013 à 7:45 :
Je me demande pourquoi M. Hollande ne fait pas appel à M. Santi pour remplacer M. Moscovici à Bercy.Il devrait être capables de régler tout nos problèmes de déficit en un tourne-main.Sous condition qu'il arrive s'entendre avec la CGT. Parce que si tu veux ruiner un pays ou fermer une usine, appelle la CGT.
a écrit le 01/06/2013 à 15:09 :
Français de souche depuis des centaines d'années, je suis au regret de constater que la critique est aisée, mais l'art reste difficile.....
Nous avons de grandes gueules pendant que nos voisins allemands se taisent, travaillent (surtout pas 35h par semaine) récoltent le fruit de leur sacrifice et, en font profiter ceux qui n'ont plus qu'un seul emblème, le coq, seul animal à faire cocorico les deux pieds dans la m......
Revenons sur terre, et au lieu de faire des promesses, toujours des promesses.....réagissons et prenons exemple sur le modèle allemand si nous voulons un jour sortir du marasme ou nous nous complaisons par facilité
a écrit le 01/06/2013 à 10:19 :
Mon Dieu...un économiste qui ose critiquer la divine Allemagne. Hérésie, il faut le mettre sur le bûcher de la bourse immédiatement.
Réponse de le 03/06/2013 à 10:36 :
Critiquer n'est pas un probleme si les arguments tiennent la route. Or il ne s'agit pas d'une critique argumentee, mais d'un tissu d'insanites keynesianistes : Il faut depenser plus et imprimer plus d' argent. Meme si on croule sous les dettes. La preuve, les Chinois s'y essayent, alors que les Allemands font le contraire de ce qu'il faudrait. C' est indigne de la part des Allemands. La France qui a une economie bien plus proche de la Chine que de l'Allemagne devrait se depecher de depenser tout ce qu'elle peut et renouer avec la croissance des trentes glorieuses..
a écrit le 31/05/2013 à 6:26 :
Qui ou quoi empêche "les clochards du Sud d'Europe" de faire pareil que l'Allemagne? Leurs incompétences?
Réponse de le 01/06/2013 à 10:22 :
Ben...cours d'économie niveau CP :
L'Allemagne a baissé ses salaires pour faire du tout export ( au CE2, vous apprendrez qu'on appelle ça du dumping social). Si tout le monde baisse ses salaires pour faire du tout export, qui achètera ce que d'autres exportent ? Exercices 2 et 3 pour demain.
Réponse de le 01/06/2013 à 13:55 :
Ben... recherche avant de parler : j'ai jamais vu ni entendu que l'Allemagne baissait les salaires ! Pour demain je voudrais voir ne serai-ce qu'un seul document statistique qui pourrait me le prouver.
Réponse de le 01/06/2013 à 14:36 :
A vous de vous informer plus en profondeur! Avant de louer le système économique de l'Allemagne, on va voir un peu ce qui s'y passe pour les travailleurs! Mais il est vrai qu'il est moins fastidieux d'écouter et d'abonder la p'tite musique ultralibéral de nos politiques!
Réponse de le 02/06/2013 à 7:38 :
CP, je ne m'en souviens pas d'avoir vu un Français pendant mes études à la San Diego State University. Et pourtant, il y avait (en 1958/59) déjà quelques Prof's français en Californie. D'après mes connaissances, beaucoup d'entre eux sont restés là-bas. Je ne pense pas qu'ils ont enseigné le "dumping-social". Et vos études, vous les avait fait à la CGT?
a écrit le 31/05/2013 à 5:52 :
Que de grands économistes connaisseurs et spécialistes de l'Europe, de l'Allemagne et surtout de la Chine!!!!
On n'a pas a s'en faire, vous allez nous régler tout ça en deux tours de cuillère a pot.....
Bonne nuit les petits....
a écrit le 30/05/2013 à 6:58 :
En France, quand ça ne marche pas, on a toujours un bouc émissaire : les musulmans, les immigrés africains, les sans papiers, les rom, les allemands, les chinois, les japonais, les américains. C'est JAMAIS notre faute. Ah non,on est parfaits.
Réponse de le 03/06/2013 à 10:43 :
Vous avez presque raison, mais nous avons egalement un grand talent pour nous battre entre nous : Si ce n'est pas la faute d'un etranger, nous entamons une tres constructive polemique Gauche-Droite, ou le probleme a regler et les solutions a apporter a moins d'importance que la responsabilite politique de la situation presente. La Gauche manifeste contre le CPE, contre la reforme Fillon des retraites, et herite peu de temps apres des problemes de competitivite et de deficits.. On s'oppose pour s'opposer et se profiler politiquement, les problemes du pays c' est secondaire.
a écrit le 30/05/2013 à 2:24 :
Mais que tous ces experts de pacotille se taisent et se mettent au travail. Qu'ils arrêtent de nous gonfler avec l'Allemagne. Qu'ils s'occupent du malade en phase terminal nommé FRANCE et qu'ils utilisent leur méninges pour sortir le pays de ce scénario catastrophe
Réponse de le 30/05/2013 à 18:01 :
vous vous mettez au travail et realisez que votre direction vous limite l'acces a votre ordinateur que quelques jours par jour. La direction vient et vous dit que vous n'etes pas productif. Vous, vous taisez et vous vous mettez a travailler avec votre crayon?
Réponse de le 01/06/2013 à 10:21 :
Ben...c'est peut être ce qu'ils font, vous savez, peut être même que l'Allemagne et la commission n'ont pas la science infuse et qu'il existe d'autres solutions. Peut être même que l'austérité nous mène droit à la catastrophe. Et peut être même que le " tais toi et travaille" est le leitmotiv de toute dictature mais bon...ça je suppose que ça ne vous chagrine guère.
a écrit le 30/05/2013 à 0:53 :
L'Allemagne fait son gras principalement sur le dos de l'Europe. Dans le même temps, elle a l'écoute de la Commission à Bruxelles, courroie de transmission qui impose le diktat Allemand. Austérité et déflation au programme=Ruine de la plupart des pays européens. La Commission européenne est pro-allemande, ultra-libérale et anti-démocratique . C'est elle qu'il faut réformer et surtout renvoyer Barosso.
Réponse de le 30/05/2013 à 18:04 :
Ou peut on voir les donnees sur les deficits et dettes allemandes il y a 15ans lorsque l"Allemagne etait l'homme malade de l'Europe? L'Europe a t'elle enfonce l'Allemagne pour l'aider a sortir de l'orniere?
a écrit le 29/05/2013 à 23:32 :
Pas pour rien que les films de zombies ont eu autant de succès, ils ne sont que la transposition de nos sociétés modernes sans croissance devenues des jungles, où les gens se bouffent, se trahissent ou s'entraident pour survivre. La vie n'est plus, seule compte la survie. L'effet boule de neige de la croissance qui améliorait les conditions de vie s'est inversé en un effet boule de neige qui réduit le niveau de vie.
Qu'est ce qu'une réforme au final, une vraie ? remettons-nous comme il y a 20000 ans, dans le groupe, soumis à la réduction de nourriture, soumis aux intempéries, les prédateurs, on ne va pas réduire le nombre de chasseurs, de cueilleurs, de guetteurs, ou d'homme-médecine, non, on va simplement faire manger moins ceux qui ont un excès de graisse, et c'est cela qu'il faut faire à notre époque.
Car le gouvernement, depuis des années joue un jeu très dangereux qui ne fait qu'aggraver la situation, il raisonne comme une multinationale où un type sorti d'une grande école a l'idée saugrenue d'abaisser de 5 10 ou 20% des coûts ici ou là, un chiffre rond bien sûr, dans raisonnement, mais bien sûr il ne va pas réduire son propre salaire, et ainsi dans toute la chaine de commandement, à chaque niveau, le chef essaye de préserver son niveau de vie et de faire passer la réforme à ceux sous ses ordres; vous avez ainsi à la fin ceux d'en bas qui trinquent, et le service et la production s'effondrent( et on cherche alors toujours des "travailleurs" moins chers dans le monde d'où la compétition à ce niveau), la situation générale empire car la consommation baisse. Et vous avez ensuite des gens qui osent vous dire que le problème est une compétition de bas salaires alors qu'en fait c'est une histoire de répartition de salaire, ce n'est pas du tout pareil, il faut abaisser les salaires en partant du haut et non du bas, que ce soit dans les entreprises mais aussi bien sûr, dans l'état; parce qu'il est absurde d'abaisser le salaire d'une personne qui va de toute façon tout dépenser en consommation, ce qu'il fait c'est abaisser les salaires de ceux qui accumulent, qui épargnent. C'est comme cela que les guerres relancent les économies, car presque personne n'épargne pendant cette période, tout est dépensé, et l'argent circule et à la fin de la guerre presque tout le monde possède à peu près le même niveau de richesse, ensuite avec la paix, les "meilleurs"(ou talents) peuvent pomper cette richesse d'autant plus longtemps qu'elle a été bien distribuée auparavant, mais à notre époque, il y a trop de talents( ou d'impôts) il n'y a plus assez à pomper, à aspirer, il y a trop d'argent dans la sphère financière, dans la spéculation immobilière, cet argent doit retomber ou alors il faut que les banques centrales inondent la société d'argent pour régénérer l'argent des classes basses et moyennes qui pourront de nouveau se faire pomper ensuite par les plus méritants( capitalistiquement).
Toutes les crises et depuis des milliers d'années en reviennent toujours à ce problème de bonne circulation de la richesse, et c'était déjà ce qui avait fait chuter l'empire romain, ne répétons pas la même erreur et prenons les devants sinon les lois de l'économie nous forcerons, en pleine panique, à des mesures extrêmes de survie.
a écrit le 29/05/2013 à 22:15 :
Discours polémique !!! Le potentiel de consommation interne de la chine n'a rien à voir avec celui de l'Allemagne................Autre problème, comment serait perçu une augmentation très substantielle des salaires en Allemagne au soutien d'une croissance interne dans une Europe comportant des pays contraint à la diète......
Réponse de le 30/05/2013 à 0:47 :
Exactement ! C'est article est complètement à côté de la plaque. La Chine n'est en rien comparable à l'Allemagne. La Chine est dans une toute autre situation qui elle n'a que peu de concurrence dans son commerce exterieur parce que même avec une hausse des salaires chinoise ils resteront largement competitive dans la gamme de produits qu'elle pense à exporter. La situation est entièrement différent pour l'Allemagne qui elle reste en comparaison avec les pays emergents un pays cher. Donc tandis que la Chine a la marge de manoeuvre en terme de hausse de salaire sans trop gener son modele economique c'est tout le contraire à l'Allemagne. On peut dorenavant prognostiquer : Si l'Allemagne pert sa competivité, elle va s'ecrouler. Et à ceux qui ont hâte de voire ceci : savez que l'Allemange va entrainer l'Europe entier dans sa chute d'une telle manière que cette crise actuelle paraîtera comme un jeu d'enfant.
Réponse de le 30/05/2013 à 8:15 :
@cad Votre brillant commentaire fait le contre-poids au brillant commentaire de ptit'prof d'hier. A vous deux vous synthétisez une critique équilibrée et claire de l'article caricatural et brouillon de Santi. J'avais déjà indiqué ma position hier matin et mes remarques à la suite du commentaire de ptit'prof. Je vous renvoie à ces interventions pour éviter de dupliquer le texte.
Réponse de le 30/05/2013 à 11:40 :
La compétitivité de l'Allemagne dépend également de la compétitivité de ses voisins (partenaires) européens. Et puis transforme/ exporte les produits de cette compétitivité. Pour une PME exportatrice française ("normale") le 1er marché c'est l'Allemagne, ainsi que le 1er fournisseur. Beaucoup de nos exportations vers l'Allemagne sont reexportés; que cette Allemagne la garde sa compétitivité, mais qu'elle la garde! Et que la France en gagne! Il y a une urgence qui n'a jamais aussi pressante. La vraie mauvaise nouvelle en ce moment: l'Allemagne renforce ses importations hors Europe. Ces positions une fois perdues, ne peuvent être reprise facilement!
Réponse de le 30/05/2013 à 15:08 :
@déni: Je suis entièrement d'accord avec vous. Au lieu de depenser toute energie à tenter de capôter l'Allemagne la Frace devrait chercher comment profiter de la situation. L'Allemagne a besoin des composants performants et de point.
a écrit le 29/05/2013 à 15:39 :
"l'exemplaire Allemagne...qui fait montre d'un authentique délire obsessionnel pour améliorer la compétitivité" ! Tout l'article tient dans cette phrase (délirante) de cigale diplômée. Si la France peut vivre a crédit (en endettant ses propres enfants) c'est grâce à l'Allemagne...tant qu'elle reste dans l'UE (mais pas si elle en sortait). Cet article est délirant.
Réponse de le 29/05/2013 à 19:41 :
Vous auriez du le lire !
a écrit le 29/05/2013 à 15:39 :
J'ai lu votre article et une fois de plus je pense que vous tapez dans le mille ! Et certains qui commentent feraient mieux de voir les choses en face avant d'écrire des salades !
Les chinois et leur élite savent exactement ce qu'ils font. EUX comprennent la situation actuelle et les challenges à venir .

Ils s'y préparent.

A l'inverse, nos chers politiques occidentaux font tout et n'importe quoi pour maintenir un système voué à l'échec. Au lieu de se remettre en question et de former une réelle alliance économique.

Donc pour ne pas dévier du sujet de l'article, comme le font la plupart des "commentateurs", il est évident que :

1/ l'austérité était une bonne idée avec la croissance des années 1990-2000 (d'où le creux entre l'Allemagne et la France). Merci Schröder. Mais ce n'est plus d'actualité face à la crise et à la concurrence des pays émergents.
2/ la stratégie (s'il y en a vraiment une?) adoptée par l'Occident depuis le début de la crise n'est pas le changement, mais l'enfoncement. Plus de dette, plus de dépenses, plus d'impôts... Toujours plus d'incompétence !

La Chine prendra inévitablement le dessus sur la prochaine décennie.

Ca ne plait pas à tout le monde, mais les analyses économiques ne doivent pas être là pour plaire, elles doivent coller avec la réalité des choses. Ce que fait Mr Santi parfaitement.
RDV dans 10 ans mesdames et messieurs nous savons tout !
Réponse de le 31/05/2013 à 9:40 :
@JohnWolf: votre contribution au débat est bouleversante, vous avez à n'en point douter des arguments très solides: "il est évident que"....
a écrit le 29/05/2013 à 15:19 :
Des fois je me demande si M Santi ne se moque pas de nous en pronant systematiquement l'inverse de la réalité et de la logique. Son livre est sans doute à lire au second degré ! Remarquez que Hollande dit déjà en Allemagne l'inverse de ce qu'il dit en France, alors si on dit l'inverse de ce que dit quelqu'un qui dit l'inverse de ce qu'il pense on n'a pas fini de s'embrouiller . Dans la dictature des médias d'aujourd'hui le langage change de sens.
a écrit le 29/05/2013 à 14:04 :
Quel bonheur! M. Santi nous explique avec son oeil d'expert auto-proclamé ce que l'Allemagne ne doit pas faire. Contentez-vous de dire ce que la France devrait essayer de faire pour améliorer sa situation! Bien qu'avec un tel charlot, il est peut-être préférable de laisser faire les choses... Cela sera moins catastrophique pour les français!
a écrit le 29/05/2013 à 13:16 :
L'Allemagne privilégie depuis longtemps son outils de production, et donc ses entreprises. La France a fait le choix inverse. Les salaires réels (nets + contributions sociales) y sont élevés par rapport au travail fourni et à la quantité et qualité de la production. Les conséquences sont visibles : chômage et prix des logements élevés ! Osons le dire : 1) Le choix allemand est le meilleur, et 2) Il n'est pas trop tard pour le mettre en oeuvre...
Réponse de le 29/05/2013 à 15:46 :
Oh oui, tous ensemble dans la déflation salariale. Très bonne idée.

Et qui va consommer les produits?
Réponse de le 29/05/2013 à 20:19 :
commençons par baisser votre retraite, sans doute trop élevé par rapport à ce que touchent les retraités allemands.
a écrit le 29/05/2013 à 13:10 :
Il devrait prendre des vacances en Allemagne se Mr Santi, visiblement il à du mal à analyser la situation.
Réponse de le 29/05/2013 à 19:45 :
Et vous aussi !
Votre connaissance de l Allemagne date des années de la collaboration ?
Réponse de le 29/05/2013 à 20:50 :
Ce n'est pas en passant une semaine de vacances à Berlin que vous faîtes une analyse.
L'auteur de cet article est dans le vrai malgré ce que vous en pensiez.
a écrit le 29/05/2013 à 12:56 :
L'Allemagne est un pays mercantiliste. Sait-on encore ce qu'est le mercantilisme?C'est une doctrine bien antérieure au libéralisme qui recommande au "prince" d'accumuler à long terme des excédents de balance commerciale pour s'enrichir aux dépens de ses "partenaires" commerciaux, en captant sur eux par ces excédents, des emplois, des activités, de la croissance, et d'établir ainsi, à la longue, sa suprématie politique. L'habileté assez "enhaurme" a été de renommer le mercantilisme "ultra-libéralisme", qui est au libéralisme...ce que le jour est à la nuit. L'imposture a été facilitée par le fait que libéralisme et mercantilisme ont en commun le libre échange. Or seul le libéralisme peut se prévaloir d'une légitimité, car il se préoccupe, à la différence du mercantilisme, des conditions auxquelles le libre échange peut être avantageux pour tous; Pour cela, le libre échange doit s'accompagner d'un système de taux de change assurant l'équilibre simultané des balances commerciales des pays partenaires. De la sorte, chaque pays peut se spécialiser dans les productions pour lesquelles il est le plus productif, et éviter les captations d'activités enrichissant les uns aux dépens des autres. La grande erreur depuis Giscard/Barre est d'avoir abonné la France au "Franc fort", c'est à dire surévalué, ce qui a aidé l'Allemagne à sous évaluer son Mark, et d'être entré ainsi dans l'euro.Les ajustements de change étant désormais impossibles, l'ajustement ne peut plus se faire que par une hausse des salaires en Allemagne, ou la baisse des salaires (pardon... des charges) dans les autres pays. Alors l'article de M.Santi est parfaitement fondé. Le problème n°1 de la France est celui d'une classe dirigeante d'un orgueil démesuré, incapable depuis 40 ans de douter de la politique économique imbécile qu'elle nous impose:Baisser les salaires pour rendre aux entreprises leur compétitivité perdue, ce qui pour effet non celui là, mais de casser l'activité et la croissance avec la demande intérieure, sans possibilité pour les exportations d'en prendre le relai du fait de la surévaluation du change avec lequel on est entré dans l'euro.
Réponse de le 29/05/2013 à 15:12 :
Rien à rajouter. Je recommande à tous les participants de cette discussion de vous lire. Merci.
Réponse de le 29/05/2013 à 16:51 :
bravo !
Réponse de le 29/05/2013 à 19:47 :
Bravo!
Baisser le déficit de 1% (du pib) fait baisser le PIB de plus de 1% !
C'est la récession.
L'Allemagne fait plonger les pays européens à son unique profit !
Réponse de le 29/05/2013 à 20:09 :
il existe une solution, arrêtons de consommer allemand. Ne leur achetons plus de voitures.
1 voiture sur trois vendues en France est allemande, en Allemagne, une sur dix est française.
Réponse de le 29/05/2013 à 20:51 :
@prof Bravo pour votre commentaire très pédagogique. Oui j'évoquais déjà ce matin le caractère mercantiliste de l'Allemagne et nous partageons la définition de ce terme. Vous l'avez clairement décrit en faisant la distinction avec le libéralisme. Mon analyse de l'article et mes conclusions diffèrent toutefois. L'Allemagne ne peut pas sacrifier sa compétitivité à l'international (hors zone euro) sous peine de se retrouver elle-même en difficulté. Soit nous cassons la zone euro comme vous semblez le préconiser, soit nous mettons en place des mécanismes compensatoires sur les échanges au sein de la zone euro.
Réponse de le 01/06/2013 à 10:40 :
Bravo, il reste encore des gens qui ne sont pas dans le dogme de l'ultralibéralisme et de l'imitation de l'Allemagne, merci.
a écrit le 29/05/2013 à 11:56 :
Je viens de lire cet article et les quelques commentaires.
Il est assez effarant de voir à quel point "la peur du voisin" est bien présente chez mes concitoyens.
Alors je vous propose mon avis de Français installé en Allemagne depuis plus de 3 ans.
Pour moi la vie en Allemagne me convient très bien, ce n'est pas le paradis, mais y vivre est très agréable.
N'en déplaise à l'auteur de l'article, mais les salaires augmentent en Allemagne, jusqu'à 5 % dans certaines branches. (les syndicats sont passés par quelques grêves qui ont porté leur fruits). N'en déplaise à certains mais les minijobs ne sont pas l'apanage des pauvres. car jusqu'à 450? net d'impôts pas mois, certains y voient un petit complément histoire de se faire un peu plus plaisir.
Coté travail les allemands sont bien des besogneux, car il savent que leur efforts payent. Coté retraites, cela fait bien longtemps que l'état les a prévenus que pour tout ceux nés après 1961 il n'y aurait pas de garantie de retraites. Il travaillent donc en conséquences.
Coté famille, oui les Allemandes ne sont pas des poules pondeuses, elles sont beaucoup à privilégier d'abord la carrière et ensuite les enfants. (il n'est pas rare de croiser des mères ayant eu leur 1er enfants autour de 40 ans.)Par contre jusqu'à 6 ans il existe les jardins d'enfants.
Et puis pour ceux qui pensent que l'assistanat n'existe pas en Allemagne. Sachez que pour chaque enfant à charge c'est 184? par mois jusqu'à au moins ces 20 ans.
Les comptes des Krankenkasse se portent très bien. Depuis cette année, il n'y a plus besoin de payer son médecin traitant 10? par trimestre.
Les entreprises allemandes sont certes tournées vers l'export, mais le consommateur lui ne suit pas ce raisonnement. ( ex : le top 20 des ventes de voitures ne comportent que des voitures allemandes).
Quand à la question énergétique, un plan à 20Milliards se profilent pour relier les champs d'Eoliennes en mers du Nord au Sud du pays. Les Allemands se déplacent de plus en plus en vélos, et les infrastructures suivent.

Alors oui, il y a bien des pauvres en Allemagne, le contraire me ferait très peur. Oui l'Allemagne à des problèmes de sociétés.
Ce n'est pas un pays parfait, car cela n'existe pas. Mais aujourd'hui, je vis heureux dans ce pays, et je ne regrette pas d'avoir quitter mon pays d'origine.
Et à lire les commentaires sur les sites d'informations français, je reconnais de moins en moins ce pays, qui se repli de plus en plus sur lui-même. Qui jalouse son voisin car sa pelouse est un peu plus verte que la sienne.

Pour finir avec cet article écoeurant, je vous retournerais le titre, il me semble de que la Stratégie de certains pays d'Europe nest pas digne de l'Allemagne.


Réponse de le 29/05/2013 à 12:56 :
Les esclaves allemands qui sont obligés de travailler "full time" pour un salaire mensuel ne dépassant pas 400 euros et une retraite déjà calculée par le gouvernement "boche" qui n'atteindra même pas 150 euros/mois apprécieront sans nul doute votre avis sur leur pays dont vous méconnaissez manifestement pas mal de facettes. Et, entre autres, celle-ci : vous affirmez que les "Schleus" sont besogneux. certes, ils passent peut-être un peu moins de temps avachis devant la machine à café que les p'tits franchouillards, mais ils ont une productivité parmi les pires d'Europe et du monde occidetal. Et, à tout le moins, ils sont nettement moins courageux que les Grecs qui travaillent beaucoup plus, chiffres ODE à l'appui, que les français qui n'en foutent pas une et que les allemands qui vivent sur une réputation usurpée. En tout cas tant que les états-voyous européens france et allemagne en tête, et la mafia baptisé troïka ne détruisent pas les emplois délibérément en Grèce. L'llemagne merkelienne est un miroir aux alouettes. Un mirage qui ne repose que sur le génocide économique des autres pays européens. Et un piège destiné à bourrer le mou aux gogos incapables de penser par eux-mêmes. Ne me dites pas que vous en faites partie ?!
Réponse de le 29/05/2013 à 13:25 :
@FrancoAllemand: vous avez dépassé le statut du simple expatrié, votre expérience personnelle est donc plus riche. Dans ce sens "utilitaire" votre apport de "richesse" sert d'abord la société allemande. Par contre la France aurait besoin d'un apport de richesse, donc d'un retour de gens comme vous qui n'ont pas été expatrié et qui ont seulement vécu en communauté close de semblables. Un des problèmes de la France c'est sa perte d'attractivité et qualité de vie - toute relative...Je connais d'autres personnes installées en Allemagne qui ne souhaitent revenir. Dommage, la mobilité intra-européenne ne sera pas aidée pour le moment.
Réponse de le 29/05/2013 à 20:23 :
je connais beaucoup de personnes qui travaillent en Allemagne non par envie mais par obligation. Ils souhaiteraient tous revenir en France mais les offres d'emplois y sont de plus en plus rares.
Réponse de le 29/05/2013 à 20:37 :
les salaires n'augmentent que pour les salariés qui sont affiliés à une convention collective. Or un grand nombre d'entreprises allemandes ne sont pas affiliés ou peuvent dénoncer la convention collective en place.
Réponse de le 30/05/2013 à 1:06 :
C'est très sympa que beaucoup de gens ici se font des soucis pour les travailleurs allemands. Néanmoins, parfois je pense qu'ils se feront autant de soucis pour les pauvres en France qui vivent dans les ghéttos des banlieus sans espoir pour trouver même un boulot mal payé, pour les employeurs de France Telecom qui font du suicide en chaine parce qu'ils vivent un enfer dans leur travail et pour la masse des sdf dans les rues des villes comme Paris etc.
a écrit le 29/05/2013 à 11:55 :
Pour les petits français, l'Allemagne est un BOUC-ÉMISSAIRE commode...
Réponse de le 29/05/2013 à 13:03 :
apparemment pas que pour les "petits francais", même le presse allemande le signale...
si vous comprenez l´allemand:
http://www.handelsblatt.com/politik/international/heiner-flassbeck-im-interview-deutschland-drueckt-die-anderen-an-die-wand/8270040.html
a écrit le 29/05/2013 à 11:22 :
Monsieur Santi, comment osez-vous essayer de faire croire que la Chine a augmenté ses salaires de 17% uniquement par altruisme ! Vous savez très bien qu'elle a été obligée de le faire pour donner un peu d'air aux armées d'esclaves qu'elle emploie. Vous savez très bien qu'elle devait absolument favoriser un peu la consommation intérieure, après tant d'années exclusivement tournées vers l'exportation. La Chine est une dictature capitaliste, munie d'une forte stratégie industrielle, face à nos démocratie molles incapables de s'organiser. La France dogmatique qui considère l'entreprise comme l'ennemi de la société est touchée de plein front. Si nos pays sont dans cet état de délabrement, c'est parce que nos dirigeants irresponsables nous ont fait une Europe à l'envers, sans avoir défini les règles avant de l'ouvrir aux quatre vents et en particulier à la Chine. Et nous, pauvre occidentaux, nous nous réjouissons d'acheter à bas coûts les produits fabriqués par des esclaves et des enfants. Soyez honnête : ne faites pas comme à l'école, arrêtez de tirer sur les meilleurs de la classe pour chercher des excuses aux cigales que nous sommes !
Réponse de le 01/06/2013 à 10:43 :
L'article n'a jamais dit que la Chine a augmenté ses salaires par altruisme. Il dit qu'elle les a augmenté pour être moins dépendante des exportations.
Pour ce qui est des premiers de la classe, tout dépend du point de vue vis à vis duquel on se place lorsque l'on voit le massacre social qui a été fait en Allemagne, qui fonctionne sur 20% de travailleurs pauvres mais bon...si vous considérez que ce sont des avancée.
Je suis par contre d'accord avec vous sur l'Europe.
a écrit le 29/05/2013 à 11:03 :
La politique allemande n'est absolument pas applicable à toute l'Europe. Pour réaliser d'aussi gros excédents, il faut que d'autres pays au sein de l'Union réalisent des déficits. Il s'agit d'un jeu à somme nul, tout le monde ne peut pas être gagnant au sein de l'UE. Dans l'idéal il faudrait que les excédents de la balance commerciale des pays de l'UE soient redistribués aux pays déficitaires. L?Allemagne se comporte comme un passager clandestin au sein de l'UE, elle profite de la consommation des autres pays sans faire partager la sienne. La Grèce était dans un excès (politique de l'offre trop forte) mais l'Allemagne est dans un autres excès (politique de la demande trop forte). Il s'agit de trouver un équilibre entre ces deux modèles.
Réponse de le 29/05/2013 à 11:21 :
*inversion pour les politiques: Allemagne/offre et Grèce/demande
Réponse de le 29/05/2013 à 11:35 :
N'auriez vous pas inversé offre et demande ? ... à moins que votre intention était de dire que la Grèce était dans un excès de l'offre de politique publique et l'Allemagne dans un excès de la demande de réformes de compétitivité ? Quant à considérer l'Allemagne comme un passager clandestin qui ne partage pas, c'est une vision un peu courte de la politique économique de chacun des pays de l'UE.
a écrit le 29/05/2013 à 11:01 :
L'Allemagne privilégie l'exportation, tandis que la France privilégie les taux faibles. Chacun le fait dans le but de pouvoir conduire sa politique, mercantiliste en Allemagne, étatiste en France. Les deux ont une part de responsabilité dans le traitement de la crise en Europe. L'austérité a été réclamée par l'Allemagne et la France l'a soutenue sur ce point avant d'être elle-même mise sous pression. L'Allemagne l'a fait dans un soucis de rigueur budgétaire et de préservation d'un euro fort, la France pour maintenir ses taux d'emprunts d'état au plus bas. Pour éviter les réformes majeures et poursuivre sa politique, la majorité actuelle en France compte maintenant sur la BCE pour tirer un peu plus les taux vers le bas et elle espère que le SPD arrivera au pouvoir pour tenter d'infléchir la position de l'Allemagne. Mais elle ne doit pas se faire d'illusion, qu'elle que soit sa force de conviction, l'Allemagne ne s'alignera pas sur sa politique. La France est face à ses propres contradictions, elle ne s'en tirera plus en exigeant que les autres fassent les efforts à sa place. Elle pourrait essayer d'exiger plus de solidarité des autres, mais cela deviendrait pathétique.
a écrit le 29/05/2013 à 10:52 :
Phase 1: « Activation » coercitive des chômeurs par le rabotage des prestations sociales et l?obligation d?accepter des emplois mal payés (les « mini-jobs »). Phase 2 : Création d?un marché du travail flexible et précaire destiné à accueillir ces nouveaux salariés des services dans un pays dépourvu de salaire minimum ; des accords syndicaux de branche troquent simultanément le maintien dans l?emploi des salariés de l?industrie contre la rigueur salariale et l?aménagement du temps de travail à la convenance de l?employeur. Ainsi cet appareil productif rendu « compétitif » par la baisse des « coûts du travail » et dopé par une fiscalité accommodante se tourne-t-il vers l?exportation et la conquête des marchés émergents. Phase 3: Réactivation de l'esclavage pour tenter de contracarrer l'empire du milieu. Quel paradis cette Allemagne !

Le paradis des petites et moyennes industries est aussi celui de la précarité où quatre salariés sur dix sont payés moins de 1000 euros par mois. Où l?imaginaire social et les pratiques salariales cantonnent encore largement les femmes aux tâches domestiques, agrémentées ou non d?un « petit boulot » à temps partiel ; payées 23 % de moins que les hommes, elles représentent la majorité des trois millions de salariés rémunérés moins de 6 euros de l?heure. Où le vieillissement explique une part importante de la baisse du chômage ? « entre 2000 et 2012, explique le journaliste économique Guillaume Duval, la population allemande âgée de 15 à 64 ans a diminué de 1,7 million de personnes alors qu?elle s?est accrue de 2,8 millions en France »

Oui...à ce train là, l'Allemagne peut se targuer de faire des miracles !

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/3815471-nouveau-miracle-de-l-emploi-en-allemagne



Réponse de le 29/05/2013 à 20:06 :
surtout que la plupart des jobs payés moins de 1.000 euros sont occupés par des étrangers venant principalement des anciens pays de l'est. L'article ne parle pas du dumping social que mène ce pays contre ses partenaires européens, France, Italie en tête.
Réponse de le 30/05/2013 à 10:05 :
"Le mensonge n'est pas haïssable en lui-même, mais parce qu'on finit par y croire" citation de Marcel Arland.
a écrit le 29/05/2013 à 10:28 :
Je suis surpris par cet article je pense que ce monsieur devrait aller voire en Allemagne (que je connais bien ) et demander à la majorité des allemands ce qu'ils pensent de son article et de leur pouvoir d 'achat .je lui rappel que le taux de chômage des jeunes est le plus bas d Europe . Après pour comparer il peut aller vivre en Chine avec les paysans et leur pouvoir d achat qui progressent
Réponse de le 29/05/2013 à 11:05 :
Entre Dada et gaga, il y a peu de différence. Et si vous connaissiez vraiment l'Allemagne comme vous tentez de le faire croire, vous sauriez que plus de 7 millions d'exclaves allmands sont contraints de travailler à plein temps pour à peinte 400 euros/mois, avec à la clé une retraite qu'i n'atteindra même pas 150 euros mensuels. Et vous oser parler de pouvoir d'achat ??? L'Allemagne est un pays qui, une fois de plus au cours de sa peu reluisante histoire, fonce droit dans le mur. mais une fois de plus, comme souvent dans sa peu reluisante histoire, elle aura pris soin de génocider des populations européennes entières et de décimer sa propre population. Si c'est là votre exemple ... mais il est vrai que dans les années 1940, l'Allemagne avait aussi ses nombreux "supporters" en france. Comment les appelait-on déjà ?..
Réponse de le 29/05/2013 à 13:13 :
le commentaire de "@dada" est écoeurant et d une rare betise , un mélange d idée reçu et de pseudo paralléles historiques ...
Réponse de le 29/05/2013 à 20:28 :
@ Mordrakheen, le vôtre est sans intérêt.
Réponse de le 29/05/2013 à 21:56 :
Désole cher ami, mais je serais d'accord avec les commentaires de @dada. Il y a trop de coïncidences avec 1940-45, et surtout aucun exemple où ce pays dans la totalité de son histoire, n'a montré ne serait qu'un minimum de solidarité ou compassion vis à vis de qui que ce soit en Europe ou le reste de la planète.
Oh oui, quelqu'un doit vraiment leur donner enfin une lesson une fois pour toutes.
La vengeance est un plat qui se mange froid.
Enfin une remarque: on est arrivé en Europe berceau et phare de la civilisation et de l'humanisme à se comparer et à chercher de ressembler aux "émergents" qui révéraient d'avoir le millième de notre démocratie et notre mode de vie, pourvu qu'ils soient au courant de tout ça. C'était pas l'Europe le paradigme planétaire de la civilisation et de la démocratie? La planète ne serait elle pas meilleure si elle adoptait les valeurs européennes? Pourquoi il faut maintenant reculer des décennies sur le progrès social uniquement pour se plier aux dictats de l'Allemagne et sa soit disons compétitivité au lieu de se battre pour que le reste du monde adopte notre civilisation et modèle social?
Réponse de le 30/05/2013 à 0:24 :
L'intervenant anonyme de 21:56 semble vouloir "donner une leçon" à notre voisin, "une fois pour toute" et imposer sa vision au reste du monde, le bien contre le mal, "notre civilisation et notre modèle social" contre les autres. Cette rhétorique coïncide avec celle d'un célèbre néoconservateur: G.W.B. pour ne pas le citer.
Réponse de le 01/06/2013 à 10:48 :
Evidemment que la situation est meilleure en Allemagne qu'en Chine, mais la différence est que la Chine augmente ses salaire alors que l'Allemagne les baisse, c'est ça qu'explique l'article, toutes proportions gardées
Ensuite, pour ce qui est du commentaire de Dada, en effet, je vous suggère d'aller demander aux gens qui doivent se contenter d'un minijob ou d'un job à 1 euro de l'heure ( qui permet de les retirer de la liste des chômeurs, d'où leur taux de chômage si bas) ce qu'ils pensent de leur pouvoir d'achat.
a écrit le 29/05/2013 à 10:03 :
Bravo Mr Santi
Vous avez le culot de dire ce qu'une majorité pense en secret. Quoiqu'on en dise, l' Allemagne vit au crochet des autres nations Européennes. A ceux qui idolatrent l 'Allemagne, allez y vivre, mais comme un Allemand .. et ne revenez pas en France au premier rhume venu. A ceux qui voient les Francais Fainéants et les Allemands travailleurs, allez dans les usines et les bureaux, vous verrez qu'avant 9h00 ou après 17h00 il n'y a plus personne et que la polyvalence n'est pas le commun des Allemands et je parle en connaissance de cause
La france n'a pas de problème de compétitivité ou de fonctionnaires, elle a simplement un problème de sangsues financières qui assèchent notre économie. La libéralisation des marchés n'a pas amélioré notre pouvoir d'achat, mais créé des prix de marchés que les concurrents s'attachent à préserver. Il faudrait stopper les activités des grands groupes pour qui la finance a pris la main sur la conscience et l'humanité pour redonner la main aux PMI/PME qui font vivre le tissu local et sont conscients de leur rôle sociétal
Réponse de le 29/05/2013 à 10:33 :
"La France n'a pas de problème de compétitivité ou de fonctionnaires, elle a simplement un problème de sangsues financières qui assèchent notre économie." Très bon résumé du comportement majoritaire du Français moyen : une promo pas chère de produits d' esclaves du tiers monde, vite achetons au détriment du producteur local (qui est votre voisin et paie des impôts en France) !!!
Réponse de le 29/05/2013 à 11:19 :
@Thargor : recevez le Merci du Francais Moyen. A lire votre propos vous faites probablement partie de ces donneurs de lecons qui n'ont jamais mis les pieds dans une usine ? Sachez Monsieur que notre industries est extremement compétitive. La preuve : de grands groupes vampirisent certaines de nos industries pour en importer la technologie ... en Allemagne.
Réponse de le 29/05/2013 à 12:06 :
@Français Moyen, votre commentaire est complémentaire au mien. Nos industries sont vampirisées ou délocalisées pour produire à l'aide d'une main d'oeuvre moins chère à l'étranger CQFD. Si le con-sommateur moyen achète moins cher des produits qu'il sait fabriqués par des esclaves, les groupes vont délocaliser, puis suite au chomage de masse en France, transformer nos propres ouvriers/cadres/citoyens en esclaves quand ils reviendront.
a écrit le 29/05/2013 à 9:49 :
Encore un couplet germanophobe de M. Santi. On a l'habitude. Quand à présenter la politique économique de la Chine comme si elle était dictée par le sens de ses responsabilités à l'échelle mondiales, et non par ses stricts intérêts, c'est nouveau et amusant.
Réponse de le 29/05/2013 à 10:20 :
Possible d'avoir une vision différente de la vôtre sans être traité de germanophobe ou populiste ?
Réponse de le 01/06/2013 à 10:49 :
Non, c'est pas possible, l'Allemagne, c'est le bien, c'est le travail et c'est la responsabilité. Et si on critique l'Allemagne, on est germanophobe ET C'EST TOUT. On est d'accord avec l'Allemagne de Merkel/Schröder ou on est un raciste fainéant assisté français.
a écrit le 29/05/2013 à 8:42 :
Tandis que la stratégie de la France qui consiste à demander l'austérité aux autres pour se la couler douce et préserver son Etat Providence obèse, elle est beaucoup plus digne bien sur !
Réponse de le 01/06/2013 à 10:50 :
En fait tout est blanc ou tout est noir, si on critique l'Allemagne, on doit être soi même parfait ?
a écrit le 29/05/2013 à 8:41 :
n'est pas raison. La chine n'est pas l'allemagne. Par ailleurs la politique allemande a fait ses preuves , et vouloir à tout prix que cette derniere se tire une balle dans le pied pour une hypothetique relance du reste de l'Europe me semble plus que dangereux pour tout le monde.
Réponse de le 29/05/2013 à 9:06 :
La Chine n'est pas l'Allemagne certe! Mais, la politique de chacune d'elle a fait ses preuves! La différence c'est que l'une évolue et que l'autre stagne parce qu'elle ne veut, soit disant, pas se tirer une balle dans la pied pour une hypothétique relance!
Réponse de le 29/05/2013 à 9:21 :
das gross rigolad ?
a écrit le 29/05/2013 à 7:37 :
voila le prochain prix nobel de l'économie (connerie..) En Allemagne on cherche "des opérateurs
écologiques" pour balayer les rues,nettoyer les jardins,etc.Santi pourra déposer son CV chez
la mairie de Francofort(avant il doit apprendre l'allemand).
Ce matin pour tous les germanophobes, je vous conseil au lieu du café, d'avaler votre bile et fiel
et en suite de le cracher sur le blog de LT.
Réponse de le 29/05/2013 à 8:42 :
Quel propos méprisant qui dénote un gros complexe de son auteur...
Réponse de le 29/05/2013 à 8:59 :
@propos méprisant: oui c'est la prévention contre tous ceux qui jours par jours n'ont rien
d'autre à faire que de mépriser les allemands,leurs produits,politiciens,etc.etc.Moi,j'ai du
respect (volens nolens) pour les peuples allemands et son travail et pas des complexes
et frustrations comme pas mal des français,vous compris.nobody is perfect(surtout pas
les français..)
Réponse de le 29/05/2013 à 11:04 :
pensez vous vraiment que les allemands ne mepriset pas la france? avez vous deux yeux ?
Réponse de le 29/05/2013 à 11:35 :
@attila: Cher attila, je vous dédicace cette citation : « C?est malheureux de voir des gens qui ignorent leur ignorance et qui sont sûr d?eux. » --- Pour Michel Santi, je lui adresse amicalement celle-là : «Les idées des économistes, soient-elles justes ou fausses, sont plus puissantes qu?il ne l?est communément compris. Guère plus ne gouverne le monde.» (J.M. Keynes)
Réponse de le 29/05/2013 à 20:14 :
il n'y a rien de méprisant à dire que tous les pays ne peuvent par exporter comme l'Allemagne. Le problème de l'Allemagne est qu'elle n'a aucune vision européenne.
Elle ne défend que ses propres intérêts et mènera l'ensemble de la zone Europe dans une profonde récession.
Réponse de le 01/06/2013 à 10:52 :
Vous par contre, je pense que l'on peut sans aucun problème se mettre à votre niveau en vous accusant de Francophobie flagrante. Allez y en Allemagne, si ce n'est déjà fait, puirqu'apparemment c'est si bien.
a écrit le 29/05/2013 à 7:33 :
On remercie encore les soixante-huitards de l'état catastrophique dans lequel ils laissent le pays après 30 ans de règne ! La jeunesse française est confrontée à l'alternative suivante : l'exil ou la déflation salariale pour financer le niveau de vie indu et les rentes de la génération du "jouir sans entraves". Merci encore les boomers !
Réponse de le 29/05/2013 à 10:33 :
Entierement d'accord j'ai 30 ans, je ne sais meme pas si j'aurai une retraite. Je ne connais que les difficultés de cherché un emploi, un logement.
Je paye plus de taxe que mes parents au meme age.

Quand je discute avec des collègues qui ont 40 ou plus je réalise que la vie etait moins compliqué et qu'ils ont eut plus d'opportunité.

Il est temps que les politiques français se reveillent et prennent leurs responsabilités et fassent les réformes de l'Etat dépensier, procédurier ou pour tout et rien ou fait une loi (derniere en date les cours en anglais a l'unniversité ou l'on voit le décalage entre la réalité et nos politiques)...
Réponse de le 29/05/2013 à 13:06 :
Vous soulevez à juste titre plusieurs points importants. Les politiciens français essayent de consolider un modèle de société qui prend l'eau. Ils se démènent pour que l'orchestre continue à jouer sur le pont supérieur alors que les mécaniciens en salle des machines ont déjà l'eau au niveau du menton. Si tous les passagers ne secouent pas un bon coup le capitaine du paquebot France, pour inverser les priorités, c'est le naufrage assuré.
Réponse de le 01/06/2013 à 10:53 :
C'est bizarre pourtant, mais il y avait eu d'autres crises économiques avant Mai 68. Bah, je suppose que c'était par anticipation de Mai 68.
a écrit le 29/05/2013 à 4:49 :
Ne pas porter la responsabilité des situations économiques sur l'Allemagne, surtout en posant des parallèles avec la Chine. Les deux situations ne se comparent pas, tant elles sont maintenant différentes aux plans économique et stratégique. Je pense que l'Allemagne agit plus sagement que nous en matière économique, nous devrions en tenir compte.
Réponse de le 29/05/2013 à 13:13 :
La pondération de vos propos contraste avec l'article. Merci.
a écrit le 29/05/2013 à 4:02 :
Il a rien compris si la Chine à partir de 2009 s'est tournée vers son marché intérieur c'est que:
1- la demande extérieure et faible et devrait le rester longtemps.
2- elle doit créer 20millions d'emplois par an sous peine d'implosion.
Par ailleurs quelle nation européenne pourrait vivre sans exportation, la productivité fait que l'on produit plus que nécessaire, moralité il faut être performant à l'exportation.
Autre solution: la décroissance, baisse de la productivité, production du stricte minimum et adieu iPhone, Galaxy S ...
êtes vous prêt?
a écrit le 29/05/2013 à 3:28 :
L'Allemagne n'a rien d'européen. Historiquement, c'est resté un pays à problème qui fait du tort aux autres, par sa puissance, depuis l'empire romain. En Europe à Strasbourg, on parle allemand? Non, on ne parle que la langue des "maudits anglais" selon l?expression consacrée (napoléon). Quant au reste de l'Europe, à l'Est ils ont une vision américaine de l'économie et préféreraient avoir le dollar pour monnaie. Arrêtons là le massacre et dissolvons cette Europe ou alors, il faudrait qu'on parle allemand en première langue dans tous les pays et que français, italiens espagnols grecs puisszent trouver du travail en allemagne.
Réponse de le 29/05/2013 à 5:17 :
Je vous rejoins sur un seul point : apprendre l' allemand et aller travailler en Allemagne est certainement une bonne idee. C' est probablement aussi la solution la plus rapide et la plus efficace aux chomages des jeunes en France et ailleurs. En etant optimiste, il faudra en effet au moins une decennie de deficit de plus avant que nos dirigeants cesse de se doper a la dette publique, que nos politiciens cessent de surencherir de promesses infinancables a chaque election, que nos "economistes" cessent leurs elucubrations keynesiano-ethyliques dont nous avons un bon exemple ici.
J'ai vecu 10 ans en Allemagne et ai ete tres impressionne par le calme et le civisme dont on fait preuve les allemands lors des reformes de Gerahrd Schroeder, alors qu'en France on est les champions pour torpiller les reformes necessaires par des greves.
A la difference de monsieur Santi, qui ne semble pas bien comprendre le monde dans lequel nous vivons, les Allemands ont bien apprehende la problematique des pays emergents Chine ou Europe de l'Est : il va y avoir une convergence a mesure que les niveau de productivite et d'education se rapprochent. Les emergents augmentent leurs salaires et revenus, et les economies developpees doivent se serrer un peu la ceinture, sous peine de voir leur industrie tomber en morceaux. Le travail qualifie devient une commodite, avec toujours plus d'ingenieurs et managers Chinois, Turcs, Coreens, Bresilien pret a travailler pour bien moins cher qu' un Francais ou un Allemand. En moyenne le monde est en croissance, mais les economies developpees feront du sur-place pendant encore longtemps. Ceux qui s' imaginent qu'on peut s'en sortir en imprimant de l'argent sont dans le meilleur des cas malhonnetes, car ils se gardent bien d'expliquer l'impact sur le pouvoir d'achat en France qu'aura le retablissement d'une parite prix-productivite par de l'inflation et de la devaluation.
Réponse de le 29/05/2013 à 10:19 :
le malaise français face aux reformes peut être releverait d'apréhension justes devant certains points d'ambuigités en terme de statégie de releve economique et de stratégie globale mondiale, en language de café, il y'a le pour et le contre qu'il faut bien réguler avant de s'aventurer dans des réformes, les allemands bénéficient de supports interactifs dans les jeux d'équilibres mondiaux, economique et politique que la france n'est pas adaptée, nord-sud, europééano-européén, rééquilibrage nord-nord (procèss politique amsqué sous d'autres politiques),
Réponse de le 29/05/2013 à 11:19 :
@ben voyons: Il n'est pas interdit de s'instruire en se libérant des vieux carcans de '' la bien-pensance universelle ''. [Pour un vibrant éloge de la dette] > (par F. Leclerc)

http://www.pauljorion.com/blog/?p=54060

A méditer
Réponse de le 29/05/2013 à 15:35 :
L'europe, c'est fini: 0/20 en histoire par contre 20/20 en démagogie. Discuter avec vous doit etre passionant.
Réponse de le 01/06/2013 à 10:56 :
J'irais même plus loin que vous, je pense qu'on devrait retirer tous ces irresponsables élus par des irresponsables fainéants en France et mettre directement le gouvernement de la grande et sage Allemagne à sa place.
Réponse de le 03/06/2013 à 10:25 :
Provocation sterile. Il est hors de question d'abdiquer la gestion de nos problemes a d'autres, qui de toute facon n'en voudraient pas. Nos politiques incapables qui se goinffrent d'argent public en pretendant travailler au bien commun, c'est a nous de les mettre dehors. La baisse de nos revenus, de nos prestations, de nos retraites, c' est a nous de les gerer avant que l'explosion de la dette ait transforme les generations actives actuelles et a venir en esclaves.
Bien sur on peut se voiler la face, faire l'autruche, et nier que l'Allemagne s'en est sorti et a sauve ses entreprises, et ses localisations industrielles en se mettant a travailler plus pour gagner moins. Nous les avons grandement aide en decidant nous memes de travailler moins tout en gagnant plus.
a écrit le 29/05/2013 à 0:44 :
Que de balivernes dans cet article, Santi serait bien meilleur politicien qu'économiste!
Comparons le PPP (purchasing power per capita) de l'Allemagne à celui de la Chine avant de s'avancer sur une soi-disant asymétrie de stratégie de relance.
L'antagonisme Etats Unis - Allemagne serait évidemment plus à propos, mais, horreur, il serait alors bien difficile de démontrer que l'Allemagne n'est pas mieux placée que les Etats Unis dans une ordre économique mondial de plus en plus multipolaire.
a écrit le 29/05/2013 à 0:36 :
Comment comparer le niveau des salaires en Allemagne et en Chine, et donc leur évolution. Monsieur Santi devrait revoir son histoire, autant celle de l' Allemagne, historiquement exportatrice, que celle de la Chine, qui est encore sous tutelle communiste, donc dans une semi misère. Ce monsieur fait partie de ces grands esprits qui vouent aux gémonies le role de l'Allemagne en Europe, sans nous exposer l'ombre d'une alternative. Quant à l'austérité en France, alors que les salaires des fonctionnaires augmentent(eh oui!) et que la fonction publique recrute,il faut que ce monsieur aille jusqu'au bout et nous définisse ce terme "à la mode".
Réponse de le 29/05/2013 à 8:20 :
J'ai le plaisir de vous signalez que vos propos sont mensongers ( vérifiez vos sources), les fonctionnaires subissent depuis plusieurs années le gel de leur point d'indice au nom de la solidarité nationale.
Il est surprenant que vous n'ayez constamment pour arguments pour sortir de la crise, une stigmatisation d'une tranche de la population ( diviser pour mieux régner peut être).
A lieu de bégayer toujours les mêmes litanies diffamatoires, grâce à vous la haine se développe, grâce à vous un racisme anti-fonctionnaire perdure, grâce à vous des honnêtes gens se sentiront rejetés alors que pour la plupart ils s'attachent à rendre un service public de qualité malgré des coupes sombres dans les objectifs au nom de la sacro-sainte austérité.
Grâce à vous les fonctionnaires sont montrés du doigt comme des lépreux qu'il faut rejeter ou anéantir.
Grâce à vous nous nous préparons à des heures sombres.
Grâce à vous...il y a peu d'espoir
Réponse de le 29/05/2013 à 8:53 :
Par solidarité nationale, le salaire moyen du secteur public est depuis quelques années plus élevé que celui du privé... Autant vous dire que, comme d'habitude, l'effort national est largement plus supporté par le secteur privé que le public. Vous devriez également cesser vos litanies, car toutes les études et tous les pays qui nous entourent considèrent que la France est suradministrée avec un service public peu productif et très coûteux. Comme pour les 35 h, nous devons avoir raison seuls contre tous... Quant aux heures sombres, elles se préparent depuis 40 ans avec un secteur public obèse et irréformable.
Réponse de le 29/05/2013 à 9:40 :
@Mensonges: vous avez raison sur un détail, et tort sur l'ensemble. Il est vrai que le point d'indice est gelé depuis mi-2011. Mais le salaire n'est pas que fonction du point d'indice. L'ancienneté progresse toujours, les primes diverses sont un peu modifiées, les minimas retouchés, et puis il y a les évolutions de carrière quasi automatiques avec changement d?échelon etc etc... Bref le point d'indice est l'arbre qui cache la forêt. L'insee qui travaille d'arrache pied ne peut malheureusement pas nous documenter sur les effets globaux d'inflation des salaires avant 2010 semble-t-il. On trouve par exemple que "En 2010, un agent de la fonction publique d?État a perçu en moyenne un salaire en équivalent temps plein de 2 459 euros. Ce qui correspond par rapport à 2009 à une augmentation de 2,3 % du salaire net moyen, selon des chiffres publiés par l?Insee. En prenant en compte l?inflation (+ 1,5 % en 2010), la hausse du salaire net moyen de l?ensemble des agents de la fonction publique s?est élevée à 0,8 % entre 2009 et 2010. Cette augmentation est de 0,5 % pour les titulaires et 1,6 % pour les non-titulaires. Tandis que le salaire net médian en équivalent temps plein, qui partage les salariés en deux groupes d?effectifs égaux, a été de 2 254 euros par mois. Soit une progression de 7 %, en euros constants. " (source: http://www.courriercadres.com/carriere/gestion-de-carriere/agents-de-la-fonction-publique-augmentation-de-23-du-salaire-net-moyen). Sur cette même période, le point d'indice a augmenté de 1% puis 0,5% et l'indice des prix IPC de 1%... (source Insee: http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/ITBG/ITBGI_2012_T4.pdf). On voit donc que l'indice augmente de 1% en valeur faciale, mais le salaire moyen de 2,3% et médian de 7%.......
Revenir aux sources, c'est bien, mais encore faut-il aussi les lire et les analyser en détail. Bien à vous.

a écrit le 28/05/2013 à 23:52 :
Si la Grece etait la Chine, M. Santi serait ministers des finances. Simplement la Grece a des dettes et la Chine des excedants ...
a écrit le 28/05/2013 à 23:45 :
M.Santi est de retour avec son enrobage pseudo économique joliment tourné. Finalement, quand on a enlevé tout le verbiage, le coeur du raisonnement c'est que "Une économie dynamique appartenant à un pays respectable ne saurait effectivement dépendre ad vitam aeternam de la croissance du reste du monde. Autrement dit, il est du devoir des nations importantes de ce monde - d'abord pour leurs propres citoyens - de moins greffer leur prospérité sur celles des autres.". Quelle belle envolée lyrique... mais tout cela relève de l'opinion de ce cher monsieur. Dire "ne saurait" et parler de "devoir" ne le dispense pas de nous dire pourquoi et d'argumenter, plutôt que de glisser des prémisses politiquement orientées au milieu de son sabir. En filigrane, il y a probablement l'idée qu'il faudrait faire de la relance, en injectant des pleins wagons d'argent gratuit imprimé par une banque centrale ou ponctionné au contribuable, n'est-ce pas M.Santi ? Heureusement que vous êtes là, personne n'y avait pensé, tiens ! D?ailleurs depuis 30 ans que nos gouvernements enchaînent échec sur échec avec les politiques de relances successives, ça a tellement bien relancé que les seules relances dont nous profitons sont celles que le reste du monde génère. Superbe. Mais le plus beau, c'est quand M.Santi, un grand spécialiste de l'Orient lointain à n'en pas douter, distribue les bons points de bonne gouvernance aux dirigeants chinois, qui au contraire de la méchante Allemagne, prennent leur décisions économiques dans l'intérêt du monde ! C'est normal, ils sont "pleinement conscients" de leurs responsabilités, oh que c'est beau à lire. Car il le sait bien, M.Santi, lui il connaît les intentions des acteurs, il est très fort, moi je n'y avais vu que du feu: les Allemands sont des gros égoistes, les chinois pensent global et ainsi ils acceptent d' "intégrer le jeu global", mais juste pour ne pas trop nous emmerder, hein. Ainsi donc, ils vont favoriser leur demande intérieure, avec des augmentations de 17% de salaire, soit pour un salaire moyen de 300? mensuels 2012 (source LT), une augmentation d'une 50aine d'Euros. Salauds d'Allemands, avec leur salaire brut moyen de plus de 3000? mensuels, et en plus ils sont pingres, l'augmentation 2012 du SAB moyen n'a été que de 3%. Et 3% x 3000 = 90? ... Bref, a trop vouloir comparer des choux et des carottes, et des pays dans des situations de contraintes économiques et surtout politiques qui n'ont rien à voir, M.Santi, vous finissez par écrire des âneries, mais ce n'est pas nouveau. Calomniez nos partenaires et amis, désinformez les électeurs, vendez votre idéologie en sous-main, vous servez bien la soupe.
Réponse de le 29/05/2013 à 15:40 :
+10 000. Merci.
a écrit le 28/05/2013 à 23:25 :
Comme d'habitude, on est dans la négation de tout effort, changement, réforme. Sauf les efforts consentis pour justifier de ne rien faire, et expliquer aux autres que ce sont à eux de changer, vu que notre modèle social, fiscal, etc etc, est tout simplement parfait. La France est parfaite, et ne saurait se remettre en question, allons donc !
Réponse de le 29/05/2013 à 9:17 :
Reforme ne veut point dire meilleure performance, si changer pour changer est une politique, cela n'a pas fait les beaux jours de l'URSS! Ne pas confondre caprice d 'adolescent avec expérience d' Anciens!
a écrit le 28/05/2013 à 22:56 :
pour quelque voitures et quelques machines
Réponse de le 29/05/2013 à 0:02 :
bref que des trucs qui polluent
a écrit le 28/05/2013 à 22:31 :
Les pays d'Europe se sont spécialisés et l'Allemagne est devenue le champion européen pour les exportations, la vitrine de l'Europe. Globalement les échanges extérieurs de l'Europe (EU17) sont équilibrés. Un léger excédent n'est survenu récemment que du fait de la récession. Oui, l'Europe a des ambitions modernes parce qu'équilibrées. Rien à voir avec les BRIC.
a écrit le 28/05/2013 à 22:17 :
nous sommes juste en train de payer les futures retraites de l'Allemagne. rien d'autre. Ild thésaurisent sur notre chomage et notre deficit. Cependant, on ne peut leur reprocher d'avoir anticiper et pris des mesures adequates.
a écrit le 28/05/2013 à 22:06 :
En France il y a toujours des gros malins comme M. Santi pour commenter les Sujets hard comme l'economie ou autres . En Effet la France est trop mal placee dans le contexte economique mondial pour critiquer ce que font les allemands et penser qu'ils ont une gestion a contre sens de celle appliquee par des chinois... ce n'est pas tolerable.Commencons par nous Reformer d'abord.
a écrit le 28/05/2013 à 21:51 :
Response d'Allemagne: Mieux, si un Français écrit à propos de la façon dont les problèmes français sont résolus.
Réponse de le 28/05/2013 à 21:59 :
Cher Winter, nous sommes quelques français à prendre M. Santi et ses amis socialistes pour ce qu'ils sont: des ignorants tout à fait prétentieux.
Réponse de le 29/05/2013 à 7:41 :
Et vous êtes quelques millions à prendre les jeunes actifs français pour des sponsors de vos retraites Ponzzi et des vaches à traire pour vos rentes immobilières . On a bien compris la manip car on est pas que des demeurés et on sait qui vit sur le dos de l'autre en bon socialiste !
Réponse de le 29/05/2013 à 7:42 :
Et vous êtes quelques millions à prendre les jeunes actifs français pour des sponsors de vos retraites Ponzzi et des vaches à traire pour vos rentes immobilières . On a bien compris la manip car on est pas que des demeurés et on sait qui vit sur le dos de l'autre en bon socialiste !
Réponse de le 30/05/2013 à 16:38 :
@@Miloo depuis un Iphone : je suis sans doute plus jeune que toi cher ami! Et je ne touche malheureusement pas encore de retraite... Mais j'ai une qualité rare, je ne suis pas une victime de la mode technologique dictée par Apple...
a écrit le 28/05/2013 à 21:42 :
un nouveau tissu vient d'être inventé : c'est le tissu de conneries (au pluriel, car il le vaut bien )
a écrit le 28/05/2013 à 21:35 :
Michel Santi écrit des mots très vrais et j'ai pris la décision d'apprendre à écrire.
a écrit le 28/05/2013 à 21:29 :
Très bon article.
Une question: un système qui fait 20 millions de chômeur est il bon?
Un pays qui ne renouvelle pas sa population et dont des millions de personnes travaillent pour 500? par mois est il un exemple même si c'est la première puissance exportatrice de l'union?
Enfin est ce un progrès de devoir annuler des trains l'hiver dans certains lander faute d'avoir suffisament d'électricité?
Réponse de le 28/05/2013 à 23:24 :
Je vous invite cordialement à venir voir sur place et de vous informer avant de raconter de telles bêtises ...
Réponse de le 28/05/2013 à 23:59 :
Mais je vais régulièrement en Allemagne et je peux vous dire que l'Allemagne ce n'est pas choux: des mères de famille sont obligées d'avoir 3 jobs à 500 euros par mois chacun pour nourrir leurs enfants, pas d'école maternelle pour accueillir les enfants (d'où un faible taux de natalité et donc un non renouvellement des générations).
Pas de politique énergétique de long terme avec arrêt prématuré des cenrales nucléaires. Du coup rien d'écologique car malgré le solaire et l'éolien des centrales au charbons son en veille permanente et émettent du CO2..
Certains landers sont déficitaire en électricité l'hiver.
Quand à l'UE et son ultra libéralisme c'est 20 millions de chômeurs.
A méditer pour certains le taux d'automobile importé en Chine est de 6% environ , Idem au Brésil. Nous on ouvre les vannes! Idem pour le textile, les biens d'équipements , j'en passe et des meilleures!
Réponse de le 29/05/2013 à 5:19 :

non-sens absolu, ces histoires d'horreur de France, je suis souvent en France, les Allemands ont un niveau de vie plus élevé et l'Allemagne est beaucoup plus libre
Réponse de le 29/05/2013 à 8:47 :
Vous passez votre vie à commenter sur la Tribune. Il n'y a pas de forum des lecteurs sur les journaux allemands ?
Réponse de le 29/05/2013 à 8:47 :
Quelle caricature ! Les mini-jobs auxquels vous faites allusion sont limités à 2 mois par an, donc ne croyez pas que tous les allemands sont condamnés à gagner ce salaire toute leur vie. Par contre, les français Rmistes, ça il y en a des caisses et depuis sacrément longtemps avec aucun espoir de retrouver du travail. Vous racontez n'importe quoi et vous ne devez certainement pas aller souvent en Allemagne ! Tout n'y est pas rose, mais ils n'ont rien à nous envier, ça c'est sur !
a écrit le 28/05/2013 à 21:29 :
L'envie est une mauvaise conseillère, avez-vous déjà été en Allemagne?
Réponse de le 29/05/2013 à 0:00 :
Oui et l'herbe n'est pas plus verte de l'autre côté du Rhin
Réponse de le 29/05/2013 à 5:09 :
cela peut être, les couleurs sont plus vives quand ils sont en contact avec des substances radioactives ..
a écrit le 28/05/2013 à 21:25 :
En FRANCE, on aime taper sur le premier de la classe. ça évite de se poser des questions sur sa propre rigueur, sur son niveau d'exigence, sur son choix de société tournée vers la solidarité naïve et démagogique. Oui la vie est une compétition et ça , ça nous pertube nous à l'esprit assistés.
a écrit le 28/05/2013 à 20:55 :
Excellent papier. Entièrement d'accord avec vous!
Réponse de le 28/05/2013 à 21:32 :
+1000000
Réponse de le 29/05/2013 à 2:37 :
oui, excellent. j'adore.
Réponse de le 29/05/2013 à 12:51 :
c'est bien plus commode de chercher un bouc émissaire que de se remettre en cause et de renoncer à ses propres turpitudes, n'est ce pas M SANTI ?
Quant à l'argument des 17 % d'augmentation des salaires en CHINE en 2012 , outre qu'il est grotesque (vos sources M SANTI ?), comme dirait l'autre 17 % de pas grand chose , c'est presque rien et ça ne pèse pas bien lourd par rapport aux rémunérations allemandes ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :