COP21 : Hidalgo oublie la pollution liée au transport de marchandises

 |   |  770  mots
(Crédits : Henri Garat/Mairie de Paris)
La COP21 va avoir lieu à Paris, à grand renfort de communication, y compris de la part de la mairie. Mais Anne Hidalgo passe sous silence un sujet pourtant essentiel, celui du transport de marchandises. Alors que des solutions existent. Par Edith Gallois, conseillère de Paris et conseillère régionale d'Ile-de-France Secrétaire nationale de l'UDI en charge des transports

Alors que la COP 21 est dans tous les esprits, que le Gouvernement et la Mairie de Paris communiquent a tout va sur l'évènement, une question essentielle semble totalement occultée. Il est vrai qu'elle n'est pas « grand public » et qu'en terme de com., cette question n'est pas porteuse, parce qu'on ne peut pas la mettre en vitrine.
Aujourd'hui, ni le Ministre des transports, ni la Ministre de l'Écologie, ni le Président de la région Ile de France, ni la Maire de Paris, ne se saisissent de la question écologiquement essentielle, voire primordiale du transports des marchandises. Le fret français est inorganisé. Le fret francilien est en pagaille.

Affichage et la communication « gadget »

L'affichage et la communication « gadget » seront bien là pour la COP 21 à Paris, mais l'organisation des transports de marchandises n'a pas avancé d'un pouce. Le fret est pourtant une source majeure de pollution atmosphérique, un facteur primordial d'encombrement des rues parisiennes et des routes de France ou circulent massivement les poids lourds avec tout ce que cela implique de dangerosité.
Cette absence d'une Politique globale du Fret est inexplicable et inacceptable.
S'il est vrai que les acteurs de la vie économique, et opérateurs tels que la Poste, la SNCF, s'organisent et fournissent de gros efforts pour s'inscrire dans le développement durable, leurs démarches restent individuelles, et non coordonnées. Ils déplorent eux-mêmes l'absence de stratégie globale, de vision gouvernementale, de Politique régionale ou métropolitaine, ni municipale.

Hidalgo ne prévoit rien de durable

Mais il est vrai que cette question du transport des marchandises, équipements et déchets, ne peut se concevoir qu'intramuros mais demande une organisation en amont et donc une Politique cohérente qui anticipe les besoins et les mutualise.
Cependant, alors que Madame Hidalgo se démène pour obtenir le droit de décréter seule la circulation alternée en cas de pic de pollution, elle ne prévoit rien de sérieux et de durable pour la diminuer. La preuve en est que ces pics de pollution se multiplient toujours plus alors que la lutte contre la pollution était la priorité des priorités sous les 2 précédentes mandatures de B Delanoë.

Un manque d'offre alternative

L'acharnement anti voitures individuelles n'a visiblement pas porté ses fruits.
C'est bien normal ! Aucune offre structurante alternative n a été proposée .Une seule station de métro créée intramuros depuis 1998, et des camions toujours plus nombreux qui roulent en pagaille, parce qu'ils ne sont pas sous l'autorité d'une réglementation cohérente et visionnaire mais de 135 réglementations....c'est dire le chaos ...
Si le Gouvernement, et la Maire de Paris, vitrine de la COP 21 , veulent parvenir à une baisse de la pollution dans les grandes métropoles françaises et à Paris, Il faut réunir les acteurs économiques , et les opérateurs, les écouter, s'inspirer de leurs démarches, et très vite mettre sur pied une Politique n nationale cohérente et volontariste se déclinant dans les grandes villes pour l'acheminement des biens de grande consommation, et des équipements, comme des déchets.

Et le fret fluvial?

Un exemple pour illustrer ce vide :
La Mairie de Paris va couper la circulation des quais bas de la rive droite pour y faire un lieu de promenade et fermer le tunnel des tuileries, pour y installer des lieux festifs. La seine, seul axe fluide, traversant Paris, n y est pas une seconde envisagée comme un lieu possible de fret fluvial, alors même que le transport fluvial émet deux fois moins de CO2 à la tonne transportée, est silencieux et n encombre pas la voie publique, ni ne présente aucune dangerosité.
Développement massif et rapide du Fret fluvial et ferroviaire. Mise en place d'une Interconnexion des lieux de transits comme on le fait pour les gares de passagers. Mise en place de sites logistiques urbains en nombre suffisant et aux abords proches des villes pour un maillage fin des derniers kilomètres. Mutualisation des charges des transports en camion devant ne circuler qu « a plein « et dans des créneaux horaires précis.
Autant de propositions pragmatiques, peu couteuses, sans sectarisme, sans clientélisme, sans dogmatisme, uniquement animées par la volonté d'agir pour l'attractivité économique et la qualité de vie des habitants, qui ne nécessitent qu'une Volonté Politique éclairée , incitative et coordinatrice. Une vraie politique Responsable de développement durable, projetée vers l'avenir.

Edith Gallois
Conseillère de Paris et conseillère régionale d'Ile-de-France
Secrétaire nationale de l'UDI en charge des transports

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2015 à 17:10 :
Et les Chemins de Fer de la Petite et Grande Ceinture Parisienne ?
Batailler pour remettre en service ces infrastructures ferroviaires négligées paraît beaucoup plus courageux que de faire des incantations au fluvial ou à la route propre ;
On aimerait connaître son point de vue sur toutes les gares de marchandises transformées en quartiers d'habitations {Tolbiac, Reuilly, Les Batignolles&Gobelins, Auteuil, Gentilly} sans oublier celles (en sursis ?) des aménagements Bercy-Charenton et du réseau ferré Nord Est où les édiles se gargarisent de constructions "écologiques" !
a écrit le 13/11/2015 à 13:12 :
Article électoral, avec son pesant de mauvais foi. D'ailleurs, je ne savais pas qu'Hidalgo était candidate à la Région Ile-de-France, tout l'article consistant à dézinguer la maire de Paris.
Il est faux de dire qu'Hidalgo ne fait rien : la fameuse politique anti-diesel consiste, et c'est une première, à interdire progressivement l'entrée des PL les plus polluants dans Paris. En 2020, seuls les PL Euro 6 pourront circuler dans Paris.
La Ville de Paris n'a pas remis en cause les ports dans Paris intra-muros et encourage leur utilisation par les chargeurs (ex : FRanprix Paris est livré partiellement par le fluvial).
La seule chose vraie dans ce ramassi politicien c'est que la question de la logistique et de la circulation dépasse totalement la compétence de la maire de Paris et de tous les maires de l'agglomération parisien. Hidalgo, pas plus que les maires de droite, ne sont pressés de perdre leurs inutiles compétences de grands et petits fiefeux. Y qu'à voir comment la droite du 92 a bataillé contre la Grand Paris et la fin des départements dans la métropole.
Je suis bien d'accord Madame le bon échelon pour toutes ces politiques est le Grand Paris et la Région. J'attends donc que la première réglementation sérieuse prise par Mme Hidalgo dans le domaine des véhicules polluants soit vite étendue à la métropole, et que la réglementation des livraisons ne relève plus de la compétences des maires.
Je ne doute pas, à vous lire Madame, que tous les élus UMP et UDI voteront sans difficultés ces mesures.
Balayez devant votre porte avant de faire des attaques malhonnêtes et, bien que ne votant rarement socialiste, je dois constater que le pas-de-porte du PS est un peu moins sale que celui de la droite. Il faut dire que la droite (Grand) parisienne est particulièrement bornée.
a écrit le 13/11/2015 à 12:54 :
Depuis le temps que l'on parle du transport fluvial il serait grand temps de s'y mettre ... .
Réponse de le 13/11/2015 à 13:40 :
Depuis le temps qu'on ne parle PAS du ferroutage qui devrait être obligatoire pour tout poids lourd traversant notre pays du nord au sud, il serait grand temps de ne PAS s'y mettre... Et pourtant, charger des poids lourds sur des plateformes pivotantes pour charger un train en 1/2 heure, n'importe quel gugus est capable de mettre le système en place. Et en plus, le système serait rentable par le repos des chauffeurs et une plus grande vitesse. Te dire.
a écrit le 13/11/2015 à 11:18 :
Les taxis sur la Seine, l'idée a fait ploufff, me semble. A part les gens de Bercy qui ont une "barque" ou deux à disposition.
Il n'était pas question d'assurer des livraisons via la Seine et des camions électriques pour la partie terrestre. Futuriste ?
Il faudrait un chef d'orchestre. Mais les règles, lois, normes remplacent (administrativement).
a écrit le 13/11/2015 à 10:03 :
Que du BlaBla ,on passe sous silence l'explosion de la démographie mondiale qui est la première source de pollution car plus on est d'habitants plus on pollue.Car avec 6 milliards d'habitants on peut polluer plus chacun qu'avec 12 milliards d'habitants.C'est d'ailleurs pour ça que nous on nous préconise de faire du vélo et manger moins de protéines pour qu'il en reste un peu pour les autres(essence et viande).Plus la population mondiale augmente moins il y a de marge de manœuvre
Réponse de le 13/11/2015 à 12:53 :
Bonjour,
Les protéines ne sont pas l’apanage de la viande on en trouve en abondance dans le monde végétal. On recommande de manger moins de viande rouge car c'est mauvais pour la santé et que le corps en a besoin deux fois par semaine pas plus. Ensuite l'élevage est responsable de 30% de l'effet de serre par ses rejets de méthanes conséquences du système gastrique des ruminants.
Pour ce qui est de l’essence il en reste suffisamment pour tout le 21ème siècle mais si on brûle tout, la Franc aura le climat du Maroc ou au mieux du sud de l'Espagne d'ici 40 ans.
Pour l'élevage il y a des solutions, il vaux mieux manger plus de volailles qui ne nécessitent pas des tonnes de céréales et d'eau et ne produisent du méthane qu'à la marge. Pour l'automobile il faut une véritable alternative à la voiture dans les villes et des automobiles électriques et à hydrogène avec une réelle autonomie (500km au lieu de 100-150km aujourd'hui) permettant des déplacement sérieux.
Tout cela est en cours. Bien entendu les Papy-boomers ne sont pas content car cela bouscule leurs habitudes mis c'est eux qui nous ont mis dedans jusqu'au cou donc il devrons bien s'adapter un peu (moins de viande et voiture électrique) pour que l'on répare leur égoïsme aveugle.
C'est pas non plus un bien grand sacrifice ... .
Réponse de le 13/11/2015 à 13:04 :
Vous avez raison: le paramètre déterminant est la démographie mondiale galopante. On n'en parle pas souvent car ça dévaloriserait le discours écolo de base qui accuse le système qui pourtant ne fonctionne pas si mal compte tenu du doublement de la population mondiale depuis 35 ans. Les politicards indignes font du spectacle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :