Le bitcoin, une vraie innovation, un vrai mirage

 |   |  870  mots
(Crédits : Reuters)
Les économistes portent des appréciations diverses sur le bitcoin. En tout état de cause, il ne peut jouer le rôle qu'on attribue d'ordinaire à une monnaie. Par Jean-Pierre Patat, CEPII

Le bitcoin est une monnaie virtuelle créée en 2009 par plusieurs informaticiens dissimulés derrière le pseudonyme de Satashi Nakamoto.

Pour payer en bitcoins, il faut télécharger un logiciel (gratuit). Les transactions, sur internet, sont anonymes et gratuites. L'émission se fait sans banques ni crédits, institutions et sources traditionnelles de la création monétaire, de façon totalement décentralisée, sous forme de « primes » attribuées aux membres du réseau. Le propriétaire de l'ordinateur qui génère le premier un code crypté permettant de valider une transaction reçoit 25 bitcoins.

Un montant limité de transactions

Une originalité du système est que, dès le début, le montant de l'émission de bitcoins a été plafonné, à 21 millions de bitcoins. À ce jour 12 millions ont été émis. Des chiffres qui paraissent importants, mais ne doivent toutefois pas faire illusion. La montant quotidien des transactions dans cette « monnaie » n'est que de quelques millions d'euros, contre 42 milliards de paiements rien qu'en France.

Une logique de marché, amplifiée

Un autre caractéristique, ce qui pour une monnaie est plutôt une faiblesse, est que son cours d'échange contre les devises existantes est extrêmement volatil. Certes, les taux de change des devises ne sont pas stables, mais n'atteignent tout de même pas la volatilité du cours du bitcoin : 0,025 euro en avril 2010, 860 euros début décembre 2013, 500 euros en fin de mois. Le bitcoin obéit ainsi aux logiques habituelles des marchés, avec ses rumeurs, ses espoirs et ses bobards, mais de manière très amplifiée. Peu avant Noël, il perd en 24 heures la moitié de sa valeur après l'annonce par les autorités chinoises de mesures pour endiguer la spéculation. Se greffent des risques de défaillances techniques ; ainsi, en avril 2013, le cours subit une sévère correction suite à la défaillance d'un site et des ventes en panique.

N'importe qui peut créer sa monnaie...

A priori, difficile de se faire un jugement sur un concept qui ne suscite pas des appréciations unanimes des spécialistes monétaires : la Banque de France et la Banque de Chine mettent en garde contre. Mais Bernanke estime qu'il s'agit d'un concept « intéressant » (sans toutefois préciser pourquoi). Plusieurs analystes crient bravo à cette initiative qui permettrait d'échapper à la rapacité des banques. Mais ces transactions anonymes et hors de tout contrôle prêtent le flanc aux suspicions d'utilisations criminelles.

N'importe qui peut en principe créer sa propre monnaie. Moi-même je peux signer des papiers assurant que je réglerai les dépenses de tout détenteur d'un de ces papiers, détenteurs qui peuvent s'échanger lesdits écrits, créant ainsi une circulation autonome, limitée évidemment à un petit cercle d'intimes. À une échelle beaucoup plus vaste et opérationnelle, la BNP, lorsqu'elle accorde des crédits et remet des carnets de chèques à ses clients, émet sa propre monnaie, comme le font la Société Générale ou d'autres banques.

Le problème est que si un de mes amis, détenteur d'un de mes généreux papiers, veut un jour sortir du cercle restreint, il aura des difficultés à convaincre sa caissière de supérette d'accepter ce papier en règlement. Il se tournera alors vers moi pour que je lui échange cet engagement contre de l'argent liquide ou contre un virement bancaire. De même, les clients de la BNP vont sortir du circuit BNP et émettre des chèques à l'ordre de clients d'autres banques. On pourrait imaginer que monnaie BNP et monnaie SG s'échangent librement sur un marché, à des prix variables selon la conjoncture, les rumeurs, la situation financière de tel ou tel établissement. C'est en pratique ce que l'on voit pour les taux d'échange des bitcoins en devises.

La Banque centrale, une garantie

L'existence de la banque centrale, qui accepte d'ouvrir un compte à la BNP, à la Société Générale et à d'autres, et de gérer les échanges entre ces comptes, confère, aux yeux du public, sa garantie à ces établissements en même temps qu'elle assure la fluidité des règlements sur une base de « cours d'échanges » totalement fixes.

Le système bitcoin, avec ses variations extrêmes de cours contre devises, illustre, jusqu'à la caricature, le problème d'un système de paiement, créé ex nihilo mais ne pouvant fonctionner qu'en vase clos, et dont on ne peut sortir qu'à ses risques et périls, car ne bénéficiant pas de l'apport, inestimable pour l'économie et le lien social, d'un organisme fédérateur dont le concours vaut label de confiance.

Une monnaie doit inspirer confiance et être convertible

En effet, toute monnaie, pour jouer le rôle d'une monnaie, doit remplir deux conditions : inspirer une confiance sans faille ; que l'on puisse la convertir aisément en d'autres monnaies.

On apprend aujourd'hui que le site bitcoin MtGox de Tokyo a fermé (en tout cas, il ne produit plus qu'une page blanche). Le cours du bitcoin, à 100 euros, a, en quelques heures, été divisé par 7 par rapport à son niveau de janvier.

 Plus d'informations sur le blog du CEPII

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2014 à 18:29 :
Encore un journaliste du Dimanche : cet article est un torchon - je ne vais pas perdre du temps à énoncer et corriger les nombreuse erreurs de ce papier - juste une pour la forme : le volume quotidien d echange de bitcoins est superieur à 1mds de USD... pas vraiment les "qqn millions d euros" dt vous parlez - j
a écrit le 14/03/2014 à 13:00 :
n'importe quoi cette tribune...

on en reparle dans 10 ans....
a écrit le 10/03/2014 à 17:21 :
Il est heureux que cet article soit gratuit….. on le paie sa juste valeur
a écrit le 10/03/2014 à 14:40 :
Pour celui qui n'y connais rien ni en économie ni en monnaie, mais qui a le droit de lire La Tribune et les commentaires qui y sont déposés, il est clair que cette histoire du bitcoin relève plutôt de l'escroquerie de petits malins que d'une avancée démocratique pour moraliser l'activité des banques ou constituer dans le futur une alternative. Les commentaires relèvent plutôt de la foire d'empoigne et des califes qui voudraient être à la place du calife. Pas de leçons à tirer.
Sinon que les petits futurs Madoff n'ont pas été loin. On voit que beaucoup rêvent de faire l'appli qui manipulera les foules de gogos. Le hard est génial, le soft est un vomi permanent de pseudo geeks.
a écrit le 09/03/2014 à 16:34 :
Le bitcoin révele le vrai niveau du journalisme français. Proche du zéro absolu, donc très loin de la valeur et de l'intéret du bitcoin.
a écrit le 09/03/2014 à 0:20 :
Encore un journaliste qui a cru comprendre la bonne information et qui pense que .... Les faits sont la arrêtez de diffuser de la fausses information ou pseudo information c'est fatiguant
a écrit le 08/03/2014 à 18:55 :
Jean-Pierre Patat a été Directeur général des Etudes et des Relations Internationales de la Banque de France. Il a également travaillé à l'INSEE et au Commissariat Général du Plan. Il a enseigné, à l 'ENSAE, à Sciences politiques, à Paris I et à Normal Sup. ...à la vuedes réactions je crois que l'ignorance se situe plutôt au niveau de ces commentateurs pa s très avisés a mon sens...a bon entendeur
Réponse de le 09/03/2014 à 2:35 :
voila qui démontre qu'on a beau avoir un très beau pédigré, quand on confond les transactions d’émission (21 millions de bitcoins) et les transaction de paiement (42 milliards d' € de paiement rien qu'en france) on est très mal parti

Il n'y aura que 21 millions de bitcoin émi car c'est comme ca que l’algorithme fonctionne. Faire une erreur aussi élémentaire relève de l'amateurisme. Voila pourquoi il y a autant de moquerie.

je passe les autres vulgarisation volontaires (ou plutot.. involontaires vu une telle erreur)

il a raison quand il dit qu'une monnaie n'existe que si on a confiance en elle. Mais la confiance est ailleurs que dans ce qu'il a appris dans ses cours d'économie. Elle réside dans son code et son algorithme mathématique transparent, ainsi que dans la cryptographie utilisée tout les jours pour contrôler les machines faisant tourner internet.
Il se trouve qu'il faut être plutot "geek" pour en comprendre les tenant et les aboutissants. Mais il se trouve que ce sont les geek qui changent le monde depuis 20 ans..
a écrit le 08/03/2014 à 14:31 :
Autant d'ignorance en 2014 sur le Bitcoin alors qu'il suffit de Googler un peu c'est affligeant. En plus de l'incompétence journalistique, celui-ci nous confirme son inaptitude à ce métier en exprimant une opinion au lieu de nous proposer des faits. Merci de vous renseigner un mimimum avant d'écrire autant d'idioties.
a écrit le 07/03/2014 à 23:31 :
celui la , il est très très fort.
a écrit le 07/03/2014 à 22:38 :
Tellement drole cet article :D Mon dieu... Le journalisme.
a écrit le 07/03/2014 à 22:38 :
Tellement drole cet article :D Mon dieu... Le journalisme.
a écrit le 07/03/2014 à 19:57 :
Quel travail d'investigation !

Premier paragraphe :

"Le bitcoin est une monnaie virtuelle créée en 2009 par plusieurs informaticiens dissimulés derrière le pseudonyme de Satashi Nakamoto."

Hier on apprenait partout que c'etait bien une seule personne, et que c'était son vrai nom

Je serais le patron de la tribune, l'auteur passerai à la compta pour son solde de tout compte
Réponse de le 09/03/2014 à 16:37 :
Ouais, mais c'est faux aussi. Satoshi Nakamoto n'a pas été retrouvé. C'est d'autre journaliste aussi mal informés qu'ici qui ont tenté un buzz foireux.
a écrit le 07/03/2014 à 16:02 :
Article démontable sur la plupart des idées.
Y'a trop à faire j'ai la flemme de m'en occuper ... :)
a écrit le 07/03/2014 à 13:05 :
Les pédants qui ont lis un peu de l'histoire de l'économie ont horreur de la pédagogie claire, quand un sujet est abordé approximativement, mais lance une alerte ou crée un débat.
C'est leur science infuse de grands "spécialistes" qui est en péril.
a écrit le 07/03/2014 à 12:57 :
Mais allez y les mecs vous qui avez le langage précis et l'orthodoxie des profs et pas le langage pour 8 ans. Créez votre propre monnaie. En économie il ne faut jamais être clair, le prix Nobel de l'économie aurait l'air d'un con, car c'est un prix de compétence comme vous dans votre discours de spécialistes. On voit les futurs gourous se pointer.
Bricolez, bricolez vous aurez des incrédules pour vous écouter.
En tout cas ce ne sera pas comme çà qu'on va endiguer la rapacité des banques.
a écrit le 07/03/2014 à 12:53 :
J'ignore qui est le CEPII, mais ne pas connaître l'Histoire au point de ne pas citer les bulbes de tulipe de Hollande, c'est limite. Car ce bitcoin n'est rien d'autre, si on ne peut acheter quoique ce soit. Ou juste l'échanger, comme un bulbe...
Réponse de le 07/03/2014 à 15:11 :
Et vouloir systématiquement tout ramener aux tulipes hollandaises et également un excellent moyen de démontrer une certaine ignorance de l'Histoire. La culture c'est comme la confiture ...
Réponse de le 08/03/2014 à 12:15 :
"Ou juste l'échanger, comme un bulbe... "
Ou comme de l'or. En parlant d'histoire, pourquoi ne pas citer plusieurs millénaires d'utilisation de l'or comme monnaie?
a écrit le 07/03/2014 à 11:11 :
Bordel mais je ne savais pas pour un journaliste qu'il est possible d'écrire autant de conneries !!
Il est pas à 100€ ... Mais 500 là.
Réponse de le 09/03/2014 à 0:21 :
1000....
a écrit le 07/03/2014 à 10:26 :
Broom, il ne te lira pas non plus ... Arroseur arrosé ...
a écrit le 07/03/2014 à 9:27 :
Avis à la rédaction.
Il est conseillé de ne pas se faire piéger par des textes comportant des erreurs de frappe et ou d'orthographe.
Conclusion je ne lit pas
Les économistes portent des appréciations diverses sur le bitcoin. En tout état de cause,

il ne jouer !!!!!!!!!!!!! What ?

le rôle qu'on attribue d'ordinaire à une monnaie. Par Jean-Pierre Patat, CEPII
Réponse de le 07/03/2014 à 11:05 :
Cet article a été ecrit par un enfant de 8ans ..?
Réponse de le 07/03/2014 à 14:42 :
Con clusion:
Je ne liS pas au liT
a écrit le 07/03/2014 à 8:58 :
Mieux vaut avoir des euros en poche 1.38$ .... !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :