Comment l'immobilier a appauvri l'Occident

Encourager les investissements dans l'immobilier serait-il un frein à la croissance ? A l'emploi ? L'économiste Michel Santi le croit. Et s'explique.

7 mn

Michel Santi. DR
Michel Santi. DR (Crédits : DR)

"Il y a eu plus de volatilité sur le marché immobilier ces cinq dernières années que pendant les cinq cent années précédentes ! » C'est en ces termes significatifs que s'est tout récemment exprimé Glenn Kelman, grand patron de Radfin, une importante société immobilière américaine, qui ne fait qu'exprimer des inquiétudes légitimes par rapport à un marché immobilier devenu - en tout cas aux États-Unis - aussi volatil que les Bourses.

Il semblerait que nul n'ait tiré les enseignements de la crise des subprimes : pas plus les privés que les banques et même les États qui, ayant évacué la catastrophe immobilière US des années 2007 et 2008, participent tous aujourd'hui à gonfler une nouvelle bulle dont l'ampleur semble même dépasser la précédente.

Une récente étude de Goldman Sachs n'est-elle pas parvenue à la conclusion aberrante que le P.I.B. américain (attendu à 2% pour 2013) serait, en réalité, de - 1% sans l'escalade du marché immobilier ? Voilà donc les gouvernements britanniques et américains qui rivalisent d'inventivité fiscale afin de promouvoir les acquisitions immobilières sur leurs territoires respectifs. Politique insensée assimilable à une campagne contre l'obésité qui serait menée parallèlement à des subventions accordées aux fast-food

Encourager la propriété : une erreur

L'index « Better Life » de l'OCDE le dit pourtant sans équivoque : il n'existe nulle relation de cause à effet entre l'accès à la propriété et la qualité de vie. De même, ce n'est pas les nations aux économies les plus développées, ni même celles dont les citoyens jouissent des plus hauts revenus, qui ont le pourcentage le plus élevé de propriétaires.

En effet, tandis que la France, l'Allemagne et le Japon ont 30 à 50% de leurs citoyens qui sont propriétaires de leur domicile, cette proportion grimpe à 80% dans des pays comme le Mexique, le Népal ou la Russie. Et à 65 - 70% aux USA et en Grande-Bretagne.

Ces deux derniers pays se rendent-ils seulement compte des distorsions majeures qu'ils induisent sciemment sur leurs économies en encourageant sans équivoque l'accès à la propriété, voire à la multi-propriété ?

C'est effectivement toute la chaîne des intervenants, privés et publics, qui conjugue ses efforts dans ces deux pays : de l'État qui accepte toutes les déductions fiscales corrélées aux prêts hypothécaires et aux rénovations comme aux travaux immobiliers, aux établissements financiers qui n'hésitent pas à solliciter le propriétaire afin de lui augmenter son financement en cas d'appréciation de la valeur de son bien.

Dans nombre de pays aux économies dites « intégrées », l'association et les actions actives de la volonté publique et des intérêts privés se traduisent donc en une situation potentiellement catastrophique où les avoirs des ménages se réduisent à leur seul bien immobilier.

Canaliser l'épargne vers la recherche et la création d'entreprise

Ainsi, les pouvoirs publics motivent-ils ouvertement les familles et les individus à placer leur épargne dans un actif souvent volatil, dont la valeur est difficile à quantifier, dont la réalisation (c'est-à-dire la vente) prend parfois plusieurs mois et qui occasionne en outre divers frais d'entretien, charges de copropriété, etc.

Quelle est la crédibilité d'une politique publique dont l'objectif est de canaliser l'épargne en direction du marché immobilier, quand il est tellement plus utile à la collectivité d'investir dans la recherche et le développement, dans les infrastructures ou encore dans la création de nouvelles entreprises ? La pierre est effectivement un placement stérile tant pour l'individu que pour l'ensemble de l'économie, sachant que - par ailleurs - la promotion de l'accès à la propriété immobilière constitue une régression sociale fondamentale.

L'accumulation de richesses immobilières ne profite effectivement qu'à celles et à ceux qui ont suffisamment de chance d'avoir des parents et des grands-parents propriétaires, dont ils vont hériter. La propriété immobilière ne fait que perpétuer un système basé sur la succession qui défavorise indiscutablement les laissés pour compte privés d'ascenseur social.

Ce faisant, l'État encourage une authentique évasion fiscale - ou à tout le moins une méga niche fiscale - qui renforce les lobbies immobiliers, qui autorise de payer moins d'impôt, et qui déséquilibre la compétition par le mérite en favorisant notoirement les héritiers chanceux.

Une externalité négative sur l'emploi

La propriété immobilière décourage indirectement le développement de nouveaux talents qui, d'une part se retrouvent privés de liquidités préférant aller se loger dans la pierre et qui, d'autre part, sont pénalisés par rapport à celles et à ceux ayant la chance d'hériter de l'épargne de leurs parents.

Comme la propriété immobilière a, en outre, un impact négatif tout à la fois sur la mobilité géographique du travail que sur la création de nouvelles entreprises, il est possible d'en conclure que l'immobilier constitue une externalité négative sur l'emploi.

Une étude de l'Université de Warwick étant même parvenue à la déduction selon laquelle l'augmentation du chômage dans un état américain était étroitement corrélée au nombre de propriétaires de biens immobiliers ! S'il va de soi que tout individu est libre d'acquérir une propriété, il ne devrait pas être des attributions de l'état de subventionner de tels investissements, comme il ne permet aucune déduction fiscale pour un achat de bien de luxe.

La clémence et la sollicitude fiscales accordées par l'État aux propriétaires de biens immobiliers créent donc une distorsion majeure dans l'allocation du capital, favorisent les lobbies liés au marché immobilier, nuisent aux transferts équitables des richesses, et sapent une mobilité indispensable dans un marché du travail en pleine évolution. Tout en contribuant à la formation de bulles spéculatives aux effets dévastateurs pour l'ensemble de l'économie.

Pas d'ascenseur social possible

Enfin, l'encouragement de l'accès à la propriété ne bénéficie malheureusement pas aux pauvres qui restent - dans leur écrasante majorité- locataires, alors qu'une politique publique digne de ce nom devrait au contraire avoir pour objectif de rendre le marché immobilier accessible à l'ensemble de la société.

Au lieu d'aider à siphonner les ressources au profit de l'immobilier, l'Etat devrait au contraire s'employer à circonscrire la fièvre spéculative de ce marché afin de le rendre abordable à l'ensemble de la population.

C'est effectivement en pesant sur ce marché pour en restreindre l'escalade irraisonnée de ses prix que l'Etat peut matériellement contribuer à augmenter notre pouvoir d'achat. L'acquisition d'une propriété immobilière ne devrait effectivement pas être considérée autrement que celle d'une voiture.

Tout comme les politiques publiques ne font pas la promotion de voitures chères qui entament sérieusement notre pouvoir d'achat, elles ne devraient pas plus encourager les acquisitions immobilières qui réduisent tout autant notre train de vie.

Au lieu de cela, - et en consentant une fiscalité extrêmement avantageuse aux propriétaires et à toute la chaîne alimentaire qui gravite autour de ce marché -, l'Etat participe activement de cette raréfaction immobilière et des flambées de ses prix.

S'il coule de source qu'un privé ou qu'une famille bénéficierait pleinement de l'appréciation de son bien immobilier, on voit difficilement comment la hausse du marché immobilier pourrait bien profiter à l'ensemble de la collectivité ?

Loin de contribuer à la prospérité de nos pays, les flambées immobilières de ces dernières années pourraient bien au contraire avoir fondamentalement contribué à l'incontestable appauvrissement de notre Occident. Car le but ultime de toute politique publique devrait bien être l'accessibilité des ressources au plus grand nombre, et non les retours sur investissement.

 

*Michel Santi, économiste franco-suisse, conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre de l'O.N.G. « Finance Watch ». Viennent de paraître : une édition étoffée et mise à jour des "Splendeurs et misères du libéralisme" avec une préface de Patrick Artus et, en anglais, "Capitalism without conscience".

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 113
à écrit le 31/12/2013 à 14:43
Signaler
Bien vu, j'ai fait le même constat sans être économiste (je ne suis pas non plus un aigri de locataire...). J'ajouterai Monsieur Santi que le marché régulé par l'offre et la demande l'emporte toujours même si comme vous le soulignez fort justement l'...

à écrit le 22/10/2013 à 10:32
Signaler
Les personnes qui se lèvent tous les matins et vont travailler, travail pour leur famille comme l'ont fait leur parents avant eux. Ils s'en foutent complètement de l'intérêt collectif de long terme. Ils sont des Homo Economicus hédonistes. Ils invest...

à écrit le 12/10/2013 à 12:30
Signaler
il ne s'agit pas de stigmatiser ceux qui se sont inscrits dans la logique de l'investissement immobilier. Mais de rappeler que l'intérêt personnel n'est pas forcément celui du collectif et du long terme. La spéculation immobilière renchérit de façon ...

à écrit le 11/10/2013 à 20:31
Signaler
Et quand il n'y aura plus de propriétaires, on fera comment pour devenir locataire ? Assez de ces raisonnements simplistes qui présentent les propriétaires comme d'affreux parasites. L'acquisition d'un logement, son entretien, sa rénovation, ça fait ...

à écrit le 11/10/2013 à 16:51
Signaler
Encore un locataire franco-suisse des plus aigris...

à écrit le 10/10/2013 à 13:11
Signaler
Pas une ligne à enlever de ce constat. La vénération à l'encontre du tous propriétaires est une catastrophe pour notre économie...

à écrit le 08/10/2013 à 19:05
Signaler
Revoilà M.Santi, le grand économiste maintenant spécialiste de l'immobilier. "Encourager la propriété" serait une erreur, il faudrait "canaliser " l'épargne etc etc. Il semble que les étatistes bien rouges comme M.Santi savent toujours mieux que les ...

à écrit le 05/10/2013 à 14:47
Signaler
L'effet pervers de la loi SRU n'apparait pas dans cet article et c'est bien dommage . Sans rentrer dans les détails, les logements sociaux sont financés en partie par les nouveaux acquéreurs entrainant via une boucle de feedback négative les prix de ...

à écrit le 03/10/2013 à 11:18
Signaler
Pour une fois,d'accord avec l'auteur.D'ailleurs,il aurait du rentrer plus en détails dans la comparaison entre la France et l'Allemagne,ou les prix de l'immobilier,aussi bien à l'achat qu'a la location (un loyer élevé pousse aussi à vouloir devenir p...

le 05/10/2013 à 7:27
Signaler
@Sined 7: pas une fin en soin, non effectivement. C'est juste un choix. Le mien a été fait il y a longtemps, et le crédit est fini depuis 8 ans. Concernant l'Allemagne, sa population décroit, il est facile d'en déduire que la location y est attractiv...

à écrit le 02/10/2013 à 1:10
Signaler
Demandez à un SDF ce qu'il en pense de pas être propriétaire. Quand le fait que l'immobilier monte entre dans les moeurs , tout le monde trouve formidable d'être propriétaire, mais quand les gens croient que le marché ne peut que baisser, alors ils t...

le 09/10/2013 à 8:17
Signaler
Oui vous avez raison, dans le temps, les anciens avaient un toit, avaient l'eau pour boire et se laver, avaient le gibier, les baies, les fruits pour se nourrir, la fourrure pour se vêtir, c'était dans le temps ou la population de la FRANCE n'avait q...

à écrit le 01/10/2013 à 15:01
Signaler
A mon humble avis, cette constatation est vraie à une nuance près, celle de différencier les biens immobiliers urbains, forcément spéculatifs, des propriétés à la campagne qui conduisent beaucoup plus à des vies propres (propre-y-est-tait ?), respons...

à écrit le 01/10/2013 à 10:24
Signaler
Premier constat de "l'économiste": France et Allemagne ont 2 fois moins de propriétaire que USA et UK. Puis reste de l'article: la subvention à l'immobilier est stérile pour l'investissement, la R&D et l'entrepreneuriat etc. Conclusion: une démonstra...

le 01/10/2013 à 12:20
Signaler
ah bon. Vous croyez que l argent qui est utilise a l achat de parpaing (ou plus exactement a l achat de parpaing fait en 1970 car le gros des transaction se fait dans l ancien) ne serait pas mieux employe ailleurs ? SI l allemagne nous taille des cro...

à écrit le 01/10/2013 à 10:15
Signaler
article plein de verite mais qui ne passera jamais. En france l immobilier favorise les vieux (electorat majeur) et le BTP (fournisseur de valise de billets ou de femmes legeres comme pour DSK). donc foncons dans le mur !

à écrit le 01/10/2013 à 10:13
Signaler
Ouh la la, l auteur va se faire assasiner par tous les adorateurs du parpaing, qui sont legions ici. A leur decharge il faut bien dire que certains n ont plus le choix: ils ont mis tous leurs oeuf de le panier immobilier et il faut qu ils trouvent un...

à écrit le 01/10/2013 à 8:19
Signaler
Les français ne se sont pas endettés par l'immobilier; ils ont fait des placements par l'achat d'une résidence principale par leur économie et emprunt. Avoir un crédit ou payer un loyer, c'est un choix que chacun prend en fonction de ses intérêts et ...

le 01/10/2013 à 8:48
Signaler
"Quand l'immobilier va, tout marche" : Pour preuve, les prix de l'immobilier ont doublé en 10 ans, nous avons eu 1 million de chômeurs supplémentaires. Les ventes de voitures ont plongé, seules les ventes de camping car ont décollés. Niveau compétiti...

le 01/10/2013 à 9:48
Signaler
Vous mélanger le chômage avec en parallèle l'immobilier, je pensai que l'immobilier était créateur d'emploi, pour vous c'est le contraire ? Faut bouger ! La province est agréable? la FRANCE est grande y compris ses appartements. Monsieur la société ...

le 01/10/2013 à 12:24
Signaler
Oui l immobilier est un fossoyeur d emploi: il distrait de largent qui pourrait etre investi ailleurs (cf l article) et l immobilier cher etrangle les jeunes generations -> moins de consommation donc mois de demande pour nos entreprises (qui ne sont ...

le 01/10/2013 à 14:19
Signaler
Investissez ! au lieu de gémir. Vous voulez me faire investir dans la HI TECH ou les secteurs nouveaux comme vous dites, c'est déjà fait CDG, j'appelle cela jouer la BOURSE. Vous savez les boursicoteurs sont aussi des ripoux aux yeux d'une frange de ...

le 01/10/2013 à 20:06
Signaler
"Faut bouger ! La province est agréable? la FRANCE est grande y compris ses appartements" : Parole de retraité n'est-ce pas? Les écoles se concentrent à Paris, donc la recherche se concentre à Paris, donc les startup et les grands groupes se concentr...

à écrit le 01/10/2013 à 6:07
Signaler
En France, l'?tat doit modifier son action, les dispositifs Robien, Scellier, Borloo et Duflot distordent le march?. Ils permettent aux promoteurs de construire et de sur-vendre des logements dans des zones o? l'offre est maintenant exc?dentaire. Les...

à écrit le 01/10/2013 à 4:10
Signaler
Rarement d'accord avec vous, mais vous touchez là une vérité première. Cela dit, le responsable (in fine) est l'état sous toutes ses formes dont les collectivités locales (en France) ou ses établissements (Fannie et Freddie aux US), et derrières elle...

à écrit le 01/10/2013 à 2:22
Signaler
Je suppute ? que les internautes qui pleurent sur les prix haut de l'immobilier parlent de la région parisienne et de la cote d'azur. Dans le Limousin, dans le Centre, en Lorraine, etc... Vous avez de belles affaires, à des prix très intéressants, je...

le 01/10/2013 à 10:17
Signaler
c est sur que dans la creuse c est pas cher. probleme, il n y a pas de travail. donc a moins d etre rentier ou rmiste, vous ne pouvez pas y vivre Quant a penser que ce sont des regions d avenir ... Je vais vous paraphraser De Gaulle: le Limousin reg...

le 01/10/2013 à 14:08
Signaler
La Creuse est un département et non la France, si la Creuse ne vous convient pas, vous avez la Lozère.

à écrit le 01/10/2013 à 2:11
Signaler
Les français achétent leur résidence pour y résider dans la plupart des cas. Gagner de l'argent sur sa résidence principale, je n'y crois pas beaucoup. Il est vrai qu'une majorité de personnes aimeraient bien une baisse brutale des prix notamment sur...

à écrit le 01/10/2013 à 0:50
Signaler
Combien sont ceux qui sont d'accord avec l'article que les prix élevés nous pénalisent et qu'ils doivent baisser ? ... pour qu'on puisse acheter après !

à écrit le 01/10/2013 à 0:16
Signaler
Pour une fois, je me surprend à partager totalement l'analyse faite par monsieur Santi. Très bel article, joli argumentaire, bonne vision et une logique quasi irréprochable.

à écrit le 30/09/2013 à 23:23
Signaler
Santi mélange un peu tout pour cacher sa méconnaissance du marché. En Russie, les gens sont majoritairement proprios parce que dans le système soviétique, on leur donnait le logement. Il est toutefois certain que ceux qui n'ont pas d'hypothèque ont u...

à écrit le 30/09/2013 à 23:15
Signaler
A très court terme l'immobilier résistera. Dans 10 ans (voir plus tôt) les prix auront été divisés par 2. C'est inévitable...

le 01/10/2013 à 7:13
Signaler
Ce que n'ont toujours pas compris les boomers : leur nombre, qui a été leur force depuis 40 ans, va se retourner contre eux. Les départs massifs en maison de retraite plus ou moins médicalisés vont amener un afflux de biens sur le marché (pas la pein...

le 01/10/2013 à 10:20
Signaler
Certes les boomers vont devoir aller en maison de retraite mais ils vont bien se debrouiller pour faire passer le gros de la facture a la generation suivant. Ils avaient essaye avec Sarkozy qui devait creer une taxe supplementaire pour la dependance:...

à écrit le 30/09/2013 à 23:10
Signaler
Pour le moment l'immobilier en a rendu riches plus d'un...

le 01/10/2013 à 12:26
Signaler
mais il va ruiner une generation (30-40 ans) qu a cru qu elle pouvait s enrichir comme les baby boomers. eux ne pourront pas revendre au pirx fort car la generation qui suit est soit fauchee, soit expatriee et que les banques ne vont pas faire des c...

à écrit le 30/09/2013 à 21:12
Signaler
Une seule conclusions s'impose il faut que l?État cesse sa politique interventionniste :Duflot ,Etc...

à écrit le 30/09/2013 à 20:34
Signaler
300% d'accord, l'immobilier ancien ne crée aucune valeur pour la collectivité, il est ainsi completement anormale qu'il s'apprécie si vite. Meme pour un proprietaire de sa residence principale, aucun interet a une hausse des prix puisqu il va etre ac...

le 30/09/2013 à 23:43
Signaler
Tout le monde n'achète pas de m2 en plus. N'oubliez pas que nous sommes dans un pays ayant un gros déséquilibre démographique, où une vague énorme de population arrive à la retraite, population massivement propriétaire, voir multi propriétaire (14 mi...

le 01/10/2013 à 2:35
Signaler
La province dans sa majorité est relativement stable sur les prix de l'immobilier. Le point chaud est PARIS et sa région, de là toutes les crispations actuelles sur l'immobilier.

le 01/10/2013 à 12:27
Signaler
C est sur que dans la creuse ca n apas trop monte ces 10 dernieres annees. Mais l augmentation des prix a ete vrai dans toute la france, moins forte ici ou la mais malgre tout ca a augmente plus que les revenus des acheteurs -> bulle

à écrit le 30/09/2013 à 20:32
Signaler
Pourquoi quand l'immobilier monte, on publie des articles de spécialists qui décrivent la hassue comme bonne et quand cela baisse, on a des spécialistes qui jugent cela bien et quand on fait une loi, on a les spécialistes du lobby de l'immobilier qui...

à écrit le 30/09/2013 à 19:47
Signaler
quand on lit de telles âneries on peut dire que le fanatisme de l'ultra gauche anti propriété individuelle...ça fait vraiment peur, hein !!! C'est pas parce qu'on a rien réussi économiquement dans sa vie qu'il faut envier les autres au point de racon...

le 30/09/2013 à 22:15
Signaler
Faut pas s'enerver, on peut pas gagner à chaque fois ; fallait pas gâcher ...

le 01/10/2013 à 8:39
Signaler
"Parce que ceux qui sont proprios, ils ont pas tous hérité, beaucoup ont travaillé dur pour avoir ce qu'ils ont !!!" : Ils pourraient racheter leur premier logement avec le même métier quand ils racontent qu'ils travaillent plus dur que les jeunes? D...

à écrit le 30/09/2013 à 19:18
Signaler
Et l'immo va continuer a appauvrir tout ceux qui ont cru pouvoir s'enrichir facilement avec, surtout les derniers arrivés... Et si les stats ne montrent pas encore de baisses notables du patrimoine des français, les outils de suivi de l'immobilier en...

à écrit le 30/09/2013 à 19:13
Signaler
Il faut se fixer un objectif stratégique à long terme qui soit clair : l'état devra sécuriser l'accès à la propriété pour tous les français qui devront habiter leur propre logement. Le marché locatif devra plutôt viser les gens aisés et mobiles qui ...

à écrit le 30/09/2013 à 19:11
Signaler
Sur le fond , il a raison l'immobilier pompe le pouvoir d'achat de toutes les couches sociales de la société et cela devient un fléau qui empêche la reprise économique dans l'hexagone , cela est le plus voyant à Paris où les loyers captent plus de l...

à écrit le 30/09/2013 à 19:00
Signaler
+ 1 000 000 000 000 000 000 Compte non tenu de l'immobilier commercial qui paralyse le développement du commerce et celui d'entreprises, la création de jeunes pousses "coupez leur la tête" dit la reine, "ils marcheront dessus"

à écrit le 30/09/2013 à 18:46
Signaler
L'auteur ne parle pas des 500000 à 1000000 de logements manquants ... ce n'est pas en désincitant le secteur privé à investir dans l'imobilier qu'on aura plus de logements et surtout de quelle qualité? On parle de logements intelligents, qui produise...

le 01/10/2013 à 10:25
Signaler
les logements manquant c est surtout un mythe. Il ny a pas eut en france de baby booms il y a 20-30 ans qui justifie une penurie. Surtout si on considere que plus en plus de jeunes s expatrient pour trouver du travail Quand au prix de l immobilier, c...

à écrit le 30/09/2013 à 18:18
Signaler
poker menteur ! et je ramasse la mise ! pleurez pauvres propriétaires !

à écrit le 30/09/2013 à 17:02
Signaler
L'humaniste Santi est l'économiste des traders boursier de matières premières : on comprend qu'il préfère encourager la haute spéculation notamment sur l'or que la construction de logements... http://www.gestionsuisse.com/michel-santi/

à écrit le 30/09/2013 à 16:47
Signaler
Tres bon article, assez iconoclaste, bravo! Pourquoi ne pas instaurer le même systême que dans certaines zones en Angleterre ou on achete une propriété en leasehold pour une certaine période? Apres cette période, la propriété revient à son "landlord...

le 30/09/2013 à 17:52
Signaler
BRAVO !!! Merci d'avoir écrit ce que j'ai toujours crié dépuis .Aujourd'hui les gens sont pris au piège et n'ont plus les moyens d'échapper .Soit vendreimmediatement à perte( mais les agents immobilières vous prsauderez de meilleurs jours) soit att...

le 01/10/2013 à 2:51
Signaler
Et une bonne Guerre, cela vous tente aussi ? plus de chômage, tout à construire, plus de problème, et qui sait, demain vous serez peut être le futur Capitaliste.

à écrit le 30/09/2013 à 16:37
Signaler
A montant égal, crédit ou loyer pèse la même chose et mieux vaut capitaliser. On ne peut investir ailleurs que s'il y du rab, sur ce crédit ou loyer qui pèse la même chose. Casse toi pov econoclaste du dimanche....

à écrit le 30/09/2013 à 16:33
Signaler
Enfin une bonne analyse, que je partage, bien loin des messages des lobbies immobiliers français (banques, promoteurs, agents immobiliers), les seuls à qui le crime profite. L'immobilier n'est pas un investissement (qui profite à la collectivité). C'...

le 30/09/2013 à 19:17
Signaler
Pour le retraité pas besoin d'être multi-propriétaire non vous avez raison...mais propriétaire du logement qu'on habite, c'est préférable !

à écrit le 30/09/2013 à 16:09
Signaler
voilà un article qui remet les pendules à l'heure, et remet à leur place les pleurnicheurs profiteurs investisseurs immobiliers!.

le 30/09/2013 à 16:26
Signaler
@Yaka fokon (fo ou vrai?) Les pendules sont à l'heure. Sans les "profiteurs, investisseurs immobiliers", il n'y aurait de logement... qu'HLM. Oui, il y a des abus, le foncier, l'aménagement du territoire, la politique de la ville en sont les causes....

le 30/09/2013 à 17:55
Signaler
@Yaka fokon Pourquoi les USA et les GB ont-ils un taux de propriaitaires important? Parce que c'est leur retraite!!!! De meme dans les pays emergents: les etats ne sont pas surs, mettre l'argent sous son matelas est trop risque finalement la propriet...

le 30/09/2013 à 19:22
Signaler
La solution c'est de répartir 25% de TVA sur 25% de retraités. Si on a réussi à faire d'eux avant les propriétaires de leur logement c'est gagné car on leur garantit alors une retraite équivalente à la consommation moyenne des français...

à écrit le 30/09/2013 à 15:54
Signaler
Un pas de plus vers l'égalitarisme, une utopie collectiviste, un encadrement des libertés déjà bien malmenées... et le moyen le plus sûr de précariser, de jeter encore plus de monde dans la rue. Quant à investir dans les produits financiers actuels p...

à écrit le 30/09/2013 à 15:15
Signaler
Cent pour cent d'accord avec l'auteur. C'est la première fois !... mais pas sûr que C Duflot comprenne...

à écrit le 30/09/2013 à 15:14
Signaler
Et bien M. Santi, je ne suis pas d'accord avec vous sur le sujet! Ou disons plutôt que vous avez mis tout le monde dans le même bateau. Il faut en effet faire la différence entre le petit propriétaire qui préfère payer un crédit plutôt que de payer u...

le 30/09/2013 à 15:37
Signaler
quand on paye pour avoir un rapport, je ne suis pas certain que l'on parle d'un investissement...

à écrit le 30/09/2013 à 15:03
Signaler
cet article est peut être pertinent pour les economies US/UK qui , effectivement , subventionnent la propriete privée au travers des deductions fiscales des interets . Mais en France ce n'est surement pas le cas . même plutot le contraire avec les ...

le 30/09/2013 à 16:00
Signaler
Candide, ne le soyez pas trop : Robien, Scellier, déduction des intérêts d'emprunt durant un temps, exonération des plus-values sur la résidence principale (et non pas taxation comme vous l'écrivez) et abattement d'impôt sur la plus-value en fonctio...

à écrit le 30/09/2013 à 14:32
Signaler
Pourquoi avoir donné tant d'argent à l'immobilier qui ne pouvait pas être délocalisé? En Ile de France il est impossible de se loger pourtant la brique vaut le même prix à Tarascon qu'à Paris et sa banlieue, le prix du foncier ne justifie pas de tels...

le 30/09/2013 à 16:02
Signaler
Le prix de la construction n'est pas le problème. Le foncier, l'aménagement du territoire sont les vrais problèmes. Malheureusement, il est impossible que cela s'améliore tant que l'on voudra faire grossir les villes, sans penser que le territoire ...

à écrit le 30/09/2013 à 14:25
Signaler
On ne peut pas considérer au même niveau un achat qui correspond à un besoin fondamental, se loger, à une voiture de luxe ou à un téléphone. Ceux qui emprunte pour acheter se retrouvent à payer des montants proches d'un loyer (en tout c'est généralem...

le 30/09/2013 à 15:08
Signaler
"Ceux qui emprunte pour acheter se retrouvent à payer des montants proches d'un loyer" => proches? Avec beaucoup d'apport! Sans apport, les ordres de grandeur sont de 2 pour 1, sans compter les extras: impôts, charges supplémentaires, etc. Etre propr...

le 30/09/2013 à 17:29
Signaler
Pourquoi parler de "bonne" ou "mauvaise" affaire quand il s'agit de loger sa famille? Une affaire est bonne ou mauvaise au moment de la revente, pas avant (sauf si la maison est pourrie, mais c'est une autre affaire). Et quand on revend, on ne loge p...

à écrit le 30/09/2013 à 14:24
Signaler
Très bon article. Soulignons qu'en plus des politiques incitatives (fiscalité, subventions) qui poussent de facon improductive les prix du foncier a la hausse, on pourrait aussi citer : la rigiditer de la création d'offre nouvelle qui pérénise le de...

à écrit le 30/09/2013 à 14:18
Signaler
Tiens donc investissez tous votre capital en actions ou autres produits financiers comme cela quand arrivera l'heure de la retraite vous n'aurez que vos yeux pour pleurer avoir avoir été plumés par les traders et les financiers. Merci j'ai déjà donné...

le 30/09/2013 à 14:28
Signaler
On a plutôt l'impression que le genre de propagande sur lequel est basé l'article prépare le terrain pour que les propriétaires payent un loyer fictif, en stigmatisant le secteur immobilier. En France c'est toujours la faute de quelqu'un d'autre, si ...

le 30/09/2013 à 14:30
Signaler
@PSOLEIL: le pret in fine revient a augmenter le leverage (risque encore plus grand en cas de baisse brutal du marche, impossible de refinancer ni rembourser le pret, grosses faillites...), et risque de pousser les prix encore plus haut (puisque vous...

le 30/09/2013 à 15:17
Signaler
Il apparaitrait pourtant logique de financer en intergénérationnel, disons sur 100 ans, un bien dont la durée de vie est aussi de cet ordre sinon plus.

le 30/09/2013 à 17:43
Signaler
A propagande. Je suis toujours étonné des phrases qui parlent du coût de notre administration alors que les études comparatives montrent clairement que le coût de notre administration (au sens strict du mot coût, c'est à dire salaires et frais de fon...

à écrit le 30/09/2013 à 14:09
Signaler
Toujours le meme effort de discernement. L'immobilier serait une bulle se resumerait a une bulle speculative. C'est un epu comme condamner le velo comme mode de transport a cause du dopage sur le Tour de France.

le 30/09/2013 à 14:24
Signaler
par contre une énorme inflation sur les actifs bidons qui en relatif se sont effondrés face à l'or et l'immobilier. Mais chut ... faut pas le dire ...

à écrit le 30/09/2013 à 14:00
Signaler
Il est bcp plus rentable d'acheter de l'immobilier en Allemagne à travers des fonds fermés immobilier qui rapportent en moyenne plus de 12 % net de frais et d'impot. En outre l'immobilier allemand est deux à trois fois moins cher qu'en France avec de...

à écrit le 30/09/2013 à 13:46
Signaler
M. Santi, votre analyse est très pertinente... mais limitée à un modèle occidental consumériste et libéral qui se voit rattrapper en ce moment même par son aberrante construction. Il me semble que manger, boire, se chauffer et se protéger est la base...

à écrit le 30/09/2013 à 13:39
Signaler
On peut effectivement se demander pouquoi nos États poussent-ils autant les gens à devenir propriétaire, vu les incovénients (coût des intérêts, taxes, immobilité géographique). Après tout, si le parc immobilier est suffisamment important pour facil...

le 30/09/2013 à 15:01
Signaler
Une remarque, ce n'est pas l'état qui pousse les gens à devenir propriétaire mais le bon sens. Qui peut savoir de combien sera sa retraite en 2040 ou 2050? Ne pas avoir de loyer est la première des sécurités pour les siens.

le 30/09/2013 à 16:16
Signaler
@Kwel Le bon sens est une notion en voie de disparition...Et les économistes y sont pour beaucoup, à échafauder des théories économiques toutes plus perfectibles les unes que les autres. Si depuis des milliers d'années les gens s'échinent à se constr...

le 01/10/2013 à 0:00
Signaler
@kwel +1 ( on meprise trop le bon sens paysan )

à écrit le 30/09/2013 à 13:34
Signaler
C est de lui ou bien il vient de lire certaines preconisations au 1er ministre ? S imaginer que l apport de capital soustrait a l immobilier va, comme par magie, resoudre les problemes de l industrie francaise, est consternant de simplicite ! Il vaud...

à écrit le 30/09/2013 à 13:27
Signaler
cela tombe sous le sens!, les gens se sont rué sur l'immobilier, faisant parfois grimper les prix avec une surévaluation de 80%, puisque la "pierre" est le seul placement garanti. Par les temps qui courent, personne ne veut plus investir dans les act...

à écrit le 30/09/2013 à 13:25
Signaler
Globalement d'accord avec M.Santiago, et je crois Ue c'est la première fois. Et, me semble-t-il, je me permets de rajouter que l'importance des frais de mutation, plus élevés en France qu'aux USA, est évidemment liée à la gestion catastrophique des f...

à écrit le 30/09/2013 à 13:18
Signaler
Devra t' on offrir une deuxième statue de la liberté aux USA ???? Liberté de travailler, d'entreprendre ! ou une statue de M.Sapin... je doute qu'ils la prennent !

à écrit le 30/09/2013 à 13:12
Signaler
Le problème chez nous ... c'est que les socialos incompétents bloquent l'économie !... sarko c?était guère mieux !

à écrit le 30/09/2013 à 13:12
Signaler
C'est tout simplement une évidence. La plupart des seniors ayant acheté il y a plus de 15 ans ne pourraient plus prétendre acheter le même type de biens aujourd'hui. Les cadres sup achètent des biens de cadres, les cadres achètent des biens d'employé...

à écrit le 30/09/2013 à 13:10
Signaler
M. Santi confond immobilier et foncier.

à écrit le 30/09/2013 à 13:07
Signaler
l'immobilier, même loué, doit bien appartenir à quelqu'un. Si ce n'est pas aux particuliers, c'est à l'état (logement social). Si on ne veut pas vivre en URSS, mieux vaut que cela soit aux particuliers. De plus, dire que le logement est un produit de...

le 30/09/2013 à 13:46
Signaler
> l'immobilier, même loué, doit bien appartenir à quelqu'un. Si ce n'est pas aux particuliers, c'est à l'état (logement social). Troisième solution : distinguer la propriété du foncier et celui du bâti, où le foncier reste la propriété de la nation,...

à écrit le 30/09/2013 à 12:55
Signaler
Comparer le Japon et la France aux States, faut le faire. Pas la même surface, pas les mêmes matériaux, pas les mêmes contraintes.

à écrit le 30/09/2013 à 12:48
Signaler
C'est évident pour plusieurs raisons : l'investissement dans l'immobilier ne va pas ailleurs ; les gens sont moins mobiles ; les gens veulent un rendement important à court terme sans prendre de risques (par exemple l'Espagne où personne ne veut inve...

à écrit le 30/09/2013 à 12:46
Signaler
Contrairement à d'autres pays occidentaux comme l'Espagne ou encore les USA, les prix de l'immobilier en France ne se sont pas ajustés à la baisse comme ils l'auraient dû. Le marché a été soutenu par les différents dispositifs Sellier, PTZ, etc. L'i...

à écrit le 30/09/2013 à 12:38
Signaler
J'approuve totalement. L'épargne est trop largement captée par la pierre qui stérilisé la richesse au détriment des secteurs productifs. Mais avec le vieillissement de la population rien d'étonnant.

le 30/09/2013 à 12:59
Signaler
Sauf erreur de lecture de ma part, ce n'est pas l?investissement dans la pierre que dénonce M Santi mais la spéculation dont il fait l'objet et l'inaction de l'Etat pour la freiner. On pourrait élargir le champ et la remarque à toutes les formes de ...

le 30/09/2013 à 14:42
Signaler
J aurai aimé l écrire.

le 30/09/2013 à 15:26
Signaler
<<L'actionariat populaire est en chute libre >> Les actionnaires qui restent en tireront une profitabilité plus élevée. Dommage pour le peuple qui, boudant l'investissement productif, se coupe de la meilleure source de revenus du capital.

le 30/09/2013 à 17:22
Signaler
La bourse n'est pas un jeu à somme nulle mais il y a des gagnants et des perdants et comme par hasard les perdants sont quasiment toujours les petits porteurs. C'est un jeu de con avec le non-initié en pigeon. En matière d'investissement productif je...

à écrit le 30/09/2013 à 12:25
Signaler
Il n'y aura plus d'inquiétude a avoir car, dans très peu de temps, toute politique publique aura disparue!

à écrit le 30/09/2013 à 12:25
Signaler
Point de vue intéressant. A titre individuel, en fonction de la valeur du parc immobilier, il peut être plus intéressant de rester locataire et d'effectuer d'autres formes de placements nettement plus rentables.

à écrit le 30/09/2013 à 12:16
Signaler
Oulala. C'te bombe dès le lundi-matin. On va avoir 500 commentaires rageux ! ^^

le 30/09/2013 à 16:35
Signaler
...de rentiers qui espèrent encore se faire enterrer sous leurs patrimoine immobilier! lol

le 30/09/2013 à 21:53
Signaler
Très bon article, qui pointe tout haut ce que de nombreux économistes, politiques, citoyens, locataires ou propriétaires pensent tout bas. Il ne faut jamais oublier: la valeur d'un bien immobilier dépend fondamentalement de la santé de l'économie, et...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.