Pour eux-mêmes, pour l'Europe, les Grecs doivent voter Syriza

 |   |  1358  mots
(Crédits : Reuters)
En portant Syriza au pouvoir, les Grecs obtiendront une réduction de dette bien plus importante qu'en renouvelant Samaras. Ils pourraient contribuer à changer la donne en Europe, au point de pousser l'Allemagne à sortir elle même de la zone euro. par Jean-Pierre Vesperini, Professeur agrégé des Facultés de droit et des sciences économiques

Le 25 janvier 2015, le peuple grec va procéder à un choix qui sera décisif pour lui-même comme pour l'ensemble de l'Europe. Ce jour-là, il devra choisir entre les partis qui soutiennent le Premier ministre, M. Samaras, et le parti Syriza. Voter pour le Premier ministre reviendra à choisir de continuer à appliquer la politique que M. Samaras a exécutée sous les ordres des gouvernements européens et du FMI. Sa politique a achevé de ruiner la Grèce. En effet, entre le moment où la crise grecque a éclaté, en 2010, et l'arrivée au pouvoir de M. Samaras, en 2012, les gouvernements successifs, déjà sous la houlette des gouvernements européens et du FMI, avaient fait chuter le PIB de la Grèce de 18 % en deux ans et augmenter le chômage de 600.000 personnes.

Une soumission aux gouvernements européens

En arrivant au pouvoir en juin 2012, M. Samaras a appliqué la même politique de soumission aux gouvernements européens et obtenu les mêmes résultats de baisse du PIB (‒ 5 % entre le second trimestre 2012 et le second trimestre 2014) et de hausse du chômage (+ 215.000 chômeurs supplémentaires). La chute dans la pauvreté s'est donc poursuivie en se ralentissant. Elle ne pouvait guère en effet continuer à un rythme aussi vertigineux. Et si  les derniers chiffres montrent quelques signes d'amélioration (+ 1,2 % pour  le PIB et ‒ 7.500 chômeurs entre le 3ème trimestre 2013 et le 3ème trimestre 2014), il est clair que la Grèce est désormais ruinée et que, au rythme d'amélioration constaté aujourd'hui, il faudrait au moins dix ans pour revenir à une situation plus acceptable.

Un échec lié à des politiques erronées

L'échec de M. Samaras résulte des politiques erronées que lui ont imposées les gouvernements européens et le FMI dans le but que la Grèce puisse retrouver sa solvabilité budgétaire et rembourser les sommes que ces mêmes Etats et le FMI lui ont prêtées. Pour rétablir sa solvabilité budgétaire, ils ont imposé à la Grèce une politique d'austérité budgétaire draconienne conjuguée à une politique de déflation salariale destinée à compenser la surévaluation de l'euro pour l'économie grecque. La combinaison de cette politique d'austérité budgétaire et de déflation salariale a ruiné la Grèce sans pour autant rétablir sa solvabilité budgétaire tant il est vrai qu'une économie qui ne connaît ni croissance, ni inflation, et dont la dette est égale à 175 % de son PIB, est évidemment insolvable.

Mettre fin à l'austérité et réduire la dette

 La Grèce ne peut donc sortir de ce cauchemar où l'ont plongée ces politiques erronées qu'en mettant fin à l'austérité et en obtenant une réduction de sa dette. C'est précisément le programme que souhaite appliquer le parti Syriza. C'est non seulement le programme que Syriza souhaite appliquer, mais c'est surtout, et c'est le plus important, le programme qu'il est aujourd'hui en mesure d'appliquer parce que, s'il gagne les élections, il obtiendra une réduction de la dette de la Grèce. Les gouvernements européens savent en effet que ne pas accorder de réduction de dette à la Grèce la contraindra à sortir de l'euro.

Aucun gouvernement ne souhaite voir la Grèce sortir de l'euro

Or aucun gouvernement européen ne souhaite voir la Grèce sortir de l'euro. D'abord, parce que tous les responsables de ces gouvernements ont lié leur sort politique au maintien à tout prix de l'intégrité de la zone euro. Une sortie de la Grèce serait pour eux un échec collectif et personnel qui mettrait leur carrière en péril. Ensuite, parce qu'une sortie de la Grèce engendrerait des pertes dont les contribuables de leurs pays, c'est à dire leurs électeurs, les rendraient responsables.

On notera d'ailleurs à cet égard que la chancelière allemande, pourtant habituellement fort avisée, a commis une erreur en commençant d'abord à sortir le bâton de la menace de l'exclusion de la Grèce de la zone euro, pour se faire ensuite désavouer par ses pairs et finalement se rétracter. Elle a ainsi permis à Syriza de se présenter en position de force à la table des négociations qui s'engageront s'il gagne les élections.

Dans ces conditions, l'intérêt du peuple grec est de voter pour Syriza plutôt que pour M. Samaras. Indépendamment du fait qu'il est urgent de mettre fin à une politique d'austérité aussi cruelle que contreproductive, il est certain que les Grecs obtiendront une réduction de dette beaucoup plus importante si leurs intérêts sont défendus pour M. Tsipras qui a fait de cette réduction l'un des points principaux de son programme plutôt que par M. Samaras qui, dans le sien, a soigneusement omis d'en parler.

Une économie sinistrée au sein d'une zone sinistrée

Mais le 25 janvier, les électeurs devront avoir conscience qu'ils ne sont pas seulement des citoyens grecs. Ils sont aussi des ressortissants de la zone euro. Or il est clair que, même si le programme de Syriza est préférable à celui de M. Samaras, même s'il pourra améliorer la situation du peuple grec par rapport à celle qui prévaut aujourd'hui, ce programme ne parviendra pas à assurer le retour au plein emploi et un niveau de vie satisfaisant si la zone euro ne retrouve pas elle-même la croissance.

Car la Grèce est une économie sinistrée qui appartient à une zone économique elle-même sinistrée. Et qui est sinistrée d'abord parce que les principes sur lesquels elle est fondée sont une négation des lois de l'économie politique et ensuite parce qu'elle applique des politiques erronées. Il faut en effet souligner que tous les pays de la zone euro à l'exception de l'Allemagne et de quelques pays qui lui sont liés, appliquent aujourd'hui des politiques d'austérité budgétaire et de déflation salariale, même s'ils les appliquent à des degrés divers et jamais avec le degré de violence qu'elles ont atteint en Grèce.

Ni les Etats-Unis, ni le Japon, ni la Grande-Bretagne doivent avoir un déficit public inférieur à 3 % du PIB

 En ce sens, si le peuple grec, en votant pour Syriza, rejette ces politiques et si son exemple est suivi par d'autres peuples lors des élections qui vont se dérouler cette année en Espagne et au Portugal, alors il donnera le signal d'un changement de la gouvernance budgétaire de la zone euro et mettra au rebut les règles budgétaires que la zone euro s'est donnée sous l'influence de l'Allemagne, mais qui ne sont justifiées par aucune théorie économique. Ni les Etats-Unis, ni le Japon, ni la Grande-Bretagne ne se sont donnés pour règle d'avoir un déficit public inférieur à 3 % du PIB ou un déficit structurel proche de 0. Pourtant, tous ces pays se portent mieux que la zone euro. Entre le point bas atteint en 2009, à la suite de la crise de 2007-2008, et le troisième trimestre 2014, les Etats-Unis ont connu une croissance de leur PIB de 13%, le Japon et la Grande-Bretagne de près de 10%, mais la zone euro de seulement 3,7%.

L'Allemagne, non satisfaite du fonctionnement de la zone euro, pourrait en sortir d'elle même

    Si ce changement de gouvernance budgétaire se produit au moment où par ailleurs la zone euro inaugure, sous l'influence de la BCE, une politique monétaire entièrement nouvelle, alors il se pourrait que l'Allemagne, constatant que la zone euro n'est plus conforme à la conception qu'elle s'en faisait, et ne pouvant en exclure les pays qui risquent de lui coûter trop cher, décide d'en sortir elle-même. Le départ de l'Allemagne de la zone euro serait pour l'Europe la manière la moins douloureuse de se débarrasser de cette construction contraire à la logique économique qu'a été l'euro et de pouvoir ainsi retrouver la croissance.

C'est dire qu'en accordant ses suffrages à Syriza, le peuple grec peut changer le cours de l'Histoire en Europe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2015 à 8:10 :
a part Syriza et nouvelle democratie, existent d'autres parties, qui participent aux elections. Curtains d'entre eux, comme par example To potami, etant troisieme aux sondages apporte des nouveaux arguments et de fraicheur au debat politique. On ne devrait pas a mon avis les ignorer...
a écrit le 22/01/2015 à 14:16 :
"Le départ de l'Allemagne de la zone euro serait pour l'Europe la manière la moins douloureuse de se débarrasser de cette construction contraire à la logique économique qu'a été l'euro et de pouvoir ainsi retrouver la croissance..."

j'ai quelques questions Mr :

a) Comment juridiquement l'Allemagne peut elle sortir de l'Euro ?
b) Si le gouvernement allemand sort de la zone Euro, quel sera l'impact économique du retour au Mark sur les exportations du pays ?
c) je cite : " En portant Syriza au pouvoir, les Grecs obtiendront une réduction de dette bien plus importante qu'en renouvelant Samara" et au vu du programme de ce parti
( - un moratoire sur les dettes privées aux banques ;
- la hausse du salaire minimal ;
- l'annulation de près des deux tiers de la dette publique
- l'instauration d'une « clause de développement » ;
- la recapitalisation des banques, sans que les sommes en question soient comptabilisées dans la dette publique du pays.

quelle seront les réactions des marchés financiers? de l'ensemble des créanciers ? du FMI ? de la BCE ?

et ce n'est là que quelques interrogations.....
a écrit le 22/01/2015 à 2:07 :
Courage aux grecs ! Vous êtes notre espoir ! La France a beaucoup de cartes à jouer en dehors du carcan européen tenu par les USA.
Réponse de le 22/01/2015 à 9:55 :
Ben voilà autre chose. L'Europe serait un carcan tenu par les USA... Jusqu'où va le délire...
Réponse de le 22/01/2015 à 13:52 :
@Pol75: on sent le brave qui envoie les autres en 1ere ligne :-)
a écrit le 21/01/2015 à 17:38 :
c'est bien cet encouragement à faire n'importe quoi et se faire absoudre...c'est juste du surendettement c'est tout. Toute cette prétendue intelligentsia qui prône l'irresponsabilité,non confrontée aux réalités de la vrai vie...dépêchons nous d'en rire avant de devoir, très bientôt devoir en pleurer.
Réponse de le 22/01/2015 à 10:33 :
avant de parler de l'irresponsabilité des grecs, faudrait peut-etre savoir vraiment d'où vient l'endettement. (pret toxique négocié par goldman sachs avec la benediction du premier ministre, ancien de chez eux)
a écrit le 21/01/2015 à 17:37 :
il faut actualiser les commentaires. Merci
a écrit le 21/01/2015 à 17:32 :
Hormis "On notera d'ailleurs à cet égard que la chancelière allemande, pourtant habituellement fort avisée, a commis une erreur en commençant d'abord à sortir le bâton de la menace de ...."Car il faut bien dire que Merkel n'a rien compris à rien, elle a laissé croire à tout le monde à commencer par ces concitoyens dès tas de choses, elle a fait la contraire et naviguer à vue...on l'a vu également sur la question ukrainienne, Merkel une esbroufeuse dangereuse, comme Sarkozy et bien pire qu'un Hollande passif qui n'a pas eu les c...d'aller jusqu'au bout de ses promesses et engagements, alors qu son diagnostic était le bon.Si d'aventure l'Allemagne quittait l'euro c serait une bonne nouvelle pour nous...à la condition que nous mettions les bouchées doubles et que nous nous remettions en question (en commençant par mettre fin au règne de la technocratie, de la démagogie et du n'importe quoi et en faisant en sorte qu les français paie le prix des choses au prix du marché MAIS/ET en continuant à aider les plus modestes). Les français ont un taux d'épargne trop élevé parce qu'ils ne paient pas un certain nombre de prestations au prix du marché et qu'ils encaissent des subventions/ides, bien souvent non justifiées au plan économique. Quant aux rentes à commencer par celles des politicards et hauts fonctionnaires ils faut y mettre un terme ici et maintenant.
a écrit le 21/01/2015 à 17:15 :
Peut-être que l'on pourrait laisser passer les élections et, disons, 6 mois d'éventuelle nouvelle gouvernance de la Grèce avant d'en causer. Comme cela, on pourrait vérifier:
- Que Syriza ne prend pas une gamelle comme on le voit assez régulièrement en surestimant des "intentions".
- Que Syriza est ou n'est pas un parti comme les autres une fois aux affaires, au sens où les promesses n'engagent que ceux qui y croient.
- Que si Syriza fait ce qu'il dit, de bien s'imprégner des réactions des "grands pays" européens et de la BCE, du FMI et consort pour voir ce qui nous tomberait dessus dans des circonstances similaires.
- Que la Grèce reste démocratique car il n'y a pas si longtemps un régime militaire était en place. Et que, suivant appréciation locale, un vieux travers peut réapparaitre.
a écrit le 21/01/2015 à 15:50 :
J.-P. Vespirini s'avance un peu en prétendant que l'Allemagne pourrait elle aussi sortir de l'Euro. Car les dirigeants allemands ont pu voir, il y a quelques jours, ce que ça faisait que de ne plus arrimer sa monnaie à l'Euro : la Suisse vient d'en faire l'expérience en abandonnant son cours plancher. Résultat, le Franc Suisse a pris 30% en quelques heures à peine. Or, si l'Allemagne sortait de l'Euro, le Neue Mark s'apprécierait sans doute dans des proportions similaires (20% ? 30% ? 40% ?). Or, l'industrie allemande dont les coûts salariaux s'accroîtraient de 30% face à ceux des membres de l'Euro, ou de 20% face au Dollar ou au Yen, souffrirait énormément. Finis les excédents mirobolants ! Sauf que l'Allemagne a besoin de tels excédents pour financer ses retraites. A priori, tant que l'Allemagne peut profiter des pigeons d'Europe du Sud qui lui offrent sans contrepartie sérieuse une dévaluation compétitive permanente, elle n'a aucune raison de sortir de l'Euro. Ce sera trop risqué pour son industrie, donc pour ses excédents, donc pour sa population de retraités et ses comptes publics. Tant que personne ne dira à l'Allemagne qu'on ne va pas sacrifier les peuples européens à une monnaie qui ne sert que ses intérêts, elle sera inflexible. Et elle a raison : pourquoi donc renoncer à un pareil avantage si ceux qui vous l'offrent sont contents de ce sacrifier pour lui ?
a écrit le 21/01/2015 à 15:45 :
M.Vesperini, du haut de sa belle chaire, de son expérience en France et à l'université de Rouen, peut claironner les bons conseils qu'il veut, il n'en subira pas les conséquences directes.

La situation est mauvaise en Grèce, mais elle peut l'être plus encore en suivant de très mauvais conseils: il suffit de prendre l'exemple du Vénézuela pour comprendre que le pire est toujours possible, même quand on ne l'imagine pas. Syriza aura tout à gagner à faire sortir la Grèce de l'Euro, puisqu'il pourra accuser la finance, l'Allemagne et tous les autres boucs émissaires... et qu'il gagnera à radicaliser la situation. Les Grecs des classes moyennes et populaires subiront ensuite le résultats des dévaluations massives qui s'ensuivront, avec un coût de l'énergie qui explosera, ainsi que des très nombreux biens alimentaires et de premières nécessité qui sont importés. L'industrie locale sera laminée par les coûts d'énergie, ce qui reste de capitaux se sera évaporé... La part de la black économie grandira encore plus, le rendement de l'impôt baissera alors que ses taux sont déjà exorbitants, voire spoliateurs dans le domaine foncier par ex.

L'auteur jette le blâme sur les politiques d'austérité en Grèce "La Grèce ne peut donc sortir de ce cauchemar où l'ont plongée ces politiques erronées qu'en mettant fin à l'austérité et en obtenant une réduction de sa dette"... C'est soit une mauvaise farce ignorante de l'histoire économique et politique de la Grèce, soit une manipulation : le cauchemar a commencé au lendemain de l'élection de Georges Papandreou, NON PAS A CAUSE des politiques d'austérité qui n'avaient pas encore été lancées, MAIS en conséquence des 30 années de socialisme, collectivisme mélangé au capitalisme de connivence, corruption et clientélisme connus de tous du personnel politique, de l'Etat et des administrations publiques, hypertrophie de la sphère publique... toutes bonnes raisons qui ont conduit le pays à avoir un endettement massif et une productivité faible, masqués par une croissance et un niveau de vie artificiellement élevés jusqu'à la crise... Bizarrement, pas un mot de tout cela dans cet article ?... Et donc l'auteur préconise que l'on renoue avec ces 30 glorieuses, grâce au leadership de Syriza qui promet au peuple grec de nombreuses et belles années de nouvelles tricheries ?

L'auteur, habile discoureur et beau raisonneur, comme tous les "économistes" keynesiens, veut nous faire croire que dépenser rend riche, que sortir de l'Euro va créer de la croissance durable, ou que dévaluer l'Euro par une création monétaire libérée est la martingale.

La monnaie n'est pas le problème, ce n'est qu'un moyen. Le problème est dans les fondamentaux économiques et sociaux du pays qu'il convient de rénover, au lieu de continuer à mettre la m... sous le tapis, comme le fait cet article. On n'a rien sans rien, imprimer du papier, nouvelle drachme qui ne vaudra rien, ou Euros dévalués ne rendra personne riche durablement, sauf les économistes qui parlent à l'oreille des politiciens, les politiciens eux-mêmes, et les banques.

Ce qui rendra la Grèce riche, c'est d'avoir une population active large et productive, capable de produire plus de biens et de services que le peuple grec pourra ensuite consommer ou utiliser pour commercer. Cela passe donc par la poursuite (ou la réalisation) des réformes portant sur leur énorme secteur public, gangrené par la collusion, la corruption et le népotisme, dont l'improductivité et le coût démesuré plombe la compétitivité du secteur privé grec. Cela passera aussi par une dérèglementation ou simplification réglementaire toujours pas sérieusement entamée, qui mettra fin au cauchemar légal, juridique et fiscal que connaît toute entreprise ou agent économique de ce pays.

Donc en résumé: d'abord réformer (vraiment) le pays pour améliorer drastiquement les fondamentaux complètement ignorés dans l'article, et accessoirement réfléchir à la monnaie....

Bien évidemment, je ne suis pas un économiste universitaire. Je n'ai été que directeur de la stratégie pour la filiale d'une entreprise du CAC 40 basée en Grèce. Je vous engage à aller en Grèce, M Vesperini, vivre là-bas, y travailler, essayer d'y monter une activité ou un simple projet, et d'y payer vos taxes et impôts. Vous adorerez le pays, la civilisation et l'extraordinaire peuple grec, et vous toucherez du doigt l'horreur et l'absurde incurie économique, règlementaire, sociale et fiscale. Revenez nous éclairer de vos conseils après...
Réponse de le 22/01/2015 à 14:17 :
Félicitations pour votre analyse.
malheureusement pour des raisons populistes, oui , populiste et électorales, aucun homme politique n'a pas ce discours, et les "économistes" keynesiens ou plutôt neo-keynesiens mentent les gens pour maintenir les status-quo, qui , étant tous dans les "service public" leur garantit leurs rentes.
a écrit le 21/01/2015 à 14:53 :
Oui les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne s'en sortent, mais ne pas oublié leurs dettes pharaoniques qui pèseront un jour ou l'autre dans le big-bang économico-social!!!
a écrit le 21/01/2015 à 14:44 :
ah j'oubliais, Mélenchon a été un des fervent admirateurs de Chavez, il a pleuré sa mort. Il soutient activement Syriza et Podemos, un signe ?
Réponse de le 22/01/2015 à 2:08 :
D'intelligence, oui.
Réponse de le 22/01/2015 à 9:53 :
@Pol75
Si c'était d'intelligence, cela se saurait.... et le Mélenchon irait au parlement européen justifier ses émoluments de prébendé.
a écrit le 21/01/2015 à 14:42 :
Chavez a été un précurseur. Les suivistes se pressent maintenant, en profitant d'une situation, dans leurs pays respectifs, similaire à l'effondrement du Venezuela à l'époque où Chavez a pris le pouvoir. Podemos en Espagne, 5 étoiles en Italie, Syriza en Grèce. Le résultat au Venezuela est clair : malgré un prix du pétrole 5 fois plus élevé pendant 15 ans, le pays a complètement été détruit : entreprises nationalisées et abandonnées, campagnes nationalisées et en friche, contrôle des changes surréaliste qui permet de détourner des fonds et d'enrichir la nomenklatura locale, mise sous tutelle de l'industrie pétrolière et absorption directe des revenus par le président, financement direct et fourniture de pétrole gratuite des régimes amis : Cuba, Argentine, Nicaragua, Equateur, .... Le pays est ruiné et endetté pour des dizaines d'années, en particulier auprès de la Chine qui a fourni des liquidités au régime en échange de fourniture à venir de pétrole. Le chemin est tout tracé pour les imitateurs. Le pétrole en moins.
Réponse de le 21/01/2015 à 16:31 :
@EBT: la critique est facile, mais l'art est difficile. Tu serais du genre "faut qu'on, y a qu'à" que cela ne m'étonnerait pas :-) Je ne suis pas fan des socialos-communistes, mais je respecte ceux qui ont des plans pour leur pays autres que de s'aligner aveuglément sur les US :-)
Réponse de le 21/01/2015 à 17:34 :
@patrickb. Je ne suis pas Faucon Yaka, loin de là. Je me garde bien de suggérer des solutions que je n'ai pas. Par contre je connais bien le Venezuela et la folie destructrice qui a régné et règne encore là bas. Il ne s'agit pas d'alignement sur l'un ou l'autre mais de simple gestion, quel que soit le bord politique. Le seul plan de Chavez, comme celui de Castro en son temps a toujours été la conquête du pouvoir et y rester. Quelle que soit l'étiquette politique ou les alliés circonstanciels. Il n'est même pas question de politique. Je suis triste de cette situation, et il me semble important de dénoncer les adeptes de ces expériences irresponsables, celles de porter de généreux "prophètes" au pouvoir.
Réponse de le 22/01/2015 à 13:45 :
@EBT: parce que la conquête du pouvoir et de l'argent qui va avec est typique au Venezuela je suppose :-) chez nous, on a même des repris de justice (dont Juppé) qui brigue ce pouvoir :-)
a écrit le 21/01/2015 à 14:05 :
C´est fou ce qu´on peut ecrire autant d´idioties en si peu de lignes. Mais a voir l´individu qui est derriere , plein d´energie et d´intelect de gauche, on compred mieux. Mais je suis d´avis que mettre l´extreme gauche au pouvoir en Grece aurait du bon! La ruine finale du pays serait assuree , l´instauration de la dictature du proletariat aussi et l´exemple a suivre par les gauches europeennes radicales serait vivant. Du coup les conditions d´une vraie contre-revolution seraient reunies et elle pourrait se mettre en marche pour deraciner pour toujours les rouges du continent europeen.
Réponse de le 21/01/2015 à 14:17 :
Kazbo, vous avez le droit de penser ce que vous voulez mais vous n'avez pas le droit d'insulter un peuple qui lui a le droit de voter pour qui bon lui semble. Le peuple est souverain à moins que vous n'ayez fait votre, la devise de la commission européenne ,seule la Commission européenne est souveraine.
a écrit le 21/01/2015 à 13:58 :
La sortie de l'Europe de la Grèce, c'est l'alibi de l'Allemagne pour en sortir aussi. Reste que l'Allemagne scierait la branche (le tas d'or) sur lequel elle est assise et dans les 10 ans à venir redeviendrait le "malade" de l'Europe.
Réponse de le 21/01/2015 à 15:19 :
@valbel89: euh, comparer la Grèce et l'Allemagne, t'es sûr que tu sais de quoi tu parles ? L'Allemagne (on aime ou on aime pas, mais c'est un autre sujet) est un pays riche et développé avec des gens qui n'ont pas peur de travailler...c'est-à-dire l'inverse des bras cassés grecs :-)
Réponse de le 21/01/2015 à 15:56 :
La si vertueuse Allemagne, tellement admirée, est le pays européen qui a le plus souvent fait défaut ces cent dernières années. Les si courageux Allemands travaillent moins - en horaires - que la moyenne européenne. La si forte industrie allemande souffrirait dans une mesure jamais vue sans l'Euro, qui n'est pour elle qu'une dévaluation compétitive permanente.

Songez à la fameuse phrase de Von Lambsdorf : "le SME est une machine à subventionner l'industrie allemande". Or, qu'est-ce que l'Euro, sinon un super-SME ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, le passager clandestin en Europe, c'est l'Allemagne, depuis quinze ans au moins. Mais pour admettre cela, il faut autre chose qu'enfiler des clichés pleins d'ignorance quant aux fiers Germaniques si sérieux et travailleurs, et aux horribles Latins si fainéants et tricheurs. Il faut comprendre ce qu'est une monnaie. C'est moins facile que de débiter les sus-mentionnés clichés, il est vrai.
a écrit le 21/01/2015 à 13:31 :
L allemagne sort. Les pays scandinaves aussi. Angleterre et la riche Irlande aussi. Le benelux aussi. Les baltes aussi. La Finlande. L autriche aussi... l espagne ? Le portugal ?pas sur.
reste quels pays hormis la france et la grece ?
jsuis pas sur que cette alternative interesse.
reste espagne
a écrit le 21/01/2015 à 13:12 :
ils obtiendront bien mieux... ils obtiendront le droit de sortir de l'euro et de se debrouiller tt seuls, en faisant tourner la planche a billet en drachmes
alternative : syriza passe et ne fait absolument pas ce qu'il a promis
sinon, petit details anodins.... a titre perso je ne connais personne qui a envie de payer ses dettes: ni les grecs ni les francais, ni les espagnols, ni mon voisin pour le credit de sa maison, ni ma voisine pour son credit a la consommation
si vous en connaissez, merci de me presenter ces betes curieuses... merci d'avance
a écrit le 21/01/2015 à 13:06 :
Avec Syriza, les grecs espèrent voir effacer leur dette et arrêter les reformes. Donc le boulet grecs n'en a pas finit de faire payer l’Europe.
a écrit le 21/01/2015 à 13:01 :
Tu parles, Syriza financé par Soros, un parti leurre qui ne veut pas sortir de l'Union , retenant la ..négociation cad privilégiant une autre Europe comme les râleurs depuis 20 ans! Il est peu crédible d'espérer influencer les 28 autres quand on est dans cette posture . La seule option c'est la sortie, ils seront rapidement imités/rejoints par les autres!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :