Ces banques qui engloutissent l'économie

 |   |  1326  mots
(Crédits : Reuters)
L'augmentation du poids de la finance dans l'économie peut nuire au contribuable, en cas de difficultés, mais nuit aussi, plus généralement aux autres secteurs d'activité. Par Howard Davies, professeur à Sciences Po Paris*

 Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney a surpris son public lors d'une conférence tenue en fin d'année dernière, en pronostiquant que les actifs bancaires londoniens pourraient croître jusqu'à atteindre neuf fois le PIB de la Grande-Bretagne d'ici 2050, ces spéculations se fondant sur la simple extrapolation de deux tendances : poursuite de l'intensification capitalistique à travers le monde (à savoir une plus forte croissance des actifs financiers que celle de l'économie réelle), et maintien du poids de Londres dans l'activité financière mondiale.

Hypothèses certes réalistes, ces projections inquiètent néanmoins de nombreux observateurs. Le fait d'accueillir un centre financier aussi colossal, en présence de banques nationales d'envergure démesurée, peut en effet se révéler extrêmement coûteux pour le contribuable. C'est ainsi qu'en Islande et en Irlande, les banques ont atteint une taille sans commune mesure avec la capacité de l'État à les soutenir lorsque cela est devenu nécessaire. Le résultat s'est révélé désastreux.

Une hypertrophie financière qui met à mal l'économie réelle

Sans même évoquer les éventuels coûts de sauvetage, certains font valoir que cette hypertrophie financière mettrait à mal l'économie réelle, en siphonnant un certain nombre de talents et de ressources qu'il pourrait être judicieux de déployer ailleurs. Carney affirme au contraire que le reste de l'économie britannique tirerait bien des avantages de la présence d'un centre financier international en son sein. « Notre présence au cœur du système financier mondial, » développe-t-il, « multiplie les opportunités d'investissement de la part des institutions en charge de l'épargne britannique, et renforce la capacité des industries manufacturières et créatives du Royaume-Uni à rivaliser sur le plan international. »

C'est là clairement le postulat sur lequel le marché londonien s'est construit, et le discours qu'ont servi les gouvernements successifs. Cette conception fait cependant l'objet de critiques de plus en plus prononcées.

Andy Haldane, l'un des lieutenants dont Carney a hérité à la Banque d'Angleterre, remet notamment en question la contribution apportée par le secteur financier sur le plan économique, pointant du doigt « sa capacité à la fois à dynamiser et à incapaciter de larges pans de l'économie non financière. » Haldane affirme (dans un discours à l'intitulé sans équivoque, « La contribution du secteur financier : miracle ou mirage ? ») que les chiffres de la contribution du secteur financier au PIB seraient considérablement surestimés.

Un quasi doublement du poids de la finance aux Etats-Unis

Deux publications récentes renforcent encore davantage ce doute. Dans leurs travaux intitulés « La croissance de la finance moderne, » Robin Greenwood et David Scharfstein, de la Harvard Business School, expliquent la manière dont la part de la finance dans le PIB des États-Unis a presque doublé entre 1980 et 2006, soit juste avant l'apparition de la crise financière, passant de 4,9% à 8,3%. Les deux principaux facteurs en appui de cet accroissement auraient ainsi été l'expansion du crédit et la croissance rapide des ressources dédiées à la gestion d'actifs (le tout associé - ce qui n'est pas un hasard - à l'augmentation exponentielle des revenus dans le secteur financier).

La gestion d'actifs, une faible valeur ajoutée, en réalité

Greenwood et Scharfstein nous expliquent qu'ils considèrent cette financiarisation accrue comme une évolution à double tranchant. Bien que cette tendance ait conféré davantage d'opportunités d'épargne pour les ménages, et diversifié les sources de financement pour les entreprises, la valeur ajoutée de l'activité de gestion d'actifs aurait en effet été illusoire. Cette activité aurait principalement consisté en coûteux montages de portefeuilles, tandis que l'accroissement du niveau d'endettement aurait contribué à la fragilité du système financier dans son ensemble, et imposé un lourd tribut social à l'endroit de ménages surexposés puis en situation de défaut.

Une corrélation négative entre croissance du secteur financier et productivité des autres secteurs

Stephen G. Cecchetti et Enisse Kharroubi, de la Banque des règlements internationaux - c'est-à-dire la banque centrales des banques centrales - vont encore plus loin. Ils font valoir que la croissance rapide du secteur financier réduirait la croissance de la productivité dans d'autres secteurs. En se basant sur un échantillon de 20 pays développés, ils établissent en effet une corrélation négative entre la part du secteur financier dans le PIB et la santé de l'économie réelle.

Les arguments fondant cette corrélation sont difficiles à établir de manière définitive, les conclusions des auteurs se révélant par ailleurs discutables. Pour autant, il apparaît clair que les entreprises financières sont en concurrence avec les autres en termes de ressources, notamment s'agissant de main d'œuvre qualifiée. Docteurs en physique ou en ingénierie peuvent ainsi préférer élaborer de complexes modèles mathématiques autour des mouvements du marché pour le compte des banques d'investissement et autres fonds de couverture, où l'on a tendance à les considérer comme de petits génies, plutôt que d'utiliser ce « génie » pour concevoir de véritables avancées technologiques.

Les entreprises, hors finance, peinent à recruter les plus brillants diplômés

Cecchetti et Kharroubi font valoir les preuves d'une tendance selon laquelle ce serait bien les entreprises les plus fondées sur la recherche qui souffriraient le plus en période d'essor de la finance. Ces sociétés éprouvent en effet davantage de difficultés à recruter de jeunes diplômés qualifiés lorsque les cabinets financiers sont disposés à leur verser de plus généreux salaires. Et il ne s'agit pas seulement d'évoquer les fameux analystes quantitatifs, surnommés « quants. »

À la veille de la crise financière de 2008, plus d'un tiers des diplômés MBA d'Harvard, ainsi que des diplômés de la London School of Economics, décrochaient un premier emploi dans la finance (et bien que certains cyniques remercient le ciel que les titulaires de MBA et autres économistes se tiennent à l'écart des entreprises du monde réel, je doute qu'il faille pleinement s'en réjouir).

Croissance du crédit égale boom de la construction

Les auteurs mettent en évidence un autre effet surprenant de cette tendance. Les périodes de croissance rapide du crédit seraient ainsi souvent associées à un boom de la construction, compte tenu notamment d'une relative facilité à faire valoir les actifs immobiliers en tant que garantie des prêts. Malheureusement, le taux de croissance de la productivité dans la construction demeurerait faible, et la valeur de nombreux projets alimentés par le crédit finirait par atteindre un niveau minime voire négatif.

Ainsi, les Britanniques doivent-ils entrevoir avec enthousiasme l'avenir que leur dépeint Carney ? Les aspirants traders en produits dérivés en tireront sans doute encore davantage de sérénité quant à leurs perspectives de carrière. D'autres acteurs de l'économie, axés sur la fourniture de services en faveur du secteur financier - tels que concessionnaires Porsche et autres strip clubs - pourront eux-aussi être rassurés.

Que restera-t-il aux autres secteurs de l'économie britannique?

Pour autant, si la finance continue de manière disproportionnée d'accaparer la majeure partie des talents, il pourrait bien d'ici 2050 ne rester que peu de choses du secteur manufacturier britannique, et encore moins d'entreprises de haute technologie qu'il n'en existe aujourd'hui. Quiconque se préoccupe des déséquilibres économiques, et s'interroge sur le poids excessif d'un secteur financier volatile, ne peut qu'espérer que cet aspect de la « forward guidance » fournie par la Banque d'Angleterre se révélera aussi erroné que l'ont été ses prévisions en matière de chômage.

Traduit de l'anglais par Martin Morel

*Howard Davies, ancien président de l'Autorité britannique des services financiers, sous-gouverneur de la Banque d'Angleterre, et directeur de la London School of Economics, est professeur à Sciences Po Paris.

© Project Syndicate 1995-2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2014 à 18:49 :
Le concept de "catallaxie" est mort en 2008 , il n'y a pas ,il n'y a jamais eu d'auto régulation des marchés . Seule l'économie réelle crée de la valeur ,les valeurs financières sont fictives et la bulle d'illusion va bientôt éclater ,la seule question c'est quand ? Les assurances vie vont partir en fumée écoutez Delamarche sur BFM ou youtube , c'est la fin. Prévoyez la faillite de dizaines de banques .... et un décret un vendredi soir par 4 ou 5 grands pays; interdiction de tout trafic avec les "paradis fiscaux" sous peine de retrait des licences bancaires . En quelques jours la gigantesque triche néolibérale apparaîtra au grand jour et les peuples ne seront pas tendres avec les fraudeurs . La Suisse et .... le Liechtenstein ont compris ,ils sortent très vite de la criminalité financière , les autre perdront tout .....
a écrit le 06/03/2014 à 10:30 :
Je n'ai peut-être pas tout compris, mais suffisamment pour en déduire qu'on ne sait plus qui tient le gouvernail. Enfin si, une espèce de grosse bête dont on n'arrive même plus à savoir où est la tête et où est la queue...C'est marrant, je viens de voir une photo où un python bouffe un crocodile. ça se passe en Australie. Malgré tout je vais aller voter aux municipales, small is beautiful ! Pour le reste, il y a ce sur quoi on peut agir et ce sur quoi on ne peut rien. Alors...restons zen !
a écrit le 06/03/2014 à 0:40 :
Cet "enflement" n'est qu'une "nouvelle" pour les "analystes"...
a écrit le 05/03/2014 à 14:33 :
Plus dure sera la chute
a écrit le 05/03/2014 à 12:10 :
Le Royaume Uni a tué son secteur primaire (Agriculture) au XVII pour développer son secteur secondaire (Industrie). Puis au XX siècle, il a tué son secteur secondaire pour développer son secteur tertiaire (Banque Finance Services).

Aujourd'hui, le UK n'est pas autonome alimentairement car son agriculture a disparu. Il n'est plus non plus un pays industrialisé. Il lui reste la City qui assure l'immense majorité de sa richesse. Il se battera donc comme un lion pour garder ce centre financier, et toute la part d'ombre et de corruption qui va avec.
a écrit le 05/03/2014 à 11:16 :
ils font de l'argent avec du vent sans rien créer et le résultat, quelqu'un paie en bout de chaine . l'inintelligence des états à l'interdire nous conduit de catastrophe en catastrophe alors un jour faudra bien s'occuper du problème avant de s'en mettre plein les poches.
Réponse de le 05/03/2014 à 12:15 :
Il suffirait que nous, citoyens, créions notre propre établissement financier sous forme mutualiste, et y transférer l'ensemble de nos avoir, pour couper l'herbe sous le pied à tous ces profiteurs/spéculateurs, qui en plus utilisent nos dépôts pour spéculer avec!

Utopique? Peut-être dans l'immédiat... Mais dans un futur proche...
Réponse de le 05/03/2014 à 15:53 :
Carpartes, vous ré-inventez l'eau tiède : renseignez-vous sur les "savings" écossaises qui ne sont rien d'autre que des "fonds de pension", MAIS où le gérant fait des placements "pépère" et peut restituer l'ensemble de TOUS les avoirs des sociétaires sous 48 heures. Les Ecossais se sont BATTUS pour pouvoir les conserver...
Réponse de le 05/03/2014 à 16:08 :
@ Carpatrick
Le pire , ce n'est pas qu'ils spéculent avec ...c'est qu'ils perdent TOUT votre argent.
Et dans ce cas-là , vous paierez davantage d'impôts encore pour les renflouer.
La protection ? Immobilier , or , argent physique. Pas en dépôt dans une banque , bien sûr...:-)
Réponse de le 05/03/2014 à 16:11 :
@ Yvan
Idéalement , d'accord , mais tout ce qui ne contient pas de risque attire le risque .
Je serais vous , je me renseignerais sur les banques qui sont entrées au capital de ces banques. :-)
Réponse de le 05/03/2014 à 21:50 :
@carpatrick Non, ce n'est pas une utopie, et ça existe déjà : ça s'appelle le bitcoin. Le bitcoin a été créé en 2008 en réaction à la crise des subprimes. Il est totalement décentralisé, et aucune banque ne peut le contrôler ou spéculer avec les dépôts (elles peuvent spéculer avec sa valeur, mais ça n'a aucune influence sur le bitcoin lui-même).
a écrit le 05/03/2014 à 11:11 :
Mais oui c'est un anglo saxon de poids qui vient de répéter tout haut ce que des latins voire germains ont largement analyser depuis des lustres. La finance c'est comme l'industrie du luxo-showbiz, un cancer qui tue des pans entiers de l'économie et qui fabrique la paupérisation des masses jusqu'à la révolution ou la société totalitaire mondialisé des riches bunkérisés, c'est la société du film " Le Soleil Vert". Le fait est que pas un des dirigeants du monde actuel à commencer par l'acteur Obama n'a bougé le moindre petit doigt pour modifier les choses, normal les amerlocs règnent en maitres à coup, c'est l'opinion de beaucoup d'européens, de brevets plus ou moins discutables ou abusifs, à coup de décisions de juges américains quasi exclusivement en faveur des intérêts des firmes US, et à coup de rachats et d'acquisitions à crédit payables en monnaie de singe que le monde entier est plus que moins obligé de se coltiner...et on ne citera aucun exemple récent à ce sujet, ni de bouquins, qui sont suffisamment explicites pour ceux qui auraient des rideaux devant leurs lunettes de myopes.
Réponse de le 05/03/2014 à 16:25 :
@ On croit rêver
Si il a dit ça...c'est parce que la réalité est bien pire...
a écrit le 05/03/2014 à 10:41 :
une bulle de savon qui gonfle et puis qui eclate ,pas besoin de science po ou de l ena pour comprendre,par contre les effets feront tres mal ...
a écrit le 05/03/2014 à 8:50 :
ouais ! et que fait on pour enrayer cela??? pauvres de nous, voilà que les énarques de tous bords s'inquiètent(un peu..!), alors que nous pauvres pékins , sans connaissance, sans rien, on décrit cette situation depuis longtemps ! nous avons à nos têtes que ce soit politiques, banques etc que de foutus incapables! et encore en étant charitable ...!
a écrit le 05/03/2014 à 8:30 :
ça y est ! ils commencent à voir le mur qui se profil à l'horizon. Même les riches devraient s'en inquiéter sérieusement, car c'est eux qui ont le plus à perdre, comme en 1929.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :