Alain Dinin (Nexity) : "Il n'y a plus d'espoir de plus-values immobilières"

 |   |  613  mots
(Crédits : Reuters)
Les prix de l’immobilier ont atteint un niveau qui ne laisse plus espérer de plus-values à terme, estime Alain Dinin, président directeur général de Nexity. La priorité est à la baisse du coût de revient des producteurs de logements, assure-t-il.

A quoi attribuez-vous la hausse folle des prix de l'immobilier en France depuis le début des années 2000 ?

A la hausse du prix de revient des producteurs de logements qui les contraint à vendre à des prix plus élevés. Dans les zones tendues, alors que la marge des promoteurs est restée stable, le coût de la construction a doublé en 10 ans à cause de la hausse des prix des matières premières, ainsi qu'à l'accumulation de normes. 

Les charges foncières ont en parallèle été multipliées par entre trois et quatre dans certains secteurs. La faute à la rareté des terrains constructibles. A Paris, le coût du foncier représente désormais 41% du prix de vente d'un logement neuf de Nexity, contre 35% à Lyon et 19% en moyenne au niveau national. 

L'augmentation de la part de logements sociaux par immeuble a également accentué la hausse des prix : Etant obligés de céder la partie sociale de notre production à un coût au mieux équivalent à notre prix de revient, nous sommes contraints d'augmenter les prix de vente des logements du secteur libre pour maintenir l'équilibre économique de nos opérations.

Comment faire pour abaisser le coût de l'offre ?

Nous avons déjà besoin de stabilité pour adapter au mieux l'offre à la demande de logements.  Il faut avoir une vision à 5 ans de la production immobilière, ce que la loi Alur de la ministre du Logement Cécile Duflot n'a pas assez intégré. Dans l'industrie du logement, les problèmes sont davantage liés à  la productivité qu'à la compétitivité. Depuis quelques années, les crises de la production immobilière se succèdent de manière rapprochée. Ces fluctuations de l'activité ne permettent pas aux entreprises du bâtiment d'investir sur le long terme dans la jeunesse et la formation. Elles se concentrent sur le personnel en place à plus forte valeur ajoutée et ajustent leurs effectifs en fonction de la conjoncture. Résultat, on emploie désormais 15% de personnes en plus sur les chantiers qu'il y a quelques années pour la même production. Il est important que les pouvoirs publics jouent leur rôle dans ce cadre et arrêtent de mener des politiques de « stop and go » notamment en matière de fiscalité et de cessions de terrains.

Ne faut-il pas également encadrer davantage la demande, dont le soutien excessif a anormalement fait croître les prix durant une décennie ?

Cette demande qui excède l'offre dans certaines zones comme l'Ile-de-France n'a pas à être freinée. Encore moins aujourd'hui car les prix y ont atteint un point haut. Les ménages n'ont donc plus l'espoir de dégager des plus-values immobilières à terme. C'est bien par l'offre que le marché se régulera. 

Que changeriez-vous des mesures prises par la ministre Cécile Duflot?

En matière de réglementation des loyers, plutôt que de les encadrer ou de les garantir, il faudrait poser le problème de la solvabilité des ménages. Pourquoi ne pas interdire la location lorsque la part de revenu que consacre le locataire à son logement est trop importante ? Le marché se régulerait ensuite de lui-même.

Sur le sujet des attributions de terrains constructibles par les pouvoirs publics, il faudrait favoriser les appels à projets plutôt que les négociations uniquement basées sur les prix.  Pour le reste, les mesures qui visent à renforcer la densité dans les zones urbaines, à transférer des compétences à l'intercommunalité ou à limiter les recours vont dans le bon sens.  Même si le bât blesse sur la communication de la ministre qui stigmatise trop le propriétaire malfaisant…  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2014 à 21:45 :
Hahaha ça me fait bien rire.
Je suis directeur de travaux, et bon nombre de mes connaissances travaillent chez nexity (IDF et province).
Allez voir leur chiffre d'affaire et surtout leur résultat. La trésorerie n'est pas mal non plus.
Ce que dit ce monsieur, c'est que leur marge a baissée, tout simplement.
Bien fait pour vous, vous vous êtes gavé pendant presque 2 décennies.
Sans même parler du fait que nexity est une des entreprises les plus hautaines que je connaisse, élitiste à souhait
a écrit le 14/02/2014 à 15:32 :
Ce monsieur ne manque pas d'air a la fin de son discours il propose tout simplement qu'au lieu d'encadrer les loyers il prefere interdir les gens modestes au droit a la location. Quel mepris pour le petit peuple
a écrit le 11/10/2013 à 15:23 :
Si il y a une chose à retenir de cette article , c'est qu'enfin un professionnel du secteur AVOUE que la loi SRU a eu un impact majeur sur le prix de l'immobiler . Mais la tabou est encore bien présent puisqu'il ne dit pas combien cela représente. C'est en fait 10-20% de plus sur le prix du neuf, le tout pour permettre à quelques maires essentiellement de gauche de se faire réélire dans un fauteuil . C'est que j'appelle du clientélisme ou de la corruption élective .
a écrit le 04/10/2013 à 19:09 :
llons Mr Dinon, dites la vérité:

lexplosion des prix du neuf est aussi du au fait qu'une partie de la marge va servir a financer les 30% d'HLM qui vont aujourdhui avec tout programme immobilier!
Réponse de le 07/10/2013 à 8:36 :
Il l'a dit
Réponse de le 09/10/2013 à 23:11 :
Ah bon ? Vous ne savez pas qu'il y a une très grande marge aussi pour les actionnaires surtout dans les sociétés côté pourtant en BOURSE ? Koffmann and et Bouygues en exemple. Allons dans votre sens, pourquoi alors dans l'ancien les prix se rapproche telle du neuf. Y a 30 à 40 ans, les coûts des matières sont moins couteuse avant la grande frénésie de l'entrée de l'euro monopoly. Le PDG de Koffmann avait même annoncé y a plus 1 an de cela dans les médias, que pour des biens neuf qu?il peut réduire la facture de -25% avec les nouvelles normes selon les prix du marché.
a écrit le 04/10/2013 à 17:03 :
A ceux qui révent d évolution il faut que l immobilier continue de grimper de telle sorte que les Tanguy soient obliger de se gendarmer pour obliger l etat de faire de l inflation pour qu ils puissent se sentant soutenu par elle, emprunter sur 20 ans. Profiteurs des années 70 acceptons les futurs profiteurs des années 2020.
Réponse de le 04/10/2013 à 18:10 :
impossible de faire de linflation avec l euro. au lieu de payer avec une monnaie de singe, c est la baisse des prix qui va avoir lieu. au final ca revient au meme: payer avec une monnaie qui ne vaut plus rien ou payer moins avec une monnaie qui vaut quelque chose.
Suel change le cote psychologique: la prochaine generation ne croira pas s enchir en investissant dans le parpaing, ce qui est au final une bonne chose
a écrit le 04/10/2013 à 17:02 :
Il est de notoriété non publique que le fait de faire du social dans un immeuble ou une tranche de programme reporte la perte financière sur les acquéreurs dans le libre...
Cela fait des années que la plupart des grande villes, dont Paris pratique comme cela : je vous vends le terrai très cher, ensuite je vous prends d'autorité X logements que je prends à 4000 ? le m² maximum, et débrouillez-vous ensuite pour équilibrer votre budget de construction et votre marge éventuelle sur les autres logements que vous pouvez vendre en direct... En fait, avant de parler de marge, il faut déjà parler du cout de construction pour toute l'opération, avec sur Paris un coût d'acquisition du foncier qui représente 40% de l'opération...
Quant à la marge de promoteur de Nexity elle est de 7,60% en 2012, alors dire qu'il se goinfre n'est loin d'être exact.
a écrit le 04/10/2013 à 16:56 :
Voilà à nouveau la sempiternelle propagande (hebdomadaire) d'A. DININ.
Les études sérieuses (source INSEE, SGEDD) montrent que si depuis 95 les prix de l'immobilier ont en moyenne été multiplié par 2,5, les coûts de la construction n'ont augmenté que de 63 % pour la même période.
Il est vrai que les prix des terrains ont suivi la même logique spéculative et ont encore plus augmenté.
Mais les études montrent qu'ils ne font que suivre les évolutions de l'ancien.
Quant aux normes tant fustigées (RT 2012), elles sont là pour réduire le coût d'usage (énergie) des logements, et les études avancent un surcoût (à l'investissement) de 15 %. Rien à voir avec les 150 % observés.
En vérité, les récentes augmentations sont essentiellement dues au crédit facile ces dernières années, et surtout aux politiques clientélistes passées visant à favoriser la rente immobilière par des avantages fiscaux aux investisseurs locatifs. Ceux-ci ont constitué jusqu'à 2/3 des achats de logements neufs (les programmes de NEXITY) en 2011, en faisant explosé la demande, mais surtout aussi les prix devenus dès lors inaccessibles pour les primo-accédants.
Si A. DININ veut voir l'activité de construction repartir, il faut qu'il accepte de mettre un terme aux erreurs passées, et dissuader l'investissement locatif qui n'a conduit qu'à gonfler cette bulle. Quand les "investisseurs" auront fuit le marché -ce qui est à souhaiter- et que l'Etat aura favorisé la construction de logement sociaux et -espérons- un choc foncier, les prix baisseront -espérons une réduction de moitié - pour revenir à une adéquation raisonnable avec les revenus des travailleurs.
Lorsque ces conditions seront réunies, la construction repartira, et les citoyens pourront se loger décemment (sans emprunt sur 30 ans!). NEXITY aura à nouveau des clients (certes un peu plus populaires et moins riches), et seuls les rentiers (vieux râleurs) continueront à se plaindre que l'Etat, dont ils haïssent tant les lois, ne vient plus les gaver de déductions fiscales.
Enjoignons notre gouvernement à garder un cap courageux pour le bien de la MAJORITE des citoyens (ceux qui travaillent pour gagner de quoi vivre et se loger).
a écrit le 04/10/2013 à 15:44 :
Tout est dit dans ces révélations:
1) Les propriétaires récents sont heureux d'apprendre qu'ils ont payé les logements sociaux de leur résidence pour assurer la marge du promoteur.
2) On ne peut plus espérer de plus-value. Alors, vous me le prenez mon clapier à 200000 Eur ?

La fête est finie et Alain Dinin ne se rase même plus.
a écrit le 04/10/2013 à 14:54 :
Encore un article larmoyant d'un groupe d'activités immobilières. Après ceux de Foncia, la Fnaim... peut-être que LT pourrait éviter de donner trop de place aux opérateurs immobiliers dont le métier, si nous n'avions pas compris, est comme les banques, un bon ROI.
a écrit le 04/10/2013 à 14:26 :
Ce type est vendu aux groupes de pression immobiliers. Faut faire le contraire de ce qu'il dit.
a écrit le 04/10/2013 à 13:50 :
Ce Mr oublie de parler de tous les dispositifs de spéculation immobilière (immo-papier, défiscalisation, etc..) qui perturbe un marché fait à la base pour SE LOGER!
a écrit le 04/10/2013 à 13:06 :
C'est la fin de l'investissement immobiliere et j'en suis tres content. Les prix commencent et continuent de baisser. Beaucoup d'économiste indique une surévaluation des prix qui peut entrainer une baisse de -40%. L'avenir nous le dira mais c'est clair que c'est vraiment trop cher. Nous (couple d'ingé) nous serions obligé de nous endetter sur 30 ans pour acheter un appartement correcte (rien de luxueux). Il y a vraiement un soucis quelque part.
Réponse de le 04/10/2013 à 14:23 :
Vous plaisantez? Pas oblige d'acheter sur Paris-meme non plus... Les prix restent tres abordables dans la capitale, compare a d'autres grandes capitales economiques (Londres, New-York, Zurich, Geneve...). Vous etes un couple d'inge: supposons que vous travailliez en Ile de France et que le revenu brut annuel du menage se situe autour de 75000 euros brut par an (pas excessif, largement atteignable en sortie d'ecole si vous sortez d'une ecole groupe A, ou bien apres 2 ou 3 ans d'experience sinon). Cela fait donc 4800 net par mois. Mettez 30% de cette somme dans le pret (plus ou moins ce que les banques accepteront de vous preter), on est a 1440 euros de mensualite. Si vous empruntez sur 20 ans (pas excessif non plus) a 3.1% (realiste compte tenu des taux aujourd'hui), vous empruntez 257000 euros. Avec un petit apport de capital de 40000 euros (20k chacun, c'est pas non plus abherant...), vous pouvez viser dans les 300000. Un bon 70m2 dans les Yvelines, un 50/55 m2 en premiere couronne... Ce n'est pas si mal pour demarrer non?
Réponse de le 04/10/2013 à 14:34 :
2 ingé a la maison et pas un qui sait que la croissance d'un pays et TOUJOURS associé a son immobilier ? -40% l'apart donc vous revez ne vous sera toujours pas accessible car vous serez du coup au chomage et les banque ne prettent que tres tres difficilement en periode de baisse.
Réponse de le 04/10/2013 à 15:23 :
y a DEJA eu -40 % sur l'immo dans les années 90 en France, en Espagne, en Irland, aux Usa, bref juste une question de temps pour que ce soit pareil ici
Réponse de le 04/10/2013 à 17:08 :
@ BOB : en tout cas, vous, c'est sûr, vous n'avez pas fait d'études d'ingénieur et de statistiques car vous confondez corrélation et lien de causalité.
Exemple : Depuis les années 50, il y a de plus en plus de femmes qui conduisent en % de la population. Dans le même temps, il y a de plus en plus d'accidents de la route. Un esprit faible et mal intentionné conclura de cette corrélation significatif que ce sont les femmes fautives d'accidents. Or, il n'en est rien, car il n'y a pas de lien de causalité...
Les statistiques démontrent qu'il y a un lien entre le temps de travail par habitant et le PIB par habitant. Ceux qui ont le plus fort PIB travaillent le moins (allemands, danois, norvégiens), et ceux qui gagnent le moins ont le plus long temps de travail (grecs, portugais). Pour suivre votre raisonnement, doit-on moins travailler pour devenir plus riche ?
Ne soyez pas naïf à la propagande des lobbies, et prenez du recul face aux vérités premières assénées comme des dogmes.
Réponse de le 04/10/2013 à 18:08 :
A Londres ou geneve, un inge gagne aussi nettement plus qu en France
C est d ailleurs pour ca que The economist disait que la france avait le marche immo le plus surrevalue : c ets la ou l ecart entre les revenus des gens et les prix etait le plus grand. Ca ete partiellement masque par des subvention de l etat (deduction des interets ou Scellier) et l nedettement (duree des emprunts en hausse), mais la fete est finie: l etat n a plus d argent pour subventionner l immobilier: dommage pour les baby boomers qui esperaient faire la culbute et les "winners" qui ont achete recement
a écrit le 04/10/2013 à 12:57 :
La hausse des années 2000 due à la hausse des coûts de construction? Pourquoi les prix des logements anciens ont-ils augmenté alors? (Sachant que le nombre de transactions dans l'ancien est largement supérieur à celui dans le neuf)

"Pourquoi ne pas interdire la location lorsque la part de revenu que consacre le locataire à son logement est trop importante ?"
Ben voyons!

"Le marché se régulerait ensuite de lui-même."
Qu'un dirigeant ayant largement profité des déformations de marché induites par les dispositifs favorisant l'investissement locatif (type Sellier) parle d'une régularisation du marché (au sens libéral) est d'une hypocrisie sans bornes.

Aux journalistes : arrêtez de toujours interviewer les mêmes personnes (agents immo, notaires, cadres du BTP...) ayant intérêt à avoir des prix élevés et un nombre élevé de transactions. Ne pourriez-vous pas davantage donner la parole a des économistes, des assos de consomateurs, des primos-accédants? A défaut, ne pourriez-vous pas challenger davantage les propos tenus par ceux que vous interviewez?
a écrit le 04/10/2013 à 12:39 :
Ce monsieur parle comme un spéculateur. Acheter pour se loger n'a jamais visé une plus value quelconque. Avec une bonne baisse, beaucoup vendrait pour acheter selon le besoin plus grand alors qu'aujourd'hui ça semble impossible pour une grande majorité.
a écrit le 04/10/2013 à 12:12 :
ON peut pas attendre d une personne qui vit de l immobilier autre chose que de dire qu il faut continuer a acheter de l immobilier, mais l interview est quand meme interessante. Il dit qu il n y a plus de plus value possible, autrement dit bonjour les pertes pour les acheteurs. Il met evidement la hausse des prix de ces derneires annees sur l augmentation des normes, c ets de bonne guerre. Mais dans ce cas pourquoi l ancien a aussi monté ? un batiment des annees 60 n aurait pas du voir son prix doubler. M Dinin le dit en creux: le prix du foncier represente 41% du cout a paris et plus du tiers a Lyon... c est pas une question de norme mais une bulle
a écrit le 04/10/2013 à 10:27 :
La méthode couette pour tous (jeu de mot entre auto persuasion et politique de l?autruche). Depuis le début ils savent que ce jeu de spéculation immobilière a une fin dramatique mais ils l?ont mené jusqu?au bout pour se goinfrer un maximum. Le prix des matériaux a augmenté a cause des marges exorbitantes des marchands de matériaux avec pléthore d?intermédiaires et de succursales. Consultez les prix sur des sites Allemand et vous comprendrez. Pour ce qui est du prix des terrains il est tristement humain que de vouloir tirer un maximum de la vente d?un bien et beaucoup d?intervenants ont lamentablement profités de cela avec excès et préméditations.
a écrit le 04/10/2013 à 10:12 :
La fin du règne de la pierre a sonné. Le XXIeme siècle favorisera l'arrivée d'un nouveau concept de logement assez paradoxalement moins durable mais beaucoup plus abordable et adapté aux conditions de vie et de travail. Révolutionnaire ! La webradio indépendante AWI www.awi1.com partage pleinement l'opinion émise par Alain Dinin. Il suffit pour s'en convaincre de consulter les chroniques proposées cette année voire les années précédentes sur le thème de l'immobilier et de la construction.
a écrit le 04/10/2013 à 9:57 :
si la culture n'est pas une marchandise, alors un toit, autrement plus vitale, ne doit pas l'etre aussi...
a écrit le 04/10/2013 à 9:46 :
la speculation et tellement forte que les prix on pratiquement triple dans certaine region LE RESULTAT C EST QUE PLUS PERSONNE NE VEND ET PLUS PERSONNE N ACHETTE ?,?? ont doit redevenir raisonnable ;? Contruire pour moi c est donne acces a un logement pour tous? est contruire des logement fais vivre enormement de gens ? AUTREFOIS LE BATIMENT DIRAIS L ECONOMIE PAR LE HAUT? CESONT NLES SPECULATEURS QUI ONT GRIPPE L ECONMIE???
Réponse de le 04/10/2013 à 10:18 :
speculateur...comment voulez vous speculer quand vous acheter un bien a credit ...vous avez deja 7% de taxe (notaire)des le depart soit a peu pres 1,5 an pour amortir ce cout.
Rajouter les travaux
rajouter les interets du credit amortissable (6 premieres annes vous rembourseé que des interets)
Rajouter les taxes (oui on paye des taxes)
alors dites moi comment on fait ou poiur speculer sur l immobilier...
ha oui si vous le faites en cash vous serez a l isf...
bref la verite n est pas forcement celle qu on croit
Réponse de le 04/10/2013 à 10:53 :
Depuis une semaine ...je n'ai PLUS DE LOCATAIRES ...et ...les EMMERDES ONT DISPARUES ...Vive les livrets A et LDD ...pas d'impots pas de loyers impayés , pas de réparations , pas d'assurances , pas de foncier , pas 15,5 % de contributions sociales, PAS DE MAUVAISE FOI , pas de fausses fiches de paye ..etc ..! Je suis un PARTICULIER PARTICULIEREMENT H E U R E U X !!!!!!
Réponse de le 04/10/2013 à 13:12 :
Tout le monde a spéculé. Combien de fois j'ai entendu autour de moi: "J'achéte maintenant car cela sera plus cher apres." ou "J'achète cher mais comme les prix augmentent je pourrai vendre plus cher quand on prendra plus grand" .... et j'en passe.
Les Francais ont spéculé sur la hausse de l'immobilier. Malheureusement, certain vont rester sur le carreau s'ils ne revendent pas rapidement.
a écrit le 04/10/2013 à 9:42 :
Regardez combien de logements sont à vendre sur le bon coin ....Je viens de me débarrasser d'une petite maison que les locataires ont quittée en janvier Une maison de 90 m2 des années 1965 dans une ville de 40 000 habitants pour 82 000 euros . Il y à 20 000 euros de mise aux nouvelles normes . J' ai fait un jeune couple HEUREUX qui rembourse 500 Euros par mois . C'était le montant du loyer encaissé sur lequel je payais 20 % de frais de gestion avec assurances , 15,5% de CSG ; la taxe fonciere ; c'est 50 % du loyer qui partait . Si je voulait mettre aux normes et éventuellement remplacer la chaudiere gaz ,cela représentait plus de 10 ans de loyer net encaissable........ J'ai récupéré mon argent..... ACTUELLEMENT , IL Y A TROP DES PROBLEMES AVEC LA LOCATION et les REVENUS NETS SONT PROCHES DU LIVRET A SANS IMPOTS .....Voila pourquoi il y a tant de biens à vendre .
Réponse de le 04/10/2013 à 10:17 :
@jules : et on vous traite de rentier !
Réponse de le 04/10/2013 à 12:35 :
En même temps, payer 20% de frais de gestion avec assurances, 100? par mois, comment dire...Les plus mauvaises propositions que j'ai pu lire pour des prestations similaires ne dépassaient pas 7% Il vaut mieux effectivement que notre ami Jules cesse les investissements, ce n'est pas trop son truc.
a écrit le 04/10/2013 à 8:22 :
bah ! en suisse ils peuvent le faire sur 99 ans et en plus le reporter sur leurs gosses .. pour parader facilement au quotidien .
Réponse de le 04/10/2013 à 9:31 :
Eh vous trouvez çà rationnel de vivre dans la dette?
Réponse de le 04/10/2013 à 10:20 :
en meme temps
si cest trop cher ba vous pouvez changer de quartier, louer ou acheter plus petit
et non tout le monde ne peut pas vivre sur les champs elysés
Réponse de le 04/10/2013 à 12:15 :
en suisse les credits sur 99 ans sont surtout fait pour des raisons fiscales, car on peut deduire les interets de ses impots. Pour le reste, ca a mis pas mal de gens dans la merde il y a une dizaine d annee quand les taux ont remontes et que les endettes n ont plus pu payer (eh oui, les banques ne font pas des prets a 99 ans a taux fixe !!)
Réponse de le 04/10/2013 à 13:42 :
@de Vaincre
De quoi vous me parlez!!! Le prix moyen à paris est 8000 euros le m2. Ca limite l'espace auquel on peut prétendre.
D'ailleurs la majorité des gens comme vous propriétaires ou multi propriétaires ne pourrez pas acheter avec les fruits de leur travail les surfaces dans lesquelles ils habitent.
a écrit le 04/10/2013 à 5:44 :
Vu le nombre de chomeurs, la rareté de l'emploi, sauf piston, vous croyez que des jeunes veulent s'endetter sur 20 ans ? Heu....
Réponse de le 04/10/2013 à 6:40 :
C'est le moment d'acheter, les boomers ont besoin de pognon !
Réponse de le 04/10/2013 à 7:53 :
C est le conseil d un agent immobilier?
Réponse de le 04/10/2013 à 13:14 :
C'est le moment d'acheter. Pensez aux spéculateurs qui ont besoin de faire une plus-value.
a écrit le 04/10/2013 à 2:08 :
faut il s attendre a de la moins value en achetant aujourd hui
a écrit le 04/10/2013 à 1:05 :
Maison = emprunt = enclume = chomage
a écrit le 04/10/2013 à 0:02 :
"Pourquoi ne pas interdire la location lorsque la part de revenu que consacre le locataire à son logement est trop importante ? "

Cette phrase là ne fait bondir personne?
Réponse de le 04/10/2013 à 6:37 :
Les banques ne sont pas censees preter des montants representant plus de 33% des revenus... c'est pareil. Ce que ce monsieur dit c'est que cela permettrait au marche de s'autoreguler. Si les gens ne peuvent plus louer, les prix baisseront... Il ne faut pas tronquer sa phrase, c'est trop facile !
Réponse de le 04/10/2013 à 12:36 :
Huhu ne doit jamais avoir loué quoique ce soit. Un locataire qui tire la langue par un loyer au-dessus de ses moyens finira par ne plus payer sa mensualité. D'autres pire qui peuvent payer estimant le loyer trop élevé "détruisent" votre bien avant de le quitter?etc alors le toujours plus qui chaque année augmente le loyer c'est pour les petits cerveaux surtout aujourd'hui.
Réponse de le 04/10/2013 à 14:51 :
@huhu : Si bien sûr. Il souhaiterait graver dans le marbre une pratique déjà appliquée de demander 3 fois (4 fois en zone tendue) le loyer en revenus. Et pour un logement de type 3pièces (médiane des besoins) en zone tendue, à moins de 800-900 euros (hors charges), vous ne trouvez pas. Ce qui revient à demander pas loin de 3500 euros de revenus nets déclarés, ce qui est somme toute assez au dessus du revenu médian français. Et encore, si le bailleur n'a pas calculé une sorte de "sécurité" en appliquant un pourcentage supplémentaire de revenus en fonction de vos crédits en cours, de vos métiers "à risque"... Mais bon, le monsieur de Nexity est bailleur, donc il cherche à tirer le max de toutes les conditions.
a écrit le 03/10/2013 à 22:14 :
Plan d'aide aux rentiers et pro de l'immobilier :
- Un prêt à taux zéro ++++ et +
- Les APL ++++
- Un super Duflot avec exonération fiscale pendant 15 ans
- Exonération totale des plus-values pendant 100ans
- Fin de toutes les normes administratives
- Achat par l état de tous les logements invendus au prix du marché
- T v a abaissé a 1% pour les promoteurs

C est pas un plan ambitieux ça ???
Papys boomers vous avez encore le pouvoir de vous enrichir aux dépend des jeunes. La ruine de la France vous salue bien bas.

a écrit le 03/10/2013 à 21:22 :
apres 15 annees a 15% par an, ca devient chaud! mais dieu merci certain politiceins proposent de monetiser les dettes de telles sortes que ceux qui ne peuvent rien acheter aujourd'hui ( et sont en cdd intermittents a temps partiel annualises au smic a paris) puissent en plus payer les dettes des autres par inflation ( hey, c'est dans 30 ans, alors plus personne ne se souviendra du nom 'montebourg', hein?)...vive la solidarite 'intergenerationnelle!' dans la justice reenchantee ;-)))... et pour le reste de la bulle? ah ben ca va pas tarder a degonfler, vu que ca a deja commence mais que c'est pas dans les chiffres...
Réponse de le 04/10/2013 à 10:29 :
@churchill : cela fait 5 ans que vous dites " cela va pas tarder" ; comme j aimerais vous croire , je veux construire , nous sommes à 1300e au m2 ? 1000e du m2 quand @churchill?
a écrit le 03/10/2013 à 20:20 :
des urbanistes nuls: Paris 13 Rungis, paris 14 hopital Broussais: du n'importe quoi dans tous les sens et en plus avec des densités faibles. Se rappeler que l'haussmanien permet des densités plus élevés que les folies narcissiques des urbanistes et architectes contemeporains
a écrit le 03/10/2013 à 20:13 :
allez les jeunes, c'est le moment d'acheter ; une occasion pareille ne se représentera pas de si tôt :)
Réponse de le 03/10/2013 à 21:11 :
Ben alors ? personne pour mon appart garanti vintage à prix d'or ?
Réponse de le 03/10/2013 à 22:24 :
Joe me porte acquéreur, la chance pouvoir acquérir un bien à 450 000euros, imaginez c pas donné à tout le monde!!
Ma femme et moi sommes cadres sup. nous évoluent autours des 8k? par mois ( 8000 euros).
C est le moment d'acheter et de s'endetter sur 30ans.
Nous ne sommes preneur que d un f3 de Mons de 50m carré
Avec cuisine américaine
Donc comptez sur nous, nous sommes de très bons cli.... pigeons
Réponse de le 04/10/2013 à 7:46 :
Mes propos d il y a 3 jours sont confirmés par un promoteur : le coût du foncier représente 15 % en moyenne pour un appartement en france si on excepte Paris . Vous avez trouvé la cause de la hausse de l immobilier : c est la faute aux vendeurs ! Ba c est faux ! Il faudrait que vous compreniez qu on ne dissocie pas le neuf de l ancien , le "principal" du "secondaire". Le coût fe la construction , les normes ( espaces verts imposés parking etc ..) + coût du foncier (19%) expliquent la difference avec l allemagne . Quand à vous @anti papy ..il faut être quand même "intégriste" ( je peux pasme passer de paris) pour acheter un clapier 50 m2 à paris pour 400 000e
a écrit le 03/10/2013 à 20:11 :
...est loin d'être un parangon de la gestion immobilière. Enfin je suggère aussi à ce monsieur Dinin d'aller se raser avant de se faire tirer le portrait... Je sais que c'est à la mode chez les gauchos, mais en principe, en France, on aime encore ce qui beau... Sa "tronche" n'est pas nécessairement une référence... Question de goût, d'accord!
Réponse de le 04/10/2013 à 4:27 :
Un gauchos ? Si je le rencontre dans la rue je le prend pour un SDF
Réponse de le 04/10/2013 à 9:46 :
il faut surtout se mefier des mecs bien "astiqués" avec la Legion d'Honneur...
Réponse de le 04/10/2013 à 11:23 :
@Nexity... : commentaire d'une intelligence remarquable....
a écrit le 03/10/2013 à 20:05 :
"le coût de la construction a doublé en 10 ans à cause de la hausse des prix des matières premières, ainsi qu'à l'accumulation de normes. " Cela frappe t-il l'Allemagne ou non ? Si oui, si les mêmes causes sont à l'oeuvre en Allemagne, comment, alors expliquer la disparité des prix entre la France et l'Allemagne.

"A Paris, le coût du foncier représente désormais 41% du prix de vente d'un logement neuf de Nexity, contre 35% à Lyon et 19% en moyenne au niveau national. " Comment expliquer alors que la hausse des prix ait été générale, et se soit produite aussi à Lyon ? Comment expliquer la baisse des prix ailleurs qu'à Paris désormais ? Le foncier est-il devenu plus rare ? Je ne polémique pas je souhaiterais simplement qu'un lecteur m'expliquer la cohérence des explications de Dinin.
Réponse de le 03/10/2013 à 22:33 :
Non le foncier n'est pas rare, regardez autour de vous, la France est le pays qui détient le plus de surface non construite, avec une faible densité de population au km2, dans les villes et aux abords, l'espace est capté par des locaux commerciaux. C'est une politique qui favorise l'implantation de zones commerciales qui captent le foncier au détriment de l'habitat.C'est une question de gros sous, plus rentable pour les investisseurs et les municipalités . C'est l'empire du hangar et des spéculateurs.
a écrit le 03/10/2013 à 18:40 :
Il suffirait d'une simple niche fiscale intelligente et d'incitations à l'endettement à des taux de crédit comprimés pour faire repartir les prix à la hausse et donc le marché. Que fait ce gouvernement d'incompétents ?
Réponse de le 04/10/2013 à 9:34 :
Les jeunes actifs ne veulent pas que les prix montent. Je crois que vous n'avez pas compris l'exaspération... Nous préférerons partir de ce pays de vieux nantis hypocrité (vive la gauche caviar et vive la révolution de 68 hein). Les mêmes qui pleuraient...
Réponse de le 04/10/2013 à 13:16 :
Je pense que son commentaire était ironique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :