Il est temps de rétablir les faits sur Airbnb à Paris

Au cours des dernières semaines, de nombreuses idées reçues et informations trompeuses ont circulé au sujet de la communauté Airbnb à Paris. Il est temps de rétablir les faits. Par Emmanuel Marill, Directeur Airbnb France

3 mn

(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

Alors que beaucoup de familles parisiennes ont du mal à boucler leurs fins de mois, et que le logement représente leur principale dépense, pouvoir compléter leurs revenus en louant leur logement de temps en temps est une vraie bonne nouvelle.

Paris compte plus de 50 000 hôtes sur Airbnb: des seniors qui cherchent un complément de retraite, des indépendants sans revenu fixe, des personnes fréquemment en déplacement professionnel, ou des familles qui souhaitent mettre à disposition une chambre libre. Typiquement, ces Parisiens louent leur logement 33 nuits par an, pour un revenu complémentaire de 2 100€ annuel, soit l'équivalent d'un treizième mois. Les hôtes sur Airbnb à Paris résident en moyenne depuis 19 ans dans la capitale, et près de la moitié d'entre eux disent continuer à vivre dans la ville qu'ils aiment grâce à ce revenu complémentaire.

 Plus de 1,7 million de voyageurs

L'année passée, plus de 1,7 million de voyageurs ont séjourné à Paris avec Airbnb. Ils ont découvert un Paris plus authentique, à travers la diversité de ses arrondissements et quartiers, loin des sentiers battus et des zones touristiques traditionnelles. Ainsi, en 2016, ce sont les hôtes des 10ème et 11ème arrondissement qui ont accueilli le plus grand nombre de voyageurs Airbnb à Paris. Au total, au cours de l'année passée, la communauté Airbnb a généré près de 1,6 milliard d'euros de retombées économiques directes et indirectes à Paris. Ce chiffre tient compte des revenus des hôtes et des dépenses locales des voyageurs.

Alors que la communauté Airbnb continue de croître, et que les Français plébiscitent de plus en plus l'économie collaborative, nous voulons être partenaire des acteurs locaux. Partout dans le monde, nous voulons permettre à chacun de pouvoir partager son logement, et ce, avec le souci d'apporter des réponses et des solutions adaptées aux enjeux politiques et réglementaires de chaque ville. C'est ce que nous avons fait récemment à Amsterdam et à  Londres par exemple.

Collecte automatique de la taxe de séjour

En France, nous travaillons avec les villes pour la mise en place de la collecte automatique de la taxe de séjour: un système plus simple pour les hôtes comme pour les villes. En janvier dernier, nous avons reversé plus de 7 millions d'euros à 19 villes en France et cette année, nous allons étendre cette initiative à 31 nouvelles  destinations.

Nous souhaitons également encourager les hôtes Airbnb à entretenir de bonnes relations avec leurs voisins. C'est pourquoi nous avons ajouté sur notre site un nouvel outil qui permet à tout le monde de faire part de ses préoccupations de voisinage. Nous nous chargeons ensuite d'informer les hôtes concernés afin de favoriser le dialogue entre voisins.

Nous voulons qu'Airbnb soit un véritable partenaire des autorités locales, et plus particulièrement à Paris. Nous prenons très au sérieux toutes les interrogations liées à l'activité de notre communauté. Il est essentiel pour nous que tout le monde comprenne pourquoi des Parisiens toujours plus nombreux choisissent de partager leur logement. Il est aussi essentiel que l'impact positif du partage de logement pour la population et l'économie locale soient reconnus.

 Ce n'est qu'en coopérant avec les autorités locales que nous construirons ensemble des solutions qui marchent et qui profiteront aussi bien au quart des parisiens déjà membres de notre communauté qu'aux acteurs économiques locaux.

Emmanuel Marill

Directeur Airbnb France

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 01/07/2018 à 15:59
Signaler
Bravo pour la diffusion de ce communiqué de presse, qui permet à AirBnb de mentir haut et fort afin de nous faire croire qu'ils contribuent au développement économique... Discours mensonger et qui occulte tout le volet de la CONCURRENCE DELOYALE enge...

à écrit le 25/02/2017 à 7:08
Signaler
Que faire dans ma rue (paris 5) ! Un seul proprio à plus de 12 logement, un autre en a 3 ! J'entends le discourt de cette entreprise philanthrope qui n'a qu'un seul but nous faire gagner de l'argent ! Et qui elle oublié soigneusement de payer ses ...

le 26/02/2017 à 20:55
Signaler
Plusieurs points sont ici encore mensongers ou erronés. A Paris, Airbnb ne peut pas faire augmenter le prix des loyers car les loyers sont encadrés. C'est un dispositif de la loi Alur porté par Cécile Duflot. Ensuite, un propriétaire doit pouvoir fai...

le 27/02/2017 à 14:41
Signaler
Merci Thomas ! Travailler vous pour Airbnb ? C'est rigolo votre raisonnement... comme les loyers son encadré à paris vous supposé que ceux ci ne sont pas augmenter par l'effet de airbnb... vous supposé donc que tous les loyer de tous le monde s...

à écrit le 24/02/2017 à 22:10
Signaler
Oui, il faut rétablir les faits et déconstruire les élucubrations mystiques entretenues par certains politiques idéologues et surtout par le lobby hotelier qui fait tout pour empêcher le partage d'appartements, d'ailleurs en se trompant complètement ...

à écrit le 24/02/2017 à 20:11
Signaler
Monsieur Marill, vous avez raison, il faut interdire la location d'un même bien plus de 33 nuits par an à Paris. Pour que les malheureux retraités propriétaires d'un appartement à Paris (alors que leur résidence principale est ailleurs) puissent loue...

à écrit le 24/02/2017 à 14:33
Signaler
Airbnb défend airbnb ... Donc si je traduit plus sincèrement l'article : "il est temps d'écouter le DG de AirBNB", on aurait pu attendre d'un journal une analyse plus complète mentionnant aussi les effets d'éviction, le fait aussi que les plateforme...

le 25/02/2017 à 7:11
Signaler
J'adore lol

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.