Le revenu minimum pour tous pour que des milliers d'entreprises innovantes essaiment !

 |   |  1416  mots
Rick Falkvinge, fondateur du parti pirate suédois (DR)
Rick Falkvinge, fondateur du parti pirate suédois (DR) (Crédits : Reuters)
Rickard Falkvinge, entrepreneur du net et fondateur du parti pirate suédois, préconise l'instauration d'un revenu minimum pour tous, pour favoriser l'économie d'essaim, et inciter au risque et à la créativité.

Le modèle industriel d'une carrière avec un seul et même employeur à vie est en train de mourir. Il ne reviendra pas. Le premier indice était le passage du mariage à vie à un poste vers son équivalent «monogamie en série», où l'on change de boulot tous les trois ans maximum. L'étape suivante du changement, qui se déroule déjà de nos jours, c'est quand les gens ont plus d'un emploi (ou ce qui équivaut à un emploi) en même temps : c'est un changement majeur de la société, où les gens vont jongler entre cinq et dix projets à la fois, certains pour le plaisir, certains pour gagner leur vie, parfois pour les deux. J'ai appelé ça l'économie émergente de l'essaim.

Plusieurs jobs

L'économie de l'essaim ne traite pas des détails de notre actualité. Il ne s'agit pas de parler du bitcoin, de la fraude dans le système bancaire, des échanges de fichiers en pair-à-pair, ou encore du revenu de base. En tout les cas, un par un. Car l'économie de l'essaim, ce sont tous ces sujets combinés, et bien davantage encore.

Nous voyons déjà comment les gens mettent en place des projets personnels à côté de leur emploi (unique), ainsi que des projets qui de temps en temps vont et viennent dans la vie de quelqu'un alors qu'ils changent de travail et de situations personnelles. Grâce au recours croissant à la connectivité, on peut s'attendre à ce que cette tendance s'accélère jusqu'au point où la plupart des gens auront cinq a dix projets en cours, certains rémunérés, d'autres non, plutôt que d'avoir un travail «quotidien».

Fin de l'économie industrielle

Cette évolution - passer d'un emploi par personne à cinq à dix projets par personne - change fondamentalement plus la société que quelqu'un qui «fait un extra» ou «ait deux boulots». C'est une fin précise à l'économie industrielle. Voici quelques changements que cela implique, tous pouvant déjà être observés ici ou là dans le secteur informatique:

  • La fin des lieux de travail fixes. Les gens travailleront où ils voudront, typiquement depuis des cafés ou autres tiers-lieux. «Aller au bureau» n'existera plus comme un concept, à l'exception de quelques services à la personne.

  • La fin des horaires de travail. Les gens ne travailleront plus non seulement d'où ils veulent, mais aussi quand ils le veulent - ou en concordance avec l'équipe sur un projet commun. Les fuseaux horaires s'assureront qu'il n'y aura pas d'horaires de bureaux puisque les gens coopèreront depuis l'Europe, l'Amérique du Nord et du Sud, la Chine, l'Inde, l'Australie, et ainsi de suite, tous au même moment.

Il y a bien plus de conséquences similaires telle que la disparition des «boulots d'une journée». Cela signifie une décentralisation massive de la prise de décision pour soutenir l'économie - voilà pourquoi je la nomme économie de l'essaim. C'est intéressant de la comparer aux concepts antérieurs.

Échec du capitalisme

Le capitalisme, quand il fonctionne, est supposé distribuer les ressources de manière optimales grâce à la décentralisation des décisions. Diverses formes de corruption ont détourné des lois et des marchés qui se nomment eux-mêmes capitalistes mais qui concentrent les ressources là où elles sont déjà rassemblées - «rendant le riche plus riche», et faisant du capitalisme un mot détestable - mais dans mon esprit, au moins l'idée de décision décentralisée résonne fortement avec les idéaux pirates.

Toutefois, le modèle capitaliste a échoué à prédire ce qui s'est déjà produit. Dans un modèle capitaliste, Linux et Wikipédia - 10 000 volontaires qui s'unissent pour créer un produit de manière bénévole, et où le produit est si incroyablement bon qu'il dépasse les meilleures alternatives commerciales - n'arrive simplement pas. Mais ça s'est déjà produit. C'est possible dans la pensée de l'économie de l'essaim.

Encourager la prise de risque

En même temps, l'entrepreneuriat est une valeur très forte dans les idéaux pirates. Nous apprenons en faisant et ne demandons par la permission quand nous décidons d'arranger quelque chose. Nous attendons des gens de prendre des initiatives de leur propre gré s'ils sont insatisfaits par quelque chose, et nous voulons promouvoir cette prise de risque. Nous savons qu'une communauté qui ne fait pas que tolérer la prise de risque, mais qui la promeut activement, se révèlera demain parmi les meilleures . Par contraste, une communauté ou une société où les gens ne peuvent pas se permettre de perdre leur position actuelle est une communauté sans entrepreneurs et sans innovation.

Cela mène à l'argument le plus logique pour le Revenu de Base Universel jamais trouvé : la société dans sa globalité bénéficie d'un environnement favorisant la prise de risque. Et, si vous pouvez proposer un mécanisme où chacun peut tester n'importe quelle idée idiote de commerce sans risquer de s'endetter ou de devenir SDF, plus de gens innoveront et prendront des risques… ainsi la société utilisant ce mécanisme aura un avantage compétitif.

Revenu pour tous

J'imagine un Revenu de Base Universel qui remplacerait tous les minima sociaux, un revenu inconditionnel, qui suffirait à la location d'un T1, dans la banlieue proche d'une ville qui en vaille la peine, ainsi qu'aux frais de nourriture et au minimum nécessaire pour démarrer leur nouvelle entreprise. Imaginez un gros bouton rouge de «réinitialisation économique», qui permettrait de repartir à zéro suite à l'échec du lancement d'une startup. Vous vous retrouvez dans un studio, à portée de navette d'une métropole, en conservant l'équipement nécessaire pour vous lancer sur votre projet suivant, prêt à repartir sur les chapeaux de roue. De plus, rien n'empêcherait deux ou plusieurs personnes de rassembler leur revenu de base, pour améliorer par exemple leur cadre de vie, etc… En pur bonus, ce combat pour une compétitivité à long terme résoudrait également un certain nombre de problèmes sociaux, tels que celui des sans-abris. (Les lecteurs de Reddit savent que l'on peut être sans domicile fixe un an ou deux, et se relever, parfois en lançant une société prospère.)

Ces mécanismes (la faillite personnelle et la sécurité sociale) existent déjà en substance. Le RBU rendrait plus simples et rapides les processus permettant le retour à la création d'entreprise. L'on peut se demander si le Parti Pirate, et si ces observations et tendances sont une politique de gauche ou de droite. Mais c'est sans intérêt : l'échiquier gauche-droite est basé sur l'économie industrielle, or ces idées se basent sur l'observation que l'économie industrielle se dissout. Cela n'a aucun sens d'essayer de placer les conséquences du système émergent à l'intérieur du modèle qu'il remplace et rend obsolète.

Syndicats obsolètes

Malgré cela, on peut observer que ces idées sont au moins compatibles avec le libre marché capitaliste et avec le socialisme, avec une préférence pour un marché fort et non-régulé et de très forts avantages sociaux. Néanmoins la base de nos convictions ne sont ni le «marché libre» de l'ère industrielle ni le «modèle social» de l'ère socialiste : c'est l'idéal de «décentralisation des décisions» du logiciel libre associé à l'idéal de «promotion de la prise de risque et optimisation pour la compétitivité» de l'open-source. Il se trouve qu'ils partagent les mêmes champs politiques, mais viennent de convictions entièrement différentes basées sur l'économie de l'essaim et non sur l'économie industrielle.

Évidemment, beaucoup d'intérêts investis résisteront à ce changement. Les syndicats de travailleurs, en particulier, le détesteront malgré le fait qu'enfin cela «libère le travailleur des menottes du capital», comme ils le diraient dans leur idéologie. La raison pour laquelle les syndicats de travailleurs le combattront bec et ongles, c'est que ce changement les rendra instantanément obsolètes. Lors des dernières décennies leur propre pouvoir leur est devenu plus important que de parvenir leurs buts. Voyons si les Knut contemporains peuvent ordonner à la marée de ne pas monter...

 

*Texte traduit par Michel Amorosa, Cédric Levieux, Pouhiou (nom d'auteur) et Victor Toulouse.
Publié par Xavier Gillard sur Politique du Netz.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2013 à 14:25 :
Tout le monde touchant, qui qu'il soit le rsa, l'idée part d'un bon sentiment, mais déjà le rsa est le plus grand créateur de chômage et de pertes de production ainsi que d'une immigration endémique.
Ce n'est pas du tout une bonne solution.
Mais un revenu minimal à chaque chef d'entreprise en nom propre, je suis entièrement d'accord.
Réponse de le 14/10/2013 à 16:50 :
Oh oui tu as tout à fait raison pemmore, seuls les entrepreneurs sont des gens qui sont assez honorables, intelligents, travailleurs [suite quasi infini] pour avoir accès à un revenu minimal...

Une chose est sur, tu n'as pas de bon sentiment en pensant que 1) le RSA est la cause du chômage (balaise) 2) qu'une seule partie de la population mérite un revenu et que l'autre n'est qu'un bande de feinéant. 3) ah et puis tu es un gros xénophobe aussi
a écrit le 11/09/2013 à 13:06 :
Face à la diminution des emplois salariés, à la précarisation de ces mêmes emplois, aux temps partiels contraints,il faut changer de paradigme en allouant à tous un revenu de base inconditionnel et complémentaire aux autres types de revenus. Avec tous les aides actuelles conditionnelles et stigmatisantes,qui ne font que diviser la population en ayant-droits ( RSA, minimum vieillesse, bourses d'études, allocations familiales et niches fiscales de toutes sortes ) et un impôt sur le patrimoine qui dort et ne cesse de gonfler en stérilisant une partie de la richesse, il est possible de distribuer un dividende substantiel à chacun et ainsi de redonner confiance aux citoyens qui ne manqueront pas d'initiatives.
Pour poursuivre:
http://alternative21.blog.lemonde.fr/presentation/le-revenu-de-base-un-nouveau-paradigme/
a écrit le 11/09/2013 à 12:40 :
Prévoir aussi des coopératives :

" la coopérative municipale est l'institution de la relocalisation de l'économie et d'une production alternative (sortie du salariat productiviste) dont les buts sont :

Développement local, dynamisation des échanges locaux (relocalisation de l'économie)

Protections sociales contre la précarité (revenu garanti) et services d'assistance ou de formation

Valorisation des compétences, aide à l'autonomie et recherche des synergies (coopérations)

Production alternative non marchande et nouvelles forces productives immatérielles et coopératives

Centre de traitement de l'information locale et construction d'une intelligence collective"


http://jeanzin.fr/2005/12/05/kit-de-creation-d-une-cooperative-municipale/
a écrit le 11/09/2013 à 11:31 :
il y a plein d'autres interêts pour le revenu universel de subsistance...
- associé à la suppression du smic , la liberté d'embauche/licenciement et la réduction à 2 ou 3 pages du code du travail, il assainirait considérablement le marché du travail...
- associé à la suppression des cotisations retraites et chômage ( compatible avec assurances et capitalisations individuelles pour ceux qui veulent plus) il sécurise les parcours professionnels, les aller retour emploi/formation, et la prise de risque
- associé à la suppression du CDI et du fonctionnariat, il dynamiserait le marché du travail et sécuriserait les individus
- il supprimerait l'idée de fraude,
- j'ai appris dans les commentaires la solution des monnaies locales comme réponse à quelque uns des travers ( comme l'expatriation par exemple) - merci
- etc...
Réponse de le 11/09/2013 à 12:03 :
Mais parlons concret. Ce RBU qui permet d'avoir un T1 et de quoi vivre "a minima", il est à combien: 80%, 90% ou voir 110% du SMIC? Le minium, si j'ai bien compris, c'est d'au moins pouvoir s'alimenter chez leader prince, avoir l'eau, l'électricité, un forfait GSM,internet, un micro, une carte orange et surtout pas d'enfants (l'ex DASS serait maintenue, ou supprimer comme le code du travail? A preciser) Je vous laisse calculer. On peut supprimer le SMIC en effet. Il ne sert plus à rien!!!
a écrit le 11/09/2013 à 9:20 :
ah tiens un revenu universel ? , l'idée peut devenir un cauchemar , surtout en france on on deningre les assistés qui doivent leur chômage ou précarité aux moins cher que moins cher et que c'est fabriqué a des milliers de kilometres , en plus avec des entreprises qui pleurent sans arrêt après l'énième subvention ou contribution a la compétitivité , on y est déjà sous une certaine forme mais c'est pas les plus pauvres qui en profite , encore une utopie et qui paie ? , la TVA sociale pour payer ce genre d'ineptie , ah les pirates de l'informatique , ils sont comme les écolos ils parlent de sujet qu'ils ne maitrisent pas les arcanes , pirater un soft décourage celui qui le crée pour ne pas rester dans la misère ( petits programmeurs sans moyens ) pas pour en faire forcement un monopole ou une rente , le piratage a tué des milliers d'emplois et parfois de toutes petites sociétés qui avaient de bons petits produits , quand au revenu universel que le monde est beau , mais c'est une utopie vu les mentalités actuelles , il faudrait pour cela envahir les paradis fiscaux et donc saisir tout cet argent qui est détourné , mais bon vivez bien de votre démagogie mais par pitié voyagez un peu , regardez comment vivent les vrais gens et non pas un écran
a écrit le 11/09/2013 à 8:19 :
Avant de dénigrer le RBU, lisez ceci Messieurs les travailleurs acharnés!
http://basicincome2013.eu/ubi/fr/
a écrit le 11/09/2013 à 8:13 :
un seul obstacle; et de taille:la nature de l?être humain...
vous vous rappelez,les sept péchés capitaux :orgueil,avarice,envie,colère,luxure,paresse,gourmandise...
dans un monde idéal,peuplé d?êtres idéaux,partageant équitablement ressources et travail,dans le respect de notre environnement;nous et notre planète pourrions encore être la pour des centaines de milliers d'années.
Mais nous allons continuer sur notre lancée et nous allons bientôt nous éteindre comme les dinosaures
Et franchement: nous le méritons....

a écrit le 11/09/2013 à 7:08 :
Cela couterai bien moins cher que les centaines d'allocations diverses versées actuellement. Le probleme est qu'il faudrait se separer des millions de fonctionnaires et usines a gaz qui gerent l'attribution de ces allocations.


Réponse de le 11/09/2013 à 14:44 :
Aucun problème puisque ces anciens fonctionnaires percevraient ce revenu minimum et pourrait se lancer dans l'aventure créative
a écrit le 11/09/2013 à 3:28 :
A long terme, why not, mais pas avant une bonne paire de siècles juste histoire de laisser le temps à l'ensemble de la planète d'atteindre les standards minimum à ce type d'évolution radicale.
a écrit le 11/09/2013 à 0:04 :
Si ce gentil monsieur sortait un peu la tête de son (c..) dernier smartphone, il verrait que son assiette ne se remplit pas en cliquant sur sa souris, que ses fringues BCBG ne sont pas cousus par des généreux "pirates" entrepreneurs enthousiastes et bénévoles.
Un gros tissus de connerie utopiste, nombriliste et aveugle représentatif d'une partie de cette "élite" qui pense que tout tourne autour de twitter et facebook.

Réveillez vous bande de nazes, les problèmes de "projets", de bureaux et horaires, de travail "connecté" ne concernent qu'une toute petite partie de travailleurs purement "intellectuels" avec une production dématérialisée!
Je ne vois pas en quoi ca serait applicable à d'autres secteurs: de l'agriculteur au type qui lui livre ses courses (bien entendues faites "online") ca va pas arranger leur problème bien au contraire.
Quelle aubaine pour le travail au noir sous-payé (ben oui y'a déjà le revenu universel mon brave), ou pour l'extension du statut d'"indépendant" à l'ensemble des emplois (larbin low-cost on-demand).

Juste de quoi accélérer et consolider le retour de l'esclavage modernisé avec les vivas de la plèbe qui va morfler en premier.

NB: je connais bien ce genre d'ahuris, je suis ingénieur informaticien, généralement ça dure 2 ou 3 ans jusqu'à la fin de la puberté retardée par les trop nombreuses heures passées sur youporn et ensuite ils deviennent adultes.
a écrit le 10/09/2013 à 23:43 :
Cet article me fait rire. Je travaille depuis toujours dans l'informatique et je peux vous dire que ce n'est pas demain la veille que le télétravail se démocratisera. Il reste complètement marginal et je ne vois pas comment cela pourrait changer. On insiste de plus en plus pour que les gens se déplacent et se parlent en direct plutôt que par mail!
A mon avis ce qui est décrit dans l'article ne se produira jamais en France.
a écrit le 10/09/2013 à 19:25 :
Ce qui est paradoxal, c'est que la France est pratiquement le seul pays où cette mesure pourrait se mettre en place sans difficulté budgétaire particulière compte tenu de tous les procédés administratifs qui existent déjà et qui simulent déjà ce mécanisme de façon beaucoup plus maladroite (SMIC, RSA, AF, API, APL, PPE, ASS, minimum vieillesse...et QF dans l'IRPP) car ces mécanismes lèsent en fait la classe moyenne juste au-dessus des limites mais trop pauvre pour préférer s'en passer plutôt qu'une hausse de CSG...alors que c'est aussi l'un des pays européens où on en débat le moins (voir notamment les pays scandinaves, l'Allemagne, la Suisse et la Belgique...et même maintenant l'Italie où le sujet est clairement à l'ordre du jour des débats politiques !...Alors qu'en France, à part quelques OVNIs de la politique comme Boutin, Villepin, Madelin ou Lipietz, personne n'en parle.
En contre-partie on ferait un choc de simplification considérable et un bond de géant en compétitivité...mais non, on préfère rester avec nos usines à gaz (avec les milliers de fonctionnaires qui les gèrent)...Comprenne qui pourra.
a écrit le 10/09/2013 à 18:30 :
Ce revenu existe déjà! Quand vous êtes obligé de faire 30 bornes à pîed en une journée sous un soleil de plomb,quand vous devez en faire soixante pour acheter un boulon ou une vis, quand vous avez l'électricité la moitié de la journée et de l'eau non potable, là vous ne l'avez pas votre revenu universel. Mais quand vous faites 30 bornes en RER assis chaque jour de l'année, quand avec un bus ou un métro (ou une voiture) vous allez achetez vos vis et boulons au magasin d'à côté et quand l'eau et l'électricité ne sont même plus une préoccupation vous l'avez votre "revenu de créativité".
a écrit le 10/09/2013 à 18:27 :
Qui peut croire un mec pareil ,Il fait son buz pour gagner du fric, je parie qu'il va produire un livre sous peu !Exploiter la connerie humaine en se faisant passer pour je ne sais quoi pourvu que le fric rentre !Remarquez je lui donne pas tort je ferais allegrement pareil !Attendez vous à un appel de sa part pour lever des fonds......
Réponse de le 11/09/2013 à 11:47 :
Pour le livre, c'est déjà fait : http://falkvinge.net/2013/02/14/swarmwise-the-tactical-manual-to-changing-the-world-chapter-one/

(il est gratuit sur internet en licence libre)
a écrit le 10/09/2013 à 17:30 :
La traduction est issue de la section locale du Parti Pirate Midi-Pyrénées avec l'aide de généreux contributeurs non militants puis reprise par Xavier Gillard.

https://midi-pyrenees.partipirate.org/2013/09/pensees-supplementaires-sur-leconomie-de-lessaim-a-venir/

Le revenu de base en lui-même offre certaines ouvertures concernant la gestion de notre temps de vie/de travail/de participation à la société. Mais comme le fait remarquer Oui Mais, il ne faudrait pas que ce capital supplémentaire ne serve qu'à de l'épargne. Les monnaies alternatives et/ou locales sont certainement une bonne façon de distribuer ce revenu afin qu'il soit favorable à un tissu local et donc non exportable et certaines de ces monnaies ont des dispositifs de dépréciation temporel qui évitent ainsi une épargne privatrice.
a écrit le 10/09/2013 à 16:55 :
La libre entreprise n'intéresse pas notre état : il veut préserver la centralisation des décisions. Contrairement aux discours officiels, tout est fait dans notre pays pour réduire l'esprit d'indépendance de l'entrepreneur. Même les grandes entreprises ne sont pas totalement indépendante, l'état étant bien souvent un des actionnaire majeur. L'état veut être omnipotent et omniscient, et l'essaimage est contre ses intérêts.
a écrit le 10/09/2013 à 15:39 :
Revenu minimum pour tous surtout pour soutenir l'économie chinoise, parce que franchement, qu'achète les gens actuellement :-)
Réponse de le 10/09/2013 à 19:23 :
La Chine est en pleine révolution industrielle, celle-ci est terminée pour nous.
L'industrie est dé-localisatrice par définition, c'est même la grande avancée qu'elle permet avec l'écroulement de l'économie territoriale et la raison de son succès.
La relocalisation de l'économie passe par le dépassement de l'industrie et une déterritorialisation de l'organisation sociale.
a écrit le 10/09/2013 à 13:52 :
Je suis globalement d accord avec cette vision très intéressante, par contre je ne pense pas que l on va rentrer dans une ère post-industrielle mais progressivement dans une ere industrielle post pétrole avec l adaptation des usages et donc de l appareil productif a de nouvelles sources d énergie , 2014 devrait être une année charnière qui préfigure ces changements notamment dans le secteur automobile
D une certaine manière l humanité n a pas tellement le choix si elle veut perdurer un temps soit peu.
a écrit le 10/09/2013 à 13:10 :
Un suédois qui nous explique magistralement l'économie de demain.
J'en reste sur le cul!
étant un hyper créatif bardé de spécialités, mais sans le sous,
je n'ai rien fabriqué depuis que petit naze à décidé de saquer le RMI.
typiquement français, on met tout le monde dans le même panier....
ingénieur, technicien, et les décorations avec!
dernier point pour enterrer à six pieds sous terre les clichés ?
le savoir et le savoir-faire demandent beaucoup de temps, du courage, de la ténacité,
de la rigueur....donc le jeunisme écoeurant du t'as 20 piges tu sais tout!
niet tu sais RIEN! la preuve?
la diversification industrielle et artisanale n'existe pas en France.

Merci a la Tribune et a Xavier Gillard





a écrit le 10/09/2013 à 12:57 :
Le revenue minimum universel etc est un concept interessant car il permet de repenser le systeme actuel et ses travers. Maintenant il ne s'agit que d'un outil avec ses propres inconvenients. Le pb n'est donc pas le remplacement de A par B mais le traitement des derives et dysfonctionnements en tous genres.
Réponse de le 10/09/2013 à 15:42 :
@DRRW: non, tu crois vraiment qu'il va y avoir des gens qui vont tirer le maximum de ce nouveau système sans rien donner en contrepartie ?? il manque juste un petit détail dans cette analyse: la nature humaine :-)
a écrit le 10/09/2013 à 12:53 :
Revenu minimum pour tous ! Mais bien sur !

Et quand on a un prêt étudiant ou immobilier on fait comment ?
Ca ne marche que pour ceux qui n'ont aucune charge financière autre que le logement et la nourriture.
Réponse de le 10/09/2013 à 19:12 :
C'est justement pour les étudiants que le système serait le plus avantageux en France car aujourd'hui il faut soit avoir des parents riches soit obtenir une bourse et celui qui n'a ni l'un ni l'autre (le plus souvent sans savoir pourquoi) est très pénalisé. De même il y a une très grosse inégalité entre les gens qui ont eu la chance de réussir l'X ou Normale Sup et sont payés, ceux qui font une autre école d'ingénieur ou l'université et payent peu...et ceux qui font des études commerciales réservées aux riches. En France le "cash" possible en revenu de base tournerait autour de 500 euros par mois par adulte (voir aujourd'hui les montants concernés qui disparaîtraient : RSA, API, ASS, PPE...). Avec un effort sur l'offre 500 euros dès 18 ans doit permettre de couvrir la chambre et le RU. Par contre tous les établissements d'enseignement supérieur (universités, prépas, écoles d'ingénieurs) auraient un financement aligné sur celui des écoles de commerce (c'est à dire ne seraient plus financés par l'impôt). Chaque étudiant emprunterait à la sortie du bac (environ 50000 euros pour un master2) mais à la différence des US l'emprunt serait garanti et remboursé par l'état à la banque et pendant sa carrière le cadre ex-étudiant renoncera à une partie de son revenu de base (dont il aura moins besoin pour vivre qu'un ouvrier)...sauf évidemment pendant les périodes de chômage. On peut opter pour le même système avec les prêts au logement en couvrant de la même façon la partie "apport personnel" (200 euros par mois par personne pendant 40 ans ça fait pas loin de 100000 euros !) ce qui serait plus intelligent que d'entretenir une France de locataires en bloquant les loyers. Tous ces mécanismes nouveaux seraient rendus possibles par une garantie à long terme de l'état sur le revenu de base.
Naturellement l'enseignement jusqu'au BAC concernant la majorité de la population serait, lui, inclus dans le revenu de base des mineurs sous forme de chèque scolaire.
Réponse de le 11/09/2013 à 5:22 :
Qant on voit que l'état est incapable d'assurer un fond de garantie bancaire de certaines banques (bnp. société générale . crédit agricole et bp ce le deuxième groupe financier comprenant une dizaine de banques dont la bred ) programmées pour faire faillite par le cartel bancaire rothschild et rockefeller, nous sommes en droit de nous interroger avec bon sens sur la réelle garantie de l'Etat. La véritable solution dont personne ne parle excepté l'institut louis even est l'argent sans dette ,argent sain face à l'argent dette , argent perverti, argent nauséabond , argent sale , argent corrompu, faux argent, argent de fausse comptabilité, argent de chiffre, argent d'écriture. N'attendons rien des partis politiques et de leurs représentants grâcement rémunérés, cumulards en activité, cumulards en retraites qui ont mis non pas la main , mais le bras tout entier dans le pâté. Ils ont tout compris et tous compris pour eux ce qu'ils refusent de comprendre pour les populations : Le droit de vivre dignement . 37 OOO Euros pour un député européen ! Quelle indéscence . N'ont ils pas honte de voir crever les peuples ? Une retraite assurée de 14 OOO par mois au bout de 15 ans d'activité seulement pour certains fonctionnaires 1 515 Euros par mois pour d'autres après 1 an et 11 mois d'activité seulement et sans aucun versement de leur part : c'est encore le con... tribuable qui paye.
a écrit le 10/09/2013 à 12:25 :
"" où le produit est si incroyablement bon qu'il dépasse les meilleures alternatives commerciales"" le pb des gens comme lui, c'est qu'il ne voit pas bcp de choses.... linux, c'est bien, mais la grand-mere, elle ne sait pas faire un grep, un sudo, ou un aptget install... et un #include avec des mallocs, ca ne lui dit rien non plus... linux, c'est bien pour les serveurs, ca tombe bien, ils sont massivement presents
Réponse de le 10/09/2013 à 12:41 :
mes parents (70 ans) on un pc avec ubuntu. pas besoin de faire un grep ou quoique ce soit pour s en servir
c est stable, ca marche sur des pc un peu vieux contrairement a windows qui rame apres 1 an sur un pc plus muscle et ils n ont plus jamais de virus (bon ca c est aussi car linux = 1 % part de marche)
Réponse de le 10/09/2013 à 13:04 :
Je confirme, j'ai achete un mac et j'avais un peu les boules car c'est un joli ubuntu un peu cher mais bon cote hard ware c'est sympa...
Réponse de le 10/09/2013 à 14:17 :
ok ok, je ne doute pas un instant que vos parents ont un ubuntu ( ou une slackware, pour le fun ;-) ), et je parie ma chemise que c'est vous qui leur avez installe, que quand il faut mettre un driver, ou installer un soft, c'est aussi vous, etc... j'ai pas dit que c'etait pas bon, j'ai dit que c'est pas adapte a la majorite des gens qui ne sont pas geek, surtout quand ils sont habitues a windows, de surcroit)... par contre pour les virus vous ne devriez pas trop rigoler, a priori il y a pas mal de smartphones qui tournent sous android ( c'est du linux aussi a priori) qui commencent a avoir des soucis...
a écrit le 10/09/2013 à 12:06 :
Le revenu minimum pour tous pour que des milliers d'entreprises innovantes essaiment! Soit! Mais à condition que ce revenu minimum ne soit pas épargnable et ne produise d'intérêt! Qu'il disparaisse s'il n'est pas utilisé!
Réponse de le 10/09/2013 à 18:50 :
L'idée existe déjà consistant à verser l'allocation universelle en monnaie solidaire et non en euros...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :