Continuons à bâtir une Île-de-France attractive, innovante, entreprenante et équilibrée

OPINION. Nous avons besoin d’une Île-de-France attractive et innovante car notre région a été l’une des plus affectées par les conséquences de la crise sanitaire. Elle doit relancer son économie pour concourir au bien-être de sa population. (*) Par Daniel Weizmann, président du Medef Île-de-France.

3 mn

Le président du Medef Île-de-France Daniel Weizmann.
Le président du Medef Île-de-France Daniel Weizmann. (Crédits : Medef IDF)

Ces dernières heures, les tractations d'appareils vont bon train pour constituer une liste unique sous la bannière écologique et bâtir une plateforme programmatique disparate et idéologique. Des mesures, qui hier étaient ainsi qualifiées d'inutiles par les adversaires d'alors, se retrouvent aujourd'hui parées de toutes les qualités, démontant une fois de plus la faiblesse des convictions des uns et pour les autres un manque total de prise en compte des réalités économiques du terrain, bien loin du pragmatisme que pouvait incarner à une autre époque pas si lointaine un ancien président du conseil régional.

La « fausse bonne idée de la gratuité des transports »

C'est en ces termes que le candidat des Verts qualifiait encore en octobre 2020 dans un grand quotidien économique, la proposition de sa nouvelle colistière qui constitue pourtant aujourd'hui une des mesures phares de ses propositions. Il est vrai que l'idée à de quoi faire bondir, puisqu'elle privera à terme Île-de-France mobilités, l'organisme chargé de l'organisation des transports, de près de quatre milliards d'euros chaque année. Une somme équivalente à la contribution des entreprises franciliennes au budget de cet organisme, au travers du versement transport qui s'élevait à 4,4 milliards d'euros en 2018 sur un total de ressources de 10,4 milliards d'euros, faisant des entreprises le premier financeur des transports en Île-de-France. Les usagers devront sans doute encore patienter pour des transports de qualité et ponctuels, la première de leur préoccupation. Quant au comblement du manque à gagner, la solution trouvée est une nouvelle fois de faire appel aux trésoreries des entreprises mises à mal par la crise, pour financer les investissements colossaux dont la région à besoin. Un signal, vous en conviendrez, des plus encourageants pour inciter les entreprises à se développer et créer des emplois en Île-de-France...

De nouvelles contraintes sur les épaules des entreprises

Décidément, les entreprises sont trop souvent considérées par certains politiques comme des supplétifs budgétaires ou comme de mauvais élèves a priori, auxquelles il faut appliquer de nouvelles contraintes pour qu'elles rentrent dans le rang. Ainsi le « Green new deal régional » qui doit hypothétiquement créer 200.000 emplois verts d'ici 5 ans, sera-t-il assorti de tout une série d'engagements et de réglementations nouvelles toujours plus contraignantes, qui conditionneront l'accompagnement des entreprises vers la transition écologique. Pourtant, ce sont les entrepreneurs innovants qui sont à l'origine des plus belles avancées écologiques de ces dernières années et ce n'est qu'avec eux que cette bataille stratégique pourra être gagnée. En Île-de-France, comme ailleurs, les entreprises ne sont pas le problème mais la solution au travers de leurs propositions et d'actions concrètes en faveur du logement, des transports, de la transition écologique et d'un meilleur équilibre entre vie familiale et vie professionnelle.

Ce dont nous avons besoin, c'est d'une stratégie claire et ambitieuse pour relever les défis économiques, sociaux et sociétaux et ainsi continuer à bâtir une Île-de-France attractive, innovante, entreprenante et équilibrée, au sein de laquelle les entreprises continueront à être prises en considération comme elles l'ont été tout au long de ces cinq dernières années par la Présidente sortante.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/06/2021 à 3:11
Signaler
Il défend ses intérêts, absolument pas ceux de la région. C'est on rôle de syndicaliste!

à écrit le 24/06/2021 à 12:00
Signaler
J’ignorais que purge se conjugue avec équilibre ? Équilibre pour qui ? Le patronat est bien avec avec 7,5% de richesse en plus.

à écrit le 24/06/2021 à 11:19
Signaler
resumé de l article : je veux pas payer plus d impot (ici une taxe pour financer la gratuite des transports) donc votez pecresse PS: qu niveau coherence Pecresse-traitresse est pas mal non plus. regardez son attitude a la derniere primaire des LR

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.