Heureusement, l'Europe est là pour nous imposer une dose de libéralisme

La construction européenne a joué un rôle majeur dans la mise en œuvre du projet libéral. Certains pays, comme la France ou la Belgique, résistent pourtant aux réformes. L'Union européenne joue alors un rôle fondamental d'impulsion, au besoin contraignante. par Marc Guyot et Radu Vranceanu, professeurs d'économie à l'ESSEC Business School

6 mn

(Crédits : DR)

 

Depuis l'émergence de leaders politiques comme Margaret Thatcher et Ronald Reagan, le libéralisme a été mis en œuvre dans de nombreux grands pays. Leur réussite a engendré une révolution libérale qui a balayé la planète, se traduisant par une ampleur sans précédent dans l'histoire de l'humanité dans la réduction des plaies que sont l'extrême pauvreté, la malnutrition et les épidémies. En effet, ce sont les pays émergents qui, suivant l'exemple des USA et du Royaume Uni ont mis leur confiance dans le marché libre de la façon la plus résolue et avec la réussite éclatante que l'on connaît aujourd'hui. Ce n'est cependant pas une surprise puisque ce sont ces pays qui avaient payé un prix élevé en termes de corruption, de pauvreté et de misère, alimenté pendant de nombreuses années par l'interventionnisme d'un Etat omniprésent. La nationalisation des entreprises, l'industrialisation pilotée par l'Etat planificateur et le protectionnisme ont ruiné ces pays au sortir de la décolonisation.

 Le vade mecum du libéralisme

Instaurer une structure libérale est simple. D'une part, il faut veiller au respect de la propriété privée et des contrats et d'autre part, il faut imposer la concurrence sur tous les marchés de biens et services marchands, le libre échange avec les pays partenaires et la libéralisation des marchés du capital et du travail. Sur les secteurs relevant du service public non marchand comme la santé, l'éducation, l'armement, le gouvernement doit piloter en direct en définissant les modalités des partenariats public-privé afin d'obtenir l'efficacité nécessaire tout en restant maître des normes et des orientations orientées vers le bien public. Il doit veiller, en outre, à la stabilité des règles et à leur totale transparence.

 Certains pays résistent au libéralisme

Certains pays d'Europe ont suivi l'exemple de la Grande-Bretagne et ont instauré un système libéral efficace. La Suisse, l'Autriche, les Pays Bas, la Suède ont libéralisé avec succès leur économie avant d'être imités par l'Allemagne. Cette dernière a commencé à bénéficier au bout de quelques années de ses réformes libérales et constitue aujourd'hui une vitrine convaincante.

On pourrait croire que le souci du bien commun suffirait à amener les gouvernements européens à instaurer le libéralisme. En réalité un certain nombre de pays résistent et demeurent dans des structures interventionnistes en dépit de l'impact négatif évident en termes de stagnation économique, de chômage, d'exclusion et de détérioration des services publics.

Dans ce contexte, quel est l'espoir des peuples d'accéder, malgré eux, aux bienfaits économiques que peut apporter le libéralisme que par ailleurs ils redoutent et rejettent? C'est tout l'enjeu de la construction européenne et de l'élection européenne à venir.

 Le rôle de la construction européenne dans le projet libéral

Le cœur du projet économique européen réside dans la conviction que la clef du développement économique est l'intégration des marchés nationaux dans un espace concurrentiel unique et intense, même si les textes fondateurs conservaient une certaine volonté de centraliser les décisions économiques et de maintenir un contrôle étatique dans certains secteurs comme l'agriculture.

L'UE est ensuite parvenue à créer le Marché Unique pour les biens et services, basé sur la suppression complète des barrières commerciales entre les pays membres, le transfert de la politique commerciale au niveau de l'Europe et l'adoption d'une politique de protection de la concurrence forte et commune pour l'ensemble de l'UE. Le Marché Unique a connu le succès escompté de dynamisation des échanges au bénéfice des consommateurs dans un environnement porteur pour les firmes européennes.

Beaucoup reste à faire

Aujourd'hui, beaucoup reste encore à faire. La Politique Agricole Commune, à l'origine créée pour soutenir un secteur agroalimentaire détruit par la guerre, s'est petit à petit transformée en une machine de transfert de ressources vers une minorité de gros producteurs agricoles. Presque 40% du budget de l'UE est absorbé par la PAC et les outils utilisés comme les quotas, subventions à l'exportation et autres transferts sont autant de coûts subis par les consommateurs et les contribuables.

Certains marchés de l'ancien secteur public marchands - énergie, transport ferroviaire - sont encore dominés par les anciens monopoles nationaux et restent fermés à la concurrence pan-européenne ; les efforts d'ouverture des autorités européennes se heurtent au barrage fort fait par une coalition de politiciens nationaux et de lobbys industriels. Ainsi ces firmes continuent de réaliser des profits de monopole au détriment des consommateurs usagers.

Le secteur bancaire, toujours un oligopole

Le secteur bancaire demeure un oligopole national protégé par les gouvernements qui ont longtemps fait barrage à la création d'un régulateur Européen et de l'ouverture que celui-ci aurait autorisée. Les abus des banques, bien que souvent sanctionnés par les Commissions nationales de protection de la concurrence, ont toujours été tolérés par les gouvernements. Cependant, la crise de l'Euro et des dettes publiques de 2010-2012 a forcé la main des gouvernants pour abandonner la protection insidieuse de ce secteur.

C'est avec l'euro que le projet européen avait vraiment failli

Mais c'est au niveau de l'adoption de l'euro que le projet européen s'avère le moins réussi. L'abandon de la flexibilité offerte par les dévaluations s'est révélé être désastreux pour les pays européens dont les marchés du travail étaient rigides. Des pays comme l'Italie et l'Espagne l'ont payé d'une grave crise économique et n'ont évité la faillite que grâce à l'action non-conventionnelle de la Banque Centrale Européenne. Cependant, grâce aux plans de restructurations imposés par la Commission Européenne, les pays en crise du Sud de l'Europe commencent à réparer leurs faiblesses structurelles, redressent leur compétitivité et renouent avec la croissance et avec des finances publiques saines.

 L'UE a un rôle fondamental d'impulsion libérale

Dans ces pays, tout comme dans d'autres comme la France ou la Belgique, la réforme structurelle libérale est très peu populaire. Il apparaît que peu de dirigeants politiques ont le courage de l'entreprendre, ou, s'ils ont ce courage, ils prennent le risque d'être remplacés par des partis populistes. L'Union Européenne a donc un rôle fondamental d'impulsion libérale fut-elle contraignante. Le prix a payer est qu'elle assume le mauvais rôle à la place des gouvernants, dans les pays rétifs au libéralisme, en leur servant de bouc émissaire pour faire passer les reformes nécessaires.

Cependant, le seul espoir pour ces pays rétifs de renouer avec la croissance et d'enfin réduire le chômage est la poursuite de la contamination libérale via l'action de la Commission Européenne. C'est de cette Union Européenne dont les peuples d'Europe ont besoin, et non d'une Union Européenne frileusement protectionniste dans laquelle chaque gouvernement continuerait à entretenir le clientélisme de ses vieilles entreprises nationales.

6 mn