L'Allemagne d'aujourd'hui, c'est la France de 1929 !

 |   |  878  mots
(Crédits : DR)
En 1929, la France a mené une politique d'accumulation de réserves d'or qui a mené l'Europe à la déflation. L'Allemagne conduit aujourd'hui une politique tout aussi inadmissible. Par Michel Santi*

C'est en décembre 1926 que les manipulations du franc français ont démarré, dès la fixation par Raymond Poincaré de son cours à 25 francs vis-à-vis du dollar. Poincaré fut effectivement appelé à la rescousse pour sauver un franc qui devait chuter au plus bas jusqu'à 50 contre le dollar en juillet de la même année.

Cette crise du franc aurait pu rester sans effet sur l'économie mondiale, mais les autorités françaises en décidèrent autrement puisqu'elles optèrent pour convertir en or la totalité de leurs excédents libellés en dollars et en livres sterling.

Bien au delà de la défense du franc...

  Cet activisme dépassait effectivement largement le stade de la simple protection des intérêts français et de la défense du franc. Il relevait de la pure manipulation en vertu de laquelle un pays use sciemment d'une monnaie nationale faible en la combinant à des taux d'intérêt élevés, tout à la fois pour favoriser ses exportations et promouvoir son industrie à travers le levier du gonflement de ses réserves. En réalité, les objectifs poursuivis par les responsables politiques et monétaires français étaient même doubles.

Objectif: la déstabilisation des monnaies rivales

  Favoriser l'activité économique française via la maîtrise du cours du franc, voilà qui aurait parfaitement pu être réalisé par la simple accumulation de réserves en monnaies étrangères, et donc sans la conversion de celles-ci contre de l'or.   Pour autant, ces acquisitions massives d'or par la Banque de France en 1926 et en 1927 avaient également pour objectif de tenter de déstabiliser les grands rivaux du franc, à savoir le dollar et la livre. Laquelle accumulation d'or par la France devait être relativement bien digérée par l'économie mondiale jusqu'à la fin de l'année 1928 car la Réserve fédérale américaine s'était avérée assez accommodante dans le sens de laisser filer vers la France une partie des stocks mondiaux de métal jaune.

Une compression des prix de tous les actifs, hormis l'or

  Néanmoins, à la faveur de la hausse du taux d'escompte US en février 1929, des flux substantiels d'or devaient également prendre le chemin des Etats-Unis, provoquant tout naturellement l'appréciation de ses cours. Phénomène qui devait mécaniquement contribuer à comprimer les prix de l'ensemble des actifs mondiaux (hors métaux précieux) dès l'été 1929 !

Cette frénésie française pour thésauriser l'or ne devait cependant pas se calmer. Bien au contraire, en fait, puisque les stocks ne cessèrent d'augmenter dans les coffres français - mais également américains - tout au long des années 1930 et 1931.   Durant la même période, l'économie française passait pour une des économies, si ce n'est l'économie, européenne la plus stable, la plus fiable et la plus dynamique… mais il est vrai que tant la Grande Bretagne que l'Allemagne se trouvaient au même moment dans une posture dramatique.

Le franc, valeur refuge

Toujours est-il que, contrairement à la livre et au reichsmark, le franc n'était pas soumis à des attaques spéculatives, mais était considéré comme une valeur refuge.   Si le contexte de l'époque présente des similitudes avec nos problématiques contemporaines, évoquons d'abord les points de divergence, en fait le premier d'entre eux, qui est l'étalon or en vigueur dans les années 1930 et qui conditionnait la totalité des prix des actifs et des valorisations mondiales.

Quand la Banque de France engendrait la déflation en Europe

Comme l'accélération de la demande d'or émanant des banques centrales induisait une déflation dans l'ensemble des nations corrélant leur monnaie nationale à cet étalon, la Banque de France - qui avait quadruplé son stock entre 1926 et 1932 ! - peut dès lors être considérée comme le principal promoteur de cette déflation qui devait causer d'immenses ravages sur l'économie mondiale de l'époque.   Aujourd'hui, le mécanisme facteur de destruction et responsable du mal européen se décline en une Banque centrale européenne incapable de persuader l'Allemagne d'augmenter les prix dans l'Union européenne jusqu'à un niveau qui autorise la reprise substantielle du marché de l'emploi.

Aujourd'hui, l'Allemagne joue un rôle inadmissible

A l'instar de l'attitude invraisemblable de la Banque de France de la fin des années 1920, la posture allemande d'aujourd'hui s'avère tout aussi inadmissible. Et d'autant moins excusable que l'hégémonie de ce pays est sans commune mesure avec l'importance relative de la France de l'époque, car l'Allemagne joue de nos jours un rôle prépondérant et absolument dominant dans l'économie globale. Une position qui confère des responsabilités qu'elle ne semble pas prête à assumer…

 

_____

Michel Santi, économiste franco-suisse, conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre de l'O.N.G. « Finance Watch ». Vient de paraître : une édition étoffée et mise à jour des "Splendeurs et misères du libéralisme" avec une préface de Patrick Artus et, en anglais, "Capitalism without conscience". Vient de paraître :"L'Europe, chronique d'un fiasco politique et économique"

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2013 à 0:20 :
Il n'y a jamais eu autant d'argent en circulation ni de richesses produites (trois fois plus qu'en 1980 et 100 fois plus que dans les années 30! Seulement l'argent ne va plus à l'économie réelle ,la finance a inventé des circuits purement spéculatifs ( encours des CDS = 32 000 milliards!, et le high frequency trading représente 80% des échanges... et 60 000 milliards dans les "paradis" ,une folie pure) Fermons les "bordels de la finance" que sont les "paradis fiscaux" par une loi d'une ligne : interdiction de toute transaction avec ces paradis sous peine de retrait des licences des banques ou saisit des biens des fraudeurs.(proposition de ..Merkel pas de gauchistes ..) Au très prochain Krach les états aux abois n'auront pas d'autre choix que de fermer tout accès aux "paradis" cela aura lieu un vendredi soir comme à Chypre... rappelez vous ,saisie pure des comptes bancaires .....)
a écrit le 15/11/2013 à 19:03 :
Dans les années 20-30, la France avait des colonie où elle pouvait se servir, en plus l'Allemagne a dû payer beaucoup pour la 1ère guerre à l'Etat français.
Aujourd'hui l'Allemagne n'a pas de colonie, mais doit payer pour les matières premières et la richesse provient du TRAVAIL des gens.
Réponse de le 15/11/2013 à 23:16 :
...et du travail des immigrés d'europe de l'est payés au lance-pierre
a écrit le 15/11/2013 à 16:14 :
Acheter de l'or est la chose la plus sensée qui soit au monde, c'est la seule monnaie universelle et éternelle, tous ceux qui en possèdent et qui veille régulièrement à augmenter leur stock sont des gens intelligents, que ce soit à l'échelle du particuliers ou d'une banque nationale.

Rachetons de l'or et vite avant que les chinois prennent tous, car quand le dollar dette s'écroulera il ne restera de valeur qu'à la seule vraie monnaie : l'OR !
a écrit le 15/11/2013 à 15:44 :
Monsieur le Défenseur du système Européen d’élimination sociale des jeunes et d extinction de l économie, veuillez présenter votre politique d’augmentation des prix, du chômage et de la baisse des salaires en place de chatelet au centre de la capitale. Le population qui subit un hiver rigoureux porte le bonnet et certains la révolte contre les sois disant progrès…
a écrit le 15/11/2013 à 14:43 :
il ressemble à Gilbert Melki dans "la vérité si je mens " nikoumouk ! ;o))) loooooool ...Michel, tu sais de qui ça vient ! sans rancune j’espère !
a écrit le 15/11/2013 à 14:35 :
il ressemble à Gilbert Melki dans "la vérité si je mens " nikoumouk ! ;o))) loooooool
Réponse de le 24/11/2013 à 23:29 :
Il est à peu près aussi intelligent que Melki...
a écrit le 15/11/2013 à 10:50 :
le comique hebdomadaire est devenu une rubrique de la Tribune
la crise de 1929 est revisitée et M SANTI va bientot proposer de reconstruire la ligne MAGINOT qui nous protegera de l'Allemagne en resorbant le chomage. Voilà de l'economie de haut niveau!
a écrit le 15/11/2013 à 10:24 :
Hello la tribune, je peux asvoir pourquoi vous avez censuré mes commentaires? C'est la vérité qui vous a piqué! Au lieu de faire la promotion de chroniques, d'interview ou d'articles nuls, passez plutôt plus de temps à avoir un regard critique sur ceux-ci. C'est votre rôle!
Minables!
a écrit le 15/11/2013 à 10:17 :
Qu elle référence!!! cela prouve au moins a quel niveau on se situe l Europe rétrograde est en marche !!on avance
a écrit le 15/11/2013 à 10:17 :
Article étonnant. Jusqu'ici les historiens de l'économie nous enseignaient que :
1) La France n'a pas été touchée tout de suite par la crise de 1929 grâce à la dévaluation Poincaré de 1928 !
2) Que la déflation et l’accélération de la crise étaient apparus en France en 1935 quand Pierre Laval (celui qui a été fusillé en 1945) décida de réduire les dépenses publiques et les salaires des fonctionnaires de 10%. La déflation active visant à redonner de la compétitivité sans dévaluer le Franc ...
a écrit le 15/11/2013 à 9:56 :
C'est donc bien a France, et plus particulièrement Poincaré, qui a déclenché la crise de 1929 ! et on découvre cela au détour d'un argumentaire de café de commerce contre l'Allemagne. Il est des prix Nobels qui se perdent !
a écrit le 15/11/2013 à 4:46 :
boff, on va plaindre ces pauvres Anglais et americains qui nous ont niqués au traité de Versailles, quand Foch voulait occuper l'allemagne pour qu'elle se sente vaincue, ce sont les Brits qui ont validé la profusion de marks, papier toilette, pour dédomager la France, pendant que eux se faisaient faire des echeances avec la nouvelle monnaie allemande créee après le Dowes plan
a écrit le 15/11/2013 à 1:09 :
Presque toutes les crises économiques et les krachs du 19ème siècle ont pour cause les variations des stocks d'or( par exemple un emprunteur qui ne peut plus trouver d'or ou une annonce sur une découverte d'or); je connaissais ce problème pour la France de 1929 et sa politique or qui a amplifié la crise en générant une déflation généralisée, il ne faut pour autant pas tout lui mettre sur le dos, on ne peut séparer cela de l'union latine( dont l'article ne parle pas), union basée sur l'or, dont la france fût un des derniers à l'abandonner, il fallait toujours plus d'or pour empêcher le franc de sombrer( et la fuite de capitaux) car le pays était en déficit chronique depuis le début du siècle. Le parallèle entre l'union latine et l'euro est sans doute bien plus parlant. Je ferais aussi le parallèle entre la France entre 1900 et 1960, pays qui a vu année après année sa monnaie s'éroder, et les états-unis après 74, dont la monnaie s'érodait aussi structurellement. Je n'irais pas jusqu'à affirmer qu'un jour les états-unis feront comme nous, en créant un dollar fort( = 100 anciens dollars) mais je pense cela fort plausible.
On peut toujours réutiliser l'or comme base monétaire( certains grand pays y songent pour contrecarrer le dollar), mais l'or, même s'il est moins pire que des horreurs comme le bitcoin, ne croît pas assez pour générer de l'inflation, ce qui génère des cycles internes redoutables comme au 19ème siècle, en fait, il faut sans doute plus penser à créer une monnaie qui se dévalue structurellement mais sans contrepartie de dette( même si cette monnaie a une base or), car l'inflation( modérée) est inséparable d'une société démocratique et technologique, l'inflation permet la rotation des salaires( les augmentations de salaires vont vers les métiers les plus demandés) et la destruction des rentiers( les monopoles ou les cartels deviennent intenables ce qui soutient la concurrence)
a écrit le 15/11/2013 à 1:08 :
Presque toutes les crises économiques et les krachs du 19ème siècle ont pour cause les variations des stocks d'or( par exemple un emprunteur qui ne peut plus trouver d'or ou une annonce sur une découverte d'or); je connaissais ce problème pour la France de 1929 et sa politique or qui a amplifié la crise en générant une déflation généralisée, il ne faut pour autant pas tout lui mettre sur le dos, on ne peut séparer cela de l'union latine( dont l'article ne parle pas), union basée sur l'or, dont la france fût un des derniers à l'abandonner, il fallait toujours plus d'or pour empêcher le franc de sombrer( et la fuite de capitaux) car le pays était en déficit chronique depuis le début du siècle. Le parallèle entre l'union latine et l'euro est sans doute bien plus parlant. Je ferais aussi le parallèle entre la France entre 1900 et 1960, pays qui a vu année après année sa monnaie s'éroder, et les états-unis après 74, dont la monnaie s'érodait aussi structurellement. Je n'irais pas jusqu'à affirmer qu'un jour les états-unis feront comme nous, en créant un dollar fort( = 100 anciens dollars) mais je pense cela fort plausible.
On peut toujours réutiliser l'or comme base monétaire( certains grand pays y songent pour contrecarrer le dollar), mais l'or, même s'il est moins pire que des horreurs comme le bitcoin, ne croît pas assez pour générer de l'inflation, ce qui génère des cycles internes redoutables comme au 19ème siècle, en fait, il faut sans doute plus penser à créer une monnaie qui se dévalue structurellement mais sans contrepartie de dette( même si cette monnaie a une base or), car l'inflation( modérée) est inséparable d'une société démocratique et technologique, l'inflation permet la rotation des salaires( les augmentations de salaires vont vers les métiers les plus demandés) et la destruction des rentiers( les monopoles ou les cartels deviennent intenables ce qui soutient la concurrence)
a écrit le 14/11/2013 à 22:07 :
C'est marrant tous ces "experts économistes" de la gauche française qui veulent donner des leçons aux allemands...c'est vrai qu'ils n'ont jamais été à un cours de catéchisme.... ils en aurait retenu 1 ou 2 maximes comme : "Avant d'enlever la paille dans l’œil de ton voisin, occupe toi déjà de la poutre qui se trouve dans le tien." ....
a écrit le 14/11/2013 à 18:48 :
Le chômage de ses voisins n'est pas un problème pour l'Allemagne, au contraire c'est du pain béni car cela lui permet de faire venir du personnels dont elle manque cruellement pour des raisons démographiques. Du personnel dont la formation ne lui aura rien couté puisque formés par leur propre pays. Personnellement je n’achète plus aucun produit made in Germany.
Réponse de le 14/11/2013 à 20:41 :
Pas de problèmes, tu as qu'a acheter Chinois .....et avant de dire autant de connerie, fait donc un petit passage en Allemagne. Tu dois être réchauffé à la sauce gaucho toi. Si la France n'était pas dans les choux à cause de toutes ces truffes, c'est certain les entreprises pourraient embaucher. Quand à moi, je préfère travailler en Allemagne qu'être au chômage en France.
Réponse de le 14/11/2013 à 21:17 :
@bob : Il y en a eu bien d'autres, avant toi, qui préféraient l'Allemagne, rien de nouveau. Tu te préoccupes de ton sort, c'est aussi répandu. Mais lis l'article et tu comprendras pourquoi les gens qui se préoccupent d'intérêt général, des sales gauchos donc, ont un problème avec l'attitude de l'Allemagne.
Réponse de le 14/11/2013 à 21:17 :
Désolé Rémy, pas d'accord avec toi. Les Allemands sont forts, très forts. Ils ont absorbé l'Allemangne de l'Est, ont mené leur réformes...etc. Tout n'est pas rose mais ils sont efficaces et ils se lèvent pour aller travailler. Nous devrions en faire de même et nous n'en serions pas là!
Mais qui donc peut croire que l'Etat peut tout? Français, réveillez-vous!
Réponse de le 14/11/2013 à 22:06 :
Allez donc faire un stage à Siemens comme moi et vous pourrez avoir un peu de crédibilité ! Vous dites n'importe quoi, l'Allemagne est loin d'être "forte". Ou sinon forte en coup bas ! Les Allemands ne sont pas plus efficaces et redoutables dans le travail que nous les français mais jouent avec des coups bas pour s’enrichir au détriment de ses voisins. Ils n'ont surtout pas eu un gouvernement comme celui de Nicolas Sarkozy qui nous a laissé une ardoise et un pays en ruine et qui est quasiment impossible à redresser à court terme ! Nicolas il a joué au poker avec Angela et il a perdu, et nous on paie l'ardoise !
Réponse de le 24/11/2013 à 23:32 :
@megas : je me disais bien que Sarko devait y être pour quelque chose.
Bon au moins en 2017 on jugera le bilan du pingouin et non pas de Sarko..
Réponse de le 27/11/2013 à 12:51 :
"Franck Biero a écrit le 14/11/2013 à 21:17 :
...Les Allemands sont forts, très forts. Ils ont absorbé l'Allemagne de l'Est..."

Non les allemands n'ont pas absorbé l'Allemagne de l'Est !! Les fonds EUROPEENS on fait en sorte que l'Allemagne réussisse sa réunification !
Sans l'Europe, l'Allemagne serait au plus mal dans ce chantier de réunification.
Ne pas oublier les choses quand elles ne sont pas arrangeante.
a écrit le 14/11/2013 à 18:28 :
Presque toutes les crises économiques et les krachs du 19ème siècle ont pour cause les variations des stocks d'or( par exemple un emprunteur qui ne peut plus trouver d'or ou une annonce sur une découverte d'or); je connaissais ce problème pour la France de 1929 et sa politique or qui a amplifié la crise en générant une déflation généralisée, il ne faut pour autant pas tout lui mettre sur le dos, on ne peut séparer cela de l'union latine( dont l'article ne parle pas), union basée sur l'or, dont la france fût un des derniers à l'abandonner, il fallait toujours plus d'or pour empêcher le franc de sombrer( et la fuite de capitaux) car le pays était en déficit chronique depuis le début du siècle. Le parallèle entre l'union latine et l'euro est sans doute bien plus parlant. Je ferais aussi le parallèle entre la France entre 1900 et 1960, pays qui a vu année après année sa monnaie s'éroder, et les états-unis après 74, dont la monnaie s'érodait aussi structurellement. Je n'irais pas jusqu'à affirmer qu'un jour les états-unis feront comme nous, en créant un dollar fort( = 100 anciens dollars) mais je pense cela fort plausible.
On peut toujours réutiliser l'or comme base monétaire( certains grand pays y songent pour contrecarrer le dollar), mais l'or, même s'il est moins pire que des horreurs comme le bitcoin, ne croît pas assez pour générer de l'inflation, ce qui génère des cycles internes redoutables comme au 19ème siècle, en fait, il faut sans doute plus penser à créer une monnaie qui se dévalue structurellement mais sans contrepartie de dette( même si cette monnaie a une base or), car l'inflation( modérée) est inséparable d'une société démocratique et technologique, l'inflation permet la rotation des salaires( les augmentations de salaires vont vers les métiers les plus demandés) et la destruction des rentiers( les monopoles ou les cartels deviennent intenables ce qui soutient la concurrence).
a écrit le 14/11/2013 à 17:41 :
Le parallèle de Monsieur Santi ne tient pas, car la France d'alors pratiquait la dévaluation compétitive alors que l'Allemagne d'aujourd'hui cherche un euro fort et stable. Les allemands sont tout simplement des forcenés de l'export car ils veulent être champions du monde dans tous les domaines et veulent écraser la concurrence, c'est dans leur nature. Et ils ont depuis 1919 coutume d'accepter que leur gouvernement leur serre la ceinture. Les Français ont depuis 1924 coutume que leur gouvernement leur lâche du lest tous les 6 mois. Ils ne se réunissent et ne s'efforcent que sur de grands projets qui dépassent l'état d'esprit mercantile, et leur corps enseignant maintient un esprit de lutte des classes qui occulte l'apprentissage du bon sens économique.
Réponse de le 14/11/2013 à 18:22 :
parfaitement d accord avec vous
Réponse de le 14/11/2013 à 21:05 :
Les Allemands ont "une nature" -c'est génétique ?-. Ils sont disciplinés depuis 1919 -Bismarck c'est oublié ?- . Les français paressent depuis le Cartel des Gauches. Les enseignants sont coupables. L'économie relève du bon sens. J'ai rarement lu autant de clichés en si peu de lignes. Une performance.
a écrit le 14/11/2013 à 17:36 :
L'export hors UE de l'Allemagne permet de garder la tête hors de l'eau. Les autres pays aussi compétitifs ne sont en rien gênés. Le problème c'est la France et d'autres pays (Grèce, Portugal) qui se sont vu distancé. Si l'Allemagne fait moins d'export d'autres prendront ses marchés (USA,Chine,Corée), mais il y à peu de chance que ça soit la Grèce ou la France. C'est aux nuls de revenir au niveau, pas aux premiers de la classe de se reposer.
a écrit le 14/11/2013 à 17:28 :
Sauf que se sont les chinois qu ithesaurisent de l'or!!!
a écrit le 14/11/2013 à 17:18 :
Il y a encore le petit livre rouge de Mao ou le manifeste de Karl Marx... Les pieds nickelés eux ont reçu le Prix Nobel du rire... C'est mieux!
a écrit le 14/11/2013 à 17:07 :
Je cite:
"Michel Santi, économiste franco-suisse, conseille des banques centrales de pays émergents."

Nous comprenons ainsi pourquoi ces pays resteront toujours émergents avec des professionnels de cette maigre qualité à les guider .....
Réponse de le 14/11/2013 à 17:22 :
vous croyez qu'il conseille le gouvernement francais? par exemple le ministre qui compare merkel a bismarck?
a écrit le 14/11/2013 à 17:05 :
Michel Santi n'est pas un économiste. Il distribue gratuitement sa propagande sans rien y connaître. Avec des gens comme ça en France aussi, logique que rien ne marche jamais et que la France coule.
Réponse de le 15/11/2013 à 6:52 :
Vous en rêvez de la déflation ? Vous allez l'avoir et après vous reviendrez pleurer ici...
a écrit le 14/11/2013 à 17:03 :
La France , ce beau pays, avec son record de retraités, de fonctionnaires, de copinage, de racisme, etc...
Réponse de le 15/11/2013 à 2:27 :
et de bimbos
a écrit le 14/11/2013 à 16:33 :
N'importe quoi cet article. Un tissu d'idoties et de contre vérités
Réponse de le 19/11/2013 à 16:56 :
c'est la specialité de Santi !
a écrit le 14/11/2013 à 15:59 :
L'Allemagne a un pb avec l'europe mais avant tout avec l'Allemagne elle-meme. Le gain de competitivite allemant Cf art MYT tient essentiellement a la moderation salariale outré rhin et pas a la qualite des produits. Autrement l'excedent allemand correspond a l'effort de ses travailleurs et surement des plus precaires. Ainsi. merkel est face a une double difficulte, 1 en aidant les europeens elle se met a dos les travailleurs allemands et en aidant les travailleurs allemands, elle tue la poule aux oeufs d'or sans etre certain que cela beneficiera aux europeens.
a écrit le 14/11/2013 à 15:55 :
Les critiques sur le modèle allemand démontre plus l'étroitesse d'esprit des personnes qui le font. Faites plutôt mieux de de chercher ou de proposer des solutions pour la crise en France, au lieu de tirer dans le vide sur le(s) voisin(s).
Réponse de le 14/11/2013 à 17:51 :
Puisque nous partageons la même monaie, nous avons le droit de commenter nos politiques économiques respectives. Selon votre réflexion, il faudrait d'abord faire exploser l'euro, et ensuite seulement, on pourra s'occuper de notre politique française sans s'occuper des affaires de l'Allemagne. Car à ce moment là, l'Allemagne pourra continuer sa déflation salariale, laquelle sera immédiatement annulée par la hausse équivalente du mark, et n'impactera donc aucunement la France.
Réponse de le 15/11/2013 à 12:57 :
-
a écrit le 14/11/2013 à 15:44 :
Les critiques sur le modèle allemand démontre plus l'étroitesse d'esprit des personnes qui le font. Faites plutôt mieux de de chercher ou de proposer des solutions pour la crise en France, au lieu de tirer dans le vide sur le(s) voisin(s). La fuite vers l'avant ne sert à rien!
a écrit le 14/11/2013 à 13:49 :
J'ai du mal à voir le moindre rapport entre les manipulations du franc et la santé économique éclatante de l'allemagne d'aujourd'hui, qui ne doit rien à sa monnaie. Mr Santi a vraiment fumé la moquette !!
Réponse de le 14/11/2013 à 17:53 :
L'Allemange ne doit rien à sa monnaie ? Je crois rêver... Que croyez vous qu'il se serait passé ces dernières années si l'Allemangne avait encore son mark ? Aurait-il la valeur de l'Euro actuel ? La valeur d'une monnaie n'a aucun rapport avec le solde des comptes courants d'un pays selon vous ?
Réponse de le 15/11/2013 à 12:21 :
@ Tintin : sortez de votre rêve et expliquez nous en quoi la valeur d'achange de la monnaie influence la productivité d'un pays, surtout quand il exporte 90 % de sa production dans une zone monétaire ayant la même monnaie que lui ... ??? Quand à votre question, il se serait passé exactement la même chose, rappelez vous des années 80 : le mark se révaluait régulièrement, et les allemands continuaient à exporter toujorus plus ... On achète un produit allemand pour sa haute valeur ajoutée (ie avec bcp de productivité) , pas son prix ...
Réponse de le 16/11/2013 à 6:01 :
Je crois qu'en fait, la zone Euro ne représente plus que 40% des exportations de l'Allemagne, d'après le rapport annuel de Bundesbank, contre 50% en 2000. Certes le marasme du continent fait que ce chiffre est peut être artificiellement bas, mais contrairement à ce que disent les économistes tendance cocardière, l'essentiel des exports allemandes ne "se fait plus sur le dos" des européens, et la tendance s'accentuera.
a écrit le 14/11/2013 à 13:46 :
Pitié !!! Encore un des économistes qui lit dans le marc de café. Faut dire entre les idéologistes qui courent les rues dans notre pays et les économistes qui ne devraient en principe pas faire bon ménage avec les premiers, nous sommes gâtés.
a écrit le 14/11/2013 à 13:37 :
Comparaison pertinente, et qui montre combien le fétichisme monétaire, un trait typiquement conservateur, peut être délétère pour l'économie d'une nation et du monde. La commission va enquêter sur la structure des excédents allemands et cela montre que tous ceux qui portent la volonté de dénoncer la politique nationaliste l'Allemagne marquent des points dans les esprits.
Réponse de le 14/11/2013 à 13:50 :
"le fétichisme monétaire est un trait conservateur" ???? Qu'est-ce que cela veut dire ? c'est quoi le fétichisme monétaire ? En quoi le fait de jouer sur la valeur d'échange del a monnaie serve à quoi que ce soit en terme de création de richesse ? il y a un lien qui m'échappe, mais que vous allez m'expliquer ?
Réponse de le 14/11/2013 à 20:06 :
il est donc inutile de tenter de vous expliquer quoi que ce soit...
Réponse de le 16/11/2013 à 5:56 :
J'ai beau relire cet article, je ne comprends rien à l'argumentation proposée, pourtant ces sujets sont ma tasse de thé quotidienne. Il n'y a d'ailleurs aucune argumentation , seule la juxtaposition de deux faits sensés donc entretenir une proximité parce qu'on les juxtapose. Bon, c'est la faute des allemands, en gros voilà. La Tribune ne s'honore pas à publier ce genre de torchon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :