Décidément, l’Allemagne ne change pas !

 |   |  529  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi/ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, l’Allemagne ne change pas !

Instauration d'un salaire minimum, politique familiale plus généreuse, abaissement de l'âge du départ à la retraite à 63 ans pour les travailleurs ayant 45 ans de cotisations derrière eux.

L'Allemagne semble depuis peu jouer une partition plus coopérative de relance de sa demande intérieure et vouloir prendre sa part dans la nécessaire convergence européenne. En apparence du moins, car les derniers chiffres allemands nous renvoient une toute autre image. Celle d'un pays égal à lui-même qui tire sa force de son industrie grâce à des entreprises ultra-compétitives.

D'un pays qui continue d'accumuler des excédents extérieurs massifs. Des excédents d'autant plus importants que la demande domestique est atrophiée en raison du contrôle très strict des salaires, condition sine qua non pour rester compétitif. L'Allemagne reste aussi un pays vieillissant avec un déficit démographique naturel à peine compensé par les flux migratoires. Le changement de cap annoncé fait figure de concession formelle, à replacer dans le contexte politique de la coalition. Sans prise sur la réalité à brève échéance.

Il suffit pour s'en convaincre de scruter de près la portée véritable des réformes en cours

Comme toujours, le diable se cache dans les détails. Oui, la création d'un salaire minimum est une révolution en Allemagne, l'Etat s'interdisant généralement d'intervenir dans les négociations entre les partenaires sociaux.

Mais à 8,50 euros de l'heure (il est actuellement de 9,53 euros en France), il mord sur très peu de secteurs. Surtout il va entrer en application très lentement.

La date officielle fixée au 1er janvier 2015 est en partie factice, de nombreuses branches pouvant bénéficier d'exemptions jusqu'au 1er janvier 2017. Enfin aucune revalorisation n'est prévue avant janvier 2018.

L'impact du salaire minimum sur la compétitivité allemande et la demande intérieure se fera donc sentir très progressivement. Si jamais il se fait sentir. Sur les retraites, les « gestes » ont aussi des allures de simples corrections.

L'épreuve des faits maintenant. Et d'abord, l'évolution des salaires

Selon les premières estimations de l'Office fédéral des statistiques les salaires réels allemands, c'est-à-dire corrigés de l'évolution des prix, ont reculé en 2013. Le recul est certes minime (0,2% seulement) mais c'est une première depuis 2009 et c'est aussi la confirmation de la nette tendance au ralentissement observé depuis 2011.

Le détail de la composition du PIB au 4ème trimestre révèle ensuite que sur le fond rien ne bouge. L'impulsion fin 2013 a été donnée par le commerce extérieur qui a apporté une contribution positive de 1,1 point.

Et si les stocks ont lourdement pesé pour ramener la croissance d'ensemble à 0,4% seulement, la consommation y participe également en diminuant de 0,1% sur le trimestre.

L'Allemagne est un pays mercantiliste et un pays vieillisant qui doit accumuler les excédents commerciaux, pour financer ses retraités d'aujourd'hui et de demain. Quant à ses performances actuelles, elles s'inscrivent bien plus dans le maintien de son modèle que dans sa transformation radicale.

 

 >> Plus de vidéo sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2014 à 15:44 :
en France on a construit une industrie sociale qui ne produit rien et on se lamante.....
a écrit le 15/03/2014 à 10:31 :
Décidément, La France, Non Plus!!!
a écrit le 14/03/2014 à 13:26 :
On ne change pas une formule qui marche... Et, il n'y a qu'en France que l'on croie encore que la relance économique s’obtient par la paresse.
Réponse de le 14/03/2014 à 13:32 :
Ouais ça marche vachement : encore plus de pauvres qu'en france et des ventes records de couche culottes... pour vieux !
Réponse de le 14/03/2014 à 13:39 :
les allemands doivent être travailleurs pour avoir des excédent commerciaux pareils ils doivent travailler au moins 1 million d'heures par semaine
Réponse de le 14/03/2014 à 17:40 :
Vous voyez je suis frontalier avec l'Allemagne et je fais mes courses dans ce pays, et je ne suis pas le seul, vous voyez ils ne travaille pas plus que nous mais ils sont moins c..
a écrit le 14/03/2014 à 13:24 :
Ce que vous dites est probablement vrai ;) !!! Mais Que Fait la France ;) ?? Pas grand-chose à la hauteur des enjeux ;)) !!!!
Réponse de le 14/03/2014 à 13:41 :
il faut qu'on baisse nos salaires de toute urgence comme eux par le passé. ainsi nous pourrons inonder l'Europe de nos produits. Les espagnols commencent à le faire
Réponse de le 14/03/2014 à 14:15 :
@hervé. de combien êtes vs prêt à baisser le vôtre ?
Réponse de le 14/03/2014 à 14:22 :
Certains salaires… ET.. Il y a toute une batterie de reformes nécessaires en France! A commencer par des reformes sociales et des reformes économiques pour faire baisser la facture de la France et des français!! On y arrivera !! Les Italiens et les Espagnols se sont mis !! La France n’aura pas d’autres choix; malgré des réticences de part et d’autre;)) !!
a écrit le 14/03/2014 à 10:34 :
Il est vrai que Xerfi devient un des sites de l'euroscepticisme parisien, il ne faut pas attendre de lui des jugements sereins sur l'Allemagne. Continuons les critiques, soyons irresponsables jusqu'au jour où l'Allemagne sans claquer la porte en fera de moins en moins en matière européenne, comme on le voit sur l'union bancaire. Il est vrai que le projet de la Commission a été accueilli avec une telle ferveur en France !
Réponse de le 14/03/2014 à 10:40 :
L'Allemagne n'a pas trop envie qu'on mette le nez sur les comptes réels de ses caisses d'épargne et grandes banques, vu que ça provoquerait une Grosse Panik sur les marchés...
Réponse de le 14/03/2014 à 17:56 :
C'est votre boule de cristal qui vous l'a dit.
a écrit le 14/03/2014 à 10:27 :
Que de sotte naïveté ! Si l'Allemagne reste ce qu'elle est , sans changer, la France reste aussi ce qu'elle est, une vassale avachie et humainement désintégrée dans le foirail anglo-saxon d'Europe.
Comment change-t-on un peuple, selon l'histoire ?
a écrit le 14/03/2014 à 9:39 :
Pourquoi changer (ou vouloir faire) une équipe qui gagne, sauf à vouloir l'affaiblir?
Le niveau des salaires est toujours mis en avant, mais jamais le cout de la vie, qui y est beaucoup moins élevé qu'en France.Un faible salaire en Allemagne vit mieux qu'un faible salaire en France.
Réponse de le 14/03/2014 à 13:21 :
@mandrake - +10.000!!! Il y a fort un parier qu'en France, on entretien un coût de vie prohibitif pour arranger certains!!
Réponse de le 14/03/2014 à 13:44 :
allez vivre et travailler dans un abattoir en Allemagne. c'est fantastique
Réponse de le 14/03/2014 à 17:44 :
Je travaille dans un abattoir en Bretagne et c'est pas mieux, ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas.
a écrit le 14/03/2014 à 9:30 :
L'Allemagne n'a pas que le défaut d'être meilleure que la France . Elle a aussi une disposition pénale dont on pourrait s'inspirer .
Au-delà d'un million d'euros , la fraude fiscale conduit automatiquement en prison . L'homme du Bayern vient d'en faire l'expérience ( 3 ans 1/2) ; avant père de la joueuse de tennis S. Graft en avait fait l'expérience .Mais ce n'est pas réservé à l'environnement du
sport . La France pourrait s'en inspirer utilement , en ajoutant que s'il s'agit d'une fraude commise par un politique , dans l'exercice de son mandat , la peine st doublée . Il y aurait beaucoup de Carrignon derrière les barreaux
Réponse de le 14/03/2014 à 10:33 :
Pertinente mais marrante remarque, au moment où l'on nous montre, plus banal qu'on pourrait croire, un phénomène de France au dynamisme conquérant qui vit en Suisse, met des sous à Guernesey pour capitaliser dans sa holding luxembourgeoise, cotée en bourse d'Amsterdam. Combien y en a-t-il de cet acabit ?
a écrit le 14/03/2014 à 9:26 :
La France malheureusement change encore moins. Pourtant nos problèmes sont bien plus importants. C'est une question de mentalité. En France on cherche les coupables, en Allemagne les solutions.
Réponse de le 14/03/2014 à 13:45 :
vous êtes déjà aller en Allemagne ?
Réponse de le 14/03/2014 à 17:55 :
Je suis frontalier je passe tous mes loisirs en Allemagne et c'est très bien, en plus la vie est moins chère et ils ont une bonne bière. Que demande le peuple.
Réponse de le 16/03/2014 à 1:23 :
allez habiter en Allemagne alors si la vie y est tellement belle
a écrit le 14/03/2014 à 8:56 :
l'Allemagne ne change pas...il y a quarante ans sur les bancs de l'école on apprenait l'industrialisation de l'allemagne et sa pollution environnementale...aujourd'hui le Nord de la france est sous une pollution due en partie aux retours des vents de nord est en provenance d'alllemagne qui brule charbon et lignite mais qui nous berce d'une refrain écologique. Seule notre crédulité à changé!
Réponse de le 14/03/2014 à 17:46 :
C'est la faute des allemands si Paris est pollué, c'est toujours la faute des autres, plus facile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :