Vote blanc : la fausse bonne idée ?

 |   |  985  mots
(Crédits : DR)
En quoi le vote blanc améliore-t-il le fonctionnement de la démocratie? Voter, c'est d'abord choisir.... Par Arnaud Lacheret, enseignant chercheur à l'Idrac Business School et Chercheur associé au laboratoire Pacte-CNRS.

Une analyse trop rapide du vote définitif de la loi présentée par les centristes et permettant de décompter séparément les bulletins blancs des nuls pourrait nous faire croire que la démocratie a gagné et qu'enfin, les électeurs mécontents de l'offre politique pourront le faire savoir.

On peut aussi observer cette mesure de façon un peu plus large et se demander si les pays où le peuple est souvent consulté (Suisse), où le droit de vote est obligatoire (Belgique) et où les blancs sont comptés comme exprimés (Espagne) connaissent une démocratie apaisée et ne cèdent pas à la tentation du populisme.

Le vote blanc, contre le vote populiste ?

Le fait que cette loi soit définitivement adoptée au lendemain du vote populaire - et polémique - Suisse signifiant le rejet de l'immigration massive est en soi assez paradoxal. En effet, toujours plus de consultation populaire est-il forcément la meilleure solution ? Ne va-t-on pas aller vers plus de marketing politique, de propositions farfelues, visant à séduire les électeurs que l'offre politique ne contente pas ?

Le fait que cette loi soit adaptée maintenant pose également question. Au moment où la majorité et l'opposition peinent à rassembler les électeurs, la crainte d'un vote de rejet en direction d'un parti populiste a peut-être poussé les parlementaires à offrir cette possibilité aux électeurs déçus qui pourront ainsi protester sans mettre en péril les partis traditionnels. Mais est-ce vraiment une solution rationnelle de procéder ainsi plutôt que de se remettre en question ?

Voter blanc pour que la politique s'adapte…

Si la reconnaissance du vote blanc peut malgré tout être considérée comme un progrès, l'utilisation de cet outil va une nouvelle fois faire parler de « crise de la représentation » et d'inadéquation entre l'offre et la demande électorale, comme si on pouvait réduire le vote à un marché. On arrive ici à la notion d'électeur rationnel qui ne voterait qu'en fonction de son intérêt propre. Lorsque cet électeur ne trouve aucun intérêt au vote, il votera blanc afin que l'offre politique s'adapte…

Dans un monde complexe, l'offre ne peut pas correspondre à la demande, l'électeur doit donc procéder par élimination. Parallèlement, l'électeur semble demander au politique un langage « de vérité », autrement dit, que le dirigeant lui dise les choses telles qu'elles sont et lui promettent « du sang et des larmes ». On l'a constaté une nouvelle fois lors du précédent scrutin présidentiel, c'est souvent celui qui promet le plus qui gagne. François Hollande ne promettait-il pas le changement pour « maintenant » ?

 Les effets pervers du vote blanc

Jusqu'alors, les français qui ne se retrouvaient pas dans les candidats traditionnels avaient tendance à se réfugier au sein des offres extrêmes ou farfelues. Le panel des candidats et des partis est pourtant très large. Pour ne prendre que la dernière présidentielle, on pouvait facilement trouver un très vaste spectre idéologique alors pourquoi voter blanc ?

Faire croire aux citoyens que le vote blanc a une signification est donc particulièrement démagogique et ne pourra qu'avoir l'effet d'une surenchère de promesses irréalisables. La reconnaissance du vote blanc aura sans doute des effets positifs à très court terme, mais dans un monde où la politique est un marché faussé car l'offre ne peut plus rencontrer parfaitement la demande, cette mesure risque de voir exploser les propositions démagogiques, irréalisables et finalement bien peu conformes à l'idéal démocratique.

Signifier qu'aucun candidat ne convient

Le vote blanc est évidemment un choix supplémentaire pour l'électeur. Il prouve qu'à la différence de l'abstentionniste, la personne qui vote blanc se déplace pour signifier qu'il ne trouve pas de candidat qui lui convienne. Mais dans ce cas-là, que l'on comptabilise ou non ce vote, n'est-il pas le signe d'une frustration, d'une incapacité à choisir ou à éliminer. En son temps, Guy Mollet parlait de choisir au premier tour et d'éliminer au second, le non choix, la non élimination n'était même pas envisagée.

Alors que va donner la comptabilisation des blancs en France ? On peut lire ici et là des tribunes alarmistes annonçant que les blancs vont finir par être majoritaires tant la « crise de la représentation » est importante en France. A l'étranger, les pays comptabilisant le vote blanc ne sont pas très nombreux (en Europe, on comptabilise notamment les Pays-Bas et l'Espagne), mais cette option n'a jamais modifié le cours d'une élection. Par ailleurs, lorsque l'on connait le poids des votes extrêmes, indépendantistes et populistes dans ces pays, on est en droit de se demander à quoi sert ce droit.

 Voter, c'est choisir

Il est de tradition de se dire que dans une démocratie représentative, si le peuple veut un représentant, il ne peut pas ne pas choisir. En France, s'il ne trouve pas chaussure à son pied, il vote pour le moins mauvais mais il doit choisir, ou alors il ne vote pas. Lui offrir le droit de ne pas choisir change la philosophie de nos institutions, mais dire qu'on ne se reconnaît pas dans le choix proposé n'est-il pas aussi le signe d'un échec de l'électeur ?

Si aucun candidat ne lui correspond, peut-être l'électeur aurait-il pu se présenter lui-même, c'est son droit, ou alors concourir à l'expression du suffrage en adhérant à un parti politique pour reprendre l'article 4 de notre constitution.

L'absence de choix n'est donc pas, on l'aura compris, quelque chose qui coule de source dans une démocratie représentative. En France, cette possibilité est loin d'être conforme à l'esprit de nos institutions. Elle montre au mieux une mauvaise information sur l'offre politique, au pire un manque de courage et d'engagement de la part des citoyens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2014 à 19:11 :
Vous écrivez : "Si aucun candidat ne lui correspond, peut-être l'électeur aurait-il pu se présenter lui-même".

Sauf que ne se présente pas qui veux. Il y a des règles stricte qui font que poser sa candidature est impossible pour l'ensemble de la population.

Je pense qu'il faudrait non-seulement inclure le vote blanc dans les suffrages exprimés, mais également, si aucun candidat n'a la majorité requise, de recommencer l'élections avec interdiction pour les candidats batus de se re-présentés
a écrit le 22/02/2014 à 22:33 :
La raison du vote blanc est la crainte de l’oligarchie, qui préfère garder ses petits kapos plutôt que de risquer de voir montée le FN, c’est pour cela qu’ils veulent éventuellement mettre en place le vote blanc. L’oligarchie craint que les abstentionnistes ne se reportent sur le FN, voilà pourquoi ils réfléchissent au vote blanc, ils se disent que si les abstentionnistes peuvent voter blanc peut-être qu’ils le feront plutôt que de voter Front National. Ne vous imaginez pas que les politiques se soucient de la démocratie, il suffit d’ailleurs de voir toutes les mesures européenne qu’ils ont mis en place dans notre dos, à commencer par le traité de Lisbonne qui avait pourtant été refusé par les français en 2005. Ce sont tous des hypocrites, les uns comme les autres.
a écrit le 20/02/2014 à 12:54 :
La seule chose rassurante concernant cet article c'est la réaction des gens qui le commentent.... Merci à tous c'est bon de vous lire.
En même temps au regard du pedigree de l'auteur on comprend mieux sa prose.
Pour reprendre une citation du général De Gaulle "Des chercheurs qui cherchent on en trouve, des chercheurs qui trouvent on en cherche"
Réponse de le 20/02/2014 à 18:22 :
Grand bien vous fasse de commenter ainsi ma tribune. Petite précision, je ne suis pas fonctionnaire, je ne suis donc pas payé par vos impôts. Le Général de Gaulle parlait à l'époque du CNRS, je ne suis que chercheur associé, autrement dit, pas payé par cette vénérable institution mais par une école de commerce. Je suis en tout cas assez rassuré des différentes réactions: le sujet fait donc débat et c'est bien là le carburant de notre démocratie. Bien à vous.
a écrit le 20/02/2014 à 11:30 :
Moi je n'irai voter que lorsque un candidat sérieux se présentera. A l'heure actuelle; la politique française. est une politique de pitres incompétents
a écrit le 20/02/2014 à 11:24 :
"Si aucun candidat ne lui correspond, peut-être l'électeur aurait-il pu se présenter lui-même, c'est son droit, ou alors concourir à l'expression du suffrage en adhérant à un parti politique pour reprendre l'article 4 de notre constitution".

Ce monsieur plane à 15 miles. Le jeu électoral est complètement verrouillé par les partis. les partis n'étant pas eux-mêmes démocratiques. Pour ne prendre qu'un seul exemple, aucun militant du parti dit socialiste, pourtant recentré, n'aurait imaginé qu'il allait mettre à la tête de l'état quelqu'un qui copulerait de manière aussi éhontée avec le MEDEF.
a écrit le 20/02/2014 à 11:24 :
Cet article est NULLISSIME, ou comment dire aux gens "content ou pas content, faut choisir sinon t'es pas citoyen!"...
La désinformation en alimentant une peur du néant, voire en menaçant!
Réponse de le 20/02/2014 à 18:19 :
Nullissime? Vous n'êtes donc pas obligé de le lire non? Ce n'est qu'un avis que je donne, rien de plus. Bien à vous.
a écrit le 20/02/2014 à 11:08 :
Il faudrait qu'un certain pourcentage de votes blancs, surtout une éventuelle majorité, ait des conséquences, par exemple aux législatives de laisser le siège vacant. Cela permettrait d'éliminer un candidat corrompu, par exemple, sans voter à l'encontre de ses idées.
a écrit le 20/02/2014 à 10:09 :
Bref pour ce monsieur demander leurs avis au gens c'est antidémocratique, populiste et démagogique. Le rejet de la classe politique et le refus de choisir entre la peste et le choléra c'est mal....
Comme changer nos institutions et renouveler la classe politique ce n'est manifestement pas envisageable il ne reste plus qu'à changer le peuple....
Trop de gens qui brassent de l'air sur nos médias.... Ou comment s'attacher aux conséquences à la place de se concentrer sur le problème.
Quelqu'un pour rappeler la signification du mot "démocratie"?
a écrit le 20/02/2014 à 7:58 :
Il est saisissant de voir comme la maîtrise imparfaite de la langue dessert le propos
J'aime beaucoup "le droit de vote est obligatoire"
Réponse de le 20/02/2014 à 11:24 :
Vous avez raison. Désolé. Merci à la rédaction de corriger cette approximation.
a écrit le 20/02/2014 à 7:33 :
Le seul vote valable est la majorité simple à un tour, ce qui évite un second tour avec une élection en bandes organisées et la réapparition de personnes que vous ne vouliez pas!
a écrit le 20/02/2014 à 7:22 :
Si voter servait à quelque chose, il y a longtemps au ce serait interdit.
a écrit le 20/02/2014 à 0:25 :
Je n'ai jamais voté, je n'ai jamais été inscrit sur aucune liste électorale.
Choisir pour le moins mauvais est compréhensible -en théorie- puisqu'on ne peut pas coller parfaitement à tout le monde. Mais là ce qui est proposé à chaque fois c'est très loin de ce que l'on attend donc c'est juste inacceptable. Je refuse de cautionner ça et d'être responsable d'avoir mis à la tête de l'état des partis qui sont aussi loin de ce que je crois que ça.
Donc je ne vote pas. Si je votais je serai responsable et c'est hors de question de cautionner. Et si je votais blanc ce serai cautionner le système où seul le choix umps est valable, donc c'est non aussi.
Un manque de courage et d'engagement pour changer les choses?
Oui clairement! mais à ma décharge, n'importe qui qui voudrait proposer une alternative à l'umps se fera écraser, et par la façon dont ça fonctionne, et par les partis "totalisants"... alors à quoi bon? il suffit d'attendre et tenir jusqu'à ce que les français se souviennent comment on fait une révolution pour expliquer que le pays est à eux et pas à une élite auto-proclamée...
Mais il faut reconnaître que ça devient difficile à vivre... On a vraiment l'impression que la majeure partie de la france veut conserver le peu qu'on lui laisse et pour cela accepte de se faire marcher dessus et en plus doit dire merci... C'est très triste en fait.
Réponse de le 20/02/2014 à 0:50 :
Si le peuple français n'est pas prêt à se battre pour sa liberté, c'est probablement qu'il ne la mérite pas. Il n'existe aucune fatalité dans la soumission, seulement la volonté de se soumettre.
a écrit le 20/02/2014 à 0:10 :
test
a écrit le 19/02/2014 à 21:21 :
Et si lors d'une élection les votes blancs ont la majorité absolue,que fait -on ?On élimine tous les candidats et on refait avec de nouvelles têtes.C'est le principe de la vis sans fin.
a écrit le 19/02/2014 à 20:44 :
Le vote blanc qu'ils proposent n'a aucune valeur. Si on revotais lorsque les votes blancs étaient supérieur à un seuil avec interdiction pour ceux qui ce sont présenté de le refaire, là il y aurait plus de vote blanc. Pour ma part je vote blanc depuis de nombreuse année mais comme personne n'en a rien a carrer de mon vote, c'est fini je ferais un choix qui ne sera pas dans les parties dit UMP ou PS qui sont tous aussi nul et si un petit partie se retrouve au second tour je revoterais pour lui. Y en a marre de cette monarchie déguisé et de cette politique qui est plus tourné sur le kiki du partie d’à côté pour l'éliminer ou des "si on était au pouvoir on aurait pas fait ça" après l'avoir été 17 ans.
a écrit le 19/02/2014 à 19:12 :
Vous n'en avez que pour le vote blanc, et cela commence à être inssuportable. Le peuple français est pluri-ethnique, et il n'y a aucune raison qu'un sort particulier soit réservé au vote blanc. Cela me rappelle la sinistre époque de la colonisation, voire pire si on remonte plus loin dans le temps....
Réponse de le 20/02/2014 à 7:06 :
Mais tu blagues ou quoi Ausone ? Tu ne sais pas ce que signifie le vote blanc ou tu provoques ? Le vote blanc n'est pas le vote des blancs mais un vote ou l'on ne choisit personne , un bulletin blanc c'est à dire vierge ...
Réponse de le 20/02/2014 à 8:04 :
Ce commentaire ... tellement drôle !
Réponse de le 20/02/2014 à 9:52 :
encore un lavé du cerveau embrigadé dans une lutte fantasmatique contre le racisme colonialiste des blancs...banal.
Réponse de le 21/02/2014 à 16:45 :
Ausone, je suis complètement d'accord, mon vote vaut autant que celui d'un Blanc !!!
Mais n'est-ce pas déjà le cas ???
a écrit le 19/02/2014 à 17:35 :
Le panel des candidats et des partis est pourtant très large.
Hé bien, malgré ce panel, je ne me sens pas du tout représenté par les partis politiques de ce pays. Comme le vote blanc n'est pas comptabilisé c'est un peu facile de dire pour un parti que l'on a la majorité. C'est une fausse majorité et les politiques le savent bien et ils entendent que ce qu'ils veulent entendre, et ne font que ce qu'ils ont décidé de faire sans s'occuper du peuple . Nous l'avons largement vu en 2005 lors du référendum. seul le général de Gaulle faisait exception et consultait le peuple et se soumettait à sa demande. si on veut faire bouger les choses dans le bon sens dans ce pays, il faut redonner du vrai pouvoir au peuple, c'est à dire une vraie démocratie.
a écrit le 19/02/2014 à 17:26 :
On a bien compris qu'il s'agit encore d'une escroquerie ;-) Mais il y a plus grâve. Un de vos confrères a très pertinemment rappelé que Merkel ne faisait pas la politique pour laquelle elle a été élue, idem pour Monti en Italie, et notre bon roi Hollande pas davantage. En d'autres termes, pour qui que vous votiez, ne vous attendez pas à jouir de la politique à laquelle vous avez souscrit. C'est toujours un autre programme qui se joue
Réponse de le 19/02/2014 à 22:43 :
vous avez tout dit ! donc, vive l'ABSTENTION!
a écrit le 19/02/2014 à 17:19 :
voter blanc n'est pas une absence de choix, c'est l'expression de "je ne suis pas dupe, je ne suis pas d'accord". C'est un droit fondamental et son application permettra de relativiser les succès des élus.
Réponse de le 19/02/2014 à 17:33 :
C'est précisément le but de la manoeuvre ! Vous duper en vous faisant croire que vous ne l'êtes pas ! Maintenant, que vous savez, vos ne pourrez pas dire, ils m'ont encore eu, ça me dégoute...
Réponse de le 19/02/2014 à 17:54 :
Erreur, votre vote "blanc" n'aura aucune incidence sur les résultats !
a écrit le 19/02/2014 à 17:17 :
Lorsque l'on veut analyser un système, même l'absence de signal peut être source d'info. En cela, le vote blanc n'est pas spécifiquement nécessaire puisque l'abstention est le meilleur signal pour montrer le désintérêt par rapport à l'offre ; il s'agit donc d'une ultime parade après le redécoupage territorial, pour faire que les électeurs des partis historiques ne soient pas tenter d'en passer directement par un vote sanction trop lours... Personne n'est dupe, tout du mins, je l'espère, et chacun jugera en sa propre conscience (renouveler sa confiance... ou pas).
a écrit le 19/02/2014 à 17:02 :
Les gens votent pour qui ils veulent...et c'est TRES bien comme ça. Marre de ces manipulateurs et représentants de commerces en politique.
a écrit le 19/02/2014 à 17:00 :
Cet article montre que la démocratie est une menace pour certains. Choisir de voter blanc est un CHOIX. La conclusion de ce torchon journalistique est ridicule. Le hommes politiques doivent être au services des citoyens.
"En France, s'il ne trouve pas chaussure à son pied, il vote pour le moins mauvais mais il doit choisir, ou alors il ne vote pas. Lui offrir le droit de ne pas choisir change la philosophie de nos institutions, mais dire qu'on ne se reconnaît pas dans le choix proposé n'est-il pas aussi le signe d'un échec de l'électeur ?"
C'est un avis que je ne partage pas du tout. Pour avoir mon vote il faut le mériter, en quel honneur devrais-je décider de voter pour le moins mauvais ?

L'écart entre les hommes politiques et la population est le vrai problème, et le vote blanc pourrait "aider" les hommes politiques à mieux "écouter" les vrais problèmes des français.

La démocratie, qui normalement signifie "souveraineté du peuple" fait bien peur à nos élites et le vote blanc doit être un choix.

De toute façon, les médias font bien leur boulot, le vote pour la présidentiel en particulier sera toujours partagé entre PS et UMP. Le vote en France est une farce.
Réponse de le 19/02/2014 à 17:21 :
@nicolas : vous écrivez :"Choisir de voter blanc est un CHOIX", et plus loin, vous dîtes "Lui offrir le droit de ne pas choisir change la philosophie de nos institutions" => Etes-vous en phase avec vous-même ?
Réponse de le 19/02/2014 à 18:11 :
Bonjour,

C'est une citation du texte écrit par le journaliste. Et dis bien que je suis contre.

Donc oui je suis en phase avec moi-même.
Réponse de le 20/02/2014 à 0:01 :
Autant pour moi, veuillez accepter mes excuses
a écrit le 19/02/2014 à 16:53 :
Pourquoi dans un monde complexe rien ne pourrait correspondre a ma demande . Arretons de voter et comme le dit etienne chouard : tirons au sort !!!!
Réponse de le 19/02/2014 à 17:02 :
Très bonne idée.
Réponse de le 19/02/2014 à 17:34 :
Bonne idée, c'est moi qui tiens la liste ;-)))
a écrit le 19/02/2014 à 16:45 :
C'est surtout que ce votre blanc n'est pas un vote. Son seul intérêt est la sanction possible de candidats qui bien que majoritaires ou éligibles au sens de leur performance relative aux autres ne peuvent néanmoins pas être élus car ne réunissant pas un nombre suffisant des suffrages exprimés.
Or cette loi vide de sens ce concept puisque les votes blancs ne seront pas comptabilisés à ce titre.
En d'autres termes, si vous recueillez 100 voix et votre opposant 90, vous êtes élus, alors que le corps électoral compte 1000 personnes et que 500 ont de surcroit voté blanc, indiquant clairement ne pas vouloir des deux candidats.
Pire: avec les nouvelles dispositions concernant les scrutins locaux, il n'est plus possible de panacher pour les communes de plus de 1000 habitants. Donc on renforce la main mise des partis majoritaires et des appareils, niant une fois de plus la démocratie la plus élémentaire.
Une fois de plus on assiste à la mise en application de méthodes lamentables, consistant à donner pour nom à un texte qui nie l'essence même du nom qu'il porte.
Réponse de le 19/02/2014 à 17:36 :
ben oui, c'est pas un vote, puisqu'il n'a aucune incidence sur les résultats !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :