L'émergence du trafic connecté

 |   |  1099  mots
(Crédits : DR)
Ce que le big data peut apporter au trafic automobile. Par Tugduall Grall, Technical Evangelist EMEA, MapR

 Au cours de l'histoire, aller d'un point A à un point B a toujours été l'une des plus grandes préoccupations de l'homme. Bien que nous ayons progressivement développé de nouveaux modes de transport avec les routes, les voitures, les camions, les avions, nous sommes toujours pressés ! Le Big Data pourrait cependant nous sauver bien des tracas, en permettant de développer des systèmes qui analysent constamment les conditions de circulation, et apportent en temps réel des solutions pour les réguler, sans intervention humaine.

Au feu

Prenez un humble feu de circulation. Ces petites lumières assurent non seulement notre sécurité, mais modèrent également les flux de trafic pour s'assurer que nous arrivions à destination de manière bien ordonnée.

Le seul problème, c'est que l'homme n'est pas toujours bien ordonné. La plupart des feux ont été programmés sur la base de ce qu'un ingénieur considérait comme étant un trafic « normal ». Si vous vous êtes déjà retrouvé à scruter le parechoc arrière d'une voiture pendant plusieurs heures à la sortie d'un concert ou d'un match, vous devez vite saisir les limites du modèle.

Un système de gestion du trafic basé sur la donnée peut éviter ces maux de tête. En surveillant la circulation, ce dernier peut ajuster les flux en se basant sur les conditions réelles. En cas de trafic fluide, le système peut appliquer les timings standards de variation des feux de circulation, et en cas de forte affluence, faire durer le feu vert un peu plus longtemps pour certaines directions. La ville de Los Angeles par exemple a déjà mis en place ce type de systèmes.

Voitures connectées

Un certain nombre de nouvelles voitures sont estampillées « connectées », avec un accès à Internet disponible. Si les usages se limitent souvent à synchroniser son smartphone avec le système audio, ou faire de la voiture un kit main-libre géant, les voitures connectées présentent également de nombreuses fonctionnalités de diagnostic du moteur, avec la capacité à alerter le concessionnaire concerné lorsque celui-ci nécessite une maintenance.

Mais les possibilités peuvent être encore plus intéressantes. Un système de régulation du trafic intelligent peut se servir des signaux envoyés par ces voitures connectées pour en tirer des conclusions. S'il perçoit que certains moteurs tournent au ralenti ou que les voitures accélèrent et freinent de manière répétitive, il peut alors conclure à des embouteillages et prendre les mesures adéquates à tous moments et en temps réel, sans que l'intervention d'un ingénieur ne soit nécessaire.

Surveiller la pollution

Avec le réchauffement climatique, il est primordial d'encourager les particuliers à garder notre air aussi pur que possible. Des capteurs surveillent déjà en continu la qualité de l'air, mais tout comme les feux de circulation, ils sont isolés les uns des autres. Grâce au Big Data, il est possible d'identifier en temps réel les zones aux plus hauts niveaux de particules et en déduire que le trafic y est trop dense. Les raisons et les solutions peuvent être diverses : le réseau routier n'est peut-être pas aménagé pour accueillir autant de trafic et nécessite une amélioration ; trop peu de transports en commun desservent cette zone et les compagnies devraient augmenter les fréquences de passage pour faire diminuer l'utilisation de voitures, etc.

Détecter des tendances

L'avantage principal du Big Data, c'est sa capacité à traiter les immenses volumes de données générés par les dispositifs précédemment cités, pour en dégager des tendances plus profondes, que l'humain ne peut parfois pas déceler.

Avec le Big Data, les régulateurs disposent d'une vision plus large de l'intégralité des systèmes de transport : voitures, trains, métros, tramways, bus et même piétons. Ils sont ainsi en mesure de voir qui se rend où, à quel moment, et adapter les capacités de trafic en conséquence.

Ils pourront identifier les modes de transport les plus usités et en tirer des conclusions. Si de nombreuses personnes empruntent un trajet en voiture, sur lequel il existe des transports en commun, il sera alors possible de leur proposer des réductions, voire la gratuité dans les transports, lors de pics de pollution. Via un système de connexion et de capteurs installés sur les parkings, les automobilistes pourront également être avertis en temps réel des places disponibles. Si le trajet d'une ville à une autre est constamment bouché, il sera possible de proposer la construction d'une nouvelle artère ou l'adoption d'un autre système de transit. Les autorités compétentes seront capables de le faire, car elles sauront exactement où commence et se termine le trajet de chacun.

La ville de San Diego par exemple utilise le Big Data pour réduire les taux de fraude dans ses bus et réseaux ferrés, ainsi que pour mieux analyser les flux de personnes et adapter ses réseaux, tout cela grâce aux pass connectés des utilisateurs. Lorsque les autorités de la ville construiront de nouvelles voies ou dispositifs de transport, ils découleront ainsi d'un besoin réel. Le lancement de nombreux projets urbains nécessitent également le vote d'administrations locales. Les données auront alors l'atout de mettre tout le monde d'accord sur leur nécessité, et éviter que les décisions ne revêtent un aspect trop politique.

Le fret en peloton

La donnée peut également permettre d'améliorer le transport de fret. Depuis quelques années émerge une pratique qui consiste à créer des « pelotons » de camion pour le transport de fret. Alignés les uns derrière les autres, ils peuvent générer une économie de 15% du fuel sur l'intégralité du trajet. Pour que ces pratiques se démocratisent, les sociétés de transport vont devoir travailler ensemble à la mise en place d'un système basé sur la donnée qui puisse analyser et comprendre les trajets des différents véhicules, et ainsi les alerter automatiquement lorsqu'un de leur camion peut rejoindre un peloton pour son trajet. Tout le secteur pourra ainsi réaliser des économies d'énergie importante grâce à la data.

 Le Big Data peut réellement rendre nos réseaux de transport plus adaptés à nos besoins. C'est lui qui permettra en grande partie de rendre nos environnements et nos villes plus intelligents. En attendant bonne route !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :