30 ans de consommation d'énergie en France

 |   |  625  mots
Xerfi Canal
Comment a évolué la consommation d'énergie en France depuis le début des années 80 ?

Pour le déterminer j'ai décidé de suivre, la consommation d'énergie primaire. C'est l'indicateur le plus global qui intègre la consommation des producteurs et des transformateurs d'énergie. Il permet de mesurer le taux d'indépendance énergétique national, c'est-à-dire le rapport entre la production française d'énergies primaires et la consommation.

Les tendances de fond

Les données sont corrigées des variations climatiques annuelles. La série est enfin exprimée dans une unité commune de la valeur énergétique, c'est-à-dire en millions de tonne équivalent pétrole.

Le début des années 80 porte les stigmates du double choc pétrolier : la consommation d'énergie baisse. Une baisse qui fait écho au fort ralentissement de la croissance économique. Et qui souligne surtout la très forte vulnérabilité de nos économies face au prix du pétrole. L'essor de cette source d'énergie a accompagné le développement fabuleux de l'automobile. Son prix très compétitif malgré les chocs a disqualifié le charbon, et les années 80 vont voir son effondrement.

La France est alors devenue totalement dépendante de ses approvisionnements extérieurs : le taux d'indépendance est alors à peine supérieur à 27%. Cela poussera les gouvernements successifs à pousser toujours plus loin le programme nucléaire.

A partir de 1984

La consommation d'énergie redémarre avec la reprise et s'accélère au début des années 90  jusqu'à la crise de 1992-93.  Elle va stagner pendant deux ans avant de redémarrer pour atteindre un pic courant 2002.

Une remontée simplement perturbée par les deux coups de froid de l'économie : le premier, lié aux politiques de rigueur avant le passage à l'euro.

Le second, à la suite de l'éclatement de la bulle internet en 2000. Ces pauses ne remettent pas en cause la tendance de fond : en l'espace de 20 ans le bond de consommation aura été spectaculaire (+53%).

Mais, c'est tout de même 4 points en dessous de l'évolution du PIB (+57%). La structure économique du pays s'est en effet modifiée pour devenir plus économe en énergie.

Un mouvement qui est la résultante de deux forces opposées :

  • Le poids de l'industrie s'est s'affaiblit. L'impact sur l'énergie est d'autant plus fort que ce sont les secteurs les plus énergivores qui cèdent le plus de terrain. Et notamment, la sidérurgie dont la consommation d'énergie est divisée par deux sur la période.
  • A contrario, les modifications des modes de vie, avec l'augmentation des déplacements, l'équipement voire le suréquipement électrique des logements, jouent à contresens. Mais si la consommation est en hausse, elle est aussi de plus en plus couverte par la production nationale d'électricité nucléaire, ce qui propulse le taux d'indépendance à 51%.

A partir de 2002, l'économie redémarre jusqu'en 2008

La consommation d'énergie ne suit pas ! C'est la conséquence de la désindustrialisation du territoire alors que dans le même temps, la consommation d'énergie, liée aux transports ou au logement plafonne. Cela s'explique par une évolution ralentie de l'équipement des ménages, mais aussi par des économies d'énergies.

Le krach de 2008-2009 va entrainer une chute historique de la consommation d'énergie. Une chute qui entraine une modification structurelle de tendance ; la consommation n'a pas remonté la pente depuis.

Bilan

Fin 2014, la consommation d'énergie primaire en France est revenue à son niveau de 2000 ! On peut l'analyser comme la marque d'une économie devenue plus sobre, moins énergivore. Mais c'est aussi le signe de la perte de nos usines et de nos secteurs industriels les plus gourmands en tonnes d'équivalent pétrole.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2015 à 9:34 :
La proportion de produits importés à fort contenu énergétique (Voitures, electronique, electroménager,...) a aussi augmenté sur cette période ce qui contribue à la réduction de la consommation d'énergie primaire en France....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :