L'Algérie, un pays dans le coma ?

 |   |  155  mots
(Crédits : reuters.com)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui: l'Algérie, un pays dans le coma ?

MISE AU POINT
Par Sandrine Lecalvez

Dans l'incapacité de renouveler son système économique et politique, l'Algérie se rapproche d'une crise importante, alors que le président algérien Abdelaziz Bouteflika a la ferme intention de mener son quatrième mandat jusqu'à son terme en 2019. Mais qui dirige encore vraiment l'Algérie ?

 RETROVISEUR
Par Marc-Antoine de Poret

Adbelaziz Bouteflika en balade à Paris
Le 15 juin 2000, alors élu depuis un peu plus d'un an, Abdelaziz Bouteflika arrive à Paris 38 ans après l'indépendance. Le président algérien souhaite réchauffer les relations entre la France et son pays et entreprend ainsi une opération de séduction.

DEBAT
Pour en débattre, l'historien Benjamin Stora, l'écrivain et journaliste au Quotidien d'Oran Akram Belkaïd, et Mansouria Monkhefi, conseillère spéciale pour le Monde Arabe à l'Institut français des relations internationales

_____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur
 Twitter @28minutes et sur Facebook

28 minutes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2015 à 1:23 :
Foutez nous. La paix et cessez votre obsession par l'Algérie.
a écrit le 25/06/2015 à 0:44 :
Une remarque de taille au sujet de ce Département Ministériel :
C’est les seuls services au monde qui confondent le mouvement circulaire et le mouvement rectiligne, par manque de culture mathématique, méprise d’autrui ou préméditation. Les résultats obtenus ces 30 dernières années, en parlent d’eux-mêmes et sont la preuve des catastrophes successives.
Réponse de le 08/09/2015 à 22:16 :
L'Algérie dérange , vous oubliez que nous avons vécu dans les années 90 un embargo qui ne disait pas son nom par l'occident, mais malgré les carences du pouvoir le peuple algérien a su relevé les défis.
a écrit le 25/06/2015 à 0:12 :
Toute cette série de catastrophes les unes après les autres ; un « Deuxième » Tigentourine n’est pas impossible. C’est ce que remarque tout observateur étranger.
Parfois dans la vie on est oblige’ d’être objectif.
a écrit le 25/06/2015 à 0:11 :
La mission principale de ces services c’est d’anticiper et d’éviter les catastrophes. Ce n’est pas le cas pour les services algériens, qui par leur précipitation et leur irrationalité en matière de jugement sont passe’ champion, dans l’art de les provoquer.
C’est dommage pour l’Algérie. Tout est a changer par nécessite.
a écrit le 25/06/2015 à 0:08 :
Les services algériens ont démontre’ des lacunes graves ces dernières 30 années, ce qui a provoque’ des catastrophes inacceptables.
Dorénavant, ils doivent faire preuve de beaucoup plus de flexibilité et d’éviter l’égoïsme ainsi que la compulsion décisionnelle. C’est ce que remarque tous les étrangers, concernes par l’évolution des événements dans la région.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :