Le vrai coût de la dette grecque

 |   |  1074  mots
(Crédits : DR)
Une annulation de la dette grecque serait beaucoup moins coûteuse pour la France qu'envisagé par nombre de commentateurs. par André Grjebine, directeur de recherche à Sciences Po, Centre d'Etudes et de Recherches Internationales

La Grèce est incontestablement le mauvais élève de la zone euro, affligé d'un Etat inefficace et corrompu et d'une économie en perdition. La priorité doit donc être d'aider la Grèce à restaurer - ou plutôt à instaurer - un véritable Etat. Faute de quoi, l'aide accordée se perd dans les circuits administratifs, à moins qu'elle ne soit détournée par la corruption. La politique d'austérité imposée par la troïka n'a pas répondu à cette exigence. Elle n'a fait qu'appauvrir les pauvres et la classe moyenne (les dépenses de santé et d'éducation ont ainsi été réduites) sans s'attaquer à la corruption et en renforçant la désorganisation généralisée du pays. De surcroît, elle a rendu plus problématique encore le remboursement des dettes. A endettement public constant, la baisse du PIB accroit, en effet, automatiquement le rapport dette/PIB. Il est curieux d'obliger un pays se trouvant dans un tel état de décrépitude d'avoir un large excédent budgétaire primaire (hors paiement de la dette).

Les opinions publiques seraient opposées à des efforts en faveur de la Grèce

L'objection généralement opposée à un relâchement de l'austérité est qu'après les mesures déjà prises en 2012, les opinions publiques européennes ne sont pas disposées à faire de nouveaux efforts en faveur de la Grèce.
Tout d'abord, le gouvernement grec ne demande pas aujourd'hui une annulation de la dette, mais d'une part de transformer les emprunts auprès de la BCE en emprunts perpétuels. L'État grec continuerait à payer des intérêts, mais n'aurait plus à rembourser le capital. D'autre part, les prêts accordés par l'Union Européenne seraient indexés sur la croissance c'est-à-dire que les paiements seraient réduits quand la croissance est faible et augmentés quand elle est forte. Dans cet esprit, on pourrait également imaginer que les prêts ne soient remboursables qu'à partir d'un certain niveau de croissance, celui à partir duquel celle-ci deviendrait créatrice d'emplois.

Dans l'hypothèse d'un défaut de paiement de l'État grec...

Mais, supposons même une annulation partielle de la dette grecque, voire un défaut de paiement de l'État grec. Cela signifiera-t-il que chaque Français devra débourser 700 ou 800 euros d'impôts supplémentaires comme on l'entend dire ici ou là ? A cela, Matthieu Pigasse, directeur général de la banque Lazard en France, missionné pour conseiller le gouvernement grec, répond que l'impact d'une telle mesure serait « quasi nul » (cf l'article paru dans La Tribune "une annulation de la dette grecque n'aurait pas d'effet sur les impôts en France". Les prêts bilatéraux accordés par les États membres (52,9 milliards) à la Grèce ont été financés par des emprunts du Trésor public de chacun d'eux.

En France et il en est de même ailleurs, quand des emprunts contractés par l'État viennent à échéance, l'Agence France Trésor emprunte de nouveau sur le marché pour les rembourser. L'État étant assuré de la pérennité, ce processus n'a pas de limite temporelle, un emprunt prenant le relais d'un autre. Les contribuables ne voient donc jamais leurs impôts augmenter pour ce motif. Il en serait de même dans le cas envisagé. Seule la perte de recettes résultant de la cessation des intérêts versés par l'État grec pèsera sur notre solde budgétaire. Il faudra compter à la longue sur l'inflation pour effacer cette charge supplémentaire.

La BCE pourrait couvrir ses pertes

En ce qui concerne, les créances détenues sur la Grèce par la BCE et l'Eurosystème (27 milliards), la BCE, seule émettrice de la monnaie ayant cours légal, pourrait couvrir elle-même ses pertes. En supposant que, pour des raisons juridiques, elle demande aux banques centrales nationales (BCN) de la refinancer, celles-ci se retourneront vers leur Trésor public qui émettra, pour ce faire, des titres publics. En fin de compte, ceux-ci pourront être rachetés sur le marché secondaire par la BCE. On en reviendra donc au cas envisagé précédemment. Il en sera de même pour le Fonds européen de stabilité financière (141,8 milliards) auxquels les règles de la zone euro interdisent de se refinancer directement auprès de la BCE.

Une annulation moins coûteuse qu'annoncé

Les deux positions extrêmes évoquées ci-dessus -un coût de plus de 700 euros par français ou un impact quasi nul -  paraissent exagérées dans un sens ou dans l'autre. Les 42 milliards (prêt bilatéral, part de la France dans les prêts accordés par l'Eurozone) que la France ne va pas récupérer auraient pu être dépensés d'une autre manière ou se solder par une réduction de notre déficit budgétaire. Mais, l'évolution structurelle de notre solde budgétaire ne serait pas modifiée. Le rebond exceptionnel du déficit budgétaire ne devrait donc pas être comptabilisé par les autorités de Bruxelles dans leur calcul du ratio dette/PIB. En revanche, la diminution de notre endettement public, qui se serait produite dans l'hypothèse d'un remboursement de la dette grecque, n'aura pas lieu. Sans être négligeable, une annulation partielle (ou totale) de la dette grecque serait donc moins coûteuse pour les contribuables que les chiffres alarmistes généralement avancés.

En cas d'échec ce Syriza, le risque d'une coalition d'extrême droite

En revanche, un échec du gouvernement Syriza - quasi certain si les européens ne lui viennent pas en aide - risque d'amener au pouvoir une coalition anti-européenne d'extrême-droite formée du parti néo-nazi Aube Dorée et du parti populiste, Grecs indépendants, ce dernier participant déjà au gouvernement actuel. Une sortie de la Grèce de la zone euro et sans doute de l'Union Européenne susciterait le doute sur la stabilité de la zone euro, mais surtout elle montrerait qu'il s'agit d'une option réellement envisageable, au risque d'encourager d'autres Etats à suivre cet exemple. L'Union Européenne doit donc tout faire pour éviter de courir ces risques.

André Grjebine, Directeur de recherche à Sciences Po, Centre d'Etudes et de Recherches Internationales. Récemment publié : « la dette publique et comment s'en débarrasser » (PUF, 15/1/2015)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2015 à 12:50 :
Ce pays doit mettre de l'ordre dans ses affaires TOUT SEUL, comme un grand, puisqu'ils ont élu des dirigeants dans ce sens.
Mais ça va être DUR, et pour longtemps, mais pas que pour eux !
a écrit le 20/02/2015 à 1:15 :
N'importe quoi comme raisonnement.

On emprunte , on paie des interets, on prête a la Grèce, qui ne rembourse pas, et ne paie pas les interets, ça ne ne coute rien puisqu'on refait un autre emprunt pour boucher le trou ainsi de suite.

Ce que la Grèce ne rembourse pas, c'est le contribuable français qui doit payer, interets inclus, peu importe l'échéance.

Pauvre France, vous vous étonnez qu'on ai des milliers de millards de dettes avec des raisonnement comme ça.
Réponse de le 25/02/2015 à 9:22 :
l'intérêt n'est que pur convention. C'est un outil de régulation de création de la masse monétaire - en principe. Je dis bien en principe, parce que si on observe le cas de l' Espagne on voit bien que l'efficience de régulation par les taux d'intérêts n'a pas empêcher la bulle immobiliere. En matière d'effacement de la dette public, tout est possible, sans pour autant en réclamer le remboursement par les contribuables qui n'y sont pour rien, dans leur majoration loborieuse, dans les choix potico financiers des gouvernants actuels.
a écrit le 19/02/2015 à 13:15 :
Le bon deal, c'est d'annuler la dette grecque avec sortie de la Grèce de la zone Euro, soldant les comptes définitivement.
a écrit le 13/02/2015 à 0:17 :
C'est un grand écran de fumé de dire que les Français ne payeront pas en pretendant que la dette ne se rembourse pas. La Grèce a obtenu un crédit de la part de la France que elle a emprunté au marché. Donc si la Grèce fait defaut la France se retrouve avec une dette augmentée pour laquelle la France devrait debourser les intêtrêts.

D'ailleurs, la transformation de la dette Grecque en emprunts perpetuels revient quasiment à une annulation de la dette en vue des faibles taux d'intérêt que la Grèce paye pour ces crédits. En vue de ces taux, cette annulation reviendra à peu près a 95% du crédit accordé à la Grèce par la France.
a écrit le 12/02/2015 à 17:46 :
Restructurer la dette grecque c'est augmenter le déficit public français qui passera de 4,3% du PIB à 6,3% ( 40 milliards = 2 points de PIB) donc c'est plus d'austérité chez nous pour réduire le déficit
Contradictoire de pourfendre l'austérité en Grèce et la souhaiter chez nous pour éponger la dette des Grecs qui n'ont fait aucune réforme !!
Meme si on décidait d'effacer la dette grecque et que tout les pays en Europe acceptent d'augmenter fortement leur déficit public en solidarité avec la Grèce , comme aucune réforme de structure n'a été accompli la nouvelle dette que produira la Grèce fera que dans quelques mois on se retrouvera au point de depart
Il faut d'abord que la Grèce face les réformes indispensables et après elle recevra de l'argent mais donner de l'argent sans controle c'est donner de l'argent pour qu'il aille dans l'économie dissimulée , la corruption et la fraude fiscale
Réponse de le 13/02/2015 à 0:21 :
C'est bien cela dont les Allemands qu'on prend souvent comme des méchants d'origine génétiques craintent. Aider un pays pourquoi pas mais après l'aide cet état devrait fonctionner tout seul. Aider une fois pour aider à perpetuité : c'est niet.
a écrit le 12/02/2015 à 14:18 :
C'est n'importe quoi....J'emprunte 100 MM pour preter a un collegue 100MM.
A terme, mon collegue ne me rembourse pas, mais moi, je dois quand meme rembourser ma dette. Deux solutions :
- j'augmente les impots ou je puise dans mes reserves
- Je reemprunte 100MM en en laissant la charge de remboursement a mes successeurs
En attendant, les interets que je paie sur ma dette sont dus bien sur...sur les impots.
Donc, pour eviter tout malentendu :
Si la France prete 100MM et ne se fait pas rembourser, c'est pour une perte de 100MM voir plus si on prend en compte les interets...
a écrit le 12/02/2015 à 14:14 :
On continue à faire marcher la planche à billet : on prête des Euros tous neufs à la Grèce, comme d'ailleurs, on rachète les autres dettes Européennes par l'intermédiaire du QE.
Que se passe t-il ? l'Euro baisse vu qu'on dilue la monnaie. le montant des dettes aussi. Et oui, quand l'euro perds 30% contre $, la dette perd 30% si on la regarde en $. Votre salaire aussi perd 30%, votre capital, vos biens immobiliers détenu en Europe,etc...
Pas de problème, sauf pour le prix des importations (pétrole, matière première...).
Alors, c'est-y pas super tout ça ?
Bah non, car on fini par emm.rder les ricains et les chinois (les autres, on s'en tape) qui n'exportent plus et donc font pareil, ou rererefont pareil (un autre QE, une dévaluation,etc...). donc l'Euro remonte et votre pouvoir d'achat aussi (pour acheter une TV samsung ou mettre de l'essence dans la voiture). En attendant, la dette Grecs à été renflouée à coup de billet.
Facile non ?
Réponse de le 12/02/2015 à 15:51 :
Sauf que 70% des prêts n'ont servi ..qu'à rembourser les préteurs ...seuls 15% sont allés dans la poche de l'Etat Grec pour ses politiques de redéploiement économiques..et le reste pour maintenir le système bancaire à flot ...
Réponse de le 13/02/2015 à 0:23 :
Faux, la dette ne diminue pas parce qu'elle est detenue en majeur partie par les autres états membre de la zone euro.
a écrit le 12/02/2015 à 14:03 :
Si les pays de l'UE sont réticent a faire des réformes c'est simplement qu'elles ont pas confiance en celle-ci!
a écrit le 12/02/2015 à 14:00 :
Si on accepte d'annuler la dette d'un mauvais élève, un Etat corrompu, comment le refuser à des élèves appliqués ? Pas un mot à ce sujet, alors que l'auteur affirme, sans le démontrer, que la sortie de la Grèce de l'Euro créerait, quant à elle, un dangereux précédent.
Dire que cela ne va pas couter au contribuable français car cela ne va pas accroitre le déficit budgétaire, et que notre dette publique sera de toutes façons reconduite d'emprunt en emprunt, en dit long sur les raisonnements absurdes de nos économistes. Consternant...
a écrit le 12/02/2015 à 13:54 :
C´est scandaleux de payer des types pareils sur les budgets de l´Education Nationale.... Mais il est vari que l´economie n´est pas la branche forte de l´enseignement, alors le gus sait que personne ne va contester ses elucubrations. Continuons alors a nous endetter. D´ailleurs pourquoi la Grece a des problemes de dettes et nous n´en aurions pas si s´endetter ne porte aucun prejudice? La sottise n´a pas de limite dans ce pays.
a écrit le 12/02/2015 à 13:44 :
quelle différence entre la Grèce et la France au niveau de l'Etat ?? aucune !!!! L'Etat français fait du Madoff depuis des années, mais quand c'est un Etat, c'est normal, quand un c'est une personne c'est un délit !!!! faudrait savoir !!!!
a écrit le 12/02/2015 à 13:30 :
Les prets accordés ont étés financés par le tresor public donc par l'emprunt !Si la Grece ne rembourse pas c'est nous qui allons le faire !La Grece c'est mieux que Madoff et Al Capone !On lui prete ,elle rembourse pas ,mais c'est pas du vol !!Je vais aller de ce pas voir mon banquier et lui demander l'effacement de ma dette il va etre d''accord !Nous quand on emprunte on nous dit '''''Un pret vous engage à le rembourser ,verifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager '''''''C'est pas valable pour les états qu'on ne peut pas saisir eux et il y en a qui sont d'accord !Les prets à la Grece ce sont des emprunts que la France à réalisés sur les marchés alourdissant ainsi notre dette .Et notre dette ce sont nos impots qui la combleront ,la notre et celle de la Grece bien sur ....
a écrit le 12/02/2015 à 13:23 :
c'est du grand n'importe quoi mais bon.
Admettons que l'annulation de la dette grecque ne coute rien, pensez-vous que dans 5 ou 10 ans les grecs ne seront pas de nouveau endettés ?
a écrit le 12/02/2015 à 11:50 :
Encore le mythe que ca ne coute rien car on ne va jamais rembourser l enprunt mais simplement en faire un autre. Ca marche tant qu on trouve des gens pour nous preter (ie le remboursement est encore credible) et qu eles taux d interets sont faible. car sinon ca fait mal. ex on a un pret a 2 % qui arrive a echeance. Pas de bol, le nouveau se fait avec 10 % d interet. donc au lieu de devoir payer 2 d interet, on doit payer 10, soit 5 fois plus ... Sachant que les interets de la dette sont deja le premier ou second poste de depense de la france, doit on en faire encore plus ???
a écrit le 12/02/2015 à 11:48 :
Raisonnement tortueux :

Lors de l'octroi de l'aide Française (même chose pour les autres pays europeens) un virement cash de 15 Mds est passe des comptes publics Francais vers les comptes publics Grecques.

* Si la Grèce rembourse, comme normal ,la France pourra utiliser ces fonds (pour une autre dépense).

*Si la Grèce ne rembourse pas, pas de cash, il faudra trouver l'argent ailleurs.

On peut regarder dans tous les sens,

abandon/defaut de creances = perte seche bien reelle pour le creancier, (du cash qui ne rentrera pas)


Monsieur Grejbine passe a cote de l'essentiel : si on annule la dette grecque (pourquoi pas?) alors il n'y aucune raisons que l'on ne fasse pas de meme avec l'Espagne, le Portugal, L'irlande....
Réponse de le 12/02/2015 à 12:33 :
"Monsieur Grejbine passe a cote de l'essentiel : si on annule la dette grecque (pourquoi pas?) alors il n'y aucune raisons que l'on ne fasse pas de meme avec l'Espagne, le Portugal, L'irlande...." et la France ! justement il ne faut pas payer ces dettes illégitimes !!
Réponse de le 12/02/2015 à 13:39 :
Pourquoi les grecs ne font pas une audit pour savoir ou l'argent emprunter sur les 15 derniere annnee a ete depenser?
Si il a ete investi, ils peuvent utiliser l investisement comme collateral pour emprunter.
Si il a ete detourner par certain, c'est leur job de retrouver ses gens et recuperer les sous.
Si la majorite a tapper dans la caisse avec des augmentation massive de salaire dans la fonction publique et bien c'est le moment d'assumer.
C’est un etat independent qu ils netoyent chez eux avant de demander au autre de payer pour leur erreur.

Ce que ce Le Monsieur de l’article ne comprends pas est que plus la dette francaise est grosse plus les adjudications passe mal. Donc on mets en danger notre avenir et on passe une dette toujours plus grosse et plus bloquant au generation suivantes.

Et d’un point de vu moral, pourquoi les francais qui travaille dur qui paie leur impot pour construire des hopitaux, des ecoles ou avoir un armee qui tienne la route devait payer pour les greques?

Donc si il y a une catastrophe naturelle, c’est normal qu on aide, mais si les mecs se gave tappe dans la caisse et parte sans laisser d ‘adresse pourquoi le francais moyen qui a déjà du mal a finir les mois devrait payer?

Si la grece a l extreme droit, tres bien ils sont libre de choisir un suicide economique! De tout facon sans access au marche obligataire ou monetaire il seront incapable de financer une armee pour nous menacer.

Autrement la dette perpetuel est un mythe.
On prêt a un etat car il est puissant economiquement et militairement. Pourquoi les gens perte au Etat Unis et pas a Cuba?

Par contre la domination economique et militaire n est pas garanti, donc ca veut dire que la dette perpetuel n existe pas… Quand l emprire britanqiue est tombe et les etat unis ont emerge, plus personne ne voulait achete du gilt. Comme les adjudication passé plus il faut rembourser ou faire default.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :