Gestion des talents : et si on s'inspirait du modèle anglo-saxon ?

 |   |  887  mots
(Crédits : Reuters)
Les entreprises françaises seraient bien inspirées d'abandonner une partie de leur culture élitiste, et de mener une véritable politique de détection des talents, s'inspirant des expériences anglo-saxonnes. Par Vincent Belliveau, Directeur général Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) de Cornerstone OnDemand.

Visionnaire ou grand travailleur, la définition d'un collaborateur talentueux connaît de nombreuses variations. Plus généralement, le talent désigne une compétence remarquable, une aptitude singulière ou encore un don. La gestion des talents (ou Talent Management), un concept utilisé en ressources humaines, basé sur le potentiel de chaque collaborateur, a tout intérêt à démocratiser cette notion au sein des entreprises là où elle est initialement élitiste et centrée sur les hauts potentiels, notamment en France.

En mettant l'accent sur le potentiel des collaborateurs, quel que soit leur âge, la gestion des talents est une des réponses au chômage des jeunes et des seniors. Les jeunes Français connaissent un taux de chômage de 26,5%, supérieur de six points à leurs homologues anglais. Le taux d'emploi des 55-64 ans en France est le plus bas d'Europe, à 39,7%. Outre-Manche, il est de 57,1% !

Quelques bonnes idées anglo-saxonnes

De telles disparités pourraient bien être d'origine culturelle. Une exploration des cultures managériales permet de souligner quelques bonnes idées anglo-saxonnes en termes de gestion des talents. Elles pourraient pallier à l'inadéquation de certains collaborateurs aux exigences de l'entreprise.

Tout n'est pas parfait Outre-Manche non plus mais il est clair que la culture anglo-saxonne favorise une vision de la gestion des talents qui s'adresse à tous. Malgré des disparités d'une entreprise à l'autre, il est souvent considéré que chacun a un talent à développer. L'accent est mis, de façon pragmatique, sur les qualités managériales acquises dans l'entreprise plutôt que celles apprises à l'université : même diplômés du Mansfield College d'Oxford University, les jeunes Anglais connaissent un chômage de plus de 10%, faute d'expérience professionnelle.

Une culture française plus rigide et élitiste

A l'inverse, en France, la culture d'entreprise est plus rigide et élitiste. Les DRH français valorisent en priorité l'éducation et l'ancienneté. Seuls 23% jugent la formation des salariés « très efficace », contre 40% au Royaume-Unii ! La définition française du talent désigne souvent l'excellence scolaire, au mépris des qualités manuelles et humaines. Caractéristique de ce phénomène: les grilles de salaire à l'embauche, selon l'école fréquentée. Ce phénomène, répandu en France dans les grandes entreprises, n'est jamais aussi formalisé à l'étranger.

Intégrer les seniors dans la gestion des talents

De plus, les entreprises françaises valorisent mal le potentiel des salariés seniors. Leur politique de gestion des carrières, d'attraction et de rétention des talents est focalisée sur les 25 à 45 ans. Les collaborateurs français sont souvent mis de côté dès l'âge de 45 ans… alors qu'ils en sont à la moitié de leur carrière ! On les considère trop peu réceptifs aux nouvelles technologies, mauvais en langues étrangères et trop âgés pour que leur productivité s'accroisse. Même à ce niveau d'expérience, le diplôme initial conserve une valeur importante, freinant la mobilité interne.

Confronter nouvelles informations et acquis

A l'inverse, dans les pays anglo-saxons, les seniors sont mieux intégrés dans la gestion des talents. Le « blended learning » (ou formation mixte), qui confronte les nouvelles informations avec leurs acquis, leur convient parfaitement. Or, selon une étude CEGOS, les entreprises françaises ont 20 points de retard par rapport à leurs homologues d'Outre-Manche sur ce type de formation, expliquant en partie le déficit d'employabilité des seniors en France. En parallèle, les entreprises françaises restent assez frileuses face aux nouvelles technologies. Seules 17% d'entre elles ont formé plus de la moitié de leurs collaborateurs en e-learning, contre 40% au Royaume-Uni.

Les entreprises anglo-saxonnes sont convaincues par un suivi informatisé des collaborateurs: reporting et solutions de gestion des talents en sont un exemple. Selon un rapport Ernst & Young publié en 2009, 64% des entreprises interrogées, la plupart situées aux Etats-Unis, souhaitent implanter des programmes de gestion des talents en interne.

Détecter et former ses leaders

Selon une étude ANDRH-Fefaur/Cornerstone de mars 2013, 80% des managers disent que le leadership est la compétence la plus attendue d'un talent. Au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, un véritable leader dispose de compétences métier, mais aussi comportementales. Très souvent, il a déjà fait ses preuves sur le terrain.

La France gagnerait à l'abandon d'une partie de sa culture conservatrice, notamment des leaders plus à même de s'adapter aux changements de conjoncture, et une répartition des talents efficace pour une productivité accrue.

En effet, la gestion des talents n'est pas une détection périodique des talents, mais une démarche de long-terme. Il ne s'agit pas seulement de détecter les individus talentueux, mais de repérer quels collaborateurs auraient un potentiel de leader encore non-développé. La gestion de TOUS les talents permet l'alignement de la stratégie en ressources humaines sur celle de l'entreprise.

De plus, intégrer l'ensemble des collaborateurs et des partenaires sociaux autour d'une éthique commune est un avantage en période d'incertitude économique. Une bonne gestion des talents permet de réconcilier l'individu et le collectif afin de renforcer la culture d'entreprise.

A terme, une gestion des talents pertinente pourrait contribuer à la résolution de certaines questions de société, dont l'effritement de la société salariale et le chômage des populations fragilisées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2013 à 7:22 :
Le jeune Vincent a semble-t-il une vision parcellaire de ce qu'est le talent. Il devrait sortir un peu de son bureau, de ses tableurs et ses notes pour se rendre compte que dans la vraie vie, le talent, c'est autre chose.
a écrit le 18/12/2013 à 0:25 :
"Les jeunes Français connaissent un taux de chômage de 26,5%, supérieur de six points à leurs homologues anglais."
mais oui en attendant quand ces 26.5% représentent 9% des jeunes qui ont entre 15 et 24 ans , ce sont 12% des jeunes anglais qui sont sont au chomage représentant 21% des actifs .... Eh oui , avec une nation qui a un des taux les plus faible de scolarisation a 18 ans (moins de 60% quand les francais le sont a 76% et les allemand a 80%) les britanniques affichent 900.000 jeunes chomeurs (21%) et la france 700.000 chomeurs de moins de 25 ans (avec 26.5%) .....

ou l'art de faire dire toujours n'importe quoi au taux de chomage quand on ne regarde pas le taux d'emploi des jeunes .....

Donc en nombre absolu pour deux pays qui ont un population de 62 millionsdh'abitants, ceux qui peuvent plaindre les autres ceux sont les francais qui constatent que les britanniques ont 200.000 chomeurs jeunes de plus qu'eux ....
MAIS LA bonne presse evidemment continue sa flagellation francaise ....
a écrit le 17/12/2013 à 17:44 :
Encore un qui parle en rêvant et sans avoir aucune expérience de terrain :-) Au Canada, pays anglosaxon je crois, la détection de talents, c'est plutôt le copain du copain et la priorité aux locaux...comme en France d'ailleurs :-) On fait par exemple venir des immigrés hautement qualifiés qui s'entendent dire qu'ils n'ont pas de diplômes canadiens ou d'expérience professionnelle au Canada et donc ne sont pas employables :-) Le dicton dit d'ailleurs qu'à Toronto, nous avons les chauffeurs de taxi les plus diplômés du monde :-)
Réponse de le 17/12/2013 à 18:48 :
hélas... résidente au Canada et a québec (sans majuscule), ici, la gestion des talents tient plus d'un réflexe identitaire et corporatiste que d'une vision longtermiste de developpement des personnalités les plus aptes, loin de la..
Réponse de le 17/12/2013 à 21:49 :
En complet désaccord avec votre position sur le Canada. Ce n'est pas une question de copain-copain. C'est simplement que les grands concours et les grandes écoles, ce n'est pas tout. Cela aide seulement à débuter dans un poste de base ou intermédiaire. Vos aspirations étaient peut-être trop élevées comme cela arrive à trop d'immigrants français fraichement arrivés. Vous devez faire vos preuves et on veut connaitre vos RÉALISATIONS, pas seulement vos notes de cours!
a écrit le 17/12/2013 à 17:07 :
on en est encore à la GPEC..... c'est pathétique........ il n'y a pas que le coût du travail qui est revoir dans ce pays

la gestion et la détection des talents peuvent intervenir très positivement vers 14/15 ans..... et être très utile pour accompagner nos ados dans leurs orientations futures.....

on pourrait en reparler sur de nombreux sujets.... par exemple... sélection et formation des médecins....... en lieu et place, on sélectionne des bêtes à concours..... dont 10% seulement, en fin d'études, veulent faire de la médecine de ville...... alors on "importe" des médecins des pays de l'est.......
a écrit le 17/12/2013 à 17:05 :
Le seul hic est qu'on ne trouverait pas ces talents dans les familles qui se passent les les postes bien rémunérés de parents à enfants ou au moins en cercle fermé, entre "amis". Cela ne peut donc fonctionner, en France c'est la naissance qui décide de votre avenir, à de très rares exceptions près.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :