Faire de la Francophonie une "économie-monde"

La Francophonie rassemble actuellement 220 millions de locuteurs à travers le monde. Ils seront probablement 700 millions à l'horizon 2050. Pour Benjamin Boutin, lauréat du concours "Inventez 2020!" du Cercle des Economistes, la priorité doit être de transformer cette chance linguistique, culturelle et politique en réalité économique...

4 mn

Benjamin Boutin (c) DR
Benjamin Boutin (c) DR (Crédits : DR)

Le postulat de départ est simple : dans la mondialisation, les Francophones seront plus forts ensemble, plus forts ensemble économiquement. États et gouvernements, blocs régionaux et organisations communautaires, acteurs institutionnels et financiers, collectivités locales et entreprises, doivent unir leurs efforts pour définir le périmètre d'une "Aire économique francophone" (AEF). L'enjeu serait de mettre en réseau les différents opérateurs économiques ayant la langue française en partage et de leur fournir un cadre conceptuel pour faciliter leurs échanges.

Une économie-monde en devenir

Ce cadre conceptuel existe déjà. Il a été élaboré par un immense intellectuel français, grammairien des civilisations, penseur de la "dynamique du capitalisme". En 1979, dans son ouvrage Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme, Fernand Braudel forge le concept d' "économie-monde", "fragment de l'univers, morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l'essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique" .

La Francophonie représente une économie-monde en devenir. Les critères de distinction braudéliens sont réunis : elle forme une aire géoéconomique aux limites stables, un écosystème politique, économique, linguistique et culturel, comme la Méditerranée à l'époque de Philippe II.

Un réseau de "métropoles économiques francophones"

Le monde francophone est polarisé autour d'une "ville-monde", Paris, 12 millions d'habitants, de plusieurs métropoles économiques régionales comme Kinshasa (9,7 millions d'habitants), Alger (6,4), Hanoï (6,3), Abidjan (6,1), Montréal (3,9), Dakar (3,2), Bruxelles (2,1) et de métropoles économiques sous-régionale comme Tunis, Lyon, Beyrouth, Rabat ou Marseille, peuplées chacune environ de 2 millions d'habitants.

A leur échelle, ces centres urbains centralisent et répartissent "les informations, les marchandises, les capitaux, les crédits, les hommes, les ordres", comme l'écrivait Fernand Braudel. Carrefours d'échanges commerciaux, intellectuels et médiatiques (produisant des informations en français et les distribuant via différents canaux dans leur sphère d'influence), ces métropoles économiques francophones (MEF) devraient être mieux reliées entre elles par des liaisons aéroportuaires et numériques densifiées, de façon à optimiser la circulation des hommes, des biens, des services et des capitaux dans l'Aire économique francophone.

Des espaces continentaux et ultramarins en dialogue

La Francophonie ne forme pas un bloc géographiquement uni à l'échelle de la planète. Ses composantes sont, pourrait-on dire, dessoudées. Le français est parlé (comme langue maternelle, administrative ou mineure) dans plusieurs zones continentales : la zone "Europe", la zone "Afrique centrale de l'Ouest", la zone "Amérique du Nord" et la zone "Asie-Pacifique", auxquelles s'ajoutent les collectivités françaises ultramarines.

Ce sont ces zones qui, impliquées dans un projet de coopération macroéconomique global, pourraient former une véritable économie-monde francophone. Tous les leviers de coopération devraient être actionnés : co-localisation de projets productifs, mutualisations de ressources, création des sociétés d'investissements à l'échelle de la Francophonie, agrégation de PME francophones innovantes, montage de circuits performants d'import/export, Erasmus francophone, passeport de la Francophonie économique, etc..

Selon Adam Smith, c'est la division du travail qui, en décuplant la force productive, est la cause de la richesse des nations . L'interdépendance économique entre les différentes zones continentales et ultramarines francophones "productivement spécialisées" est de nature à générer de la valeur économique partagée.

La langue française comme liant

Le liant de ce grand dessein francophone de prospérité commune est naturellement la langue française, langue de culture et de diplomatie, mais aussi langue entrepreneuriale d'avenir, parlée par 60% par des jeunes de moins de trente ans, apprise par 100 millions d'élèves chaque jour et troisième langue la plus utilisée sur Internet. Partager une langue est un facilitateur transactionnel puissant. La langue française, magnifique monnaie-d'échange humains, pourrait devenir l'axe fluide et lumineux d'une interdépendance économique solidaire entre ses centaines de millions de locuteurs.

L'Aire économique francophone, démographiquement très dynamique, espace coopératif d'une économie-monde en devenir, pourrait être doté d'une "Organisation de coopération économique francophone" (OCEF), ainsi que d'une monnaie virtuelle facilitant les échanges et d'un corpus de normes juridiques et techniques communes.

Une aubaine économique pour la France

Cette démarche constructive pourrait faire de la Francophonie une terre de croissance où les Francophones africains, européens, asiatiques, américains et océaniens ?uvreraient à un développement mutuel bien compris pour améliorer la compétitivité des régions économiques francophones avancées et lutter contre la pauvreté des régions francophones moins avancées.

Ce pacte "gagnant-gagnant" réveillerait les "énergies dormantes" de la Francophonie qu'exaltait Léopold Sédar Senghor, et lui donnerait un nouveau souffle. Emploi, croissance, innovation, démographie : la Francophonie est une aubaine économique pour la France. Elle est peut-être même l'une de ses bouées de sauvetage.
 

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 24/07/2013 à 18:47
Signaler
Bel article ! Il faudrait voir comment le mettre en ?uvre

à écrit le 22/07/2013 à 20:19
Signaler
Non, la géographie met en évidence que les territoires francophones de par le monde ne satisfont aucun préalable nécessaire pour que la "francophonie" devienne une économie-monde. En raison notamment de la dispersion des zones concernées sur l'ensemb...

à écrit le 16/07/2013 à 12:14
Signaler
Bonjour, Je suis chargée d'un projet intitulé "Faire de la Francophonie un levier de développement local" et j'aimerais échanger avec vous sur les divers aspects de la francophonie. Merci,

à écrit le 12/07/2013 à 17:19
Signaler
Les grands esprits se rencontrent, c'est bien connu. J'invite Benjamin à lire mon livre que je publie sous le titre "Pour des Etats-Unis francophones", avec une préface de Jean-Edern Hallier... Les projets que je caresse depuis plusieurs années mûris...

à écrit le 12/07/2013 à 13:19
Signaler
Vu d?un suisse allemand, l?organisation internationale de la francophonie est un machin terriblement bureaucratique (à l?instar du Soviet Suprême d?antan), couteux?? et inefficace. Pour ce qui est de la Suisse : Pendant les dernières décennies l?infl...

le 12/07/2013 à 14:13
Signaler
Merci pour cette intéressante contribution !

à écrit le 11/07/2013 à 23:41
Signaler
Piste intéressante. Mais, auparavant, il va falloir arrêter de confier le pouvoir à l'UMPS, qui a plutôt choisi d'oeuvrer pour que l'impérialisme américain puisse étendre son pouvoir à l'ensemble de la planète (adhésion à l'OTAN, soumission aux ordre...

à écrit le 11/07/2013 à 14:27
Signaler
"Zeu tribioune" publiant un article sur la Francophonie, cela prête à sourire, tant ce média, à l'instar de la plupart des autres médias français, s'évertuent à maltraiter la langue et à se prosterner devant le franglobish...

à écrit le 11/07/2013 à 13:47
Signaler
En Afrique le français est langue administrative, en réalité peu de gens parlent français, c'est un peu comme si en France seuls les fonctionnaires et leurs familles parlaient français, le reste de la population parlant surtout le patois régional, au...

à écrit le 11/07/2013 à 11:43
Signaler
Article intéressant mais inexacte sur certains points: -Il ne faut pas confondre les pays membre de la Francophonie (beaucoup d'ex-colonies) et pays Francophone ! Et enfin encore faire la distinction dans ces meme pays Francophone ou certains util...

à écrit le 11/07/2013 à 11:14
Signaler
Hélas notre belle langue française a bien du mal à rivaliser avec l'anglais qui envahit la planète. Cependant celà n'est pas une raison pour abandonner la lutte et d'oeuvrer pour la francophonie. Bravo!

à écrit le 10/07/2013 à 23:40
Signaler
Article intéressant avec des pistes à creuser dans les années à venir.....

à écrit le 10/07/2013 à 23:27
Signaler
Bonjour, On peut rêver, mais le chiffres annonçant le nombre de locuteurs francophones est faux car sans fondement. De plus il n 'y a aucune volonté politique de promouvoir le français. La France abandonne le français comme langue de travail dans les...

à écrit le 10/07/2013 à 22:25
Signaler
« probablement 700 millions à l'horizon 2050. » Un zéro de trop...

à écrit le 10/07/2013 à 22:07
Signaler
En 2000, feu Philippe Seguin publiait un livre intitulé "Plus français que moi tu meurs", qui développait la même idée d'un vaste espace économique fondé sur la francophonie. Alors, notre jeune économiste fait du neuf avec du vieux. L'idée n'est pas ...

à écrit le 10/07/2013 à 20:54
Signaler
Hanoï n'est pas une ville francophone. Faut arrêter la branlette intellectuelle 2 secondes. Hanoï est une ville où la langue des habitants est le vietnamien, et où la première langue occidentale véhiculaire est l'anglais, pas le français (du fait du ...

à écrit le 10/07/2013 à 16:00
Signaler
Hanoï ville francophone? Mort de rire!! Mort de rire!!

à écrit le 10/07/2013 à 15:59
Signaler
"postulat de départ": si ma tante... le problème, c'est qu'après la décision Sarko (documents pouvant être publiés dans une autre langue que le français...et ce sera indubitablement l'anglais), la décision Hollande (cours dispensés en anglais dans le...

à écrit le 10/07/2013 à 13:53
Signaler
Content que des jeunes s'emparent du sujet de la Francophonie !!

le 10/07/2013 à 14:02
Signaler
@ Youssef : ou,chez qui ? au Maghreb? pas grand chose...

à écrit le 10/07/2013 à 13:11
Signaler
Durant les30 dernieres années, j'ai beaucoup travaillé avec les pays du maghreb (Maroc, algerie, Tunisie) ainsi que ceux d'afrique de l'ouest. Il fut un temps ou juste le fait d'etre une entreprise francaise etait suffisant pour gagner un marché. Au...

le 10/07/2013 à 13:34
Signaler
@competition: +++++++++100,oui j'ai fait aussi les memes expériences.Triste,triste.

le 10/07/2013 à 13:35
Signaler
Encore des clichés ! Toujours des clichés !

le 10/07/2013 à 14:00
Signaler
@ivanleterr: notre fonctionnaire a parlé: paroles,paroles rien des paroles et clichés!! Lui se connait,il travail à l'administration et connait tous les problèmes de l'Afrique. Quel gachis de ne le pas envoyer comme gouverner au Mali,Madagascar,Haiti...

à écrit le 10/07/2013 à 13:10
Signaler
C'est peut-être vrai. En tout cas il n'est pas interdit de rêver.

le 10/07/2013 à 13:31
Signaler
@Francophonie: mais bien sur,continuez à faire des beaux reves.C'est pas cher et fatiguant (bien notre mentalité à nous...)

à écrit le 10/07/2013 à 13:06
Signaler
voila LT nous propose un nouveau " Prophète de la mondialisation francophone "Tous ces Abbé Pierre,mère Teresa,etc. du tiers monde nous proposent des nouvelles formules,alliances,etc.etc. A part la France,Belgique,Lux,Suisse,Canada,tous les autres Pa...

à écrit le 10/07/2013 à 13:02
Signaler
Je me marre...!!! Même les ministres font des fautes d'orthographe...tous les médias sont en anglais...et ce monsieur veut appuyer dessus une économie...!!! Surréaliste...

à écrit le 10/07/2013 à 12:51
Signaler
Pour cela il faudrait que les villes-mondes abritent des multinationales innovantes... or dans la liste, seules Paris et Montreal sont des villes qui hébergent des décisionnaires privés planétaires. Hanoi les rejoindra mais n'est pas francophone du t...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.