Alstom, SFR, PSA… : le patriotisme économique a-t-il un sens ?

Par 28 minutes / Arte  |   |  269  mots
Reuters (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, le patriotisme économique a-t-il un sens ?

Alstom, Lafarge, PSA, Publicis, SFR… L'appétit des firmes étrangères pour les entreprises de l'Hexagone ne semble pas être sur le point de prendre fin. Le gouvernement français préfère faire valoir les intérêts stratégiques de la France sur son indépendance énergétique. Mais cela a-t-il encore un sens dans un contexte de mondialisation économique ?

MISE AU POINT
Par Sandrine Lecalvez

 

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine Deporet

2005, quand Pepsi voulait avaler Danone
Le bruit qui court d'une possible tentative de rachat du groupe français Danone par le géant américain PepsiCo a fait des vagues dans l'Hexagone. Des responsables politiques de tous bords, ainsi que des syndicalistes, ont dénoncé une opération qui pourrait se terminer par la perte de l'une des plus importantes entreprises du paysage économique français.

 

VU D'AILLEURS
Par Juan Gomez

L'Amérique protectionniste
Les Etats-Unis, pays du capitalisme et de la libre concurrence par excellence, n'aime pas trop qu'on touche à ses entreprises. Le Made in USA a de plus en plus la cote, et Barack Obama a même remis au goût du jour une loi datant de la Grande Dépression de 1933, le fameux « Buy american Act », pour relancer l'économie américaine. On est patriote ou on ne l'est pas !

 

DEBAT
Pour en débattre, Dominique Seux, directeur délégué de la rédaction des Échos, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière et Frédéric Saint-Geours, président du Groupe des Fédérations Industrielles.

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook